Pendules

Pendules

Nous craignons ce que nous ne comprenons pas.

Un Pendule est un fragment de matériau fixé à un fil qui n'en gêne pas les mouvements ; nous verrons plus loin les différents types de pendule, mais nous pouvons d'ores et déjà affirmer que les radiations susceptibles d'être indiquées par un pendule sont fondamentalement semblables à celles de la radio. Ces radiations sont émises par tout matériau en cours de métamorphose ou sur le point de changer d'état. Nous savons, par exemple, qu'après d'innombrables années le radium se transforme en plomb.

Nous savons aussi que la matière est un agrégat de molécules animées de mouvements plus ou moins rapides, selon leur taille. Les atomes composant la matière sont susceptibles d'être décrits et possèdent des caractéristiques précises permettant de définir leurs vibrations. Grâce au pendule, nous pouvons capter certaines vibrations atomiques, les reconnaître, les nommer et les situer. Dans le processus de la radio, le système d'antenne absorbe, attire, capte ou intercepte les ondes se propageant dans l'atmosphère. Peut-être ces ondes sont-elles repoussées par la couche de Heaviside ou d'Appleton. Il faut en outre un fil de terre établissant le contact avec le sol, car les pôles positif et négatif sont nécessaires.

Le sol peut être pris comme pôle négatif et l'air comme pôle positif. C'est ainsi que, dans le cas du pendule, le corps humain, agissant à la manière d'une antenne, capte l'onde aérienne, les pieds établissant le contact avec la terre. Et, pour qu'un pendule fonctionne correctement, il est nécessaire - à moins d'avoir recours à une autre méthode pour capter le courant terrestre - d'être bien campé sur le sol. Utiliser un pendule est d'une déconcertante facilité, et c'est encore plus facile si l'on sait pourquoi la chose fonctionne.

Il ne faut pas espérer faire mouvoir un pendule en le fixant à un crochet ; dans ce cas il n'y aurait aucune source de courant et le pendule n'aurait aucun effet. Il serait tout aussi inutile, le pendule étant fixé à un crochet, de l'alimenter en courant électrique car celui-ci doit se produire sous forme d'ondes variant selon le type d'action désiré. De la même façon que la radio transmet des notes hautes, basses, fortes ou douces, le pendule reproduit les variations d'un courant modulé. Qui fait varier le courant ? l'inconscient, bien sûr ! L'inconscient qui est la plus brillante entité avec laquelle nous soyons en rapport. Le lecteur qui lit ces lignes ne consacre à sa lecture qu'un dixième de son conscient ; que l'on songe à sa compétence s'il faisait appel aux neuf dixièmes restants !

On peut certainement avoir recours au subconscient. Il est brillant. Il connaît tout ce que l'individu a vécu, il est capable de se souvenir du plus petit incident survenu avant notre naissance même. Que de choses nous parviendrions à savoir si nous pouvions atteindre notre subconscient, n'est-ce pas ? Or, nous le pouvons, avec de la pratique et de la confiance. Le subconscient peut aussi entrer en contact avec d'autres esprits. Il n'est pas de limite à son pouvoir et, quand il est allié à d'autres esprits, les résultats sont surprenants. Il ne s'agit pas, en l'occurrence, de composer un numéro sur un cadran et de demander à parler à notre subconscient ; nous devons considérer cet esprit comme un maître très occupé à trier, classer et emmagasiner des connaissances. Il a tant à faire qu'il ne peut perdre la moindre parcelle de son temps. Mais, si nous le relançons au point de l'importuner - d'une manière courtoise, s'entend - il sera possible qu'il réponde à notre appel.

Adressez-vous à votre subconscient à peu près en ces termes : "Subconscient - ou tout autre nom que vous lui aurez donné - je désire savoir ce que je dois faire pour réussir dans telle ou telle entreprise. Si vous acceptez de faire fonctionner le pendule, vous pouvez le faire se balancer d'avant en arrière pour « oui » et de droite à gauche pour « non », tout comme nous quand nous faisons « oui » ou « non » de la tête". Vous devez répéter votre message trois fois, expliquer très clairement ce que vous désirez que fasse votre subconscient et ce que vous attendez du test. Si vous ne savez pas ce que vous voulez, comment votre subconscient pourrait-il vous donner une quelconque information ? Par ailleurs, si vous ne savez pas avec précision ce que vous voulez, vous serez incapable de le reconnaître quand il s'exécutera. Nous avons débuté avec la radiesthésie. Voyons donc d'abord ce que nous appelons « le pendule du sourcier ».

Le pendule du sourcier doit être une sphère de deux centimètres et demi de diamètre environ. Le mieux est encore un pendule en bois ou en « métal neutre ». Mais dans un premier temps n'importe quel pendule fera l'affaire pourvu que son diamètre soit de la dimension indiquée plus haut. Procurez-vous un fil comme celui dont se servent les cordonniers pour coudre les semelles, d'un mètre soixante de long environ. Attachez une extrémité au pendule que vous aurez perforé à cet effet, et fixez l'autre extrémité à une baguette ou même à une bobine de fil vide. Entourez le fil sur la bobine de sorte que, celle-ci se trouvant dans la paume de votre main, le fil du pendule se trouve situé entre le pouce et l'index de votre main droite si vous êtes droitier, et entre le pouce et l'index de votre main gauche si vous êtes gaucher. Avant tout, vous devez régler votre pendule pour le type de matériau que vous désirez localiser.

Supposons que vous vouliez chercher de l'or ; vous prendrez un bout de Scotch de deux centimètres sur lequel vous déposerez une minuscule parcelle d'or (prélevée sur une bague, par exemple), puis vous collez l'adhésif sur le pendule qui se trouve ainsi sensibilisé à ce métal. Je précise qu'une parcelle microscopique suffit. Cette préparation faite, placez votre bague ou un autre objet en or entre vos pieds en vous tenant debout. Puis déroulez lentement le fil de façon à amener le pendule à cinquante centimètres de vos doigts. A ce point, le pendule doit exécuter un mouvement circulaire complet. S'il ne se comporte pas ainsi, abaissez ou élevez un peu le fil ; autrement dit, faites des essais pour déterminer avec quelle longueur de fil le pendule oscille le plus librement pour l'or. Une fois ce point déterminé, faites un nœud sur le fil en notant la longueur exacte. Ainsi, le nœud n°1 marquera l'or. Retirez ensuite votre adhésif portant la trace d'or et ramassez l'objet en or déposé entre vos pieds. Recommencez l'expérience avec un objet en argent : pièce de monnaie ou bijou quelconque. Cette fois vous fixez une infime parcelle de ce métal sur le pendule, toujours à l'aide de ruban adhésif. De nouveau, vous tâtonnez pour trouver la longueur de fil pour faire le nœud n°2 marquant l'argent.

Vous pouvez continuer ainsi, avec différents métaux et substances. Si vous parvenez à dresser un tableau précis, vous retirerez beaucoup de joie de la « prospection ». Vous découvrirez qu'en général - en termes de longueur - c'est la maçonnerie qui répond en premier (à environ trente centimètres de longueur). Ensuite, vous trouvez la porcelaine, puis la matière végétale, l'argent et le plomb ; plus bas, l'eau. Ensuite, viennent l'or, le cuivre et le laiton. Et enfin le fer, un peu au-dessous de soixante-quinze centimètres.

Si donc vous êtes curieux de savoir ce qui est sous vos pieds, vous vous tenez simplement debout et pensez au métal à découvrir, puis vous ajustez votre fil et vous vous avancez très lentement. Il faut insister sur ce point - et je ne cesserai de le redire : vous devez dire à votre subconscient exactement ce que vous cherchez - or, fer, argent ou autre - et le prier de faire osciller le pendule dès qu'il sent les radiations. Vous devez demeurer très concentré et penser avec force à la chose que vous espérez trouver, et uniquement à cette chose. Laissez-moi vous dire en passant que si vous cherchez une porcelaine ancienne et que, soudain, votre esprit vagabondant, vous vous mettez à penser à une femme, votre pendule réagira comme si vous aviez trouvé de l'or. Femmes et or sont en effet sur la même longueur de fil. De même, si la pensée d'une femme est axée sur un homme, le pendule réagira de la même façon que si un diamant était enterré sous ses pieds ! Ce qui constitue évidemment une source d'erreurs. Imaginez que, ayant obtenu la réaction à un diamant, vous vous armiez d'une pelle et d'une pioche et qu'au lieu du diamant vous tombiez sur le cadavre d'un homme (la chose est possible !). Pour toute recherche pratiquée à l'intérieur, il convient d'employer un pendule à fil plus court afin de ne pas avoir à débrouiller chaque jour une longueur inutile de fil.

Donc en attendant d'avoir acquis une maîtrise dans ce domaine, vous pouvez d'abord écrire vos questions pour les relire attentivement avant de les poser, afin d'être sûr qu'elles ne sont pas ambiguës ou encore à double sens. Laissez-moi répéter en gros caractères gras -

VOUS DEVEZ ÊTRE CERTAIN DE CE QUE VOUS DEMANDEZ AVANT DE POSER VOTRE QUESTION.

Ne permettez jamais, jamais, jamais qu'on touche votre pendule. Il doit être imprégné jusqu'à saturation de vos propres impressions. Vous devez avoir plusieurs pendules - en bois, en métal neutre, en matière plastique, et peut-être même un creux, ce qui vous permettrait, au lieu d'utiliser le ruban adhésif, de glisser un fragment de matériau à l'intérieur. Vous découvrirez rapidement que, pour les choses personnelles, un de vos pendules sera plus sensible que les autres ; et vous en augmenterez la sensibilité en le portant constamment sur vous. Si vous suivez mon conseil, et si vous ne permettez pas à d'autres de se servir de votre pendule, ou même de le toucher, vous aurez le plaisir de découvrir que vous possédez un instrument aussi puissant et aussi précieux qu'un radar d'aviateur par nuit de brume.

Le pendule ne peut pas se tromper. Oh !... j'allais oublier : avant d'utiliser le pendule, ayez soin de bien vous nettoyer les mains. Si par hasard vous aviez jardiné ou écrasé votre cigarette dans un pot de fleurs, le pendule réagirait à la terre fixée aux pores de votre peau. Prenez soin d'avoir les mains toujours très propres. Que votre table le soit également.

Venons-en maintenant à la façon de tenir le pendule. Vous posez votre coude sur la table : le droit pour un droitier et le gauche pour un gaucher. Puis vous abaissez votre bras jusqu'à ce que le pendule suspendu au bout de sa chaîne ou de sa ficelle soit environ à cinq centimètres de la table. Vous tenez la chaîne ou la ficelle entre le pouce et l'index et vous pouvez, si vous le voulez, la raccourcir afin d'obtenir un meilleur balancement. Ceci étant bien clair - du moins, je l'espère - vous gardez votre avant-bras incliné suivant l'angle qui vous est le plus confortable. Le pendule ne peut fonctionner que si vous êtes détendu. Un repas trop copieux ou une préoccupation étrangère au pendule vous empêcheront de lui demander quoi que ce soit. Votre attention ne doit jamais être distraite, votre esprit doit être en repos et vous devez vouloir coopérer avec votre subconscient.

Lisez « Lueur d'une Chandelle (Les lumières de l'astral) » pour plus d'informations.