---------

modifiés 02/06/2013

---------

email
Merci d'envoyer vos commentaires en anglais seulement

---------

HTML5 Logo

---------

Tibetan Prayer Wheel

Om! Mani Padme Hum!

Cara de Dr. Rampa Hypothèse Cara de Dr. Rampa

Si quelqu’un ne veut pas croire, aucune somme de preuves ne peut lui être offerte
~ ~ ~

Plusieurs ont essayé de découvrir qui était le Dr. Rampa, son nom réel à la naissance, son âge véritable, son signe astrologique, etc. et tous ont échoué. C’est parce qu’ils n’ont pas cru en la transmigration et ont ainsi daté seulement le corps physique que le Dr. Rampa occupait au moment de sa mort.

Je veux proposer une hypothèse selon laquelle quand le Dr. Rampa est mort il avait entre deux cent soixante et onze et trois cent six ans d’âge. N’oublions pas que son guide avait plus de quatre cent ans. « Le Sage du Tibet » « Je suis dans cette vie depuis déjà plus de 400 ans et je suis le seul dans tout le Tibet à connaître le fonctionnement de ces divers appareils. Préserver ce savoir est ma fonction, et une autre de mes fonctions, dit-il en me lançant un coup d'oeil, est de te le transmettre. Lorsque je ne serai plus là - tu sais que dans un avenir très proche je dois être tué d'un coup de poignard dans le dos - il faut que tu saches revenir tout seul ici, retrouver l'entrée de ces lieux et faire marcher les instruments pour revivre les événements du passé ».

Je vais citer des faits tirés de ses dix-neuf livres qui vous permettront de vous faire une opinion personnelle. Il y a toutefois une petite preuve que je vais retenir et expliquerai pourquoi plus tard. Avant d’aller plus loin, accentuons le fait que nous n’allons pas révéler les informations suivantes :

Le Dr. Rampa s’est donné extrêmement de mal pour garder sa vraie identité cachée et je n’ai aucune intention de révéler ce qu’il tenait à garder secret. Je vais, d’un autre côté, révéler via cette hypothèse que le Dr. Rampa a subi trois transmigrations; de là son âge. Deux transmigrations sont bien documentées dans ses livres et la troisième est quelque peu dissimulée. Ceci répond également à la question que plusieurs ont posée : « Pourquoi le Dr. Rampa écrit-il de temps en temps à la troisième personne »? Toutes ces questions ne peuvent trouver réponses que par une troisième transmigration.

Tiré du livre « Les Lumières de l’Astral » page 117 : « Je refuse en effet de dire mon âge. Ceci est mon affaire. Je suis d’un grand âge – ce qui ne nuit nullement à mes écrits. Mon âge n’ajoute aucune preuve à quoi que ce soit et, de toute façon, je n’ai nulle envie d’en fournir – surtout pas à la presse. Ceux qui me lisent sont dans l’ensemble de braves gens modestes mais convenables qui me croient, eux. Mais, comme toujours, il existe une minorité braillarde qui soulève l’opinion et dont on ne comprend qu’elle nuit que quand on est sa victime. Mais ma réponse à votre question est non, je ne dirai pas mon âge, simplement parce que je ne veux pas le dire! ».

Le Dr. Rampa était Tibétain; il existe une preuve photographique dont cinq autres personnes de ma connaissance possèdent des copies. La photo le montre distinctement en compagnie de son guide, l’Éminent et Puissant Lama Mingyar Dondup, et avec sa Sainteté le Grand Treizième Dalaï Lama. Cependant, je ne divulguerai pas cette photo afin d’éviter que certaines personnes ne cherchent à établir le nom réel du Dr. Rampa, son âge, etc. Quand le temps viendra le tout sera révélé, mais ce temps n’est pas encore venu. Par conséquent, commençons à mettre les pièces de l’énigme en place.

Si vous lisez tous les dix-neuf livres du Dr. Rampa vous serez au courant de sa plus célèbre et controversée transmigration dans un autre corps physique, celui qui appartenait à Cyril Henry Hoskins, aussi ce n’est pas la peine d’élaborer davantage sur cet événement. Beaucoup pensent que ce fut sa seule transmigration et pourtant il y en a une autre qui est clairement documentée dans « Le Sage du Tibet » : « Plus tard tu feras cette expérience pendant un an moins un jour. Il faut garder cette marge d’un jour car ces corps ne peuvent « vivre » au-delà de 365 jours ; après ce délai surviennent des difficultés. Donc, au bout de 364 jours l’enveloppe charnelle dans laquelle tu seras reprendra sa place dans le cercueil de pierre, y frissonnant de froid tandis que ta forme astrale en sortira pour se réintroduire dans ton propre corps. Tu retrouveras alors tes pensées et ton savoir antérieurs, mais enrichis de l’expérience acquise durant les 364 jours de voyage ».

Maintenant que nous avons clairement démontré deux transmigrations accréditées, passons à l’énigmatique troisième. Pour cela il nous faut citer divers passages des livres du Dr. Rampa, ses propres mots, cependant vous devez vous souvenir que les Hauts Lamas Tibétains sont des maîtres de la diversion. Le Dr. Rampa n’a jamais menti dans aucun de ses livres et si vous les lisez en tant que livres de fiction, vous passerez complètement à côté de tout ceci, comme plusieurs l’ont fait. Je commence avec son âge, suivi de l’énigmatique transmigration, parce que cela vous aidera à avoir une vue d’ensemble et que sans aucune référence à son âge, la troisième transmigration ne peut pas être acceptée. Débutons notre quête en commençant avec son premier livre.

Quand on commence à lire « Le Troisième oeil » on a l’impression qu’il s’agit de l’histoire d’un petit garçon, ce garçon étant le Dr. Rampa qui, à l’âge de sept ans, dut entrer dans une lamaserie afin de débuter des études qui devaient le conduire à devenir un Lama qualifié. Cependant, me basant sur ce qui est écrit dans « Le Sage du Tibet » je suggère que le livre est principalement au sujet du prédécesseur qui était à préparer le corps physique pour la venue du Dr. Rampa et par la suite, il s’agit du Dr. Rampa que nous connaissons, aimons et respectons. Il y a un très gros indice dans le livre « Le Troisième oeil » qui confirme mon hypothèse; je vous en dirai davantage sur cet indice plus tard.

Parce que personne n’aurait cru quoi que ce soit qu’il a écrit dans son premier livre s’il avait donné des informations telles que celles fournies dans « Le Sage du Tibet », il a dû en faire une histoire, la rendant acceptable à un public très sceptique qui ne savait rien d’un tel sujet. Il ne s’agit pas de mensonge mais de diversion. Jusqu’à ce que le Dr. Rampa croit que les gens puissent et arrivent à accepter de telles choses, il savait qu’il est inutile de même en parler. Toutefois, nous savons que quand le Dr. Rampa a quitté le Tibet pour Tchoungking, il avait bien au-delà de 200 ans malgré qu’il n’en avait certainement pas l’air, la photo donnant également la confirmation qu’il était beaucoup plus âgé.

Si nous l’imaginons en tant que jeune homme, comme le livre nous en donne l’impression, voici que peu de temps après être arrivé à son université en Chine il dû retourner au Tibet, le Grand Treizième se mourant et le Dr. Rampa devant prendre en charge l’ensemble des cérémonies funéraires. Nous ne pouvons accepter que l’on donne une si grande responsabilité à une jeune personne alors que quelqu’un de beaucoup plus âgé le peut et se doit de le faire. A son arrivée, les amis du Dr. Rampa se faisaient soudoyer avec des montres bracelets par un Occidental inconnu et cet Occidental aurait pu facilement se débarasser d’un jeune homme alors que quelqu’un de plus âgé – et combien plus avisé – ne pouvait être écarté aussi aisément.

Le Dr. Rampa mentionne dans « Histoire de Rampa » page 35 « L’invasion chinoise, dans la première décennie du siècle, avait profondément aigri mon père ». Cependant, malgré que le Dr. Rampa ne dit pas de quel siècle il s’agit, la seule réelle invasion connue est celle de 1700, quand les Chinois annexèrent E. Tibet et réoccupèrent Lhassa par force en 1720; l’échauffourée de 1920 fut utilisée comme diversion. Ainsi prenons une date moyenne de 1710 et soustrayons-la à 1981 – l’année du décès du Dr. Rampa – nous avons 271 années; mais en lisant ses livres, plusieurs ne pensent qu’à l’invasion de 1950.

Dans son livre “Je crois” page 127, le Dr. Rampa raconte une histoire énigmatique utilisant des horloges « et je suis née à la fin du dix-septième siècle et mon habit de bois fut poli pour la première fois en 1675; depuis que mon balancier s’est mis en mouvement, j’ai médité sur le mystère de la vie. Longue est mon existence, et longue ma méditation. Si courte est la durée de vie des humains qu’elle ne leur laisse vraiment que peu de temps pour penser à tout ce qu’il y a à savoir dans la vie ». Par conséquent « Mon habit de bois » étant une référence au physique, « mon balancier » à ses battements de coeur, est-ce que « longue est mon existence depuis 1675 » ferait référence à l’année de sa naissance? D’où ma remarque de 271 à 306 ans d’âge. Ainsi la partie de l’âge établie, passons maintenant à la troisième transmigration.

« Le Sage du Tibet » « Les Jardiniers de la Terre étaient des gens très occupés et leurs supérieurs encore plus ; aussi, quand l'un d'eux voulait connaître l'état de sa progéniture terrestre il pénétrait dans l'un de ces corps, du moins sa forme astrale, et, en le réanimant, devenait ainsi un être humain ordinaire de l'âge qu'il souhaitait, sans avoir à parcourir les étapes précédentes de la vie, sans être contraint de chercher du travail, par exemple, une femme, etc. Cela aurait été trop compliqué.

« Le Sage du Tibet » « Avant qu'un bébé soit capable d'acquérir des connaissances il faut plusieurs années et il doit aller à l'école, se soumettre à la discipline parentale, etc. Tout cela est une perte de temps qui peut couvrir trente ou quarante années. Prendre un de ces corps en catalepsie permet d'économiser ce temps; il connaît le mode de vie des habitants de son pays et a une certaine conscience des choses qui l'entourent ».

« La Treizième Chandelle » page 230 « L’entité chargée de la tâche particulière dont nous avons parlé, avait longtemps cherché un sujet qui lui convînt. En effet, c’est un gaspillage considérable pour de pareilles entités supérieures de devoir descendre sur Terre, renaître et risquer de perdre beaucoup de leur savoir dans l’expérience traumatisante de la naissance. Aussi, l’entité a cherché un hôte adulte à sa convenance et quand les temps ont été mûrs, le corps a été immédiatement évacué par l’une et instantanément réoccupé par l’autre ».

Ainsi nous savons maintenant que ceux venant sur cette terre dans un “but spécial” n’ont pas à se soucier de devoir passer par l’enfance et l’adolescence – véritable perte de temps pour le visiteur – et c’est ainsi que quelqu’un d’autre doit habiter le corps physique en préparation pour l’arrivée du « véritable propriétaire » qui alors prendra en charge ce corps physique. Ceci est alors la toute première transmigration par la personne qui doit visiter notre planète et cette transmigration se fait généralement entre l’âge de 30 et 40 ans. La transmigration du Dr. Rampa s’est faite autour de l’âge de 40 ans et c’est documenté dans un de ses livres.

« Le Sage du Tibet » « Et une autre de mes fonctions, dit-il en me lançant un coup d'oeil, est de te transmettre mon savoir. Lorsque je ne serai plus là, continua-t-il — tu sais que dans un avenir très proche je dois être tué d'un coup de poignard dans le dos —, il faut que tu saches revenir tout seul ici, retrouver l'entrée de ces lieux et faire marcher les instruments pour revivre le passé et y rechercher constamment les erreurs du monde actuel, même s'il est trop tard pour les réparer. Le problème est que les gens refusent délibérément de prendre la voie la plus simple pour en choisir une plus difficile qui ne mène à rien ». Nous savons que certaines des probabilités au sujet desquelles le Dr. Rampa a écrit ne se sont pas produites parce que l’humanité a fait des changements, bien que très peu jusqu’ici, mais que nous avons encore énormément à accomplir.

La Sagesse des Anciens” « Il n’en existe plus guère de nos jours. Un avatar est une personne qui n’a pas de Karma. Un être qui n’est pas nécessairement humain, mais qui adopte la forme humaine pour venir en aide aux humains. On a observé que l’avatar (mâle) ou l’avatara (femelle) est toujours plus grand que l’être humain moyen. Dans la Bible, on parle d’anges descendus jusqu’au plus profond des enfers terrestres pour porter assistance à l’humanité souffrante. Les avatars apparaissent lorsque le monde est en danger ou lorsque l’humanité, en tant qu’espèce, est en danger. On ne reconnaît pas toujours les avatars, car ils partagent les souffrances des hommes. Ils sont purs et ne peuvent séjourner sur la Terre qu’à condition d’accepter de souffrir ». Le Dr. Rampa était ici pour découvrir ce sérieux défaut chez les humains qui les poussent à s’autodétruire continuellement, ce qui correspond très clairement à « l’humanité en tant qu’espèce en danger » nécessitant la visite d’un Avatar dans un « but spécial ».

Cela ressemble beaucoup au Dr. Rampa parce qu’il était manifestement de Patra et n’avait pas de Karma; par conséquent, un Avatar. « Le Sage du Tibet » « Toi et moi sommes différents parce que nous venons d’un lieu bien au-delà de l’astral, nous sommes de Patra ». Le Dr. Rampa est venu sur cette terre afin d’accomplir une tâche spéciale, celle de découvrir les défauts des êtres humains pour le compte d’autres sur le plan astral. Ces derniers désiraient savoir pourquoi nous humains avons mal tourné encore une fois, pourquoi les êtres humains sont une espèce ratée. D’autres avant lui sont venus avec la même tâche que lui mais ils ont échoué; il a réussi - par conséquent il n’aurait pas gaspillé de temps à naître et vivre la période de l’enfance.

Il y a quelques inconvénients à transmigrer dans un corps qui n’a pas été spécialement préparé. Dans « C’était ainsi » « Malheureusement quand on prend la suite d’un corps, on se heurte à certaines graves inaptitudes. Laissez-moi illustrer: aussitôt après avoir pris en charge le corps, je me suis rendu compte que je ne pouvais plus écrire le sanskrit, je ne pouvais plus écrire le chinois. Oh oui, définitivement je connaissais la langue, je savais ce que je devais écrire, mais – le corps que j’habitais n’était pas « développé » pour faire tous ces gribouillis que sont le sanskrit ou le chinois. Il n’était capable que de reproduire les lettres de, disons, l’anglais, le français, l’allemand ou l’espagnol ».

N’oubliez pas que le physique n’est rien d’autre que le véhicule du corps spirituel. Pour vous donner un exemple rudimentaire afin de clarifier cette affirmation : supposons que vous ayez l’habitude de conduire un véhicule automatique et qu’il tombe en panne un jour. Celui que le garage vous prête en attendant la réparation n’est pas un automatique mais plutôt un véhicule à transmission manuelle. Ainsi à moins de savoir comment utiliser une transmission manuelle avec pédale d’embrayage, vous aurez des problèmes et ne pourrez procéder de la même façon qu’avec un automatique.

Quand Sir Charles Bell rencontra le Dalaï Lama vers 1910, le Dr. Rampa était là pour lire son Aura, ce qui signifie que ce dernier est certainement né bien avant 1900 puisqu’il lui a bien fallu d’abord acquérir cette habileté. Bien que le Dr. Rampa ait été nourri d’informations au moyen de l’hypnose et autres méthodes, il lui fallait quand même comprendre parfaitement cesdites informations et cela prend du temps! « La Sagesse des Anciens », Myngyar parlant à Lobsang : « Tu va devenir le Lama le plus éduqué qui ait jamais vécu au Tibet »; un savoir qui ne s’acquiert certainement pas en l’espace de quelques années puisqu’il s’agit d’un entraînement très très spécialisé.

Lama Médecin” page 7 « Mon instruction fut très poussée car, en plus de la médecine et de la chirurgie qui étaient mes spécialités, je devais aussi étudier les Écritures. Il me fallait en effet devenir non seulement lama médecin, mais lama tout court, c’est-à-dire un prêtre dont la formation fût complète. Je fus donc obligé d’étudier dans deux directions à la fois et, par conséquent, de travailler deux fois plus qu’un étudiant ordinaire. A l’époque, cette obligation ne m’enchantait guère ». Cela seul ne peut êre appris en quelques années à peine.

Les Lumières de l’Astral” page 197 « A dire vrai, il n’y a en théorie aucune limite à la durée d’une existence humaine, car tout ceci dépend du souvenir emmagasiné dans les cellules de notre cerveau, le souvenir qui permet au corps de reproduire des parties identiques. Si nous avions une mémoire assez forte – subconsciente, s’entend – nous pourrions vivre presque indéfiniment. Malheureusement à notre stade d’évolution actuel la mémoire se détériore ». Le Dr. Rampa vécut aussi longtemps parce que sa mémoire subconsciente était à un stade d’évolution beaucoup plus avancé que le nôtre présentement.

La première transmigration du Dr. Rampa eut lieu vers l’âge de 40 ans et cet indice est mentionné dans le livre « Le Troisième oeil » mais je vais vous laisser le découvrir par vous-même. « La Sagesse des Anciens » « Un être qui n’est pas nécessairement humain, mais qui adopte la forme humaine pour pouvoir venir en aide aux humains ». Nous savons que le Dr. Rampa a pris forme humaine durant son séjour sur cette planète, mais quelle était sa vraie forme? Les indices de la réponse à cette question sont également données dans ses livres, cependant je vais vous laisser trouver cette information par vous-même car vous pouvez ne pas me croire même si je vous la donne.

Le Gouvernement Tibétain avec un jeune 13ième Dalaï Lama (qui vécu entre 1876 & 1933); ainsi cette photo a été prise autour de la fin des années 1890. Au premier rang, debout à côté du jeune 13ième Dalaï Lama en allant vers la droite de la photo, se trouve le guide du Dr. Rampa, le puissant Mingyar Dondup et à côté de celui-ci se tient notre bien-aimé Dr. Rampa. Cette photo originale n’a pas été altérée, n’est pas non plus un faux et par conséquent, je n’entrerai dans aucune discussion concernant son authenticité; je l’ai eu authentifiée par ceux qui savent la vérité.

Première photo : image du dessus agrandie – Deuxième photo : tel que nous le connaissons. L’image du haut a de nombreuses similitudes avec celle du bas; par exemple: les yeux, les sourcils, la bouche, et le grain de beauté à côté du nez qui rappelle qu’il a eu le nez cassé à plusieurs reprises par les Japonais dans divers camps de prisonniers, ce qui fait que son nez paraît légèrement différent sur les deux photos. Souvenez-vous également qu’il était le seul Tibétain qui ressemblait à un Occidental.

Ainsi ce sont les indices et les faits sur lesquels j’ai basé cette hypothèse, que depuis je sais être vrais, à partir desquels nous avons clairement une troisième transmigration et la photo prouvant que le Dr. Rampa était Tibétain.

Alors pourquoi le Dr. Rampa s’est-il servi de la diversion? Bien, c’est facile à répondre; si tout cela avait été écrit dans son tout premier livre, l’auriez-vous cru? Très peu probable car plusieurs n’ont pas cru ce qu’il a écrit dans « Le Troisième oeil » et c’est ainsi que pour rendre ses points viables à un public très sceptique, il a dû l’écrire dans un format plus acceptable. Ce n’est pas mentir; c’est de la diversion car ses motifs étaient purs à 100%, tandis que ceux qui mentent ne le sont définitivement pas.

Le texte suivant justifie clairement la diversion; pour plusieurs ceci est aussi connu comme un « pieux mensonge », c’est-à-dire qu’il n’y a pas la moindre mauvaise intention derrière. Tiré de « L’Histoire de Rampa » page 27 « Mon Frère, dit doucement le Vieil Homme, même si les non-évolués, les non-éclairés feignent de croire que tu écris des oeuvres d’imagination, une partie de la Vérité pénétrera jusqu’à leur subsconscient et – qui sait? – la petite graine de vérité s’épanouira peut-être dans leur vie présente ou dans la suivante. Ainsi que le Seigneur Bouddha lui-même l’a dit dans la parabole des Trois Chariots, « la fin justifie les moyens ».

La parabole des Trois Chariots! Quels souvenirs poignants elle me rappelait! Quelle image précise j'avais conservée de mon guide et ami bien-aimé, le Lama Mingyar Dondup, qui m'instruisait au Chakpori. Un vieux moine médecin avait calmé les craintes d'une femme très malade grâce à quelque pieux mensonge inoffensif. Moi, jeune et sans expérience, persuadé de ma supériorité, j'avais exprimé ma surprise indignée d'entendre un moine dire un mensonge, même en pareil cas. Alors mon guide s'était approché de moi et m'avait dit: « Allons dans ma chambre, Lobsang, nous aurons intérêt à consulter les Écritures ». Il me sourit, et son aura rayonnait de bienveillance et de satisfaction tandis que nous nous dirigions vers sa chambre dominant le Potala. « Du thé et des gâteaux indiens, oui, nous allons prendre quelques rafraîchissements, Lobsang, car, en même temps qu'eux, tu pourras digérer quelques principes ». Le moine-servant, qui nous avait vus entrer, apporta de lui-même les friandises que j'aimais et que je ne pouvais obtenir que grâce aux bons offices de mon guide. Pendant un moment, nous demeurâmes assis, conversant à bâtons rompus ou plus exactement, je parlai tout en mangeant. Puis, lorsque j'eus terminé, le célèbre Lama me dit : « II y a des exceptions à chaque règle et chaque pièce de monnaie a deux faces. Le Bouddha s'est longuement entretenu avec ses amis et disciples et une grande partie de ses propos a été consignée par écrit. Il existe un récit qui pourrait fort bien s'appliquer au cas présent. Je vais te le raconter. Il s'installa plus confortablement, s'éclaircit la voix et continua : « Voici la parabole des Trois Chariots, ainsi nommés parce que les chariots étaient très en demande chez les garçons, à l'époque, de même que le sont aujourd'hui les échasses et les gâteaux indiens. La Bouddha parlait à l'un de ses disciples nommé Sariputra. Ils étaient assis à l'ombre d'un de ces gros arbres indiens, discutant de la vérité et du mensonge, et disant que les mérites de la première étaient parfois inférieurs à la bienveillance du second ».

Le Bouddha dit : « A présent, Sariputra, parlons du cas d'un homme très riche, si riche qu'il peut satisfaire tous les caprices de sa famille. C'est un vieillard possesseur d'une vaste demeure et père de nombreux fils. Depuis la naissance de ses fils, il a tout fait pour les protéger du danger. Ils ignorent ce que c'est et n'ont point fait l'expérience de la souffrance. L'homme quitte son domaine afin de se rendre pour affaires au village voisin. En revenant chez lui, il voit une colonne de fumée monter vers le ciel. Il hâte le pas et au moment où il approche de sa maison, il s'aperçoit qu'elle est en feu. Les quatre murs sont en flammes et le toit brûle. A l'intérieur de la maison, ses fils continuent à jouer, car ils ignorent le danger. Ils auraient pu sortir mais ils ignorent le sens de la douleur puisqu'ils en ont toujours été préservés ; ils ne comprennent pas le danger du feu, car le seul qu'ils aient vu brûlait dans les cuisines. Le père est affolé, car comment peut-il, seul, entrer dans la maison et sauver tous ses fils ?

S'il y entre, il pourra peut-être emporter l'un d'eux dans ses bras, mais les autres continueront à jouer, croyant à une plaisanterie. Certains sont très jeunes. Ils pourront errer à travers la maison et tomber dans les flammes qu'ils n'ont pas appris à redouter. Le père s'avance jusqu'à la porte et leur dit : « Mes enfants, mes enfants, sortez ! venez ici immédiatement ! » Mais les garçons refusent d'obéir à leur père, ils veulent jouer, ils veulent se grouper au centre de la maison, loin de cette chaleur toujours accrue dont ils ignorent la cause. Le père songe : « Je connais bien mes fils, je les connais à fond, je connais chaque différence de leur tempérament, chaque nuance de leur caractère. Je sais qu'ils ne sortiront d'ici que s'ils en espèrent quelque avantage, quelque jouet nouveau ». Il revient donc vers la porte et crie d'une voix sonore: « Enfants, enfants, sortez, sortez d'ici immédiatement, j'ai des jouets pour vous, à côté de cette porte. Des chariots à bœufs, des chariots à chèvres, et un chariot aussi rapide que le vent, car il est tiré par un cerf. Venez vite ou je ne vous les donnerai pas. » Les garçons, ne craignant pas le feu, ne craignant pas les dangers des murs et du toit embrasés, mais redoutant seulement de ne pas avoir ces jouets, se précipitent hors de la maison, ils arrivent en courant, se bousculant les uns les autres, chacun voulant être le premier à s'approcher des jouets et à choisir le plus beau. Et au moment où le dernier d'entre eux quitte la maison, le toit enflammé s'écroule au milieu d'une pluie d'étincelles et de débris. Les garçons, sans prendre conscience du péril évité de justesse, poussent de grands cris : « Père, père, où sont les jouets que tu nous as promis? Où sont les trois chariots? Nous sommes venus en hâte et ils ne sont pas là. Tu as promis, père ! » Le père, un homme riche pour lequel la destruction de sa maison n'était pas une grande perte, à présent que ses fils étaient hors de danger, se hâta d'aller leur acheter les jouets, les chariots, sachant que sa ruse avait sauvé la vie de ses fils.

Le Bouddha se tourna vers Sariputra et lui dit : « Eh bien, Sariputra, cette ruse n'était-elle pas justifiée? Cet homme ne justifiait-il pas la fin en ayant recours à des moyens innocents? Sans lui, ses fils eussent été consumés par les flammes ». Sariputra se tourna vers le Bouddha et dit : « Oui, Maître, la fin justifiait les moyens et elle a apporté des bienfaits ». Le Lama Mingyar Dondup me sourit : « Tu es resté trois jours devant le Chakpori, me dit-il, tu as cru que l'entrée t'en était interdite et pourtant nous te soumettions à une épreuve, à un moyen qui a été justifié, en fin de compte, car tu fais des progrès satisfaisants ».

Moi aussi, j'emploie « un moyen qui sera justifié en fin de compte ». J'écris ceci, mon histoire vraie - Le Troisième oeil est également l'exacte vérité - afin de pouvoir continuer ultérieurement mon travail sur l'aura. Tant de gens m'ont demandé dans leurs lettres pourquoi j'écris que je veux leur en donner ici l'explication : j'écris la vérité, afin que les Occidentaux sachent que l'Âme de l'Homme est plus importante que les spoutniks ou que les fusées à réaction. Un jour, l’homme se rendra sur les autres planètes grâce aux voyages astraux, ainsi que je l’ai fait moi-même ! Mais l’Homme Occidental n’ira pas tant qu’il ne songera qu’à lui-même, qu’à son ambition personnelle et ne se souciera pas des droits de son prochain. J’écris la vérité afin de pouvoir faire progresser la cause de l’aura humaine ».

« Les Univers Secrets » page 198. Voici les paroles exactes du Dr. Rampa: « Quelle importance de savoir « QUI » je suis? C’est ce que « J’ÉCRIS » qui est important. Tout au long des années, des hordes « d’experts » se sont efforcés de me discréditer. Ils ont échoué. Si je suis un imposteur, d’où me vient le savoir que d’autres maintenant copient ? Tous mes livres contiennent mes propres expériences personnelles; rien n’est le produit de cette « écriture automatique » tant aimée de la Presse. Je ne suis ni possédé ni obsédé. Je ne suis qu’une personne qui essaie de réaliser une tâche très très difficile, face au fanatisme et la jalousie. Il y a ceux qui sont « Haut Placés » en Inde et ailleurs qui pourraient aider mais qui prostituent leur religion à la politique et, pour des raisons politiques etc., denient la vérité de ce que j’écris. »

Ce que le Dr. Rampa dit textuellement: « Le Sage du Tibet » dernières lignes de son introduction : « Bref, voici de nouveaux écrits; je souhaite qu'ils vous plaisent et que vous les jugiez crédibles; je me permets d'ajouter, toutefois, que si cela n'est pas, peut-être est-ce parce que vous n'avez pas encore atteint un degré d'évolution suffisant ».

Ce que Bouton d’Or dit textuellement: J’aime beaucoup l’hypothèse et, de nouveau, vous avez fait une reconstitution claire et logique et avez répondu à des questions avant qu’elles ne se présentent. En toute franchise, je n’aurais guère pu faire un aussi bon travail.

Je vous en prie prenez plaisir à la lecture de tous ses dix-neuf livres, car ils peuvent venir en aide à quiconque garde un esprit ouvert et est désireux de connaître la vérité.

(Haut de la Page)