T. LOBSANG RAMPA

 

Vous, pour toujours

 

(YOU-FOREVER)

 

 

TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES

NOTE DE LA TRADUCTRICE

NOTE DE L'AUTEUR

AVANT-PROPOS

INSTRUCTIONS

LEÇON UN

LEÇON DEUX

LEÇON TROIS

LEÇON QUATRE

LEÇON CINQ

Les Couleurs de l'Aura.

LEÇON SIX

LEÇON SEPT

LEÇON HUIT

LEÇON NEUF

LEÇON DIX

LEÇON ONZE

LEÇON DOUZE

LEÇON TREIZE

LEÇON QUATORZE

LEÇON QUINZE

LEÇON SEIZE

LEÇON DIX-SEPT

LEÇON DIX-HUIT

LEÇON DIX-NEUF

LEÇON VINGT

LEÇON VINGT ET UN

LEÇON VINGT-DEUX

Le pouvoir de l'Esprit

LEÇON VINGT-TROIS

LEÇON VINGT-QUATRE

LEÇON VINGT-CINQ

LEÇON VINGT-SIX

LEÇON VINGT-SEPT

LEÇON VINGT-HUIT

LEÇON VINGT-NEUF

LEÇON TRENTE

 

 

NOTE DE LA TRADUCTRICE

"You Forever" a été publié en français sous le titre "Les Secrets de l'aura". Fort malheureusement pour le lecteur français, le livre n'a pas été traduit dans son intégralité. Deux chapitres et demi en particulier, sans parler d'innombrables paragraphes, ont été totalement rayés de l'original. Voici donc mon humble contribution à l'oeuvre du Dr Rampa : ma traduction personnelle, INTÉGRALE, de "You Forever". J'ai préféré l'exactitude du mot à celle des phrases bien tournées en français. En anglais, le Docteur emploie le pronom "nous" pour parler de sa personne ; j'ai donc traduit tel quel. J'espère que vous aurez autant de plaisir à lire que j'en ai eu à retraduire !

 

NOTE DE L'AUTEUR

Je suis Tuesday Lobsang Rampa. C'est mon seul nom, c'est maintenant mon nom légal et je ne réponds à aucun autre. Beaucoup de lettres me viennent avec une conglomération bizarre de noms attachés ; elles vont directement dans la corbeille à papier parce que, comme je dis, mon seul nom est Tuesday Lobsang Rampa.

Tous mes livres sont vrais, toutes mes affirmations sont absolument vraies. Il y a des années de cela les journaux d'Angleterre et d'Allemagne ont commencé une campagne contre moi à un moment où il m'était impossible de me défendre, parce que j'étais sur le point de rendre l'âme suite à un infarctus du myocarde. J'ai été persécuté sans pitié, de façon insensée.

En fait, quelques personnes qui étaient jalouses de moi se mirent à rassembler des "preuves", mais il est significatif que le "collectionneur de preuves" à aucun moment n'ait tenté de ME rencontrer ! Il est inhabituel de ne pas donner la chance à "un accusé" d'exposer sa propre histoire. Une personne est innocente jusqu'à ce qu'elle soit prouvée coupable ; je n'ai JAMAIS été "prouvé coupable" et on ne m'a jamais permis de prouver que je suis AUTHENTIQUE !

Les journaux d'Angleterre et d'Allemagne ne me permettant aucun espace dans leurs colonnes, je me suis retrouvé dans la malencontreuse position de me savoir innocent et véridique, mais incapable de dire à quiconque mon côté de l'histoire. Une grande chaîne de télévision m'a offert une interview, mais ils ont INSISTÉ pour que je dise ce qu'ils pensaient que je devais dire, autrement dit, beaucoup de mensonges. Je voulais dire la vérité, alors ils ne m'ont pas permis d'apparaître.

Permettez-moi de nouveau d'affirmer que tout ce que j'ai écrit est vrai. Toutes mes déclarations sont vraies. La raison précise pour laquelle j'insiste que tout ceci est vrai est que, dans un proche avenir, d'autres personnes comme moi apparaîtront et je ne désire pas qu'elles aient à passer par toute la souffrance que j'ai eue à cause de la rancune et de la haine vicieuse.

Un grand nombre de personnes ont vu les papiers absolument authentiques qui prouvent que j'ai été un haut Lama du Potala à Lhassa, au Tibet et que je suis un Docteur en Médecine qualifié, formé en Chine. Bien que les gens aient vu ces papiers, ils ont "oublié" quand la presse est venue y mettre son nez.

Ainsi, lirez-vous mes livres en gardant à l'esprit ma positive assurance que tout cela EST VRAI ? Je suis bien celui que je déclare être. Ce que je suis ! Lisez mes livres et vous le saurez !

T. Lobsang Rampa

 

AVANT-PROPOS

Ceci est un Cours d'Enseignement très spécial pour ceux qui sont sincèrement intéressés à connaître les choses qui doivent être connues.

Au début, l'intention était de produire ceci sous forme de Cours par Correspondance, mais on s'est alors rendu compte qu'avec toute l'organisation nécessaire chaque étudiant devrait payer des frais d'environ trente-cinq livres pour le Cours ! Aussi, avec la coopération de mes Éditeurs, il a été décidé de le produire en forme de livre.

Vous comprendrez que normalement avec un Cours par Correspondance il pourrait y avoir certaines questions qu'un étudiant aimerait poser, mais je ne peux pas entreprendre de répondre aux questions résultant de ce livre parce que —

Un pauvre infortuné Auteur ne gagne pas grand-chose de la vente de ses livres vous savez ; il touche vraiment très peu et souvent un Auteur recevra des lettres de toutes les parties du monde et les gens qui écrivent "oublient" d'inclure l'affranchissement de retour. L'Auteur est alors confronté au choix de payer lui-même ou d'ignorer la lettre.

Dans mon cas, très sottement, j'ai assumé le coût du papier imprimé, ai fait taper le truc, payé l'affranchissement, etc. etc., mais tout ça revient trop cher et c'est ainsi que je ne suis pas du tout disposé à répondre à quelque question ou lettre que ce soit à moins que la personne ne garde ce point à l'esprit.

En tant que Lecteur vous pouvez être intéressé d'apprendre ceci : j'ai reçu des lettres me disant que mes livres sont trop chers et ne pourrais-je pas envoyer des copies gratuites ? J'ai eu une lettre d'un type qui disait que mes livres étaient trop chers et me demandait de lui envoyer une copie dédicacée de chacun de mes livres ; puis, comme une idée lui venant après coup, il ajoutait deux autres livres par deux autres Auteurs et me demandait de lui donner ceux-là également. Oui, j'ai vraiment répondu à sa lettre !

Je vous dis catégoriquement que si vous lisez ce livre, vous en tirerez beaucoup de bienfaits ; si vous étudiez ce livre, vous en tirerez beaucoup plus de bienfaits. Pour vous aider, vous trouverez inclus les Instructions qui auraient accompagné le Cours par Correspondance.

Faisant suite à ce livre il y en aura un autre contenant des monographies sur divers sujets d'intérêt occulte et quotidien et contenant aussi une forme très spéciale de Dictionnaire, un Dictionnaire explicatif ; après avoir essayé d'obtenir un tel livre de divers pays à travers le monde, j'ai décidé d'en écrire un moi-même. Je considère ce second livre comme essentiel à une compréhension complète et plus profitable de celui-ci, le premier des deux.

T. Lobsang Rampa

 

INSTRUCTIONS

Nous vous et nous convenons de travailler ensemble afin que votre développement psychique puisse avancer à grands pas. Certaines de ces Leçons seront plus longues et possiblement plus difficiles que d'autres, mais ces Leçons ne comportent aucun remplissage ; elles contiennent, autant que faire se peut, la vraie "viande" sans garnitures de fantaisie.

Consacrez un soir par semaine, toujours le même, à l'étude de cette Leçon-travail. Prenez l'habitude d'étudier à la même heure, à la même place, le même jour. Mais il ne suffit pas simplement de lire les mots, car vous devez absorber des idées qui vous paraîtront fort étranges et la discipline mentale d'habitudes régulières vous y aidera énormément.

Choisissez un endroit, une pièce à l'écart, où vous pourrez être à l'aise. Vous apprendrez plus facilement si vous êtes à l'aise. Couchez-vous si vous le préférez, mais adoptez en tout cas une position où il n'y a aucune tension sur les muscles, où vous pouvez vous détendre afin de pouvoir donner toute votre attention aux mots imprimés et les pensées derrière elles. Si vous êtes tendu, vous consacrez une grande partie de votre attention à percevoir la sensation de la tension musculaire ! Vous devez vous assurer que pendant une heure, deux heures, ou le temps qu'il vous faut pour lire la Leçon-travail, personne ne viendra vous déranger et interrompre le cours de vos pensées.

Une fois dans votre chambre votre bureau fermez la porte. Verrouillez-la de préférence et tirez aussi les rideaux de façon à ce que les fluctuations de la lumière du jour ne puissent distraire votre attention. Ayez juste une lumière dans la chambre et cela devrait être une lampe de chevet placée légère­ment derrière vous. Cela fournira l'éclairage adéquat tout en laissant le reste de la pièce dans l'ombre appropriée.

Couchez-vous ou prenez n'importe quelle position qui soit bien confortable et reposante. Détendez-vous pendant quelques instants, respirez profondément, c'est-à-dire, prenez peut-être trois respirations vraiment profondes l'une après l'autre. Retenez votre respi­ration pendant trois ou quatre secondes, puis expirez pour une durée de trois ou quatre secondes. Reposez-vous encore quelques secondes, puis ouvrez la Leçon-travail et lisez-la. Tout d'abord, lisez-la normalement ne faites que la parcourir comme si vous lisiez le journal. Quand vous aurez fait cela, arrêtez-vous quelques instants pour laisser ce que vous avez si légèrement lu s'enfoncer dans votre subconscient. Ensuite, recommencez. Reprenez la Leçon travaillez méticuleusement, paragraphe par paragraphe. Si quoi que ce soit vous déconcerte, prenez-en note sur une feuille de papier que vous aurez eu soin de placer à portée de votre main. N'essayez pas de vous rappeler le texte, d'apprendre par cœur ; il ne faut pas être l'esclave du mot imprimé car le but essentiel d'une Leçon-travail telle que celle-ci est de pénétrer dans votre subconscient. Essayer d'apprendre par cœur, consciemment, souvent nous rend aveugle à la pleine signification des mots. Vous n'allez pas passer un examen où l'on vous demandera de répéter la leçon comme un perroquet. À la place, vous mettez en réserve des connaissances qui peuvent vous libérer des liens de la chair et vous rendre capable de voir quelle sorte de chose est le corps humain et vous permettre de déterminer le but de la Vie sur Terre.

Quand vous aurez relu la Leçon-travail, consultez vos notes et interrogez-vous sur les points qui vous déconcertent, les points qui ne vous paraissent pas clairs. Il serait trop facile de nous écrire et obtenir une réponse à votre question ; alors la réponse ne pénétrerait pas dans votre sub-conscient. Il est plus aimable et mieux pour vous que vous deviez PENSER à la réponse par vous-même.

Vous devez faire votre part. Tout ce qui vaut la peine d'obtenir vaut la peine de travailler pour l'obtenir. Les choses qui sont données, gratuites, le sont généralement parce qu'elles ne valent pas la peine d'être facturées ! Vous devez ouvrir votre esprit ; vous devez avoir la volonté d'absorber de nouvelles connaissances. Vous devez "imaginer" que le savoir circule en vous. Souvenez-vous, "Tel un homme pense, tel il est".

 

LEÇON UN

Avant de chercher à comprendre la nature du Sur-moi ou d'aborder les questions "occultes", nous devons avant tout être certains de bien comprendre la nature de l'Homme. Dans ce Cours nous emploierons le mot "Homme" pour désigner "homme et femme". Qu'il nous soit permis de faire observer ici, dès le début, que la femme est au moins l'égale de l'homme pour toutes choses concer­nant les sciences occultes et les perceptions extra-sensorielles. La femme, en fait, possède souvent une aura plus brillante et une plus grande capacité pour apprécier les diverses facettes de la métaphysique.

QU'EST-CE QUE LA VIE ?

À vrai dire, tout ce qui existe est "la vie". Même une créature considérée comme "morte" est en vie. La forme normale de sa vie peut avoir cessé dans ce que nous appelons la mort mais avec la cessation de cette "vie" une nouvelle forme de vie apparaît. Le processus de décomposition crée sa propre forme de vie !

Tout ce qui existe vibre. Tout se compose de molécules constamment en mouvement. Nous préférons le terme "molécules" à ceux d'atomes, de neutrons, de protons, etc., parce que ceci est un Cours de Métaphysique et non un Cours de Chimie ou de Physique. Nous essayons de "peindre une image générale" plutôt que d'entrer dans des détails microscopiques sur des questions sans rapport.

Peut-être devrions-nous d'abord dire quelques mots au sujet des molécules et des atomes afin d'apaiser les puristes qui autrement nous écriraient pour nous apprendre ce que nous savons déjà ! Les molécules sont petites, TRÈS petites, mais peuvent être vues par l'utilisation d'un microscope électronique et par ceux entraînés aux arts métaphysiques. Selon le dictionnaire, une molécule est la partie la plus petite d'une substance capable d'existence indépendante en conservant les propriétés de cette substance. Toutes minuscules que les molécules soient, elles sont composées de particules plus petites encore connues sous le nom de "atomes".

Un atome ressemble à un système solaire en miniature. Le noyau de l'atome représente le Soleil dans notre propre système solaire. Autour de ce "soleil" tournent des électrons à peu près de la même façon que les planètes de notre système solaire tournent autour du Soleil. Comme dans le système Solaire, l'unité-atome est de l'espace quasiment vide ! Voici, à la Figure Un, comment apparaît l'atome de carbone la "brique" de notre Univers quand il est énormément agrandi. La Figure Deux montre notre système Solaire. Chaque substance possède un nombre différent d'électrons autour de son noyau "soleil". L'uranium, par exemple, a quatre-vingt-douze électrons. Le carbone en a seulement six. Deux près du noyau et quatre qui orbitent à une plus grande distance. Mais nous allons oublier les atomes et nous référer seulement aux molécules...

 

Untitled1.png

Untitled2.png

Fig. l : L'Atome de Carbone

Fig. 2 : Le Système Solaire

 

L'Homme est une masse de molécules tournant rapidement. L'Homme paraît solide ; ce n'est pas facile d'enfoncer le doigt entre la chair et l'os. Cependant, cette solidité est une illusion qui nous est imposée parce que nous aussi sommes de l'Espèce Humaine. Considérez une créature d'une petitesse infinie qui peut se placer à une certaine distance d'un corps humain pour le regarder. La créature verrait des soleils tourbillonnants, des nébuleuses en spirale et des courants semblables à la Voie Lactée. Dans les parties molles du corps — la chair — les molécules seraient largement dispersées. Dans les substances dures — les os — les molécules seraient denses, serrées ensemble et ayant l'apparence d'un grand amas d'étoiles.

Imaginez-vous debout au sommet d'une montagne par une nuit claire. Vous êtes seul, loin des lumières de toute ville qui, se reflétant dans le ciel noc­turne, provoquent une réfraction de l'humidité en suspension et font apparaitre la voûte du ciel terne. (C'est pourquoi les observatoires sont toujours construits dans des zones éloignées.) Vous êtes sur le sommet de votre propre montagne... au-dessus de vous, les étoiles scintillent claires et brillantes. Vous les contemplez tandis qu'elles tournoient en un déploiement sans fin devant vos yeux émerveillés. De grandes galaxies s'étendent sous vos yeux. Des groupes d'étoiles ornent la noirceur du ciel de nuit. À travers les cieux la bande connue comme La Voie Lactée apparaît comme une vaste traînée fumeuse. Étoiles, mondes, planètes. Molécules. Ainsi la créature microscopique VOUS verrait !

Les étoiles dans le ciel au-dessus apparaissent comme des points de lumière avec d'incroyables espaces entre elles. Elles sont des milliards, des trillions ; cependant, comparées au grand espace vide, elles semblent vraiment peu. Avec un vaisseau spatial on pourrait se déplacer entre les étoiles sans en toucher aucune. Supposons que vous puissiez rapprocher les espaces entre les étoiles, les molécules, QU'EST-CE QUE VOUS VERRIEZ ? Cette créature microscopique qui vous regarde de loin, se demande-t-elle cela aussi ? NOUS savons que toutes ces molécules que la créature voit est NOUS. Qu'elle est, alors, la forme finale des formations d'étoiles dans les cieux ? Chaque Homme est un Univers, un Univers où les planètes — les molécules — tournent autour d'un soleil central. Chaque pierre, brindille ou goutte d'eau, est composée de molécules en constant, perpétuel mou­vement.

L'Homme est composé de molécules en mouvement. Ce mouvement engendre une forme d'électricité qui, s'unissant avec "l'électricité" produite par le Sur-moi, donne la Vie douée de sensations. Autour des pôles de la Terre, des orages magnétiques éclatent et irradient, donnant naissance à l'Aurore Boréale avec toutes ses lumières colorées. Autour de TOUTES les planètes et molécules ! des radiations magnétiques s'entrecroisent et réagissent réciproquement avec d'autres radiations émanant des mondes voisins et des molécules. "Aucun Homme n'est un monde en lui-même"! Aucun monde ou molécule ne peut exister sans d'autres mondes ou molécules. Chaque créature, monde ou molécule dépend de l'existence d'autres créatures, mondes ou molécules afin que sa propre existence puisse continuer.

Il nous faut aussi réaliser que les groupes de molécules sont de densités différentes ; ils sont, en fait, comme des amas d'étoiles se balançant dans l'espace. Dans certaines parties de l'Univers il y a des secteurs peuplés par très peu d'étoiles ou planètes, ou mondes comme il vous plaira de les appeler mais ailleurs il y a une densité considérable de planètes, comme par exemple dans la Voie Lactée. De la même manière le roc peut représenter une très dense constellation ou galaxie. L'air est beaucoup moins peuplé de molécules. L'air, en fait, nous imprègne et comme nous le savons, passe par les capillaires de nos poumons et dans notre circulation sanguine. Au-delà de l'air il y a l'espace où il y a des amas de molécules d'hydrogène largement dispersées. L'espace n'est pas le vide que les gens ont pris l'habitude d'imaginer, mais est une collection de molécules d'hydrogène oscillant frénétiquement et, bien sûr, les étoiles, les planètes et les mondes se forment à partir des molécules d'hydrogène.

Il est clair que si on a une collection substantielle de groupes moléculaires, c'est alors une affaire bien difficile pour toute autre créature de passer à travers les groupes, mais un soi-disant "fantôme" qui a ses molécules extrêmement espacées peut facilement traverser un mur de brique. Pensez au mur de brique tel qu'il est ; une collection de molécules, quelque chose comme un nuage de poussière en suspension dans l'air. Tout improbable que cela paraisse, il y a de l'espace entre chaque molécule tout juste comme il y a de l'espace entre les différentes étoiles et si d'autres créatures étaient assez petites ou si leurs molécules étaient assez dispersées, alors elles pourraient passer entre les molécules de, disons, un mur de brique sans en toucher aucune. Cela nous permet de comprendre comment un "fantôme" peut appa­raître dans une pièce fermée et comment il peut traverser un mur apparemment solide. Tout est relatif ; un mur qui est solide pour vous peut ne pas l'être pour un fantôme ou pour une créature de l'astral. Mais nous traiterons de telles choses plus tard.

 

LEÇON DEUX

Le corps humain est, bien sûr, une collection de molécules comme nous venons de le voir, et tandis qu'une très minuscule créature tel un virus nous verrait comme une collection de molécules, nous devons considérer l'être humain maintenant comme une collection de produits chimiques aussi.

Un être humain se compose de beaucoup de produits chimiques. Le corps humain se compose aussi principalement d'eau. Si vous pensez que cela contredit quoi que ce soit de la dernière Leçon, souvenez-vous que même l'eau se compose de molécules et c'est vraiment un fait que si vous pouviez apprendre à un virus à parler (!) il vous dirait sans aucun doute qu'il a vu des molécules d'eau se heurter les unes aux autres comme des cailloux sur une plage ! Une créature encore plus petite dirait que les molécules d'air lui rappelle le sable sur le bord de mer. Mais maintenant nous sommes concernés davantage par la chimie du corps.

Si vous allez dans un magasin acheter une pile pour votre lampe de poche, vous obtenez un réci­pient à l'intérieur duquel il y a un boîtier de zinc et une électrode de carbone au centre un morceau de carbone aussi épais peut-être qu'un crayon et une collection de produits chimiques empaquetés étroitement entre l'extérieur du boîtier de zinc et la tige de carbone centrale. Le dispositif entier est bien moite à l'intérieur ; à l'extérieur, bien sûr, c'est sec. Vous mettez cette pile dans votre lampe de poche et quand vous pressez un bouton vous obtenez de la lumière. Savez-vous pourquoi ? C'est parce que sous certaines conditions, les métaux, le carbone et les produits chimiques réagissent ensemble chimiquement afin de produire quelque chose que nous appelons électricité. Ce récipient de zinc avec ses produits chimiques et sa tige de carbone produit de l'électricité, mais il n'y a pas d'électricité à l'intérieur de la batterie de la lampe de poche ; c'est plutôt tout simplement une collection de produits chimiques prêts à faire leur travail sous certaines conditions.

Beaucoup de gens ont entendu dire que les bateaux et les navires de toutes sortes produisent de l'électricité simplement en étant dans l'eau salée ! Par exemple, sous certaines conditions un bateau ou un navire, même en restant oisif dans la mer, peut produire un courant électrique entre des plaques adjacentes de métaux différents. Malheureusement si un navire a, par exemple, un fond en cuivre connecté aux travaux en fer du haut, alors à moins que des dispositions spéciales ne soient prises, "l'électrolyse" (la production de courant électrique) rongera la jonction entre les deux métaux dissemblables, c'est-à-dire le fer et le cuivre. Bien sûr en fait cela n'arrive plus jamais maintenant parce que ça peut être empêché en utilisant ce qu'on appelle une "anode sacrificielle". Un morceau de métal tel que le zinc, l'aluminium ou le magnésium, est positif comparé à d'autres métaux communs comme le cuivre ou le bronze. Le bronze, comme vous le savez, est souvent utilisé pour fabriquer les propulseurs de navires. Maintenant, si "l'anode sacrificielle" est attachée au navire ou au bateau quelque part au-dessous de la ligne de flottaison et est connectée à d'autres parties métalliques immergées, ce métal sacrificiel va se rouiller et se détruire et il empêchera la coque du navire ou les propulseurs de se détériorer. Au fur et à mesure que ce morceau de métal se corrode, il peut être remplacé. Cela fait simplement partie de l'entretien des navires et tout ceci n'est mentionné que pour vous donner une idée de comment l'électricité peut être, et est, produite de façon des plus inhabituelles.

Le cerveau produit sa propre électricité. Dans le corps humain il y a des traces de métaux, même des métaux comme le zinc et bien sûr nous devons nous souvenir que le corps humain a pour base la molécule de carbone. Il y a beaucoup d'eau dans un corps et des traces de produits chimiques comme le magnésium, le potassium, etc. Le tout se combine pour former un courant électrique, infime sans doute, mais qui peut être détecté, mesuré et dessiné en graphique.

Une personne qui est atteinte de maladie mentale peut, au moyen d'un certain instrument, voir inscrites les ondes de son cerveau. Diverses électrodes sont placées sur sa tête et de petits stylos se mettent à inscrire sur une bande de papier. À mesure que le patient pense à certaines choses les stylos dessinent quatre lignes sinueuses qui peuvent être interprétées pour indiquer le type de maladie dont le patient souffre. Des instruments comme celui-ci sont d'utilisation commune dans toutes les cliniques psychiatriques.

Le cerveau est, bien sûr, une forme de station réceptrice pour les messages qui sont transmis par le Sur-moi et le cerveau humain à son tour peut transmettre des messages tels que des leçons apprises, de l'expérience acquise, etc., au Sur-moi. Ces messages sont transmis au moyen de la "Corde d'Argent", une masse de molécules à haute vélocité qui vibrent et tournent sur une gamme de fréquences extrêmement divergentes et connecte le corps humain et le Sur-moi humain.

Le corps ici sur Terre est quelque chose comme un véhicule fonctionnant par télécommande. Le conducteur est le Sur-moi. Vous avez peut-être vu une voiture jouet d'un enfant qui est reliée à l'enfant par un long câble flexible. L'enfant peut appuyer sur un bouton et faire avancer la voiture ou la faire s'arrêter ou reculer et en tournant une roue sur ce câble flexible, la voiture peut être dirigée. Le corps humain peut être comparé très très grossièrement à cela, parce que le Sur-moi qui ne peut pas venir sur la Terre pour gagner de l'expérience envoie ce corps qui est NOUS sur Terre. Tout ce que nous éprouvons, tout ce que nous faisons ou pensons ou entendons est envoyé là-haut pour être emmagasiné dans la mémoire du Sur-moi.

Les hommes extrêmement intelligents qui reçoivent une "inspiration" obtiennent souvent un message directement — consciemment — du Sur-moi par voie de la Corde d'Argent. Léonard de Vinci a été l'un de ceux qui a été le plus constamment en contact avec son Sur-moi et fut donc considéré comme un génie dans presque tout ce qu'il a fait. Les grands artistes ou les grands musiciens sont ceux qui sont en contact avec leur Sur-moi sur peut-être une ou deux "lignes" particulières et ainsi ils reviennent et composent "par inspiration" de la musique ou des tableaux qui leur ont été plus ou moins dictés par les Puissances qui nous contrôlent.

Cette Corde d'Argent nous relie à notre Sur-moi à peu près de la même façon que le cordon ombilical relie un bébé à sa mère. Le cordon ombilical est une structure très compliquée, une affaire vraiment très complexe, mais c'est comme un bout de corde comparé à la complexité de la Corde d'Argent. Cette Corde est une masse de molécules tournant sur une gamme de fréquences extrêmement vastes, mais c'est une chose intangible pour autant que le corps humain sur Terre est concerné. Les molécules sont trop largement dispersées pour que la vue humaine moyenne puisse la voir. Beaucoup d'animaux peuvent la voir parce que les animaux voient sur une gamme différente de fréquences et entendent sur une gamme différente de fréquences que les humains. Les chiens, comme vous le savez, peuvent être appelés par un sifflet "silencieux", silencieux parce qu'un humain ne peut l'entendre mais un chien le peut facilement. De la même façon, les animaux peuvent voir la Corde d'Argent et l'aura parce que toutes les deux vibrent sur une fréquence qui est juste à l'intérieur de la zone de réceptivité de la vue d'un animal. Avec de la pratique il est assez facilement possible pour un humain d'étendre la bande de réceptivité de sa vue à peu près de la même façon qu'un homme faible, à force de pratique et d'exercices, peut soulever un poids qui normalement serait très très au-delà de ses capacités physiques.

La Corde d'Argent est une masse de molécules, une masse de vibrations. On peut la comparer au faisceau serré d'ondes radio que les scientifiques font rebondir sur la Lune. Les scientifiques, essayant de mesurer la distance de la Lune, diffusent une forme d'onde sur un faisceau très étroit à la surface de la Lune. Il en va de même pour la Corde d'Argent entre le corps humain et le Sur-moi humain ; c'est la méthode par laquelle le Sur-moi communique avec le corps sur la Terre.

Tout ce que nous faisons est connu du Sur-moi. Les gens s'efforcent de se spiritualiser s'ils sont sur "le droit Chemin". Fondamentalement, en aspirant à la spiritualité, ils cherchent à accroître leur propre taux de vibrations sur la Terre et, au moyen de la Corde d'Argent, à accroître le taux de vibrations du Sur-moi. Le Sur-moi fait descendre une partie de lui-même dans un corps humain afin que des leçons soient apprises et que de l'expérience soit acquise. Chaque bonne action que nous faisons augmente nos taux de vibrations terrestre et astral, mais si nous agissons mal envers quelqu'un, cela est soustrait de notre taux de vibrations spirituelles et le diminue. Ainsi, quand nous faisons du tort à autrui, nous DESCENDONS nous-mêmes au moins d'un degré sur l'échelle de l'évolution et chaque bonne action nous fait augmenter notre propre vibration personnelle pour l'équivalent. C'est pourquoi il est si essentiel d'adhérer à l'ancienne règle Bouddhiste qui nous exhorte de "rendre le bien pour le mal et ne craindre aucun homme, ni ne craindre aucun acte de l'homme, car en retournant le bien pour le mal et en faisant le bien en tout temps, nous allons vers le haut et jamais vers le bas".

Tout le monde connaît une personne de type "bas étage". Un peu de notre connaissance métaphysique tombe dans l'usage courant de la même façon que nous disons qu'une personne est d'une "humeur noire" ou qu'elle "a les bleus". Le tout est une question de vibrations, une question de ce que le corps transmet au Sur-moi par voie de la Corde d'Argent et ce que le Sur-moi renvoie de nouveau au corps par voie de la Corde d'Argent.

Beaucoup de gens ne peuvent pas comprendre leur incapacité à contacter consciemment leur Sur-moi. C'est quelque chose de bien difficile sans un long entraînement. Supposons que vous soyez en Amérique du Sud et vouliez téléphoner à quelqu'un en Russie, peut-être en Sibérie. D'abord et avant tout vous devez vous assurer qu'il y a une ligne téléphonique disponible, puis il vous faut prendre en considération la différence horaire entre les deux pays. Ensuite, vous devez vous assurer que la personne à qui vous voulez téléphoner est disponible et peut parler votre langue, et après tout ça, vous devez savoir si les autorités vont permettre un tel message téléphonique ! Il vaut mieux à ce stade de l'évolution ne pas trop se préoccuper d'entrer consciemment en communication avec son Sur-moi parce qu'aucun Cours, aucune information, ne vous donnera en quelques pages écrites ce qui peut prendre dix ans de pratique à accomplir. La plupart des gens s'attendent à trop ; ils s'imaginent qu'ils peuvent lire un Cours et faire immédiatement ce que font les Maîtres qui ont probablement étudié pendant une vie entière et pendant de nombreuses vies antérieures ! Lisez ce Cours, étudiez-le, réfléchissez-y et si vous êtes prêt à ouvrir votre esprit, vous pouvez être récompensé par des éclaircissements. Nous avons connu de nombreux cas où des gens (le plus souvent des femmes) reçurent certaines informations et purent alors effectivement voir l'éthérique, l'aura ou la Corde d'Argent. Nous avons de nombreuses expériences semblables pour nous fortifier dans notre déclaration que vous, aussi, pouvez le faire — si vous vous permettez de croire !

 

LEÇON TROIS

Nous avons déjà vu comment le cerveau humain engendre de l'électricité par l'action des produits chimiques, de l'eau et des minerais métalliques courant en lui et qui le composent. Tout comme le cerveau humain produit de l'électricité, le corps lui-même le fait également car le sang court à travers les veines et les artères du corps transportant aussi ces produits chimiques, ces traces métalliques et l'eau. Le sang est, comme vous savez, surtout de l'eau. Le corps entier est imprégné d'électricité. Ce n'est pas le type d'électricité qui éclaire votre maison ou chauffe le fourneau avec lequel vous cuisinez. Considérez-la comme étant d'origine magnétique.

Si l'on prend une barre aimantée et qu'on la place sur une table, la recouvrant d'une feuille de papier ordinaire et saupoudrons alors sur le papier, au-dessus de l'aimant, une généreuse portion de limaille de fer, on constatera que la limaille se dispose en un schéma spécial. Cela vaut la peine d'en faire l'expérience. Obtenez un aimant ordinaire bon marché chez un quincailler ou un fournisseur de matériel scientifique ; ils sont très très bon marché (ou vous pouvez même en emprunter un !). Posez une feuille de papier dessus de manière à ce que l'aimant soit au centre. De votre quincailler ou magasin de matériel scientifique vous serez capable d'obtenir de la fine limaille de fer. Elle est également très très bon marché. Saupoudrez-en le papier comme vous le feriez avec du sel ou du poivre. Laissez-la tomber sur le papier d'une hauteur d'environ douze pouces (approx. 30 centimètres) et vous allez découvrir que cette limaille de fer se dispose elle-même en un motif particulier qui suit précisément les lignes de force magnétique venant de l'aimant. Vous constaterez que vous avez le centre de la barre aimantée dessinée et puis vous avez des lignes courbées partant de chaque bout de l'aimant. La meilleure façon, la façon la plus instructive, est de l'essayer car cela vous aidera pour la suite de votre étude. La force magnétique est pareille à l'éthérique du corps humain, pareille à l'aura du corps humain.

Tout le monde sait probablement qu'un fil qui transporte un courant électrique est entouré d'un champ magnétique. Si le courant varie, c'est-à-dire s'il est connu comme "alternatif" au lieu de "continu", alors le champ est animé de pulsations et fluctue selon les changements de polarité, c'est-à-dire qu'il a l'air de palpiter avec le courant alternatif.

Le corps humain, qui est une source d'électricité, est entouré d'un champ magnétique. Il a un champ fortement fluctuant. L'éthérique, comme nous l'appelons, fluctue ou vibre si rapidement qu'il est difficile d'en discerner le mouvement. De même, on peut avoir une lampe électrique allumée dans sa maison et malgré que le courant fluctue cinquante ou soixante fois par seconde, nous ne pouvons le percevoir, bien que dans certaines localités isolées ou peut-être à bord d'un navire, les fluctuations sont si lentes que l'oeil peut détecter les vacillations.

Si une personne s'approche trop près d'une autre il y aura souvent une sensation de chair de poule. De nombreuses personnes la majorité des gens sont pleinement conscientes de la proximité d'une autre personne. Essayez ceci avec un ami ; tenez-vous derrière votre ami et approchez un doigt de sa nuque, puis touchez-le ensuite légèrement. Il sera bien souvent incapable de distinguer entre une proximité et un contact. C'est parce que l'éthérique est également sensible au toucher.

Cet éthérique est le champ magnétique qui entoure le corps humain (Fig. 3). C'est ce qui précède l'aura, le "noyau" de l'aura, comme on pourrait dire. Chez certaines personnes la couche éthérique s'étend sur environ un huitième de pouce (approx. 3 millimètres) autour de chaque partie du corps, même autour de chaque cheveu. Chez d'autres personnes elle peut s'étendre sur quelques pouces (centimètres), mais pas souvent sur plus de six pouces (approx. 15 centimètres). L'éthérique peut servir à mesurer la vitalité d'une personne. Il change considérablement en intensité avec l'état de santé. Si une personne a eu une dure journée de travail, alors l'éthérique sera très près de la peau, mais après un bon repos il pourra s'étendre sur plusieurs pouces (centimètres). Il suit les contours exacts du corps, il suit même les contours d'un grain de beauté ou d'un bouton. À propos de l'éthérique, il peut être intéressant de spécifier que si l'on est soumis à une très très haute tension d'électricité à ampérage négligeable, l'éthérique peut alors être vu rayonnant, parfois rose, parfois bleu. Il existe aussi une condition météorologique qui augmente la visibilité de l'éthérique. Elle se perçoit en mer et est connue comme le Feu de Saint-Elme. Sous certaines conditions météorologiques chaque partie des mâts d'un navire et du gréement devient bordée d'un feu froid, tout à fait sans danger mais assez terrifiant pour ceux qui le voient pour la première fois. On peut assimiler ce phénomène à l'éthérique d'un navire.

 

Untitled3.png

Fig. 3 : L'Éthérique

 

Plusieurs personnes vivant à la campagne ont eu l'expérience de sortir par une nuit sombre ou brumeuse et de jeter un regard sur les fils à haute tension s'étendant au-dessus de leur tête. Sous des conditions appropriées, elles auront remarqué une lueur brumeuse bleue-blanchâtre qui a l'air plutôt inquiétant et qui a donné une sérieuse frousse à plus d'un honnête campagnard ! Les ingénieurs électriciens connaissent cela comme l'effet couronne des fils à haute tension et c'est une des difficultés auxquelles ils sont confrontés parce qu'un effet couronne, en passant au-dessus des isolateurs, peut ioniser l'air et provoquer un court-circuit, ce qui peut faire sauter des relais dans les centrales électriques et plonger toute la campagne dans l'obscurité. De nos jours les ingénieurs prennent des précautions très spéciales et très coûteuses afin de minimiser ou éliminer l'effet couronne. L'effet couronne du corps humain est, naturellement, l'éthérique et il ressemble beaucoup à la décharge des fils à haute tension. La plupart des gens peuvent voir l'éthérique du corps en pratiquant un peu, en ayant de la patience. Malheureusement, les gens croient qu'il existe quelque moyen rapide et bon marché pour atteindre la connaissance et les pouvoirs qui demandent des années aux Maîtres. Rien ne peut être fait sans pratique ; les grands musiciens pratiquent pendant des heures chaque jour, ils ne cessent jamais de pratiquer. Ainsi vous, si vous voulez être capable de voir l'éthérique et l'aura, vous devez également pratiquer. Une façon de faire est de trouver un sujet de bonne volonté et lui demander d'étendre un bras nu. Doigts écartés, le bras et les doigts devraient être à quelques pouces (centimètres) d'un fond neutre ou noir. Regardez vers le bras et les doigts, non pas en les regardant directement, mais en regardant vers eux. Il y a juste un petit truc à prendre pour regarder à la bonne place de la bonne façon. En regardant, vous verrez quelque chose qui s'accroche à la peau et ressemble à une fumée bleue-grisâtre. Comme nous l'avons dit, il s'étend sur peut-être un huitième de pouce (approx. 3mm), peut-être six pouces (approx. 15cm) du corps. Bien souvent une personne regardera vers le bras et ne verra rien d'autre que le bras ; il se peut qu'elle essaie trop fort, il se peut qu'elle "ne voit pas la forêt parce que les arbres la cachent". Détendez-vous, ne faites pas trop d'efforts et avec de la pratique vous verrez qu'il y a vraiment quelque chose là.

Une autre façon de faire est de pratiquer sur vous-même. Asseyez-vous et installez-vous bien confortablement. Placez-vous pour être à au moins six pieds (approx. 1.85m) de tout objet, que ce soit une chaise, une table ou un mur. Respirez régulièrement, profondément et lentement, étendez vos bras à leur pleine longueur, placez les bouts de vos doigts ensemble avec vos pouces vers le haut pour que seulement les bouts de vos doigts soient en contact. Alors, si vous écartez vos doigts pour qu'il y ait un huitième de pouce (3mm) — un quart de pouce (6mm) — entre eux, vous allez percevoir "quelque chose". Ça peut ressembler à une brume grise, ça peut sembler presque lumineux, mais quand vous le verrez, alors très très lentement écartez vos doigts un peu plus, un quart de pouce à la fois (6mm) ; vous verrez très bientôt qu'il y a là "quelque chose". Ce "quelque chose", c'est l'éthérique. Si vous deviez perdre le contact, c'est-à-dire si le léger "quelque chose" devait disparaître, alors joignez de nouveau les bouts de vos doigts et reprenez tout depuis le début. Ce n'est qu'une question de pratique. Encore une fois, les grands musiciens de ce monde pratiquent, pratiquent et pratiquent ; ils produisent de la bonne musique après leur pratique ; VOUS pouvez produire de bons résultats dans les sciences métaphysiques ! Mais regardez encore vos doigts. Observez attentivement la brume légère qui passe des uns aux autres. Avec de la pratique vous vous apercevrez qu'elle coule soit de la main gauche vers la main droite ou de la main droite vers la main gauche, en fonction non seulement de votre sexe, mais de votre état de santé et de ce que vous pensez à ce moment-là.

S'il vous est possible de vous faire aider par une personne que l'expérience intéresse, alors vous pouvez vous exercer avec la paume de votre main. Vous devez installer cette personne, si possible un membre du sexe opposé, sur une chaise en face de vous. Vous devez tous deux étendre vos mains, vos bras, de toute leur longueur. Ensuite, lentement, approchez votre main, la paume tournée vers le bas, près de celle de votre ami(e) qui est assis(e) la paume tournée vers le haut. Quand vous êtes à environ deux pouces de sa main (5cm) vous pouvez sentir soit une brise froide soit une brise chaude s'écoulant d'une main à l'autre, la sensation débutant au milieu de la paume. La sensation d'une brise froide ou chaude dépend de la main utilisée et du sexe auquel vous appartenez. Si vous sentez une brise chaude, bougez légèrement votre main pour qu'elle ne soit pas en ligne directe doigts à doigts, mais à un angle et vous constaterez que la sensation de chaleur augmente. La chaleur augmente avec la pratique. Quand vous arrivez à ce stade, si vous regardez attentivement entre votre paume et celle de l'autre personne, vous verrez très distinctement l'éthérique. Il ressemble à la fumée d'une cigarette que l'on n'a pas inhalée, c'est-à-dire au lieu du gris sale de la fumée de cigarette inhalée, ce sera une teinte fraîche bleuâtre.

Nous devons continuer à répéter que l'éthérique est simplement la manifestation extérieure des forces magnétiques du corps. Nous l'appelons le "fantôme" parce que quand une personne meurt en bonne santé cette charge éthérique demeure pour un temps ; elle peut se détacher du corps et errer comme un fantôme idiot, lequel est quelque chose de complètement et totalement différent de l'entité astrale. Nous traiterons de tout cela plus tard. Mais vous avez sans doute entendu parler de vieux cimetières de campagne où il n'y a pas de lampes de rue etc. ; plusieurs personnes disent que par des nuits sombres elles peuvent voir une faible lumière bleuâtre montant de la terre d'une tombe qui a été creusée le jour-même. C'est en réalité la charge éthérique se dissipant d'un corps récemment mort. Vous pouvez dire que c'est semblable à la chaleur se dégageant d'une bouilloire qui était en train de bouillir et puis a été éteinte. Lorsque la bouilloire devient plus fraîche la sensation de chaleur du côté extérieur devient évidemment moindre. De la même façon, lorsqu'un corps meurt (il y a des étapes relatives à la mort, souvenez-vous !) la force éthérique baisse de plus en plus. Vous pouvez avoir un éthérique qui traîne autour d'un corps pendant plusieurs jours après la disparition de la vie clinique, mais cela formera le sujet d'une leçon à part.

Pratiquez, pratiquez et pratiquez encore. Regardez vos mains, regardez votre corps, essayez ces expériences avec un ami de bonne volonté, parce que ce n'est que par la pratique que vous pourrez voir l'éthérique et jusqu'à ce que vous puissiez voir l'éthérique, vous ne pourrez voir l'aura qui est quelque chose de beaucoup plus subtil encore.

 

LEÇON QUATRE

Comme nous l'avons vu dans la leçon précédente, le corps est entouré de l'éthérique qui englobe chaque partie de ce corps. Mais s'étendant à l'extérieur de l'éthérique se trouve l'aura. Elle est en quelque sorte semblable à l'éthérique en ce qu'elle est d'origine électrique magnétique, mais la ressemblance s'arrête là.

On peut déclarer que l'aura montre les couleurs du Sur-moi. Elle montre si une personne est spirituelle ou charnelle. Elle montre également si une personne est en bonne santé, en mauvaise santé, ou bien si elle est effectivement malade. Tout est reflété dans l'aura ; c'est l'indicateur du Sur-moi ou, si vous préférez, de l'âme. Le Sur-moi et l'âme, naturellement, sont la même chose.

Dans cette aura nous pouvons voir la maladie et la santé, le découragement et le succès, l'amour et la haine. Il est peut-être heureux qu'actuellement très peu de gens puissent voir les auras, car de nos jours il semble que ce soit chose commune de profiter des autres, de chercher à avoir le dessus et l'aura trahit chaque pensée, reflétant comme elle le fait les couleurs et les vibrations du Sur-moi. C'est un fait que quand une personne est désespérément malade l'aura commence à s'estomper et que dans certains cas elle disparaît même avant que la personne ne meure. Si une personne a eu une longue maladie, alors l'aura disparaîtra vraiment avant la mort, laissant seulement l'éthérique. D'autre part, une personne qui est tuée accidentellement tandis qu'elle est en bonne santé possède l'aura jusqu'à la mort clinique et pendant quelques moments après.

Ce pourrait être une bonne chose d'insérer ici certaines remarques au sujet de la mort, parce que la mort n'est pas comme l'action de couper le courant ou celle de vider un seau. La mort est plutôt une affaire qui traîne en longueur. Peu importe comment une personne meurt, peu importe même si une personne a été décapitée, la mort ne survient que quelques moments plus tard. Le cerveau, comme nous l'avons vu, est une cellule de stockage engendrant un courant électrique. Le sang fournit les produits chimiques, l'humidité et les minerais métalliques et inévitablement ces ingrédients s'emmagasinent dans les tissus du cerveau. Ainsi le cerveau peut continuer de fonctionner pendant trois à cinq minutes après la mort clinique !

Certaines personnes ont dit que telle ou telle forme d'exécution est instantanée mais c'est, bien sûr, ridicule. Comme nous l'avons dit, même si la tête est complètement coupée du corps le cerveau peut encore fonctionner de trois à cinq minutes. Il existe un cas qui a été certifié et a été soigneusement rapporté aux jours de la Révolution Française. Un soi-disant "traître" avait été décapité et le bourreau attrapa la tête par les cheveux tout en disant : "Ceci est la tête d'un traître". Les gens de l'assistance les exécutions en ces jours-là étaient publiques et aussi jours fériés ! furent effrayés quand les lèvres formèrent les mots silencieux "C'est un mensonge". On peut en fait voir cela dans les archives du Gouvernement Français. N'importe quel docteur ou chirurgien vous diront que si l'alimentation sanguine est interrompue le cerveau se détériore après trois minutes ; c'est pourquoi si le coeur s'arrête il y a de tels efforts désespérés pour redémarrer le flux sanguin. Nous avons fait une digression ici pour montrer que la mort n'est pas instantanée et la disparition de l'aura non plus. C'est un fait médical, en passant, connu des médecins légistes et des pathologistes que le corps meurt à différents rythmes ; le cerveau meurt et puis les organes meurent un par un. Les cheveux et les ongles sont à peu près les derniers à mourir.

Comme le corps ne meurt pas instantanément, des traces de l'aura peuvent s'attarder. C'est ainsi qu'une personne qui est clairvoyante peut voir dans l'aura du défunt pourquoi cette personne a expiré. L'éthérique est d'une nature différente de l'aura et l'éthérique peut continuer pendant quelque temps comme un fantôme à part, spécialement si la personne est morte violemment, soudainement. Une personne en bonne santé qui connaît une mort violente a ses "batteries complètement rechargées" et ainsi l'éthérique est en pleine force. Avec la mort du corps l'éthérique se détache et flotte en s'éloignant. Par attraction magnétique il visitera sans aucun doute ses anciens lieux de prédilection et si une personne clairvoyante est aux alentours ou bien une personne fortement émue (c'est-à-dire qui a ses vibrations accrues), alors cette personne sera capable de voir l'éthérique et s'exclamera "Oh ! Le fantôme d'un tel ou d'une telle !".

L'aura est d'une substance beaucoup plus subtile que l'éthérique qui est comparativement rudimentaire. L'aura, en fait, est tout aussi subtile à l'éthérique que l'éthérique l'est au corps physique. L'éthérique "circule" autour du corps comme un enrobage complet suivant les contours du corps, mais l'aura s'étend pour former une coquille en forme d'oeuf autour du corps (Fig.4). Elle peut avoir, par exemple, sept pieds ou plus (approx. 2.14m) de hauteur et environ quatre pieds (approx. 1.24m) dans sa partie la plus large. Elle s'effile afin que le bout étroit de "l'oeuf" soit en bas, c'est-à-dire là où sont les pieds. L'aura est constituée des radiations en couleurs brillantes partant des divers centres du corps allant vers d'autres centres du corps. Les vieux Chinois avaient l'habitude de dire "qu'une image vaut mille mots". Ainsi, pour nous épargner quelques milliers de mots, nous allons insérer ici dans cette leçon le croquis d'une personne en pied, vue de côté, et sur ce croquis nous allons indiquer les lignes de force de l'aura allant et venant des différents centres et le contour général de la forme de l'oeuf.

 

Untitled4.png

Fig. 4 : Lignes principales de l'aura

 

Nous devons bien faire comprendre également que l'aura existe vraiment même si vous ne pouvez la voir pour le moment. Comme vous le reconnaîtrez, vous ne pouvez voir l'air que vous respirez et nous doutons qu'un poisson puisse voir l'eau dans laquelle il nage ! Ainsi, l'aura est une force vitale réelle. Elle existe même si la plupart des gens non entraînés ne peuvent la voir. Il est possible de voir une aura en utilisant divers équipements. Il y a, par exemple, différents types de lunettes protectrices qui peuvent être utilisées pour les yeux, mais toutes les informations que nous avons pu rassembler sur le sujet indiquent que ces lunettes sont extrêmement dangereuses pour la vue ; elles éprouvent les yeux, elles forcent les yeux à se mouvoir d'une façon contre nature et nous ne pouvons recommander un seul instant ces lunettes qui prétendent permettre à quelqu'un de voir l'aura, ni non plus ces divers écrans consistant en deux plaques de verre séparées par un espace imperméable que l'on remplit d'une teinture spéciale, habituellement très chère. Nous ne pouvons que vous suggérer de pratiquer et pratiquer et alors, avec un peu de foi et un peu d'aide, vous devriez être capable de voir. La plus grosse difficulté pour voir l'aura est que la plupart des gens ne peuvent pas croire qu'ils peuvent la voir !

Comme nous l'avons dit, l'aura est multicolore, mais nous devons faire remarquer que ce que nous désignons comme "les couleurs" est simplement une partie spéciale du spectre. Autrement dit, bien que nous utilisions le mot "couleur" nous pourrions tout aussi bien citer la fréquence de cette onde que nous appelons "rouge" ou "bleu". Le rouge, à propos, est une des couleurs les plus faciles à voir. Le bleu n'est pas si facile. Il y a des gens qui ne peuvent pas voir le bleu, il y en a d'autres qui ne peuvent pas voir le rouge. Si vous êtes en présence d'une personne qui peut voir l'aura, en passant, prenez soin de ne pas dire quelque chose qui ne soit pas vrai, parce que si vous dites un mensonge, la personne qui voit l'aura s'en rendra compte tout de suite ! Normalement, une personne possède un "halo" qui est soit d'une couleur bleuâtre, soit d'une couleur jaunâtre. Si on dit un mensonge, alors une couleur jaune-verdâtre jaillit à travers le halo. C'est une couleur difficile à expliquer, mais une fois qu'on l'a vue, la couleur n'est jamais oubliée. Ainsi, proférer un mensonge équivaut à se trahir immédiatement par ces éclats jaunes-verdâtres qui jaillissent à travers le halo qui se trouve au sommet de l'aura.

On peut dire que l'aura s'étend fondamentalement jusqu'aux yeux et alors vous avez une couche radieuse de jaune ou de bleu qui est le halo ou le nimbe. Puis, dans la partie la plus haute de l'aura, vous avez une sorte de fontaine de lumière qui est connue en Orient comme Le Lotus en Fleurs parce que c'est vraiment ce à quoi elle ressemble. C'est un échange de couleurs et pour un esprit imaginatif, elle fait penser irrésistiblement à l'épanouissement d'un lotus à sept pétales.

Plus la spiritualité d'un être est grande, plus le nimbe ou halo est jaune safran. Si une personne a des pensées douteuses, alors cette portion particulière de l'aura tourne un brun boueux déplaisant, bordé de ce vert-jaunâtre bilieux qui indique le mensonge.

Nous croyons qu'il y a plus de gens qui voient les auras qu'il n'y paraît. Nous croyons que beaucoup de gens voient ou sentent l'aura et ne savent pas ce qu'ils voient. C'est quelque chose d'assez commun pour une personne de dire qu'il lui faut cette couleur-ci ou cette couleur-là, qu'elle ne peut pas porter telle ou telle couleur, parce qu'instinctivement elle pense que ça jurerait avec son aura. Vous pouvez avoir remarqué une personne qui porte des vêtements qui sont franchement parfaitement impossible selon votre estimation personnelle. Vous pouvez ne pas "voir" l'aura, mais vous étant possiblement plus perspicace que votre ami(e) vêtu(e) de façon inappropriée saurez que de telles couleurs jurent complètement avec son aura. Ainsi, de nombreuses personnes sentent, devinent ou sont conscientes de l'aura humaine, mais parce que depuis la petite enfance on leur a appris que de voir ceci ou de voir cela relève de l'absurdité, elles se sont hypnotisées elles-mêmes à croire qu'ELLES ne peuvent possiblement pas voir pareille chose.

C'est également un fait que l'on peut influer sur sa santé en portant des vêtements de certaines couleurs. Si vous portez une couleur qui jure avec votre aura, alors vous vous sentirez sans doute mal à l'aise ou gêné, vous pouvez même être indisposé jusqu'à ce que vous retiriez cette couleur qui ne vous convient pas. Vous pouvez constater qu'une couleur particulière dans une pièce vous irrite ou vous calme. Les couleurs, après tout, sont simplement des noms différents pour les vibrations. Le rouge est une vibration, le vert est une autre vibration et le noir en est encore une autre. De même que la vibration que nous appelons "son" peut heurter et produire la disharmonie, ainsi les vibrations "silencieuses" que nous appelons les couleurs se heurtent et provoquent une disharmonie Spirituelle.

 

LEÇON CINQ

Les Couleurs de l'Aura.

 

Chaque note de musique est une combinaison de vibrations harmoniques qui dépend du fait d'être compatible avec ses voisines. Tout MANQUE de compatibilité donne une note "aigre", une note qui n'est pas plaisante à entendre. Les musiciens s'efforcent de ne produire que des notes qui plaisent.

Comme il en va en musique, ainsi en va-t-il pour les couleurs, car les couleurs sont aussi des vibrations, même si elles sont sur une partie légèrement différente du "Spectre de perception Humaine". On peut posséder des couleurs pures, des couleurs qui plaisent et élèvent une personne. Ou bien on peut posséder des couleurs qui se heurtent, qui agacent les nerfs. Dans l'aura humaine il y a beaucoup beaucoup de couleurs différentes et de nuances de couleurs. Certaines d'entres elles sont au-delà du champ visuel de l'observateur NON ENTRAÎNÉ et c'est ainsi que pour ces couleurs nous n'avons pas de noms universellement acceptés.

Il existe, comme vous le savez, un sifflet de chien "silencieux". C'est-à-dire qu'il résonne sur une bande de vibrations imperceptibles pour l'oreille humaine, mais que le chien peut entendre. À l'autre bout de l'échelle, un humain peut entendre des sons plus graves qu'un chien ne le peut ; les sons bas sont inaudibles pour les chiens. Supposons que nous haussions la portée de perception de l'oreille humaine alors nous entendrons tout comme le chien et pourrons entendre les notes hautes du sifflet de chien. Ainsi, si nous arrivons à élever ou hausser notre champ de vision, nous devrions être capable de voir l'aura humaine. Cependant, à moins que nous ne procédions avec prudence, nous pourrons perdre alors la capacité de voir le noir ou le violet foncé !

Il serait peu raisonnable d'énumérer d'innombrables couleurs. Nous traiterons donc seulement des couleurs les plus communes, les plus fortes. Les couleurs de base changent suivant les progrès de la personne dont on contemple l'aura. À mesure qu'une personne améliore sa spiritualité, les couleurs s'améliorent aussi. Si une personne est assez malchanceuse pour glisser en arrière sur l'échelle du progrès, alors ses couleurs de base peuvent s'altérer complètement ou changer de ton. Les couleurs de base (que nous mentionnons ci-dessous) montrent le "fond" de la personne. Les innombrables nuances pastel indiquent les pensées et les intentions aussi bien que le degré de spiritualité. L'aura tourbillonne et coule comme un arc-en-ciel particulièrement complexe. Les couleurs courent autour du corps en spirales croissantes et ruissellent aussi de la tête aux pieds. Mais ces couleurs sont beaucoup plus nombreuses que celles qui peuvent apparaître dans un arc-en-ciel ; un arc-en-ciel est simplement la réfraction de cristaux d'eau de choses simples l'aura est la vie-même.

Voici quelques notes sur un très petit nombre de couleurs, "très petit" parce que ça ne servirait à rien de traiter des autres tant que vous n'aurez pu voir celles énumérées !

 

ROUGE. Dans sa bonne forme le rouge indique une force motrice saine. Les bons Généraux et les meneurs d'hommes ont beaucoup de rouge clair dans leur aura. Une forme de rouge particulièrement clair avec des bords de jaune clair indique une personne qui est "un Croisé" — quelqu'un qui s'efforce toujours de venir en aide aux autres. À ne PAS confondre avec la personne qui cherche à se mêler de tout ; son "rouge" sera plutôt "brun"! Des bandes ou des flashes de couleur rouge clair émanant d'un organe indiquent que l'organe est en excellente santé. Certains dirigeants mondiaux ont beaucoup de rouge clair dans leur constitution. Malheureusement, dans trop de cas, il est contaminé par des nuances dégradantes.

Un mauvais rouge, un rouge boueux ou trop sombre, indique un caractère mauvais ou vicieux. La personne est peu fiable, querelleuse, fourbe, cherche à profiter des autres. Les rouges ternes révèlent invariablement l'excitation nerveuse. Une personne avec un "mauvais" rouge peut être physiquement forte. Malheureusement, elle sera aussi fort malfaisante. Les assassins ont toujours du rouge dégradé dans leurs auras. Plus le rouge est pâle (PÂLE, non pas "plus clair") plus la personne est nerveuse et instable. Une telle personne est très active — avec excès même — et ne peut rester tranquille pour plus de quelques secondes à la fois. Évidemment une telle personne est vraiment très égocentrique. Les rouges autour des organes indiquent leur état. Un rouge terne, rouge-brunâtre même, palpitant lentement au-dessus de l'emplacement d'un organe indique le cancer. On peut dire si le cancer est là OU S'IL EST NAISSANT ! L'aura indique quelles maladies vont affliger le corps plus tard à moins que des mesures curatives ne soient prises. Ceci deviendra l'un des plus grands usages de la "Thérapie de l'Aura" dans les années à venir.

Un rouge tacheté projetant des éclairs à partir des mâchoires indique un mal de dent ; un brun morne palpitant régulièrement dans le halo indique la peur à la pensée d'une visite chez le dentiste. L'Écarlate est généralement "porté" par ceux qui sont trop sûrs d'eux-mêmes ; il indique qu'une personne est très imbue d'elle-même. C'est la couleur du faux orgueil — l'orgueil sans fondement. Mais l'Écarlate apparaît aussi très nettement autour des hanches de ces dames qui vendent "l'amour" pour espèce sonnante et trébuchante ! Elles sont en effet des "Femmes Écarlates" ! De telles femmes ne sont habituellement pas intéressées par l'acte sexuel comme tel ; pour elles ce n'est qu'un moyen de gagner leur vie. Ainsi, le vaniteux et la prostituée partagent les mêmes couleurs dans l'aura. Ça vaut la peine de réfléchir aux anciennes expressions telles que "une femme écarlate", "avoir les bleus", "rouge de colère", "une humeur noire" et "vert d'envie" qui indiquent vraiment précisément l'aura de la personne affligée d'une telle humeur ! Les peuples qui ont produit ces adages voyaient manifestement l'aura, consciemment ou non.

Toujours dans le groupe des "rouges" — le rose (plutôt une teinte corail) démontre l'immaturité. Les adolescents montrent du rose au lieu de n'importe quel autre rouge. Dans le cas d'un adulte, le rose est un indicateur d'enfantillage et d'insécurité. Un rouge-brun, quelque chose comme le foie cru, indique une personne vraiment très méchante. Cette personne devrait être évitée, car elle causera des ennuis. Quand il est vu au-dessus d'un organe, il montre que l'organe est vraiment très malade et que la personne qui a cette couleur au-dessus d'un organe vital va mourir bientôt.

Toutes les personnes qui ont du ROUGE à l'extrémité du sternum sont malades des nerfs. Elles devraient apprendre à contrôler leurs activités et vivre plus calmement si elles veulent vivre longtemps et heureusement.

 

ORANGE. L'orange est en réalité une branche du rouge, mais nous lui ferons la faveur de lui donner sa propre classification parce que certaines religions de l'Extrême-Orient considéraient l'orange comme la couleur du soleil et lui rendaient hommage. C'est pourquoi il y a autant de couleur orange en Extrême-Orient. D'autre part, simplement pour vous montrer les deux côtés de la médaille, d'autres religions étaient cependant convaincues que le bleu était la couleur du soleil. L'opinion à laquelle vous souscrivez n'a pas d'importance ; l'orange est essentiellement une bonne couleur et les gens avec une nuance appropriée d'orange dans leur aura sont ceux qui montrent beaucoup de considération pour les autres, qui sont humanitaires, des gens qui font de leur mieux pour aider ceux qui ne sont pas aussi favorablement dotés. Un jaune-orange doit être recherché parce qu'il dénote la maîtrise de soi et a de nombreuses vertus.

L'orange-brunâtre indique un paresseux réprimé qui "se moque de tout"! Un orange-brunâtre indique également des ennuis de reins. S'il est situé au-dessus des reins et a une tache floue grise déchiquetée, il indique la présence de calculs rénaux.

Un orange teinté de vert indique une personne qui aime se disputer juste pour le plaisir de la dispute et lorsque vous progresserez au point de pouvoir voir les nuances des nuances dans les couleurs, vous serez sage d'éviter d'argumenter avec ceux qui ont du vert dans leur orangé, car pour eux tout est "noir et blanc". Ils manquent d'imagination, ils manquent de perception et de perspicacité pour pouvoir se rendre compte qu'il existe des nuances de connaissances, des nuances d'avis et des nuances de couleurs. La personne affligée d'un orange-verdâtre discute interminablement pour le seul plaisir d'argumenter et sans réellement se soucier si ses arguments sont vrais ou faux ; pour de telles personnes, tout est dans l'argument.

 

JAUNE. Un jaune doré indique que son possesseur est d'une nature très spirituelle. Tous les grands saints ont eu un halo d'or autour de leur tête. Plus la spiritualité est grande, plus éclatant est le jaune or. Faisant une digression, nous nous permettons d'ajouter ici que ceux dont la spiritualité est du plus haut degré possèdent également de l'indigo ; mais nous sommes en train de traiter du jaune ! Ceux qui ont du jaune dans l'aura sont toujours en bonne santé spirituelle et morale. Ils sont bien sur le Chemin et selon la nuance exacte du jaune, ils n'ont pas beaucoup à craindre. On peut avoir entièrement confiance en une personne qui a un jaune vif dans l'aura. Une personne avec un jaune dégradé (la couleur d'un mauvais fromage Cheddar !) est d'une nature lâche et c'est pourquoi les gens disent : "Oh, il est jaune !". Il était autrefois beaucoup plus commun qu'une personne puisse voir l'aura et vraisemblablement la plupart de ces expressions sont entrées dans les différentes langues à ce moment-là. Mais un mauvais jaune montre une mauvaise personne, une qui a réellement peur de tout. Un jaune-rougeâtre n'est pas favorable du tout parce qu'il indique une timidité mentale, morale et physique et avec ça un manque absolu de perspectives spirituelles et de convictions. Les gens avec un jaune-rougeâtre vont passer d'une religion à l'autre, recherchant toujours quelque chose qui ne peut être obtenu en cinq minutes. Ils manquent d'endurance, ils ne peuvent rester fidèles à une chose sinon pour quelques brefs moments. Une personne qui a un rouge-jaune et un brun-rouge dans l'aura est toujours en train de courir après le sexe opposé en vain ! Il est intéressant de noter que si une personne aux cheveux roux (ou gingembre) a du rouge-jaune dans son aura, cette personne sera très batailleuse, très offensive et très facilement amenée à interpréter toute observation qui lui est faite comme un affront personnel. Ceci s'applique particulièrement aux personnes qui ont les cheveux roux et la peau rougeâtre, avec possiblement des tâches de rousseur. Certains des jaunes les plus rouges indiquent que la personne possédant ces nuances a un grand complexe d'infériorité. Plus le rouge dans le jaune est rouge, plus grand est le degré d'infériorité. Un jaune-brunâtre révèle des pensées très impures et un pauvre développement spirituel. Il est probable que la plupart des gens savent ce que sont les Quartiers Malfamés, ces vallées où tous les ivrognes, les bons à rien et les clochards finissent par dériver sur cette Terre. Plusieurs personnes de ces catégories, ou conditions, ont ce rouge-brun jaune et si elles sont particulièrement mauvaises, elles ont une forme déplaisante de vert lime mouchetant l'aura. Ces gens peuvent rarement être sauvés de leur propre folie.

Un jaune-brunâtre indique des pensées impures et que la personne concernée ne s'en tient pas toujours à la voie droite et étroite. En ce qui concerne la santé, un jaune-vert révèle des affections du foie. Lorsque le jaune-verdâtre tourne au jaune-rougeâtre-brunâtre il indique que les affections sont plus dans la nature des maladies sociales. Une personne avec une maladie sociale a invariablement une bande brune foncée, jaune foncée autour des hanches. Elle est souvent tachetée avec ce qui ressemble à de la poussière rouge. Avec le brun devenant de plus en plus prononcé dans le jaune et montrant possiblement des bandes déchiquetées, cela indique des afflictions mentales. Une personne qui a une double personnalité (au sens psychiatrique) aura souvent une moitié de son aura d'un jaune-bleuâtre et l'autre moitié d'un jaune-brunâtre ou verdâtre. C'est une combinaison absolument déplaisante.

Le jaune d'or pur avec lequel nous avons commencé cette catégorie de "Jaune" devrait toujours être cultivé. Il peut être obtenu en gardant nos pensées et nos intentions pures. Chacun de nous doit passer par le jaune éclatant avant d'espérer progresser sur le chemin de l'évolution.

 

VERT. Le vert est la couleur de la guérison, la couleur de l'enseignement et la couleur de la croissance physique. Les grands médecins et chirurgiens ont beaucoup de vert dans leur aura ; ils ont aussi beaucoup de rouge et, assez curieusement, les deux couleurs se mêlent le plus harmonieusement et il n'y a pas de discorde entre elles. Le rouge et le vert quand ils sont vus ensemble dans la matière se heurtent souvent et choquent, mais quand ils sont vus dans l'aura, ils plaisent. Le vert avec un rouge approprié indique un brillant chirurgien, un homme des plus compétents. Le vert seul, sans le rouge, indique un médecin des plus éminents, un qui connaît sa profession, ou encore il peut indiquer une infirmière dont la vocation est à la fois sa carrière et son amour. Le vert mélangé à un bleu approprié indique le succès dans l'enseignement. Certains des plus grands professeurs avaient du vert dans leurs auras et des bandes, ou striations, de bleu tourbillonnant, une sorte de bleu électrique et souvent entre le bleu et le vert, il y avait d'étroites bandes de jaune doré qui indiquaient que le professeur était quelqu'un qui avait le bien-être de ses étudiants à coeur et avait les hautes perceptions spirituelles nécessaires pour enseigner les meilleurs sujets.

Tous ceux qui sont concernés par la santé des gens et des animaux ont beaucoup de vert dans leur composition aurique. Ils peuvent ne pas être chirurgiens ou docteurs de haut rang, mais tous les gens, peu importe qui ils sont, s'ils s'occupent de la santé soit des animaux, des humains ou des plantes, ont tous une certaine quantité de vert dans leur aura. Il semble que ce soit presque l'insigne de leur profession ! Le vert n'est pas une couleur dominante, cependant, elle est presque toujours subordonnée à une autre couleur. C'est une couleur utile et elle indique que la personne qui a beaucoup de vert dans son aura est de nature amicale, compatissante, attentionnée. Si la personne a un vert-jaunâtre, toutefois, on ne peut pas avoir confiance en elle et plus un jaune déplaisant est mélangé à un vert déplaisant, plus elle est indigne de confiance, moins on peut compter sur elle. Les escrocs qui jouent sur la confiance des gens ont un jaune-vert le type de personne qui parle gentiment à quelqu'un et puis l'escroque de son argent une sorte de vert citron auquel s'ajoute leur jaune. Au fur et à mesure que le vert tourne au bleu généralement un agréable bleu ciel ou un bleu électrique plus cette personne est digne de confiance.

 

BLEU. Cette couleur est souvent mentionnée comme la couleur du monde spirituel. Elle montre aussi la capacité intellectuelle indépendamment de la spiritualité, mais bien sûr elle doit être de la nuance voulue de bleu ; avec la nuance correcte c'est vraiment une couleur très favorable. L'éthérique est d'une teinte bleuâtre, un bleu quelque peu semblable à celui de la fumée de cigarette non inhalée, ou au bleu d'un feu de bois. Plus le bleu est brillant, plus la personne est saine et vigoureuse. Le bleu pâle est la couleur d'une personne qui hésite beaucoup, une personne qui ne peut pas se décider, une personne qui doit être poussée pour pouvoir obtenir d'elle une quelconque décision valable. Un bleu plus sombre est celui d'une personne qui fait des progrès, une personne qui essaie. Si le bleu est plus sombre encore, il montre une personne qui est passionnée pour les tâches de la vie et qui en tire satisfaction. On trouve souvent ces bleus plus sombres chez les missionnaires qui sont missionnaires parce qu'ils ont définitivement reçu "Un Appel". On ne le trouve pas chez les missionnaires qui désirent simplement un travail pour voyager peut-être autour du monde toutes dépenses payées. On peut toujours juger d'une personne par la vigueur du jaune et l'obscurité du bleu.

 

INDIGO. Nous allons classer l'indigo et le violet sous la même rubrique parce que l'un se fond imperceptiblement dans l'autre et que c'est vraiment un cas de l'un dépendant tout à fait de l'autre. Les gens montrant de l'indigo dans une nette mesure dans leur aura sont des gens de profondes convictions religieuses et pas simplement ceux qui prétendent être religieux. Il y a une très grande différence ; certaines personnes disent qu'elles sont religieuses, certaines personnes croient qu'elles sont religieuses, mais jusqu'à ce que l'on puisse en réalité voir l'aura, on ne peut en être sûr ; l'indigo le prouve définitivement. Si une personne a une teinte rosée dans l'indigo, le possesseur d'une aura ainsi marquée sera susceptible et déplaisant, particulièrement avec ceux qui sont sous le contrôle de la personne affligée. La teinte rosâtre dans l'indigo est une touche dégradante ; elle prive l'aura de sa pureté. À propos, les gens avec de l'indigo ou du violet ou du pourpre dans leurs auras souffrent de problème cardiaque et de désordres d'estomac. Elles font partie de la catégorie de gens qui ne devraient pas manger de fritures ni beaucoup d'aliments gras.

 

GRIS. Le gris est un modificateur des couleurs de l'aura. Il ne signifie rien en lui-même à moins que la personne soit très peu évoluée. Si la personne que vous regardez est non évoluée, il y aura alors de grandes bandes et des taches de gris ; mais normalement vous n'aurez pas à regarder le corps nu d'une personne non évoluée. Le gris dans une couleur montre une faiblesse de caractère et une pauvreté générale de santé. Si une personne a des bandes grises au-dessus d'un organe particulier, cela indique que cet organe est en danger de tomber malade, EST EN TRAIN de tomber malade et des soins médicaux doivent être recherchés immédiatement. Une personne qui a un mal de tête sourd et lancinant aura un nuage fumeux gris traversant son halo ou nimbe et peu importe la couleur du halo, des bandes grises le traverseront en vibrant au rythme des élancements du mal de tête.

 

LEÇON SIX

À ce stade il sera évident que tout ce qui est est une vibration. Ainsi, d'un bout à l'autre de l'existence entière il y a ce que l'on pourrait appeler un gigantesque clavier formé de toutes les vibrations qui puissent jamais exister. Imaginons que c'est le clavier d'un immense piano qui s'étend sur une distance illimitée. Imaginons, si vous voulez, que nous sommes des fourmis et que nous pouvons voir seulement quelques-unes des notes. Les vibrations correspondront aux différentes touches du piano. Une note, ou touche, couvrirait les vibrations que nous appelons "le toucher", la vibration qui est si lente, si "solide" que nous la sentons au lieu de l'entendre ou de la voir. (Fig.5).

 

Untitled5.png

Fig. 5 : Le clavier symbolique

 

La note suivante sera le son. C'est-à-dire, la note couvrira ces vibrations qui activent le mécanisme à l'intérieur de nos oreilles. Nous pouvons ne pas sentir ces vibrations avec nos doigts, mais nos oreilles nous disent qu'il y a "un son". Nous ne pouvons pas entendre une chose qui peut être sentie, ni ne pouvons sentir une chose qui peut être entendue. Ainsi nous avons couvert deux notes sur le clavier de notre piano.

La suivante sera la vue. Ici encore, nous avons une vibration d'une telle fréquence (c'est-à-dire qui vibre si rapidement) que nous ne pouvons la sentir ni ne pouvons l'entendre, mais elle affecte nos yeux ; nous l'appelons "la vue".

Interpénétrant ces trois "notes" il y en a très peu d'autres, comme par exemple cette fréquence, ou bande de fréquences, que nous appelons "la radio". Une note plus haute et nous obtenons la télépathie, la clairvoyance et de semblables manifestations ou pouvoirs. Mais le point essentiel est que de la bande réellement immense de fréquences, ou vibrations, l'Homme ne peut percevoir qu'une bande très très limitée.

Cependant, la vue et le son sont étroitement liés. Nous pouvons avoir une couleur et dire qu'elle a une note musicale parce qu'il y a certains instruments électroniques qui ont été fabriqués qui joueront une note particulière si une couleur est insérée sous le scanner. Si vous trouvez cela difficile à comprendre, considérez ceci ; les ondes radio, c'est-à-dire la musique, la parole et même les images, sont autour de nous en tout temps, elles sont avec nous dans la maison, où que nous allions, quoi que nous fassions. Nous sans aide ne pouvons entendre ces ondes de radio, mais si nous avons un appareil spécial que nous appelons un poste de radio qui ralentit les ondes ou, si vous préférez, convertit les fréquences radio en fréquences audio, alors nous pouvons entendre le programme radio originellement diffusé ou voir les images de la télévision. De façon à peu près semblable nous pouvons prendre un son et dire qu'il y a une couleur qui lui correspond, ou bien nous pouvons avoir une couleur et dire de cette couleur particulière qu'elle a un son musical. Ceci, naturellement, est chose bien connue en Orient et nous considérons que cela accroît l'appréciation de l'art, par exemple, si l'on peut regarder un tableau et imaginer l'accord qui résulterait de ces couleurs si on les mettait en musique.

Chacun est, bien entendu, au courant que Mars est également connue comme la Planète Rouge. Mars est la planète du rouge et une certaine nuance de rouge le rouge fondamental a un son musical qui correspond à la note "do".

L'orange, qui fait partie du rouge, correspond à la note "ré". Certaines croyances religieuses déclarent que l'orange est la couleur du Soleil, alors que d'autres religions sont d'avis que le bleu devrait être la couleur du Soleil. Nous préférons déclarer que nous tenons l'orange pour être la couleur du Soleil.

Le jaune correspond au "mi" et la Planète Mercure est la "Souveraine du jaune". Tout ceci, bien sûr, remonte à l'ancienne mythologie Orientale ; tout comme les Grecs avaient leurs Dieux et leurs Déesses qui faisaient la course à travers les cieux dans leurs chars de feu, les peuples d'Orient avaient tout autant leurs mythes et leurs légendes, mais ils attribuèrent des couleurs aux planètes et dirent que telle ou telle couleur était gouvernée par telle ou telle planète.

Le vert a une note musicale correspondant au "fa". C'est la couleur de la croissance et certaines personnes affirment que les plantes peuvent être stimulées par les notes de musique qui leur conviennent. Quoique nous n'ayons aucune expérience personnelle sur ce point particulier, nous avons reçu à ce sujet des informations venant d'une source absolument fiable. Saturne est la planète contrôlant la couleur verte. Il peut être intéressant de spécifier que les Anciens ont fait dériver ces couleurs des sensations qu'ils recevaient lorsqu'ils contemplaient une certaine planète quand ils méditaient. Beaucoup d'Anciens allaient méditer dans les parties les plus hautes de la Terre, dans les hautes cimes de l'Himalaya, par exemple, et quand on se trouve à quinze mille pieds ou environ (approx. 4 600 m) au-dessus de la surface de la terre, une quantité vraiment considérable d'air est laissée derrière et les planètes peuvent être vues plus clairement, les perceptions sont plus aiguës. C'est ainsi que les Sages de Jadis ont fixé les règles des couleurs des planètes.

Le bleu a la note du "sol". Comme nous l'avons mentionné précédemment, certaines religions considèrent le bleu comme la couleur du Soleil, mais nous travaillons dans la tradition Orientale et nous allons présumer que le bleu est sous le couvert de la Planète Jupiter.

L'indigo est le "la" sur l'échelle musicale et en Orient on le dit gouverné par Vénus. Dans son aspect favorable, c'est-à-dire quand elle confère des avantages à une personne, Vénus donne le talent artistique et la pureté de pensée. Elle donne le meilleur type de caractère. C'est seulement quand elle est liée à des personnes aux vibrations inférieures que Vénus mène à divers excès. Le violet correspond à la note musicale "si" et est gouverné par la Lune. Ici encore si nous avons une personne bien configurée, la Lune, ou le violet, donne la clarté de pensée, la spiritualité et l'imagination contrôlée. Mes si les aspects sont pauvres alors, bien sûr, il y a troubles psychiques ou même "démence".

À l'extérieur de l'aura il y a un fourreau qui entoure complètement le corps humain, l'éthérique et l'aura elle-même. C'est comme si l'assemblage entier de l'entité humaine, avec le corps humain au centre, puis l'éthérique et puis l'aura, est tout enfermé dans un sac ! Imaginez la chose comme ceci : nous avons un oeuf ordinaire de poule. À l'intérieur il y a le jaune correspondant au corps humain, c'est-à-dire le corps physique. Au-delà du jaune nous avons le blanc de l'oeuf lequel, dirons-nous, représente l'éthérique et l'aura. Mais aussi, à l'extérieur du blanc de l'oeuf, entre le blanc et la coquille, il y a une peau très fine mais une peau vraiment très résistante également. Lorsque vous faites bouillir un oeuf et vous débarrassez de la coquille, vous pouvez peler cette peau ; l'assemblage humain est comme cela. Il est tout emballé dans un enrobage semblable à cette peau. Cette peau est complètement transparente et sous l'impact des remous ou des secousses dans l'aura elle ondule quelque peu, mais elle essaie toujours de regagner sa forme d'oeuf, un peu comme un ballon qui essaie toujours de regagner sa forme parce que la pression intérieure est plus grande que la pression extérieure. Vous serez capable de mieux visualiser le tout si vous imaginez le corps, l'éthérique et l'aura contenus à l'intérieur d'un sac de cellophane extrêmement mince de forme ovoïde. (Fig. 6)

 

Untitled6.png

Fig. 6 : Le Fourreau Aurique

 

Lorsque l'on pense, on projette depuis le cerveau à travers l'éthérique, à travers l'aura et jusqu'à la peau aurique. Ici, sur la surface externe de cette enveloppe, l'on obtient les images des pensées. Comme pour tant d'autres cas, ceci est un autre exemple correspondant à la radio ou la télévision. Dans le col d'un tube de télévision il y a ce qui est connu comme un "canon à électrons" qui projette des électrons se mouvant à très grande vitesse sur un écran fluorescent qui est l'écran d'observation la partie que vous regardez. À mesure que les électrons entrent en collision sur un revêtement spécial à l'intérieur de l'écran de télévision, la chose devient fluorescente, c'est-à-dire qu'il y a un point de lumière qui persiste assez longtemps pour que les yeux puissent transporter par "mémoire résiduelle" l'image là où était le point de lumière. Ainsi l'oeil humain finit par voir l'image entière sur l'écran de télévision. Tandis que l'image de l'émetteur varie, celle que vous voyez sur l'écran de la télévision varie aussi. De façon très semblable les pensées partent de notre émetteur, c'est-à-dire le cerveau, et atteignent ce fourreau couvrant l'aura. Ici les pensées semblent se heurter et forment des images qu'un clairvoyant peut voir. Mais nous ne voyons pas seulement les images des pensées présentes, nous pouvons également voir ce qui a été !

Il est aisément possible pour un Adepte de regarder une personne et de voir effectivement sur la couverture externe de l'aura certaines des choses que le sujet a faites pendant ses deux ou trois dernières vies. Cela peut paraître fantastique au non initié, mais c'est néanmoins parfaitement exact.

La matière ne peut pas être détruite. Tout ce qui est existe toujours. Si vous émettez un son, la vibration de ce son l'énergie qu'il provoque continue pour toujours. Si, par exemple, vous pouviez aller instantanément de cette Terre sur une planète très très lointaine, vous verriez (à condition d'avoir les instruments appropriés) des images de ce qui s'est passé des milliers et des milliers d'années auparavant. La lumière a une vitesse définie et la lumière ne s'éteint pas, ce qui fait que si vous vous trouviez suffisamment loin de la Terre (instantanément) vous seriez capable de voir la création de la Terre ! Mais ceci nous emporte loin du sujet en cours de discussion. Nous voulons établir que le sub-conscient, quand il n'est pas contrôlé par le conscient, peut projeter des images de choses au-delà de la portée actuelle du conscient. Ainsi, une personne qui possède de bons pouvoirs de clairvoyance peut facilement voir quel genre de personne se trouve en face d'elle. C'est une forme avancée de la psychométrie ; c'est ce que l'on pourrait appeler la "psychométrie visuelle". Nous traiterons de la psychométrie plus tard.

Toute personne ayant un minimum de perception ou de sensibilité peut sentir une aura, même si elle ne la voit pas en réalité. Combien de fois avez-vous été attiré instantanément ou repoussé instantanément par une personne quand vous ne lui avez même pas parlé ? La perception inconsciente de l'aura explique les sympathies et les antipathies d'une personne. Jadis, tous les peuples pouvaient voir l'aura, mais à la suite d'abus de toutes sortes, ils ont perdu le pouvoir. Au cours des quelques prochains siècles à venir, les gens vont être capables une fois de plus d'utiliser la télépathie, la clairvoyance, etc.

Allons plus loin dans cette affaire de sympathies et d'antipathies : chaque aura est composée de plusieurs couleurs et plusieurs striations de couleurs. Il est nécessaire que les couleurs et les striations s'assortissent avant que deux personnes puissent être compatibles. Il est très fréquent qu'un mari et sa femme soient très compatibles dans un ou deux domaines et complètement incompatibles dans d'autres. C'est parce que la forme particulière d'onde d'une aura touche seulement en certains points définis la forme d'onde de l'aura du partenaire et que sur ces points il y a entente complète et compatibilité complète. Nous disons, par exemple, que deux personnes sont aux antipodes et c'est définitivement le cas quand elles sont incompatibles. Si vous préférez, on peut dire que les personnes compatibles ont des couleurs auriques qui se marient et s'harmonisent, tandis que celles qui sont incompatibles ont des couleurs qui jurent et peuvent même être vraiment pénibles à regarder.

Les gens appartiennent à certains types. Ils ont des fréquences communes. Les gens d'un "même" type vont partout ensemble. Vous pouvez avoir une bande de jeunes filles sortant ensemble, ou un groupe entier de jeunes hommes traînant aux coins des rues ou formant des gangs. C'est parce que tous ces gens ont une fréquence commune ou des types communs d'aura ; ils dépendent les uns des autres, ils ont une attraction magnétique les uns pour les autres et la personne la plus forte du groupe dominera toutes les autres et les influencera pour le bien ou pour le mal. Les jeunes gens devraient être formés par la discipline et l'autodiscipline à contrôler leur impulsions les plus élémentaires afin que la race dans son ensemble puisse être améliorée.

Comme déjà établi, un humain est centré à l'intérieur d'un enrobage en forme d'oeuf centré à l'intérieur de l'aura, et c'est la position normale pour la plupart des gens, la personne moyenne, en santé. Quand une personne a une maladie mentale, elle n'est pas centrée correctement. Plusieurs personnes ont dit "Je me sens en dehors de moi-même aujourd'hui". Cela peut bien être le cas, la personne peut bien saillir à un certain angle à l'intérieur de l'ovoïde. Les gens qui ont une double personnalité sont complètement différents de la moyenne ; ils peuvent avoir la moitié de leur aura d'une couleur et l'autre moitié d'une couleur complètement différente. Ils peuvent si leur dédoublement de la personnalité est prononcé — avoir une aura qui n'a pas simplement la forme d'un oeuf, mais qui a deux oeufs joints ensemble à un angle l'un de l'autre. La maladie mentale ne devrait pas être traitée tant à la légère. Le traitement par électrochoc peut être une chose très dangereuse parce qu'il peut chasser l'astral (nous traiterons de cela plus tard) carrément hors du corps. Mais dans l'ensemble, le traitement par électrochoc est conçu (consciemment ou inconsciemment !) pour secouer les deux "oeufs" en un seul. Souvent ça ne fait que "brûler" des modèles neuraux dans le cerveau.

Nous sommes nés avec certains potentiels, certaines limites quant à la coloration de nos auras, la fréquence de nos vibrations et d'autres choses et il est ainsi possible pour une personne résolue, bien intentionnée, de transformer son aura pour le meilleur. Hélas, il est beaucoup plus facile de la modifier pour le pire ! Socrate, pour prendre un exemple, savait qu'il serait un bon meurtrier, mais il n'entendait pas céder aux coups du destin et ainsi il prit des mesures pour changer le cours de sa vie. Au lieu de devenir un meurtrier, Socrate est devenu le plus grand sage de son temps. Nous pouvons tous, si nous le voulons, élever nos pensées à un plus haut niveau et améliorer ainsi nos auras. Une personne qui a un rouge coloré d'un brun boueux, ce qui dénote une sexualité excessive, peut augmenter le taux de vibration du rouge en sublimant ses désirs sexuels et devenir ainsi quelqu'un avec des besoins beaucoup plus constructifs, quelqu'un qui fait son chemin dans la vie.

L'aura disparaît juste après la mort, mais l'éthérique peut continuer pour encore un assez long temps ; cela dépend de l'état de santé de son ancien possesseur. L'éthérique peut devenir le fantôme stupide qui effectue des apparitions insensées. Plusieurs personnes dans les zones de campagne ont vu une forme lumineuse bleuâtre au-dessus des tombes de ceux qui viennent d'être enterrés. Cette lueur est particulièrement visible la nuit. Ce n'est, bien sûr, que l'éthérique qui se dissipe en quittant le corps en décomposition.

Dans l'aura, des vibrations basses donnent des couleurs boueuses, mornes, des couleurs qui donnent la nausée plutôt que d'attirer. Plus hautes deviennent les vibrations d'une personne, plus pures et plus brillantes deviennent les couleurs de l'aura, non pas brillantes dans un sens criard, mais dans le meilleur, le plus spirituel des sens. On peut seulement dire que les couleurs pures sont "exquises" alors que les couleurs boueuses sont répugnantes. Une bonne action égaie l'attitude d'une personne en faisant briller ses couleurs auriques. Une mauvaise action nous donne "les bleus" ou nous rend d'une humeur "noire". Les bonnes actions venir en aide aux autres nous font voir le monde à travers "des lunettes teintées de rose".

Il est nécessaire de garder constamment à l'esprit que la couleur est l'indicateur principal des potentialités d'une personne. Les couleurs changent, bien sûr, avec les humeurs, mais les couleurs de base ne changent pas à moins que la personne n'améliore (ou ne détériore) son caractère. Vous pouvez vous dire que les couleurs de base restent les mêmes, mais que les couleurs transitoires fluctuent et varient selon l'humeur. Quand vous regardez les couleurs de l'aura d'une personne vous devez vous demander :

 

1. Quelle est la couleur ?

2. Est-elle claire ou boueuse ; jusqu'à quel point puis-je voir clairement à travers ?

3. Est-ce qu'elle tourbillonne au-dessus de certaines parties ou est-elle localisée presque en permanence au-dessus d'un endroit ?

4. Est-ce que c'est une bande continue de couleurs qui maintient sa forme et son aspect, ou bien est-ce qu'elle fluctue et a d'abruptes sommets et de profondes vallées ?

5. Nous devons aussi nous assurer que nous ne préjugeons pas d'une personne parce que c'est chose très facile de regarder une aura et d'imaginer que l'on voit une couleur boueuse alors qu'en réalité elle ne l'est pas du tout. Ce sont peut-être nos propres mauvaises pensées qui font apparaître une couleur boueuse car, souvenez-vous, en regardant l'aura d'une autre personne, il nous faut d'abord regarder à travers notre propre aura !

 

Il y a un rapport entre les rythmes musicaux et mentaux. Le cerveau humain est une masse de vibrations avec des impulsions électriques irradiant de chacune de ses parties. Un humain émet une note musicale qui dépend du taux de vibrations de cet humain. Tout comme on peut s'approcher d'une ruche et entendre le bourdonnement d'une multitude d'abeilles, ainsi une autre créature pourrait peut-être entendre les humains. Chaque être humain a sa propre note de base qui est constamment émise à peu près de la même façon qu'un fil téléphonique émet une note au vent. De plus, la musique populaire est telle qu'elle est en accord avec la formation d'ondes du cerveau, elle est en accord avec l'harmonique de la vibration corporelle. Vous aurez un "air à succès" que tout le monde se mettra à fredonner et à siffler. Les gens disent qu'ils ont "tel ou tel air" qui leur trotte constamment dans la tête. Les airs à succès sont ceux qui se saisissent des ondes cervicales humaines pendant un certain temps avant que leur énergie de base ne soit dissipée.

La musique classique est d'une nature plus permanente. C'est une musique qui fait vibrer plaisamment notre formation d'ondes auditives qui se trouvent en accord avec la musique classique. Si les dirigeants d'une nation veulent soulever leurs partisans, ils doivent composer, ou faire composer, une forme spéciale de musique appelée un hymne national. On entend l'hymne national et on se sent gonflé par toutes sortes d'émotions ; on se tient alors tout droit et l'on pense tendrement à sa patrie, ou bien l'on a des pensées farouches pour les autres pays. C'est simplement parce que les vibrations que nous appelons le son ont fait réagir nos vibrations mentales d'une certaine façon. Ainsi, il est possible de "pré-ordonner" certaines réactions chez un être humain en lui jouant certains genres de musique.

Une personne qui réfléchit à fond, celle qui a de hauts sommets et des creux profonds à sa forme d'ondes cérébrales, aime la musique du même type, c'est-à-dire une musique qui a de hauts sommets et une forme d'ondes profondes. Mais une personne à l'esprit dispersé préfère une musique désorganisée, une musique du genre tintamarre qui, sur un graphique, serait représentée plus ou moins correctement par un simple gribouillis.

Plusieurs de nos plus grands musiciens sont de ceux qui, consciemment ou subconsciemment, peuvent voyager astralement et qui vont dans les royaumes au-delà de la mort. Ils entendent "la musique des sphères". Étant musiciens, cette musique céleste fait une énorme impression sur eux, elle reste gravée dans leur mémoire pour que, quand ils reviennent sur Terre, ils soient immédiatement dans "une humeur de composition". Ils se précipitent sur un instrument musical ou sur leur papier ligné et notent immédiatement, autant qu'ils s'en souviennent, la musique qu'ils ont entendue dans l'astral. Alors ils disent — ne se rappelant pas mieux — qu'ils ont composé telle ou telle oeuvre !

Le système diabolique de la publicité subliminale par laquelle un message publicitaire est projeté sur l'écran de télévision trop vite pour que les yeux conscients le voient, joue sur la semi-conscience d'une personne tout en n'empiétant pas sur les perceptions conscientes. Le subconscient est tiré brusquement à la conscience par le flot des schémas d'ondes qui l'atteignent et le sub-conscient, étant les neuf-dixièmes du tout, conduit par la suite la conscience à sortir et acheter l'article dont on a fait la publicité même si — consciemment — la personne concernée sait qu'elle ne désire même pas une telle chose. Un groupe de personnes sans scrupules, tels que les dirigeants d'un pays qui n'auraient pas le bien-être du peuple à coeur, pourraient en réalité faire réagir les gens à n'importe quel ordre subliminal en utilisant cette forme de publicité.

 

LEÇON SEPT

Ceci sera une courte, mais très importante leçon. Il vous est suggéré de lire cette leçon particulière vraiment très très soigneusement.

Plusieurs personnes qui tentent de voir l'aura sont impatientes, elles s'attendent à lire quelques instructions écrites, lever les yeux de la page imprimée et voir des auras déployées devant leur regard stupéfait. Ce n'est pas tout à fait aussi simple que cela ! Bien des Grands Maîtres prennent presque une vie entière avant d'être capables de voir l'aura, mais nous maintenons que pourvu qu'une personne soit sincère et qu'elle pratique consciencieusement, l'aura peut être discernée par la majorité des gens. On dit que la plupart des gens peuvent être hypnotisés ; exactement de la même façon la plupart des gens avec de la pratique, et cette "pratique" veut réellement dire "persévérance", peuvent voir l'aura.

Il nous faut insister encore et encore sur le fait que si l'on veut voir l'aura à son meilleur il faut observer un corps nu, car l'aura est considérablement influencée par les vêtements. Par exemple, supposons qu'une personne dise "Oh ! Je ne vais porter que ce qui sort directement de la blanchisserie pour que ça n'interfère pas avec mon aura !". Eh bien, en toute probabilité quelques-uns de ces vêtements ont été manipulés par quelqu'un à la blanchisserie. Le travail de blanchisserie est monotone et les gens qui y sont engagés réfléchissent normalement à leurs propres affaires. Autrement dit, ils sont un peu "hors d'eux" et tandis qu'ils plient mécaniquement les vêtements, ou touchent les vêtements, leurs pensées ne sont pas sur leur travail mais sur leurs propres affaires privées. Les impressions de leur propre aura entrent dans les vêtements et ensuite quand vous allez les mettre et vous regarder, vous vous apercevrez que vous avez là les impressions de quelqu'un d'autre. Difficile à croire ? Voyez la chose de la façon suivante : vous avez un aimant et vous touchez cet aimant nonchalamment avec un canif. Ensuite vous constatez que le canif a capté l'influence aurique de l'aimant. Il en va beaucoup de même pour les humains ; l'un peut déteindre sur l'autre. Une femme peut assister à un spectacle, être assise à côté d'un étranger et peut dire ensuite : "Oh, je dois prendre un bain ! Je me sens toute contaminée d'avoir été à côté de cette personne !".

Si vous voulez voir la véritable aura avec toutes ses couleurs vous devez examiner un corps nu. Si vous pouvez examiner un corps féminin vous trouverez que les couleurs sont plus distinctes. Nous détestons vraiment le dire, mais souvent avec le corps féminin les couleurs sont plus fortes plus brutes si vous voulez mais quel que soit le nom que vous lui donniez, elles sont toujours plus fortes et plus faciles à voir. Certains parmi nous peuvent trouver difficile de sortir et de découvrir une femme qui enlèvera ses vêtements sans aucune objection, aussi pourquoi ne pas utiliser votre propre corps pour faire changement ?

Vous devez être seul pour cela, vous devez être seul dans l'intimité d'une salle de bain, par exemple. Assurez-vous que la salle de bain a une lumière tamisée. Si vous trouvez que la lumière est trop forte et elle doit définitivement être faible ! accrochez une serviette près de la source de lumière pour qu'il y AIT un éclairage, mais qu'il soit de très faible intensité. Un mot d'avertissement ici ; assurez-vous que la serviette ne soit pas si près de la lampe qu'elle couve et prenne feu ; vous ne cherchez pas à incendier votre maison, mais à tamiser la lumière. Si vous pouvez mettre la main sur une de ces lampes Osglim qui n'utilisent aucun courant qui s'enregistre sur un compteur, vous trouverez alors que c'est vraiment très très approprié. Une lampe Osglim consiste en une ampoule en verre clair. Du point de rétrécissement du verre à l'intérieur de l'ampoule il y a une courte tige à laquelle est fixée une plaque circulaire ronde. Une autre tige sort du point de rétrécissement du verre et s'étend presque au sommet de l'ampoule et de laquelle dépend une spirale grossière de fil assez épais. Quand cette ampoule est insérée dans une douille de lampe et allumée, elle luit d'une lueur rougeâtre. Nous allons inclure une illustration de ce type de lampe parce que, évidemment, "Osglim" est un nom commercial et le nom peut varier selon les localités.

 

Untitled7.png

Fig. 7 : "Osglim" Type de lampe à lueur au néon

 

Avec la "Osglim" allumée, ou avec votre illumination de type nettement faible, enlevez tous vos vêtements et contemplez-vous dans un miroir en pied. N'essayez pas de voir quoi que ce soit pour le moment, détendez-vous simplement. Assurez-vous que vous avez un rideau sombre derrière vous, soit noir (de préférence) ou gris foncé, afin d'avoir ce qui est connu comme un arrière-plan neutre, c'est-à-dire un arrière-plan qui n'a aucune couleur pour influencer l'aura elle-même.

Attendez quelques instants tout en vous contemplant tout à fait négligemment dans le miroir. Regardez votre tête, pouvez-vous voir une teinte bleuâtre autour de vos temples ? Regardez autour de votre corps, de vos bras à vos hanches, par exemple. Voyez-vous une flamme bleuâtre presque comme la flamme d'alcool ? Vous avez tous déjà vu le type de lampe que certains bijoutiers utilisent qui brûle de l'alcool méthylique ou alcool de bois, ou n'importe lequel de ces liquides d'alcool. La flamme est une flamme bleuâtre qui souvent étincelle jaune à sa pointe. La flamme éthérique est comme cela. Quand vous voyez cela, vous faites des progrès. Vous pouvez ne pas la voir dès la première, la deuxième ou la troisième fois que vous essayez. De la même façon, un musicien ne peut pas toujours obtenir le résultat qu'il désire la première, deuxième ou troisième fois qu'il joue une pièce difficile. Le musicien persévère, vous le devez aussi. Avec de la pratique vous serez capable de voir l'éthérique. Avec plus de pratique encore vous serez capable de voir l'aura. Mais encore et encore, nous devons le répéter, c'est beaucoup plus facile, beaucoup plus clair avec un corps nu.

Ne pensez pas qu'il y ait quoi que ce soit de mal avec un corps nu. Les gens déclarent que "l'Homme est fait à l'image de Dieu", alors qui a-t-il de mal à contempler "l'image de Dieu" dévêtu ? Souvenez-vous : "Tout est pur pour les purs". Vous contemplez votre corps, ou celui d'une autre personne, pour une raison pure. Si vous avez des pensées impures vous ne verrez ni l'éthérique ni l'aura, vous ne verrez que ce que vous cherchez à voir !

Continuez à vous regarder, continuez à chercher cet éthérique. Vous constaterez qu'avec le temps, vous pourrez le voir.

Parfois une personne cherchera à voir une aura et ne verra rien, mais elle aura plutôt une démangeaison dans les paumes, aux pieds, ou encore quelque part ailleurs sur le corps. Cette démangeaison est une sensation particulière qui ne peut absolument pas tromper. Quand vous la ressentez cela signifie que vous êtes en bonne voie pour voir, cela signifie que vous vous empêchez vous-même de voir en étant trop tendu ; vous devez vous relaxer, vous devez vous "calmer". Si vous vous relaxez, si vous vous "détendez", plutôt que d'avoir des démangeaisons et peut-être des tressaillements, vous verrez l'éthérique ou l'aura, ou les deux.

La démangeaison est en réalité une concentration de votre propre force aurique à l'intérieur de vos paumes (ou tout autre centre que ce soit). Lorsqu'elles sont effrayées ou tendues, plusieurs personnes transpirent dans les paumes des mains, sous les aisselles ou ailleurs. Dans cette expérience psychique, au lieu de la transpiration vous éprouvez des démangeaisons. C'est, nous le répétons, un bon signe. Cela signifie nous le répétons aussi que vous faites trop d'efforts et quand vous serez prêt à vous détendre l'éthérique, et peut-être aussi l'aura, apparaîtra devant vos yeux tout à fait ébahis.

Plusieurs personnes ne peuvent voir leur propre aura avec une parfaite précision parce qu'elles regardent dans le miroir à travers leur aura. Le miroir déforme quelque peu les couleurs et réfléchit (de nouveau à travers l'aura) cette gamme déformée de couleurs et ainsi le pauvre sujet imagine qu'il ou elle a des couleurs plus boueuses que ce qu'elles sont peut-être en réalité. Pensez à un poisson au fond d'un étang regardant une fleur que l'on tient à quelques pieds de la surface de l'eau. Le poisson ne percevrait pas les couleurs de la même façon que vous ; le poisson verrait la fleur déformée par les ondulations de l'eau et par la clarté ou non de l'eau. De même, vous qui regardez des profondeurs de votre propre aura et voyez l'image reflétée revenir dans les profondeurs de votre propre aura, pourriez être induit quelque peu en erreur. Pour cette raison il vaut mieux, quand c'est possible, observer quelqu'un d'autre.

Votre sujet doit être tout à fait consentant, tout à fait coopératif. Si vous observez la forme nue d'une personne, souvent la personne observée sera nerveuse ou embarrassée. Dans ce cas l'éthérique rétrécit presque jusqu'au corps et l'aura elle-même se referme beaucoup et falsifie les couleurs. Il faut de la pratique pour être capable de donner un bon diagnostic, mais la chose principale est de voir n'importe quelles couleurs d'abord, peu importe que ces couleurs sont vraies ou fausses.

La meilleure façon est de parler à cette personne, lui faire simplement la conversation, parler de banalités afin de la mettre à l'aise et lui montrer que rien ne va se passer. Aussitôt que votre sujet se détend, son éthérique va regagner ses proportions normales et l'aura elle-même circulera de façon à remplir totalement le sac aurique.

De bien des façons ceci peut être comparé à l'hypnotisme ; un hypnotiseur ne va pas simplement s'emparer d'une personne et l'hypnotiser comme ça sur place. Habituellement il y a un certain nombre de séances ; l'hypnotiseur voit d'abord le patient et ils établissent une forme de rapports ou de base commune une entente mutuelle, si vous voulez et l'hypnotiseur peut même essayer un ou deux petits tours pour voir si le sujet répond à l'hypnotisme élémentaire. Après deux ou trois séances, l'hypnotiseur met le sujet vraiment en transe. De même, vous avez votre sujet et ne fixez pas le corps tout d'abord, vous le regardez à peine, étant juste naturel, tout comme si la personne était tout habillée. Puis, peut-être à la deuxième occasion, le sujet sera plus rassuré, plus confiant, plus détendu. À la troisième occasion, vous pouvez vraiment regarder le corps ou regarder le contour du corps et voir pouvez-vous voir cette légère brume bleue ? Pouvez-vous voir ces bandes de couleurs tourbillonnant autour du corps et ce halo jaune ? Pouvez-vous voir ce jeu de lumière partant du centre du sommet de la tête et s'évasant comme le déploiement d'un lotus ou dans le langage Occidental quelque chose comme un bâtonnet de feu d'artifice qui étincelle de toute sorte de couleurs ?

C'est une leçon courte ; c'est une leçon importante. Il vous est maintenant suggéré d'attendre d'être à l'aise, aucun souci particulier à l'esprit, vous n'avez pas faim et n'avez pas non plus trop mangé ; allez alors dans votre salle de bain, prenez un bain si vous voulez vous débarrasser de toute influence de vos vêtements et puis, pratiquez afin de voir votre propre aura.

Le tout est une question de pratique !

 

LEÇON HUIT

Dans les leçons précédentes nous avons considéré le corps comme étant le centre de l'éthérique et de l'aura ; nous nous sommes déplacés à partir du corps vers l'extérieur, discutant de l'éthérique et poursuivant avec une description de l'aura avec ses bandes de couleurs et plus avant encore, jusqu'à la peau aurique extérieure. Tout ceci est extrêmement important et nous vous conseillons de relire les leçons précédentes parce que, dans cette leçon et la leçon neuf, nous allons préparer le terrain pour quitter le corps. À moins que vous n'ayez clairement compris l'éthérique et l'aura et la nature de la structure moléculaire du corps, vous pouvez vous heurter à des difficultés.

Le corps humain consiste, comme nous l'avons vu, en une masse de protoplasme. C'est une masse de molécules répandues sur un certain volume d'espace à peu près comme un univers occupe un certain volume d'espace. Maintenant nous allons aller vers l'intérieur, loin de l'aura, loin de l'éthérique et dans le corps, parce que ce corps de chair est juste un véhicule, juste "un costume le costume d'un acteur qui vit le rôle qui lui est attribué sur la scène qui est le monde".

On a affirmé que deux objets ne peuvent pas occuper le même espace. C'est raisonnablement correcte quand on pense à des briques, du bois de construction ou des pièces de métal, mais si deux objets ont une vibration dissemblable ou si les espaces entre leurs atomes, leurs neutrons et leurs protons sont assez larges, alors un autre objet peut occuper le même espace. Vous pouvez trouver cela difficile à comprendre aussi permettez-nous de nous exprimer différemment, permettez-nous de donner peut-être deux illustrations. Voici la première :

Si vous avez deux verres que vous remplissez d'eau à ras bord, vous constaterez que si vous jetez un peu de sable — disons, une cuillerée à café — dans un des verres remplis, l'eau débordera et s'écoulera sur le côté démontrant que dans ce cas-ci l'eau et le sable ne peuvent pas tous deux occuper le même espace et qu'ainsi l'un doit céder le passage. Le sable, étant plus lourd, coule au fond de l'eau augmentant ainsi le niveau dans le verre au point que l'eau déborde.

Tournons-nous maintenant vers l'autre verre qui a aussi été rempli avec de l'eau jusqu'au bord — rempli précisément au même niveau que le premier verre. Si nous prenons maintenant du sucre et que nous saupoudrons lentement le sucre dans le verre, nous constatons que nous pouvons mettre jusqu'à six cuillerées à café de sucre dans le verre avant que l'eau déborde ! Si nous le faisons lentement nous verrons le sucre disparaître, autrement dit, il se dissout. En se dissolvant ses propres molécules occupent les espaces entre les molécules de l'eau et c'est ainsi qu'il ne prend pas plus d'espace. C'est seulement quand tout l'espace entre les molécules d'eau a été rempli par les molécules de sucre que l'excès de sucre s'accumule au fond du verre et fait éventuellement déborder l'eau. Dans ce cas nous avons la preuve évidente que deux objets peuvent occuper le même espace.

Prenons une autre illustration ; regardons le système solaire. C'est un objet, une entité, un "quelque chose". Il y a des molécules, ou atomes que nous appelons des mondes, se déplaçant dans l'espace. S'il est vrai que deux objets ne peuvent occuper le même espace, alors nous ne pourrions pas envoyer une fusée de la Terre dans l'espace ! Les gens d'un autre univers ne pourraient pas non plus entrer dans cet univers parce que s'ils le faisaient ils occuperaient NOTRE espace. Donc — sous des conditions appropriées — il est possible pour deux objets d'occuper le même espace.

Le corps humain, se composant de molécules avec un certain espace entre les atomes, loge aussi d'autres corps, des corps ténus, des corps spirituels, ou ce que nous appelons des corps astraux. Ces corps ténus sont précisément de la même composition que le corps humain, c'est-à-dire qu'ils consistent en molécules. Mais de même que la terre ou le plomb ou le bois se composent d'un certain arrangement de molécules — molécules d'une certaine densité — les corps spirituels ont moins de molécules et plus d'espace entre chacune. Il est ainsi tout à fait possible pour un corps spirituel de trouver de la place dans un corps de chair dans le plus intime contact et aucun n'occupe l'espace nécessaire à l'autre.

Le corps astral et le corps physique sont connectés ensemble par la Corde d'Argent. Cette dernière est une masse de molécules vibrant à une vitesse formidable. Elle est d'une certaine façon semblable au cordon ombilical qui connecte une mère à son bébé ; les impulsions, les impressions et la nourriture circulent de la mère au bébé qu'elle porte. Quand le bébé naît et que le cordon ombilical est coupé, alors le bébé meurt à la vie qu'il connaissait auparavant, c'est-à-dire qu'il devient une entité séparée, une vie séparée, il ne fait désormais plus partie de la mère ; ainsi il "meurt" en tant que partie de la mère et prend en charge sa propre existence.

La Corde d'Argent connecte le Sur-moi et le corps humain et les impressions passent en éclair de l'un à l'autre durant chaque minute de l'existence du corps de chair. Les impressions, les ordres, les leçons et de temps en temps même la nourriture spirituelle descendent du Sur-moi au corps humain. Quand la mort survient la Corde d'Argent est coupée et le corps humain est abandonné comme un costume jeté tandis que l'esprit continue.

Ce n'est pas l'endroit pour approfondir la question, mais il doit être spécifié qu'il existe un certain nombre de "corps spirituels". Pour le moment nous nous occupons du corps de chair et du corps astral. En tout, dans notre forme actuelle d'évolution, il y a neuf corps séparés, chacun connecté à l'autre par une Corde d'Argent ; mais nous sommes présentement plus concernés par le voyage astral et les questions intimement liées au plan astral.

L'Homme, ainsi, est un esprit temporairement enfermé dans un corps de chair et d'os, enfermé afin que des leçons puissent être apprises et des expériences vécues, expériences qui ne pourraient être gagnées sans l'utilisation d'un corps. L'Homme, ou le corps de chair de l'Homme, est un véhicule qui est conduit ou manipulé par le Sur-moi. Certains préfèrent utiliser le terme "âme" mais nous utilisons celui de "Sur-moi" parce que c'est plus approprié ; l'Âme est quelque chose de différent, en fait, et se rend à un royaume encore plus élevé. Le Sur-moi est le contrôleur, le conducteur du corps. Le cerveau de l'humain est un relais, un central téléphonique, une usine complètement automatisée, si vous voulez. Il prend les messages venant du Sur-moi et convertit les ordres du Sur-moi en activité chimique ou en activité physique qui maintiennent le véhicule en vie, faisant travailler les muscles et provoquant certains processus mentaux. Il retransmet de même au Sur-moi les messages et les impressions d'expériences gagnées.

En s'échappant des limitations du corps, comme un conducteur qui laisse temporairement son véhicule, l'Homme peut voir le Monde Plus Grand de l'Esprit et peut évaluer les leçons apprises tandis qu'il est enfermé dans la chair ; mais ici nous discutons du physique et de l'astral, avec peut-être de brèves mentions du Sur-moi. Nous mentionnons l'astral en particulier parce que dans ce corps l'Homme peut voyager dans des endroits éloignés en un clin d'oeil, l'Homme peut aller n'importe où à tout moment et peut même voir ce que de vieux amis ou parents sont en train de faire. Avec de la pratique, l'Homme — ou la Femme ! — peut visiter les villes du monde et les grandes bibliothèques du monde. Il est facile, avec de la pratique, de visiter n'importe quelle bibliothèque et de regarder n'importe quel livre ou n'importe quelle page d'un livre. La plupart des gens pensent qu'ils ne peuvent pas quitter leur corps parce que dans le monde Occidental ils ont été tellement conditionnés pendant toute leur vie à ne pas croire aux choses qui ne peuvent pas être senties, mises en pièces et discutées en termes qui ne veulent rien dire.

Les enfants croient aux fées ; de telles choses existent, bien sûr, mais nous qui pouvons les voir et converser avec elles, les appelons les Esprits de la Nature. Beaucoup de très jeunes enfants ont ce que l'on croit être des camarades invisibles. Pour les adultes, les enfants vivent dans un monde de fantaisie, parlant avec animation à des amis qui ne peuvent être vus par les adultes cyniques. L'enfant sait que ces amis sont réels.

Au fur et à mesure que l'enfant grandit les parents rient ou se fâchent de ces imaginations futiles. Les parents, qui ont oublié leur propre enfance et oublié comment leurs parents ont agi, battent même un enfant pour être "menteur" ou pour être "sur-imaginatif". Éventuellement, l'enfant devient hypnotisé à croire qu'il n'existe rien de tel que les Esprits de la Nature (ou les fées) et à leur tour ces enfants grandissent — ont leur propre famille — et découragent leurs propres enfants de voir ou de jouer avec les Esprits de la Nature !

Nous allons dire très nettement que les Orientaux et le peuple de l'Irlande s'y connaissent mieux ; il existe des Esprits de la Nature, peu importe qu'on les appelle fées ou lutins — quel que soit le nom qu'on leur donne — ils sont réels, ils font du bon travail et l'Homme, dans son ignorance et sa vantardise, en niant l'existence de ce peuple, se prive d'un merveilleux plaisir et d'une merveilleuse source d'informations, car les Esprits de la Nature aident ceux qu'ils aiment, aident ceux qui croient en eux.

Il n'y a pas de limites à la connaissance du Sur-moi. Il y a des limites très réelles aux capacités du corps — le corps physique. Presque tout le monde sur Terre quitte le corps durant le sommeil. Quand ils se réveillent les gens disent qu'ils ont fait un rêve parce que, ici encore, on leur apprend à croire que cette vie sur la Terre est la seule qui importe, on leur apprend qu'ils ne vont pas voyager pendant leur sommeil. Ainsi — de merveilleuses expériences sont rationalisées en "rêves".

De nombreuses personnes qui croient peuvent quitter leur corps à volonté et peuvent voyager vite et loin, retournant dans leur corps des heures plus tard avec le souvenir complet et entier de tout ce qu'elles ont fait, tout ce qu'elles ont vu et tout ce qu'elles ont expérimenté. Presque tout le monde peut quitter son corps et voyager astralement, mais on doit croire qu'on peut le faire ; il est parfaitement inutile de diffuser des pensées d'incrédulité qui repoussent, des pensées que pareille chose ne peut se faire. En réalité, il est remarquablement facile de voyager astralement une fois que l'on a surmonté le premier obstacle, la peur.

La peur est le grand frein. La plupart des gens doivent supprimer la peur instinctive que quitter le corps c'est mourir. Certaines personnes ont une peur mortelle que si elles quittent leur corps elles peuvent ne plus pouvoir y revenir ou qu'une quelconque entité pénétrera dans leur corps. C'est tout à fait impossible à moins que l'on "ouvre la porte" par la peur. Une personne qui ne craint pas est à l'abri de tout mal quoi qu'il puisse lui arriver. La Corde d'Argent ne peut pas être rompue quand on voyage dans l'astral, personne ne peut envahir le corps à moins que l'on fournisse une invitation précise en étant terrifié.

Vous pouvez toujours — TOUJOURS — retourner à votre corps, tout comme vous vous réveillez toujours après une nuit de sommeil. La seule chose à avoir peur est d'avoir peur ; la peur est la seule chose qui peut causer du danger. Nous savons tous que les choses que nous craignons se produisent rarement !

La pensée est le principal obstacle après la peur parce que la pensée, ou la raison, pose un réel problème. Ces deux, pensée et raison, peuvent empêcher une personne d'escalader de hautes montagnes ; la raison nous dit qu'un faux pas peut nous projeter en bas et nous mettre en pièces. Ainsi pensée et raison doivent être supprimées. Malheureusement elles ont de mauvais noms. La pensée ! Avez-vous jamais pensé à propos de la pensée ? Qu'est-ce que la pensée ? Où est-ce que vous pensez ? Pensez-vous du sommet de votre tête ? Ou de l'arrière de votre tête ? Pensez-vous dans vos sourcils ? Ou dans vos oreilles ? Cessez-vous de penser quand vous fermez les yeux ? Non ! Votre pensée est là où vous vous concentrez ; vous pensez là où vous vous concentrez sur le moment. Ce fait simple, élémentaire, peut vous aider à sortir de votre corps et aller dans l'astral, il peut aider votre corps astral à prendre son essor aussi librement que la brise. Pensez-y, relisez cette leçon jusqu'ici et réfléchissez à propos de la pensée, pensez comment la pensée vous a souvent retenu parce que vous pensiez aux obstacles, vous pensiez à des peurs sans nom. Vous pouvez, par exemple, avoir été seul dans la maison à minuit avec le vent hurlant à l'extérieur et vous pouvez avoir pensé aux cambrioleurs, vous pouvez avoir imaginé quelqu'un caché derrière un rideau prêt à se jeter sur vous. La pensée, ici, peut nuire ! Réfléchissez un peu plus à la pensée.

Vous souffrez d'un mal de dents et à contre-coeur vous allez chez le dentiste. Il vous dit que vous devez vous faire extraire une dent ; vous avez peur que ça fasse mal, vous êtes assis là dans la chaise dentaire, tout craintif. Aussitôt que le dentiste prend son aiguille hypodermique pour vous donner une injection vous tressaillez automatiquement et peut-être même, pâlissez. Vous êtes sûr que ça va faire mal, vous êtes sûr que vous allez sentir l'aiguille pénétrer et qu'ensuite il y aura cet horrible arrachement à mesure que la dent sortira toute sanguinolente. Peut-être avez-vous peur de vous évanouir sous le choc ; ainsi vous alimentez la peur, vous sentez votre dent vous faire souffrir de plus en plus en pensant et concentrant toute votre puissance de pensée à l'emplacement de cette dent ! Toute votre énergie est consacrée à rendre votre dent plus douloureuse encore ; mais quand vous pensez oisivement, où donc est la pensée alors ? Dans la tête ? Comment le savez-vous ? La sentez-vous là ? La pensée est là où vous vous concentrez, la pensée est en vous seulement parce que vous pensez à vous-même et parce que vous pensez que la pensée doit être en vous. La pensée est là où vous la voulez, la pensée est là où vous la dirigez.

Penchons-nous de nouveau sur "la pensée est là où vous vous concentrez". Dans le feu d'une bataille, des hommes se sont fait tirer ou poignarder et n'ont senti aucune douleur. Pendant un certain temps, ils peuvent même ne pas s'être aperçu qu'ils étaient blessés et c'est seulement quand ils ont eu le temps d'y penser qu'ils ont ressenti la douleur et se sont peut-être écroulés en état de choc ! Mais la pensée, la raison, la peur, sont les freins qui ralentissent notre évolution spirituelle ; elles ne sont rien d'autre que le cliquetis las de la machine, ralentissant et déformant les ordres du Sur-moi.

L'Homme, débarrassé de ses propres peurs stupides et de ses restrictions, pourrait presque être un surhomme avec des pouvoirs grandement accrus, tant musculaires que mentaux. Voici un exemple ; un homme faible, timide, avec un développement musculaire tout à fait consternant, descend du trottoir dans une lourde circulation. Ses pensées sont très très loin, peut-être sur son travail ou sur le genre d'humeur dans lequel il va trouver sa femme en rentrant ce soir-là. Il peut même être en train de penser à des factures impayées ! Un soudain coup de klaxon d'une voiture qui approche et l'homme — sans penser — recule d'un bond sur le trottoir, d'un bond prodigieux qui serait normalement bien impossible même pour un athlète entraîné ! Si cet homme avait été entravé par des processus de pensée il aurait été trop tard, la voiture l'aurait renversé. Le manque de réflexion a permis au Sur-moi toujours vigilant de galvaniser les muscles avec une injection de produits chimiques (tel que l'adrénaline) qui a fait sauter le sujet bien au-delà de sa capacité normale et l'a livré à un regain d'activité au-delà de la vitesse de pensée consciente.

Dans le monde Occidental, l'Homme a appris que la pensée, la raison, "distinguent l'Homme des animaux". La pensée non contrôlée garde l'Homme plus bas que de nombreux animaux capables du voyage astral ! Presque tout le monde conviendra que les chats, pour donner juste un exemple, peuvent voir des choses que les humains ne peuvent pas. La plupart des gens ont eu une quelconque expérience d'animaux regardant un fantôme ou devenant conscient d'incidents bien avant que l'humain n'en devienne lui-même conscient. Les animaux utilisent un système différent de "raison" et de "pensée". Nous le pouvons aussi !

D'abord, cependant, nous devons contrôler nos pensées, nous devons contrôler tous ces ennuyeux fragments de la pensée oisive qui rampent continuellement dans nos esprits. Asseyez-vous quelque part où vous êtes à l'aise, où vous pouvez être complètement détendu et où personne ne peut vous déranger. Si vous le voulez, éteignez la lumière, car la lumière est une gêne dans un cas tel que celui-ci. Asseyez-vous sans rien faire pendant quelques instants, pensant simplement à vos pensées. Regardez vos pensées, voyez comment elles continuent à s'insinuer dans votre conscience, chacune réclamant votre attention ; cette querelle avec un homme au bureau, les factures impayées, le coût de la vie, la situation mondiale, ce que vous voudriez dire à votre employeur — balayez-les toutes de côté !

Imaginez que vous êtes assis dans une pièce complètement obscure au sommet d'un gratte-ciel ; devant vous il y a une grande fenêtre panoramique couverte par un store noir, un store qui n'a aucun motif, rien qui puisse s'avérer une distraction. Concentrez-vous sur ce store. Premièrement assurez-vous qu'il n'y a aucune pensée traversant votre conscience (qui est ce store noir) et si les pensées ont vraiment tendance à s'introduire, repoussez-les par-dessus bord. Vous pouvez le faire, c'est simplement une question de pratique. Pendant un certain temps les pensées vont essayer de surgir au bord de ce store noir. Repoussez-les ; en faisant appel à votre volonté, forcez-les énergiquement à s'éloigner, puis concentrez-vous de nouveau sur ce store, mettez votre volonté à le relever pour être capable de voir tout ce qu'il y a au-delà.

De nouveau, tandis que vous observez ce store noir imaginaire vous constaterez que toute sorte de pensées étranges tentent de s'immiscer, elles essaient de forcer leur passage au centre de votre attention. Repoussez-les, repoussez-les avec un effort conscient, refusez de laisser ces pensées s'imposer (oui, nous sommes conscients que nous avons dit cela auparavant, mais nous essayons de renforcer ce point). Quand vous pourrez avoir une impression de vide complet pendant un court moment, vous constaterez qu'il y a un "bruit sec" tandis qu'un morceau de parchemin est déchiré, puis vous serez capable de voir hors de ce monde ordinaire qui est le nôtre, dans un monde d'une dimension différente où le temps et la distance ont une signification entièrement nouvelle. En pratiquant cela, en faisant cela, vous constaterez que vous êtes capable de contrôler vos pensées comme le font les Adeptes et les Maîtres.

Essayez-le, pratiquez-le, parce que si vous voulez être capable de progresser, vous devez pratiquer et pratiquer jusqu'à ce que vous puissiez vaincre les pensées futiles.

 

LEÇON NEUF

Dans les étapes de conclusion de la dernière leçon nous avons traité de la pensée. Nous avons dit "la pensée est là où vous voulez qu'elle soit". C'est une formule qui peut réellement nous aider à sortir du corps, à voyager astralement. Laissez-nous la répéter.

La pensée est là où vous voulez qu'elle soit. À l'extérieur de vous, si vous le voulez ainsi. Essayons une petite pratique. Ici encore, il vous faudra être dans un endroit où vous êtes tout à fait seul, où il n'y a aucune distraction. Vous allez essayer de sortir de votre corps. Vous devez être seul, vous devez être détendu et nous suggérons pour votre confort que vous soyez étendu, de préférence sur un lit. Assurez-vous que personne ne puisse faire intrusion et ruiner votre expérience. Quand vous êtes installé, respirant lentement, pensant à cette expérience, concentrez-vous sur un point six pieds (approx. 1m85) devant vous, fermez les yeux, concentrez-vous, Mettez votre VOLONTÉ à penser que vous le vous réel, le vous astral observez votre corps de quelques six pieds de distance. Pensez ! Pratiquez ! Concentrez-vous. Alors, avec de la pratique, vous allez soudainement éprouver un léger choc, presque électrique, et vous allez voir votre corps étendu, les yeux clos, à quelques six pieds de distance.

Au début cela demandera vraiment un effort pour obtenir ce résultat. Vous pouvez vous sentir comme étant à l'intérieur d'un gros ballon de caoutchouc, poussant, poussant. Vous poussez et poussez et faites des efforts mais rien ne semble se produire, quoiqu'on dirait que c'est presque sur le point de se produire. Alors enfin, soudainement, vous jaillissez à travers et il y a une légère sensation d'éclatement presque comme, en fait, la crevaison d'un ballon d'enfant. Ne vous alarmez pas, ne cédez pas à la peur, parce que si vous restez libre de la peur vous irez de plus en plus de l'avant et n'aurez aucun problème que ce soit à l'avenir, mais si vous avez peur vous allez rebondir dans votre corps physique et aurez alors à tout recommencer un autre jour. Si vous rebondissez dans votre corps ça ne servira à rien d'essayer quoi que ce soit de plus ce jour-là, car vous réussirez rarement. Vous aurez besoin de dormir de vous reposer d'abord.

Allons plus loin, imaginons que vous êtes sorti de votre corps avec cette méthode simple et facile, imaginons que vous êtes là debout à regarder votre élément physique et vous demandant quoi faire ensuite. Ne vous donnez pas la peine de regarder votre corps physique pour l'instant, vous le reverrez assez souvent ! Essayez plutôt ceci :

Laissez-vous flotter dans la pièce comme une bulle de savon qui dérive mollement, car vous ne pesez même pas autant qu'une bulle de savon maintenant ! Vous ne pouvez pas tomber, vous ne pouvez pas vous blesser. Laissez votre corps physique se reposer à l'aise. Bien sûr, vous vous serez occupé de cela avant de libérer votre astral de cette enveloppe charnelle. Vous vous serez assuré que votre corps de chair soit tout à fait à l'aise. À moins que vous n'ayez pris cette précaution, vous pouvez découvrir en y retournant que vous avez un bras raide ou un torticolis. Soyez certain qu'il n'y a aucun bord rugueux qui pourrait presser un nerf car, par exemple, si vous avez quitté votre corps physique avec un bras étendu sur le bord du matelas, il peut y avoir une certaine pression sur un nerf qui vous causera des "fourmillements" plus tard. De nouveau, donc, assurez-vous que votre corps soit absolument à l'aise avant de tenter de le quitter pour le corps astral.

Maintenant laissez-vous dériver, laissez-vous flotter dans la pièce, vous déplaçant paresseusement comme si vous étiez une bulle de savon emportée sur des courants d'air à la dérive. Explorez le plafond et les endroits que vous ne pouvez voir normalement. Accoutumez-vous à ce voyage astral élémentaire parce que jusqu'à ce que vous soyez habitué à errer dans une pièce, vous ne pourrez vous aventurer sans problème à l'extérieur.

Reprenons encore avec des termes quelque peu différents. En réalité, cette affaire de voyage astral est facile, il n'y a rien là de difficile aussi longtemps que vous vous autorisez à croire que vous pouvez le faire. En aucun cas, sous aucune condition devriez-vous ressentir la peur, car ce n'est pas un endroit pour la peur ; dans le voyage astral vous voyagez vers la liberté. Ce n'est que de retour dans le corps que vous devez vous sentir emprisonné, enveloppé dans l'argile, alourdi par un corps pesant qui ne répond pas très bien aux ordres spirituels. Non, il n'y a aucune place pour la peur dans le voyage astral, la peur y est complètement étrangère.

Nous allons répéter les instructions du voyage astral sous une formulation légèrement différente. Vous êtes étendu sur le dos sur un lit. Vous vous êtes assuré que chacune de vos parties soit à l'aise, qu'il n'y ait aucune saillie enfonçant des nerfs ; vos jambes ne sont même pas croisées parce que si elles l'étaient, au point où elles se croisent vous pourriez avoir un engourdissement par la suite simplement parce que vous aurez gêné la circulation du sang. Reposez calmement, avec contentement, il n'y a aucune influence perturbatrice et vous n'êtes pas non plus inquiet. Ne pensez qu'à faire sortir votre corps astral de votre corps physique.

Détendez-vous et détendez-vous davantage encore. Imaginez une forme spectrale correspondant grossièrement à votre corps physique, se dégageant doucement du corps de chair et flottant vers le haut comme une aigrette de pissenlit sur une légère brise d'été. Laissez-la s'élever, gardez vos yeux fermés sinon, pour les deux ou trois premières fois, vous pouvez être si surpris que vous allez sursauter et ce sursaut peut être assez violent pour "rembobiner" l'astral à sa place normale à l'intérieur du corps.

Les gens sursautent fréquemment d'une façon bizarre au moment précis où ils s'endorment. C'est bien souvent si brutal que ça réveille totalement la personne. Cette secousse est causée par une trop brusque séparation du corps astral et du corps physique, car comme nous l'avons déjà exposé, presque tout le monde voyage astralement durant la nuit même si tant de gens ne se souviennent pas consciemment de leur voyage. Mais revenons-en à notre corps astral.

Pensez à votre corps astral se séparant graduellement, facilement, du corps physique et flottant à environ trois ou peut-être quatre pieds (approx. 1m ou 1m25) au-dessus du physique. Là il repose au-dessus de vous en se balançant doucement. Vous pouvez avoir éprouvé une sensation de balancement au moment même de vous endormir ; c'était l'astral se balançant. Comme nous l'avons dit le corps flotte au-dessus de vous, en se balançant peut-être un peu, et est connecté à vous par la Corde d'Argent qui va de votre ombilic à l'ombilic du corps astral. (Fig. 8)

 

Untitled8.png

Fig. 8 : Quittant le corps

 

Ne regardez pas de trop près parce que nous vous avons déjà averti que si vous êtes surpris et sursautez vous allez ramener votre corps et aurez à tout recommencer encore une fois à une prochaine occasion. Supposons que vous tenez compte de notre avertissement et ne sursautez pas, alors votre corps astral restera à flotter au-dessus de vous pendant quelques instants ; ne faites rien du tout, pensez à peine, respirez superficiellement car c'est votre première sortie, pensez-y, votre première fois CONSCIEMMENT hors du corps et vous devez être prudent.

Si vous n'avez pas peur, si vous ne tressaillez pas, le corps astral dérivera lentement, s'éloignera simplement au bout ou sur le côté du lit là où tout doucement, sans aucun choc du tout, il redescendra peu à peu pour que ses pieds touchent, ou presque, le plancher. Alors, le processus d'un "atterrissage en douceur" terminé, votre astral sera capable de regarder votre physique et de retransmettre ce qu'il voit.

Vous aurez vraiment une sensation troublante à regarder votre propre corps physique et nous précisons maintenant que c'est souvent une expérience humiliante. Plusieurs parmi nous avons une idée complètement erronée de ce à quoi nous ressemblons. Vous souvenez-vous lorsque vous avez entendu votre voix pour la première fois ? Avez-vous entendu votre voix sur un magnétophone ? Pour la première fois vous pouvez franchement ne pas avoir cru que c'était votre voix, vous pouvez avoir pensé que quelqu'un vous jouait un tour ou que l'appareil était défectueux.

La première fois que l'on entend sa voix, on ne le croit pas, on devient consterné et mortifié. Mais attendez jusqu'à ce que vous voyiez votre corps pour la première fois ! Vous serez là debout dans votre corps astral avec votre conscience complètement transférée à votre corps astral et vous regarderez de haut ce corps physique allongé. Vous serez horrifié ; vous n'aimerez pas la forme de ce corps ni son teint, vous serez choqué des lignes sur le visage et des traits et si vous avancez un peu plus loin et examinez votre esprit, vous verrez certains petits travers et certaines phobies qui pourront même vous faire revenir d'un bond dans le corps, de pur effroi ! Mais supposons que vous surmontiez cette première rencontre effrayante avec vous-même, que se passe-t-il ensuite ? Vous devez décider où vous voulez aller, ce que vous voulez faire, ce que vous voulez voir. Le système le plus facile est de visiter quelqu'un que vous connaissez bien, peut-être un proche parent qui habite une ville voisine. D'abord ce doit toujours être une personne que vous visitez fréquemment parce que vous devez visualiser la personne en détails considérables, vous devez visualiser là où elle demeure et comment précisément vous rendre chez elle. Souvenez-vous que ceci est nouveau pour vous — c'est-à-dire nouveau pour vous de le faire consciemment — et il vous faudra suivre la route exacte que vous suivriez si vous y alliez en chair et en os.

Quittez votre chambre, allez dans la rue (dans l'astral, bien sûr, mais ne vous inquiétez pas, personne ne peut vous voir), prenez le chemin que vous prendriez normalement en gardant fixé devant vous l'image de la personne que vous voulez visiter et comment vous rendre chez elle. Alors, très très rapidement, beaucoup plus rapidement que la voiture la plus rapide pourrait vous y conduire, vous serez chez votre ami ou votre parent.

Avec de la pratique vous pourrez aller partout ; les mers, les océans et les montagnes ne présenteront aucune barrière, aucun obstacle, sur votre route. Les pays du monde et les villes du monde seront les vôtres pour visiter.

Certaines personnes pensent "Oh ! Supposons que j'aille et ne puisse pas revenir. Qu'est-ce qui se passe alors ?". La réponse est — vous ne pouvez pas vous perdre. Il est tout à fait impossible de se perdre, il est tout à fait impossible de se blesser ou de découvrir que votre corps a été occupé. Si quelqu'un s'approche de votre corps pendant que vous voyagez astralement, le corps retransmet un avertissement et vous êtes "rembobiné" à la vitesse de la pensée. Aucun mal ne peut vous arriver, le seul mal est la peur. Ainsi ne craignez pas mais expérimentez et avec l'expérience viendra l'accomplissement de tous vos espoirs, toutes vos ambitions dans le domaine du voyage astral.

Quand vous serez consciemment sur la scène astrale vous verrez les couleurs avec plus d'éclat que vous ne le pouvez dans la chair. Tout scintillera de vie, vous pourrez même voir des particules de "vie" semblables à des étincelles tout autour de vous. C'est la vitalité de la terre et en la traversant vous en tirerez force et courage.

Une difficulté est celle-ci : vous ne pouvez rien emporter avec vous, vous ne pouvez rien rapporter ! Il est possible, bien sûr, sous certaines conditions — et cela vient avec beaucoup de pratique seulement — que vous vous matérialisiez devant un clairvoyant, mais ce n'est pas facile d'aller vers une personne et d'effectuer un diagnostic de sa condition de santé parce qu'il vous faut vraiment être capable de discuter de ces choses-là. Vous pouvez aller dans un magasin, examiner leur marchandise et décider ce que vous voulez acheter le lendemain ; c'est tout à fait permis. Souvent, quand vous visitez un magasin dans l'astral vous pouvez voir les défauts et la mauvaise qualité de certaines des marchandises qui sont très coûteuses ! Quand vous êtes dans l'astral et que vous voulez retourner dans le physique, vous devez rester calme, vous devez vous mettre à penser à votre corps de chair, penser que vous allez y retourner et que vous allez le réintégrer. À cette pensée, il y aura un tourbillon de vitesse, ou encore il peut y avoir un déplacement instantané de là où vous étiez à un endroit situé à trois ou quatre pieds (approx. 1m ou 1m25) au-dessus de votre corps allongé. Vous allez constater que vous êtes là, flottant, ondulant légèrement, tout juste comme quand vous avez quitté le corps. Laissez-vous descendre très, très lentement ; cela doit se faire lentement parce que les deux corps doivent être absolument synchronisés.

Si vous le faites correctement vous redescendrez dans le corps sans choc, sans aucune secousse, sans aucune sensation autre que celle que le corps est une masse froide et lourde.

S'il vous arrivait d'être maladroit et que vous n'aligniez pas exactement vos deux corps, ou si quelqu'un devait vous interrompre et vous faire revenir brusquement, vous pourrez constater que vous avez un mal de tête, presque un genre de migraine. Dans ce cas vous devez essayer de vous endormir ou de vous forcer à retourner dans l'astral, parce que jusqu'à ce que vos deux corps soient de nouveau en parfait alignement, vous ne pourrez pas vous débarrasser du mal de tête. Il n'y a pas lieu de s'inquiéter parce qu'un remède tout à fait défini est de s'endormir, même pour quelques instants, ou de sortir consciemment dans l'astral de nouveau.

Vous constaterez peut-être une raideur une fois de retour dans le corps de chair. Vous constaterez peut-être que la sensation est très semblable à celle que l'on a en mettant un costume qui a été mouillé la veille et est maintenant encore froid et humide. Jusqu'à ce que vous y soyez habitué ce n'est pas vraiment une sensation plaisante de revenir au corps et vous vous apercevrez que les merveilleuses couleurs que vous avez vues dans le monde astral se sont ternies. De nombreuses couleurs ne seront plus visibles du tout dans le corps de chair, de nombreux sons que vous avez entendus dans l'astral seront tout à fait inaudibles dans le corps charnel. Mais peu importe, vous êtes sur la Terre pour apprendre quelque chose et quand vous aurez appris ce qui était le but de votre venue sur Terre vous serez libéré des contraintes, libéré des liens de la Terre et quand vous quitterez votre corps de chair définitivement, avec la Corde d'Argent coupée, vous irez dans un royaume loin au-dessus de celui du monde astral.

Pratiquez ce voyage astral, pratiquez-le et pratiquez-le encore. Éloignez de vous toute peur, parce que si vous n'avez pas peur il n'y a alors rien à craindre, aucun mal ne peut venir à vous, seulement du plaisir.

 

LEÇON DIX

Nous avons dit "Il n'y a rien à craindre sauf la crainte". Nous devons encore insister pour dire que pourvu qu'une personne reste libre de la peur il n'y a aucun danger du tout dans le voyage astral, peu importe la distance ou la vitesse que l'on aille. Mais, demanderez-vous sans doute, qu'y a-t-il donc à craindre ? Consacrons donc cette Leçon au sujet de la peur et à ce qui ne devrait pas être craint.

La peur est une attitude très négative, une attitude qui corrode nos perceptions les plus délicates. Peu importe de quoi nous avons peur, toute forme de peur fait du mal.

Les gens peuvent avoir peur qu'en allant dans l'astral ils peuvent ne pas être capables de revenir au corps. Il est toujours possible de retourner au corps à moins que l'on soit à l'article de la mort, à moins qu'une personne en soit arrivée à la fin du laps de temps qui lui a été attribué sur Terre et cela, comme vous en conviendrez, n'a aucun rapport avec le voyage astral. Nous devons admettre qu'il est possible que l'on soit effrayé au point d'être paralysé de peur et dans ce cas l'on ne peut tout simplement rien faire. Dans un tel état une personne peut être dans le corps astral et peut être si complètement terrifiée que même le corps astral est incapable de bouger. Évidemment cela retarde le retour au corps physique pour quelque temps, jusqu'à ce que l'acuité de la peur se dissipe. La peur finit par se dissiper vous savez, une sensation peut être soutenue seulement pour un certain temps. Ainsi une personne qui a peur retarde simplement un retour parfaitement sûr dans le corps physique.

Nous ne sommes pas la seule forme de vie dans l'astral tout comme les humains ne sont pas la seule forme de vie sur Terre. Dans ce monde qui est le nôtre nous avons des créatures agréables comme les chats, les chiens, les chevaux et les oiseaux pour n'en mentionner que quelques-uns ; mais il y a aussi des créatures déplaisantes comme les araignées qui piquent ou les serpents qui empoisonnent. Il y a des choses désagréables comme les germes, les microbes et autres choses nuisibles et nocives. Si vous pouviez voir des microbes sous un puissant microscope vous verriez des créatures si fantastiques que vous imagineriez que vous vivez à l'âge des dragons de contes de fées. Dans le monde astral il y a beaucoup de choses plus étranges que tout ce que vous pouvez rencontrer sur Terre.

Dans l'astral nous rencontrerons des créatures, des gens ou des entités remarquables. Nous verrons des Esprits de la Nature ; ceux-ci, à propos, sont presque invariablement bons et plaisants. Mais il y a d'horribles créatures qui ont dû être vues par certains auteurs de la mythologie et des légendes, parce que ces créatures ressemblent aux démons, aux satyres et aux divers autres monstres des mythes. Certaines de ces créatures sont des esprits élémentaires inférieurs qui peuvent devenir plus tard des humains ou qui peuvent étendre leurs activités dans le règne animal. Quoi qu'elles puissent être, à ce stade de leur développement elles sont vraiment désagréables.

Cela vaut la peine de s'interrompre ici un moment pour faire remarquer que les ivrognes, ceux qui voient des "éléphants roses" et diverses autres apparitions remarquables, voient en effet précisément ce type de créatures ! Les ivrognes sont des gens qui ont chassé leur corps astral à l'extérieur de leur corps physique dans les plans les plus bas du monde astral. Là ils rencontrent des créatures vraiment effrayantes et quand l'ivrogne récupère ses sens plus tard autant qu'il le peut ! il garde un très vif souvenir des choses qu'il a vues. Si le fait de se soûler à fond est une méthode pour entrer dans le monde astral et de se souvenir, ce n'en est pas une que nous recommanderions parce qu'elle emporte la personne seulement dans les plans les plus bas, les plus dégradants de l'astral. Il existe différentes drogues utilisées maintenant par la profession médicale, principalement dans les hôpitaux pour les gens mentalement malades, qui ont un effet similaire. La mescaline, par exemple, peut tellement altérer les vibrations d'une personne, que cette dernière est littéralement éjectée du corps physique et catapultée dans le monde astral. Ici encore, ce n'est pas une méthode à être recommandée. Les drogues et autres formes pour sortir du corps physique sont vraiment dangereuses ; elles causent du mal au Sur-moi.

Mais retournons à nos "esprits élémentaires". Qu'entendons-nous par esprits élémentaires ? Eh bien, les esprits élémentaires sont une forme primaire de vie de l'esprit. Ils sont à une étape au-dessus des formes de pensée. Ces formes de pensée sont simplement des projections de l'esprit conscient ou inconscient de l'homme et elles ont seulement une pseudo-vie propre. Les formes de pensée furent créées par les anciens prêtres égyptiens afin que les corps momifiés des grands pharaons et des reines célèbres puissent être protégés contre ceux qui profaneraient les anciens tombeaux. Les formes de pensée sont construites avec l'idée qu'elles doivent repousser les envahisseurs, qu'elles doivent attaquer en affectant la conscience de ceux qui s'immisceraient et, en affectant la conscience, causer une terreur si extrême que le cambrioleur potentiel s'enfuit. Nous ne sommes pas concernés par les formes de pensée qui ne sont que des entités stupides simplement créées par des prêtres morts depuis longtemps et réglées pour accomplir certaines tâches, la garde de tombeaux contre des envahisseurs. Nous sommes concernés pour l'instant par les esprits élémentaires.

Les esprits élémentaires, comme nous l'avons déclaré, sont un peuple de l'esprit dans les premiers stades de développement. Dans le monde de l'esprit, le monde astral, ils correspondent en gros à la position occupée par les singes dans le monde humain. Les singes sont irresponsables, espiègles, fréquemment malveillants et agressifs et n'ont aucun grand pouvoir de raisonnement qui leur est propre. Ce ne sont, comme on pourrait dire, que des masses de protoplasme animées. Les esprits élémentaires, occupant à peu près la même position dans le monde astral que les singes dans le monde humain, sont des formes qui se déplacent plus ou moins sans but ; ils jacassent et prennent d'étranges expressions horrifiantes, ils font des gestes menaçants à un humain voyageant dans l'astral mais, bien sûr, ils ne peuvent faire aucun mal. Gardez toujours cela à l'esprit : ils ne peuvent faire aucun mal.

Si vous avez déjà eu le malheur d'aller dans un hôpital psychiatrique et de voir des cas réellement graves de dérangement mental, vous aurez été choqué de la manière dont certains des pires cas s'approchent d'une personne et font des gestes menaçants, ou bien vides de sens. Ils salivent et bavent, mais comme ils sont de mentalité très inférieure, s'ils se trouvent confrontés à quelqu'un de déterminé, ils se retirent toujours.

Quand vous vous déplacez à travers les plans astraux inférieurs vous pouvez rencontrer cette peuplade, quelques-unes de ces étranges, bizarres créatures. Parfois si un voyageur est timide, ces créatures se rassemblent autour de lui et essaient de l'énerver. Il n'y a aucun mal à cela, elles sont tout à fait inoffensives, vraiment, à moins qu'une personne n'ait peur d'elles. Quand on commence le voyage astral on trouve souvent deux ou trois de ces basses entités assemblées à proximité pour voir comment on "se débrouille", à peu près de la même façon qu'un certain type de personne aime regarder un conducteur débutant sortir en voiture pour la première fois. Les spectateurs espèrent toujours que quelque chose de sanglant ou palpitant va se produire et quelquefois si le nouveau conducteur est nerveux il, ou plus souvent elle, va entrer en collision avec un réverbère ou quelque chose d'autre, pour le plus grand plaisir des spectateurs. Les spectateurs, comme tels, ne veulent pas faire de mal mais sont simplement des amateurs de sensations qui essaient d'avoir du plaisir à bon marché. Il en va ainsi pour les esprits élémentaires ; ils sont là simplement pour un divertissement facile. Ils aiment voir l'embarras des humains ; ainsi, si vous montrez que vous avez peur, ces esprits élémentaires seront enchantés et continueront leurs gesticulations, leurs approches féroces et menaçantes. En réalité, ils ne peuvent rien faire du tout à un humain ; ils sont comme des chiens qui ne font qu'aboyer et un chien qui aboie ne fait aucun mal. De plus, ils ne peuvent vous ennuyer que dans la mesure où, par votre peur, vous le leur permettez.

N'ayez aucune crainte, rien du tout ne peut vous arriver. Vous quittez votre corps, vous vous élevez dans le plan astral et environ quatre-vingt-dix ou quatre-vingt-dix-neuf fois sur cent vous ne verrez aucune de ces basses entités. De nouveau, vous les verrez seulement si vous avez peur d'elles. Normalement vous vous élancerez vers le haut et au-delà de leur domaine ; elles sont groupées tout au fond du plan astral tout comme des vers sont agglomérés au fond d'une rivière ou de la mer.

En vous déplaçant dans les plans astraux vous aurez connaissance de nombreux événements remarquables. Vous apercevrez peut-être dans le lointain de grands et brillants rayons de lumière. Ils proviennent des plans d'existence actuellement au-delà de votre portée. Vous rappelez-vous notre clavier ? L'entité humaine, tandis qu'elle est dans la chair, ne peut être consciente que de trois ou quatre "notes", mais en sortant du corps et en entrant dans le monde astral, vous avez étendu votre gamme de "notes" un peu vers le haut, vous avez étendu cette gamme suffisamment pour prendre conscience qu'il y a de plus grandes choses devant vous. Certaines de ces "choses" sont représentées par des lumières brillantes qui sont si brillantes que vous ne pouvez pas vraiment voir ce qu'elles sont.

Mais pour le moment contentons-nous de l'astral moyen. Ici vous pouvez rendre visite à vos amis ou vos parents, vous pouvez visiter les villes du monde et voir les grands édifices publics, vous pouvez lire des livres dans des langues inconnues, car souvenez-vous, dans l'astral moyen vous connaissez toutes les langues. Vous aurez besoin de pratiquer le voyage astral. Voici une description de ce à quoi cela ressemble, une description qui peut être votre propre expérience avec de la pratique.

Le jour avait vieilli et les ombres de la nuit étaient tombées, laissant le crépuscule pourpre qui devint graduellement de plus en plus sombre jusqu'à ce que, finalement, le ciel tourna à l'indigo, puis au noir. De petites lumières avaient surgi un peu partout, les lumières d'un blanc-bleuâtre qui illuminaient les rues, les lumières jaunâtres qui étaient les lumières à l'intérieur des maisons ; peut-être étaient-elles teintées quelque peu par les stores ou les rideaux à travers desquels elles brillaient.

Le corps reposait dans le lit, pleinement conscient, tout à fait détendu. Graduellement vint une légère sensation de craquement, une sensation comme si quelque chose s'échappait, se déplaçait. Il y eut la plus légère des légères démangeaisons dans tout le corps ; graduellement vint une séparation. Au-dessus du corps couché un nuage se forma à l'extrémité d'une Corde d'Argent brillante ; le nuage commença comme une masse indistincte, quelque chose comme une grosse tache d'encre flottant dans l'air. Lentement il prit la forme d'un corps humain, se forma et s'éleva de trois ou quatre pieds où il se balança et se tourna. Pendant quelques secondes le corps de l'astral s'éleva plus haut, puis les pieds s'inclinèrent. Lentement il redescendit pour être debout au pied du lit en train de regarder le corps physique qu'il venait juste de quitter et auquel il était toujours attaché.

Dans la chambre les ombres dansantes se glissèrent dans les coins comme d'étranges animaux tenus à distance. La Corde d'Argent vibrait et brillait d'une lumière terne bleue-argentée, le corps astral lui-même était bordé d'une lumière bleue. La silhouette dans l'astral regarda autour d'elle et puis abaissa son regard sur le corps physique se reposant confortablement sur le lit. Les yeux étaient maintenant fermés, la respiration était calme et peu profonde, il n'y avait aucun mouvement, aucune contraction, le corps semblait reposer confortablement. La Corde d'Argent ne vibrait pas, donc il n'y avait aucune indication d'inconfort.

Satisfaite, la forme astrale silencieusement et lentement s'éleva dans les airs, passa à travers le plafond de la chambre et à travers le toit au-dessus et sortit dans l'air de la nuit. La Corde d'Argent s'allongea mais ne diminua pas d'épaisseur. C'était comme si la silhouette astrale était un ballon plein de gaz attaché à la maison qui était le corps physique. La silhouette astrale s'éleva jusqu'à ce qu'elle soit à cinquante, cent, deux cents pieds (approx. 15, 30, 60 m) au-dessus des toits. Là, elle s'arrêta, flotta oisivement et regarda autour d'elle.

Venant des maisons tout au long de la rue et des rues au-delà, il y avait de faibles lignes bleues qui étaient les Cordes d'Argent des autres personnes. Elles se déployaient toujours plus haut et disparaissaient dans la distance illimitée. Les gens voyagent toujours la nuit qu'ils le sachent ou non, mais seuls les plus favorisés, ceux qui pratiquent, reviennent avec la connaissance complète de tout ce qu'ils ont fait.

Cette forme astrale particulière flottait au-dessus des toits, regardant autour d'elle, décidant où aller. Enfin elle décida de visiter un très, très lointain pays. À l'instant de sa décision elle s'élança à une vitesse fantastique, tourbillonnant presque à la vitesse de la pensée à travers les terres, à travers les mers et comme elle en traversait une, au-dessous d'elle de grandes vagues aux crêtes blanches bondissaient vers le ciel. À un moment donné de son voyage elle regarda attentivement un grand paquebot courant à travers une mer agitée avec toutes ses lumières allumées et le son de la musique venant des ponts. La forme astrale prit de la vitesse, dépassant le temps. La nuit fit place à la soirée précédente ; la forme astrale rattrapait le temps, la nuit fit place à la soirée et la soirée, à son tour, fut dépassée et devint la fin de l'après-midi. La fin de l'après-midi fut devancée et devint alors midi. Enfin, dans la lumière brillante du soleil la silhouette astrale vit ce qu'elle était venue voir, le pays si lointain, un pays tendrement aimé avec ces gens tendrement aimés. Doucement, la silhouette astrale descendit sur la terre et se mêla, invisible, inaudible, parmi ceux qui étaient dans le corps physique.

Finalement il se produisit un tiraillement insistant, une traction de la Corde d'Argent. Loin, tout au loin dans un pays différent, le corps physique qui avait été laissé derrière sentait le point du jour et rappelait son astral. Pendant quelques instants l'astral s'attarda, mais finalement l'avertissement ne pouvait plus être ignoré. La forme ombragée s'éleva en l'air, se tint immobile en équilibre pour un moment comme un pigeon voyageur, puis s'éloigna à toute allure à travers les cieux, fila comme un éclair à travers les terres, les mers, et se retrouva à l'emplacement du toit. D'autres cordes frémissaient aussi, d'autres personnes retournaient à leur corps physique, mais cette forme astrale particulière traversa le toit et émergea à travers le plafond au-dessus de la silhouette endormie de son physique. Légèrement, lentement, elle se laissa couler et se plaça précisément au-dessus du corps physique. Lentement, doucement, avec un soin infini elle descendit et fusionna avec ce corps physique. Pendant un moment il y eut une sensation de froid intense, une sensation de grisaille, d'un poids lourd qui s'enfonce. Envolées la légèreté, la sensation de liberté, les couleurs brillantes expérimentées dans le corps astral ; à la place il y avait le froid. C'était comme si un corps chaud endossait un vêtement mouillé.

Le corps physique remua et les yeux s'ouvrirent. À l'extérieur, les premières lueurs de la lumière du jour se montraient au-dessus de l'horizon. Le corps remua et dit : "Je me rappelle toutes mes expériences de la nuit".

Vous aussi pouvez avoir de telles expériences, vous aussi pouvez voyager dans l'astral, vous pouvez voir ceux que vous aimez et plus les liens entre vous et ceux que vous aimez sont forts, plus le voyage se fera facilement. Cela demande de la pratique et plus de pratique encore. Selon les anciens récits Orientaux, il y a très très longtemps toute l'humanité pouvait voyager dans l'astral, mais parce que tant de gens ont abusé de ce privilège, il lui fut retiré. Pour ceux qui sont purs en pensée, pour ceux qui sont purs en esprit, la pratique va leur apporter la libération du poids lourd et rassasié du corps et leur permettra d'aller là où ils veulent.

Vous ne le ferez pas en cinq minutes ni en cinq jours. Vous devez "imaginer" que vous pouvez le faire. Tout ce que vous croyez être, vous l'êtes. Tout ce que vous croyez pouvoir faire, vous pouvez le faire. Si vous y croyez vraiment, si vous croyez sincèrement que vous pouvez faire une chose, alors vous pouvez faire cette chose. Croyez, croyez et avec de la pratique vous voyagerez dans l'astral.

Encore une fois, n'ayez aucune crainte car dans l'astral personne ne peut vous faire de mal, aussi effrayant, aussi terrifiant que puisse être l'aspect des entités inférieures que, bien qu'il y ait une possibilité, vous ne verrez probablement pas. Elles ne peuvent rien vous faire à moins que vous n'ayez peur. L'absence de crainte assure votre protection absolue.

Ainsi, allez-vous pratiquer, allez-vous décider où aller ? Étendez-vous sur votre lit vous devez être seul dans votre lit, bien entendu et dites-vous que cette nuit vous irez à tel ou tel endroit pour voir telle ou telle personne et que quand vous vous réveillerez au matin, vous vous souviendrez de tout ce que vous avez fait. La pratique est tout ce qu'il faut pour rendre ceci réalisable.

 

LEÇON ONZE

Le sujet du voyage astral est, bien sûr, d'importance capitale et pour cette raison il pourrait être avantageux de consacrer cette Leçon à de plus amples notes concernant ce passe-temps tout à fait fascinant.

Nous suggérons que vous lisiez soigneusement cette Leçon, la lisiez au moins aussi méticuleusement que vous avez lu les autres Leçons et décidiez ensuite quelques jours à l'avance d'une soirée qui sera la soirée de votre Expérience. Préparez-vous en pensant que le soir choisi vous allez sortir de votre corps et rester totalement conscient, vous rendant parfaitement compte de tout ce qui arrive.

Comme vous le savez, il y a beaucoup dans le processus de la préparation en décidant à l'avance ce que l'on va faire. Jadis les Anciens utilisaient des "incantations", autrement dit ils répétaient un mantra (c'est-à-dire une forme de prière) qui avait comme objectif de subjuguer le sub-conscient. En répétant leur mantra, le conscient un dixième de nous seulement était capable d'envoyer un ordre impératif au subconscient. Vous pourriez avoir un mantra comme celui-ci :

"Tel et tel jour je vais voyager dans le monde astral et je vais demeurer entièrement conscient de tout ce que je vais faire et entièrement conscient de tout ce que je vais voir. Je vais me souvenir de tout cela et me le rappeler parfaitement quand je serai de nouveau dans mon corps. Je vais y arriver sans faute".

Vous devriez répéter ce mantra par groupes de trois, c'est-à-dire que vous devriez le dire, puis l'ayant dit vous devriez le répéter, puis l'ayant répété vous devriez l'affirmer encore une fois. Le mécanisme de l'affaire est quelque chose comme ceci : On déclare une chose, ce n'est pas assez pour alerter le sub-conscient parce que l'on est toujours en train de déclarer des choses et nous sommes certains que le sub-conscient pense que la partie consciente de nous est très bavarde ! Ainsi, dire notre mantra une fois n'alerte pas du tout notre subconscient. La deuxième fois que les mêmes mots sont prononcés, et ils doivent être énoncés tout à fait identiquement, le sub-conscient commence à faire attention. À la troisième affirmation le sub-conscient se demande ce qu'il en est comme on pourrait dire et est pleinement réceptif à notre mantra et le mantra est reçu et enregistré. En supposant que vous récitiez vos trois affirmations le matin, vous aurez à les répéter (quand vous êtes seul, bien sûr) à midi, encore une fois l'après-midi et de nouveau avant de vous retirer pour aller dormir. C'est comme pour enfoncer un clou ; vous avez votre clou, vous appuyez la pointe sur un morceau de bois, mais un seul coup ne suffit pas ; vous devez continuer à donner des coups de marteau jusqu'à ce que le clou pénètre dans le bois à la profondeur désirée. De façon semblable, les affirmations administrent des coups qui enfoncent les déclarations désirées dans la conscience du sub-conscient.

Ceci n'est pas du tout une nouvelle invention, c'est aussi vieux que l'humanité elle-même, car les très anciens peuples des temps révolus en savaient long au sujet des mantras et des affirmations ; c'est seulement nous, des temps modernes, qui avons oublié ou peut-être qui sommes devenus cyniques au sujet de toute cette affaire. Pour cette raison nous insistons sur la nécessité de réciter pour vous seul ces affirmations sans rien en dire à personne, car si des sceptiques apprennent à leur sujet, ils riront de vous et jetteront peut-être le doute dans votre esprit. Ce sont les gens qui rient et font planer le doute qui ont empêché les adultes de voir les Esprits de la Nature et de pouvoir converser télépathiquement avec les animaux. Souvenez-vous en.

Vous vous êtes donc décidé pour une soirée d'un jour approprié et quand arrive le jour en question, vous devez faire tous vos efforts pour rester tranquille, rester en paix avec vous-même et avec tous et chacun. Ceci est d'une importance capitale. Il ne doit y avoir aucun conflit en vous qui pourrait vous rendre agité. Par exemple, supposez que vous ayez eu une violente discussion avec quelqu'un ce jour-là, vous vous mettrez alors à penser à ce que vous auriez dit si vous aviez eu plus de temps pour réfléchir, vous penserez aux choses qui vous ont été dites et toute votre attention ne sera pas concentrée sur le voyage astral. Si vous êtes dérangé ou bouleversé au jour choisi, remettez votre voyage astral conscient à un jour plus paisible. Mais en supposant que tout soit tranquille et que vous ayez pensé toute la journée au voyage astral avec un plaisir anticipé, de même que vous anticiperiez avec grand plaisir un voyage chez une personne aimée qui vit si loin de vous que ce serait vraiment un événement de faire un tel voyage, alors allez dans votre chambre, déshabillez-vous lentement en restant calme et en respirant régulièrement. Quand vous êtes prêt mettez-vous au lit, assurez-vous que votre vêtement de nuit est tout à fait confortable, c'est-à-dire qu'il ne doit pas être serré au cou et ne doit pas non plus être serré autour de la taille, car si vous avez des distractions comme un col serré ou une ceinture serrée, cela irrite le corps physique et peut provoquer une secousse au moment crucial. Assurez-vous que la température de votre chambre soit le plus confortable pour vous, c'est-à-dire ni trop chaude ni trop froide. Tant mieux si vous avez peu de couvertures sur le lit parce qu'il ne faut pas se sentir oppressé par un poids excessif de tissu sur soi.

Éteignez la lumière de votre chambre et vous aurez, bien sûr, pris soin de vérifier que vos rideaux soient bien fermés afin qu'aucun rayon de lumière vagabond ne puisse scintiller dans vos yeux au mauvais moment. Le tout accompli de façon satisfaisante, étendez-vous confortablement.

Installez-vous, laissez-vous mollir, laissez-vous devenir complètement et absolument détendu. Ne vous endormez pas si vous le pouvez, quoique si vous avez bien répété votre mantra le sommeil ne sera pas un problème puisque vous vous souviendrez quand même. Nous vous conseillons de rester éveillé si vous le pouvez parce que c'est réellement intéressant, ce premier voyage hors du corps.

Étendu confortablement de préférence sur le dos imaginez que vous poussez un autre corps hors de vous-même, imaginez que la forme fantomatique de l'astral est poussée dehors. Vous pouvez la sentir monter, quelque chose comme un bouchon de liège soulevé par l'eau, vous pouvez la sentir se retirer des molécules de votre propre corps de chair. Il y a un très léger picotement, puis vient un moment où le picotement cesse pratiquement. Soyez prudent ici parce qu'à moins que vous n'y preniez garde le prochain mouvement sera un coup sec et si vraiment vous tressaillez violemment votre corps astral reviendra avec un bruit sourd dans le physique.

La plupart des gens, en fait nous pourrions presque dire tout le monde, ont eu l'expérience d'apparemment chuter tout juste au moment de s'endormir. Les éminents experts ont affirmé que c'est une relique de ces temps où les humains étaient des singes. En réalité, cette sensation de chute est causée par un sursaut qui fait RETOMBER le corps astral à peine libéré dans le corps physique. Souvent cela fera sursauter la personne au point de la réveiller complètement, mais quoi que ce soit il y a habituellement un mouvement convulsif ou une violente secousse et le corps astral retourne sans avoir fait plus que quelques pouces en dehors du physique.

Si vous êtes au courant qu'il y a une possibilité de sursaut, alors vous ne sursauterez pas, aussi laissez-vous prendre conscience des difficultés afin de pouvoir les surmonter. Quand le léger picotement s'arrête ne faites aucun mouvement du tout et il y aura une soudaine fraîcheur, une sensation comme si quelque chose vous avait quitté. Vous pouvez avoir l'impression qu'il y a quelque chose juste au-dessus de vous comme si, pour le dire crûment, quelqu'un laissait tomber un oreiller sur vous. Ne soyez pas troublé ; si vous n'êtes pas troublé la prochaine chose que vous saurez est que vous êtes en train de vous regarder peut-être de l'extrémité du lit ou même du plafond regardant vers le bas.

Examinez-vous avec autant de calme que vous pouvez y parvenir en cette première occasion parce que vous ne vous voyez jamais aussi clairement que vous le faites en cette première excursion. Vous vous regarderez et sans doute vous vous exclamerez avec étonnement en découvrant que vous ne ressemblez à rien de ce que vous vous attendiez. Nous savons que vous vous regardez dans des miroirs, mais une personne ne voit pas une vraie réflection même dans le meilleur miroir. La gauche et la droite sont inversées, par exemple et il existe d'autres distorsions. Il n'y a rien comme de vous retrouver face à face avec vous-même !

Après vous être examiné, vous devriez alors vous pratiquer à vous déplacer dans la pièce, regarder dans un placard ou dans une commode, constater avec quelle facilité vous pouvez aller n'importe où. Examinez le plafond, examinez ces endroits que vous ne pouvez normalement atteindre. Sans doute allez-vous trouver beaucoup de poussière dans ces endroits inaccessibles et cela vous permettra une autre expérience utile ; essayez de laisser vos empreintes dans la poussière et constatez que vous ne le pouvez pas. Vos doigts, votre main et votre bras aussi bien passent à travers le mur sans la moindre sensation.

Quand vous êtes convaincu que vous pouvez vous déplacer à volonté, regardez entre votre astral et votre physique. Voyez-vous comme votre Corde d'Argent scintille ? Si vous avez déjà visité un ancien atelier de forgeron vous vous souviendrez de la façon dont le métal chauffé au rouge étincelle quand il est frappé par le marteau du forgeron, mais dans ce cas-ci, au lieu d'étincelles rouge-cerise, elles seront bleues ou même jaunes. Éloignez-vous de votre corps physique et vous constatez que la Corde d'Argent s'étire sans aucun effort, sans aucune diminution de diamètre. Regardez de nouveau votre corps physique et puis allez là où vous avez planifié, pensez à la personne ou à l'endroit sans faire le moindre effort, pensez juste à la personne et l'endroit.

Vous vous élèverez à travers le plafond, vous verrez votre maison et votre rue au-dessous. Puis, si c'est votre premier voyage conscient, vous vous dirigerez assez lentement vers votre destination. Vous avancerez lentement, assez pour reconnaître le terrain au-dessous de vous. Quand vous serez habitué à faire le voyage astral consciemment vous irez avec la vitesse de la pensée et quand vous pourrez le faire il n'y aura pas la moindre limite à vos déplacements.

Quand vous êtes habitué à voyager dans l'astral vous pouvez aller absolument n'importe où et non pas seulement n'importe où sur cette Terre. Le corps astral ne respire pas d'air et ainsi vous pouvez aller dans l'espace, vous pouvez aller sur d'autres mondes ; plusieurs personnes le font. Malheureusement, à cause des conditions actuelles, ils ne se souviennent pas où ils vont. Vous, avec de la pratique, pouvez être différent.

Si vous trouvez cela difficile de vous concentrer sur la personne que vous vous proposez de visiter, il est suggéré que vous ayez une photographie de cette personne ; non pas une photographie encadrée, car si vous avez une photographie encadrée au lit vous pouvez rouler dessus et briser le verre, risquant ainsi des coupures. Prenez une photographie ordinaire sans cadre et tenez-la dans vos mains. Avant d'éteindre la lumière jetez un long long regard sur la photographie, puis éteignez la lumière et essayez de retenir une impression visuelle de la personne dont les traits sont sur cette photographie. Cela peut vous faciliter les choses.

Certaines personnes ne peuvent voyager dans l'astral si elles sont à l'aise, si elles ont bien mangé ou sont bien au chaud. Certaines personnes peuvent voyager consciemment dans l'astral seulement quand elles sont inconfortables, quand elles ont froid ou faim et c'est en effet un fait, quoiqu'il soit stupéfiant, que certains mangent délibérément quelque chose qui ne leur convient pas afin d'avoir des brûlures d'estomac ! Alors, ils peuvent voyager dans l'astral sans difficulté particulière. Nous supposons que la raison en est que le corps astral en a assez de l'inconfort du corps physique.

Au Tibet et en Inde il y a des ermites qui sont emmurés, qui ne voient jamais la lumière du jour. Ces ermites sont alimentés peut-être une fois tous les trois jours et alimentés juste assez pour que la vie puisse être maintenue, afin que la flamme faiblement vacillante de la vie ne puisse pas être éteinte. Ces hommes sont capables de voyager dans l'astral tout le temps et ils voyagent dans la forme astrale partout où il y a quoi que ce soit qui peut être appris. Ils voyagent afin de pouvoir s'entretenir avec ceux qui sont télépathiques, ils voyagent afin de pouvoir peut-être influencer les choses pour le bien. Il est possible que dans vos propres voyages astraux vous rencontriez des hommes tels que ceux-ci et si c'est le cas, vous serez vraiment béni, car ils s'arrêteront et vous donneront des conseils et vous diront comment vous pouvez progresser davantage.

Lisez et relisez cette Leçon. Nous répétons encore que seules la pratique et la foi sont nécessaires pour que vous aussi puissiez voyager dans l'astral et soyez libéré pour un temps des soucis de ce monde.

 

LEÇON DOUZE

Il est tellement plus facile de se livrer au voyage astral, à la clairvoyance et autres recherches métaphysiques semblables si une base appropriée est d'abord préparée. La formation métaphysique exige de la pratique, une pratique considérable, constante. Il n'est pas possible de lire quelques instructions imprimées et ensuite partir immédiatement sans pratique pour un lointain voyage dans l'astral. Vous devez pratiquer constamment.

Personne ne s'attendrait à ce qu'un jardin croisse à moins que des graines n'aient été plantées dans un sol approprié. Ce serait extrêmement inhabituel pour une belle rose de pousser dans une roche de granit. Par conséquent il apparaît que vous ne pouvez espérer la clairvoyance, ou n'importe quel autre art occulte, de s'épanouir là où l'esprit est fermé et scellé, là où l'esprit est une constante cacophonie de pensées désordonnées. Nous allons plus tard approfondir le sujet de la tranquillité parce que le désordre actuel de pensées insignifiantes et le beuglement constant de la radio et de la télévision étouffent vraiment les talents métaphysiques.

Les Sages d'autrefois exhortaient "Sois tranquille et sache que je suis en toi". Les vieux sages consacraient presque toute une existence à la recherche métaphysique avant de consigner un seul mot par écrit. De nouveau, ils se retiraient dans le désert, en un endroit où il n'y avait aucun bruit de la prétendue civilisation, là où ils étaient exempts de distractions, où personne ne pourrait laisser tomber un seau ou une bouteille ! Vous avez l'avantage de pouvoir retirer beaucoup de bienfaits des expériences de vie des anciens et vous pouvez profiter de tout cela sans devoir passer la majeure partie de votre vie à étudier ! Si vous êtes sérieux, et si vous n'étiez pas sérieux vous ne liriez pas ceci, vous voudrez vous préparer, vous rendre prêt pour le développement rapide de l'esprit et le meilleur moyen de le faire est premièrement de se détendre.

La plupart des gens n'ont aucune idée de ce que "se détendre" veut dire. Ils pensent que de s'effondrer dans une chaise est assez bon, mais ce n'est pas le cas. Pour vous détendre vous devez laisser tout votre corps devenir souple, vous devez vous assurer que tous vos muscles sont sans tension. Vous ne pouvez faire mieux que d'examiner un chat, regarder comment le chat "se laisse aller" complètement. Le chat entrera, tournera en rond un moment et puis s'étendra en un tas plus ou moins informe. Le chat ne s'inquiète pas du tout de savoir s'il laisse voir quelques pouces de patte ou s'il a l'air peu gracieux ; un chat vient pour se reposer, se détendre et la relaxation est donc la seule pensée dans l'esprit du chat. Un chat peut s'affaler et tomber immédiatement endormi.

Chacun sait probablement qu'un chat peut voir des choses que les humains ne peuvent pas. C'est parce que les perceptions du chat sont plus élevées sur notre "clavier" et ainsi il peut voir dans l'astral à tout moment et un voyage dans l'astral pour un chat n'est rien de plus que pour nous de traverser une pièce. Imitons donc le chat parce qu'ainsi nous serons sur un terrain ferme et nous pourrons construire notre structure de connaissance métaphysique sur une base solide et durable.

Savez-vous comment vous détendre ? Pourriez-vous, sans autres instructions, devenir souple, capable de capter des impressions ? Voici comment nous nous y prendrions ; couchez-vous dans n'importe quelle position qui soit confortable. Si vous voulez avoir les jambes écartées ou les bras écartés écartez-les. Tout l'art de la relaxation est d'être complètement et parfaitement à l'aise. Ce sera beaucoup mieux si vous vous détendez dans l'intimité de votre propre chambre parce que beaucoup de personnes, plus particulièrement les femmes, n'aiment pas que quelqu'un les voit dans ce qu'elles imaginent à tort être une attitude disgracieuse et pour vous détendre vous devez oublier tout ce qui concerne la grâce conventionnelle et, vraiment, tout ce qui concerne les conventions.

Imaginez que votre corps est une île peuplée par de très petites personnes qui sont toujours obéissantes à vos ordres. Vous pouvez penser, si vous aimez, que votre corps est un vaste complexe industriel avec des techniciens extrêmement bien formés, extrêmement obéissants, placés dans les divers contrôles et "centres nerveux" qui composent votre corps. Alors, quand vous voulez vous détendre, dites à ces gens que l'usine est fermée, dites-leur que pour le moment vous désirez qu'ils vous laissent, qu'ils "arrêtent" leurs machines, ferment les "centres nerveux" et s'en aillent pour l'instant.

Étendu à l'aise, imaginez délibérément une multitude de ces petites personnes dans vos orteils, dans vos pieds, dans vos genoux partout, en fait. Imaginez-vous jetant d'en haut un regard sur votre corps au-dessous et sur toutes ces petites personnes qui tirent sur vos muscles et font se contracter vos nerfs. Contemplez-les au-dessous de vous comme si vous étiez quelque grand personnage haut, haut dans le ciel ; regardez ces gens et puis adressez-vous à eux en esprit. Dites-leur de sortir de vos pieds, quitter vos jambes, ordonnez-leur de partir de vos mains et de vos bras, dites-leur de se rassembler dans l'espace entre votre nombril et l'extrémité de votre sternum. Le sternum, laissez-nous vous rappeler, est l'os rejoignant à l'avant les côtes de la cage thoracique. Si vous passez vos doigts au milieu de votre corps entre vos côtes, vous constaterez qu'il y a une barre de matière dure et c'est en réalité le sternum. Passez vos doigts un peu plus bas jusqu'à ce que la matière dure se termine. Ainsi entre cet endroit et votre ombilic se trouve l'endroit désigné. Ordonnez à toutes ces petites personnes de se rassembler dans cet espace, imaginez que vous les voyez avançant vers le haut de vos membres en rangs serrés comme des ouvriers quittant une usine occupée à la fin de la journée.

En venant à l'endroit désigné ils auront déserté vos jambes et vos bras et ainsi ces membres seront sans tension, sans sensation même, puisque ces petites personnes sont celles qui font marcher votre mécanisme, celles qui alimentent les relais et les centres nerveux. Vos bras et vos jambes alors, sans être précisément engourdis, seront sans aucune sensation de tension, sans aucune sensation de fatigue. Nous pourrions dire qu'ils ne sont pratiquement "plus là".

Maintenant vous avez tout ce petit monde rassemblé à l'endroit fixé comme autant d'ouvriers d'usine assistant à un rassemblement politique ! Contemplez-les en imagination pendant quelques instants, laissez votre regard les englober tous puis, fermement, avec assurance, dites-leur de partir, dites-leur de quitter votre corps jusqu'à ce que vous leur donniez l'ordre de revenir. Dites-leur de suivre la Corde d'Argent et de s'éloigner de vous. Ils doivent vous laisser en paix tandis que vous méditez, tandis que vous vous détendez.

Imaginez cette Corde d'Argent s'étendant loin de votre corps physique dans les grands royaumes au-delà. Imaginez que cette Corde d'Argent est comme un tunnel, comme un métro et représentez-vous tous les voyageurs à l'heure de pointe dans une ville comme Londres ou New York ou Moscou imaginez-les tous quittant la ville en même temps et partant vers les banlieues ; pensez à un chargement de train après un autre chargement de train emportant tous ces ouvriers au loin, laissant la ville comparativement silencieuse. ORDONNEZ à ces petites personnes de faire cela pour vous c'est très facile avec de la pratique ! alors vous serez tout à fait sans tension, vos nerfs ne seront plus irrités et vos muscles ne seront plus tendus. Restez simplement tranquille, laissez votre esprit "tourner au ralenti". Ce à quoi vous pensez n'a aucune importance, cela n'a aucune importance même si vous ne pensez pas. Laissez cela continuer pendant quelques instants tout en respirant lentement, régulièrement, puis chassez ces pensées à peu près de la même façon que vous avez chassé vos "ouvriers".

Les humains sont tellement occupés avec leurs petites pensées insignifiantes qu'ils n'ont aucun temps pour les choses plus grandes de la Plus Grande Vie. Les gens sont si occupés à se demander quand aura lieu la prochaine vente ou combien de coupons d'échange sont offerts gratuitement cette semaine ou de savoir ce qui se passe à la télé, qu'ils n'ont aucun temps pour s'occuper des choses qui comptent réellement. Toutes ces choses quotidiennes terre-à-terre sont complètement insignifiantes. Est-ce que ça aura de l'importance dans cinquante ans que tel ou tel endroit ait vendu ses robes à prix réduit aujourd'hui ? Mais la façon dont vous progressez maintenant prendra toute son importance dans cinquante ans, car gardez cette pensée à l'esprit qu'aucun homme ni aucune femme n'a jamais réussi à emporter un seul sou au-delà de cette vie, mais que chaque homme et chaque femme emporte dans la vie suivante la connaissance acquise dans cette vie. C'est pourquoi les gens sont ici et de savoir si vous allez emporter de l'autre côté des connaissances valables ou juste un fouillis inutile de pensées sans rapport les unes avec les autres, est une question qui devrait engager votre plus sérieuse attention. Ainsi — ce Cours vous est utile, il peut influer sur tout votre avenir !

C'est la pensée la raison qui retient les humains dans leur très inférieure position actuelle. Les humains parlent de leur raison et disent qu'elle les distingue des animaux ; elle le fait en effet elle le fait ! Quelles autres créatures que les humains se lancent mutuellement des bombes atomiques ? Quelles autres créatures éventrent publiquement les prisonniers de guerre ou les dépouillent de leurs très utiles accessoires ? Pouvez-vous penser à une créature autre qu'un humain qui mutile des hommes et des femmes de telle façon spectaculaire ? Les humains, en dépit de leur supériorité tant vantée, sont à bien des égards plus inférieurs que les plus inférieures des bêtes. C'est parce que les humains ont de fausses valeurs, les humains ont soif d'argent seulement, n'ont envie que des choses matérielles de cette vie terrestre, tandis que les choses qui importent après cette vie sont les choses immatérielles que nous essayons de vous enseigner !

Laissez vos pensées être désactivées maintenant que vous vous détendez, rendez votre esprit réceptif. Si vous pratiquez et pratiquez encore, vous constaterez que vous pouvez arrêter les interminables pensées vides qui vous encombrent et que vous pouvez à la place percevoir les vraies réalités, que vous pouvez percevoir les choses de plans d'existence différents ; mais ces choses sont si complètement étrangères à la vie sur Terre si plaisamment étrangère, aussi qu'il n'existe aucun terme concret qui puisse décrire l'abstrait. Seule la pratique est nécessaire pour que vous aussi puissiez voir les choses de l'avenir.

Certains grands hommes peuvent tomber endormis pendant quelques instants et après quelques minutes peuvent de nouveau se réveiller reposés, l'inspiration brillant dans leurs yeux. Ce sont des gens qui peuvent arrêter leurs pensées à volonté et se régler pour capter la connaissance des Sphères. Cela aussi vous pouvez le faire avec de la pratique.

Il est vraiment très très nuisible pour ceux qui désirent le développement spirituel de s'engager dans la ronde vide, ordinaire, inutile, de la vie sociale. Les cocktails on peut difficilement penser à un plus mauvais passe-temps pour ceux qui essaient de se développer. Les liqueurs, les spiritueux et l'alcool détériorent le jugement psychique d'une personne, ils peuvent même conduire la personne dans l'astral inférieur où elle peut être tourmentée par les entités qui se délectent à attraper les humains au stade où ils ne peuvent même pas penser clairement. Elles trouvent cela extrêmement amusant. Mais les fêtes et les réceptions mondaines habituelles avec le bavardage absurde d'esprits vides essayant de cacher le fait que leurs esprits sont vides, est un spectacle pénible pour ceux qui essaient de progresser. Vous pouvez progresser seulement si vous vous tenez à l'écart de ces gens à l'esprit superficiel dont la pensée la plus profonde est sur le nombre de cocktails qu'ils peuvent boire à toute réception donnée ou qui préfèrent bavarder stupidement des problèmes des autres.

Nous croyons en la communion des âmes, nous croyons que deux personnes peuvent rester ensemble physiquement silencieuses, aucun mot n'ayant besoin d'être prononcé, pourtant ces personnes conversent télépathiquement par leurs "bons rapports". La pensée de l'un évoque une réponse dans l'autre. Il a été noté que parfois deux très vieilles personnes qui ont vécu ensemble de nombreuses années comme mari et femme peuvent anticiper leurs pensées mutuelles. Ces vieilles gens, sincèrement amoureux, ne s'engagent pas dans un babillage inutile ou dans le papotage ; ils s'assoient ensemble captant silencieusement le message passant d'un cerveau à l'autre. Ils ont appris trop tard les avantages qui viennent à quelqu'un d'une communion silencieuse, ils ont appris "trop tard" parce que les vieillards sont, littéralement, à la fin du voyage de la vie. Vous pouvez le faire tandis que vous êtes encore jeune.

Il est possible pour un petit groupe de personnes pensant de manière constructive de changer le cours entier des événements du monde. Malheureusement, il est trop difficile d'avoir un petit groupe de personnes qui soient si désintéressées, si peu égocentriques qu'elles soient capables d'arrêter leurs propres pensées égoïstes et de se concentrer seulement sur le bien du monde. Nous disons maintenant que si vous et vos amis êtes prêts à vous réunir et former un cercle, chacun de vous assis confortablement complètement à l'aise et vous faisant face les uns les autres, vous pouvez vous faire le plus grand bien à vous-même et aux autres.

Chaque personne devrait avoir ses orteils en contact. Chaque personne devrait avoir ses mains jointes. Aucune personne ne devrait en toucher une autre, bien sûr, mais chacune devrait être comme une unité physique séparée. Rappelez-vous les vieux Juifs, les très vieux Juifs ; ils savaient bien que quand ils marchandaient ils devaient se tenir les pieds ensemble et les mains jointes parce qu'ainsi les forces vitales du corps sont conservées. Un vieux Juif, essayant de conduire une dure négociation, prenait toujours le dessus de l'affaire s'il se tenait debout de cette façon particulière et que son adversaire ne prenait pas cette position. Il ne se tenait pas de cette manière par obséquieuse servilité, comme tant de personnes imaginent, mais parce qu'il savait comment conserver et utiliser les forces de son corps. Quand il avait atteint son objectif, alors il pouvait ouvrir toutes grandes ses mains et se tenir les jambes écartées, n'ayant plus besoin de conserver ses forces pour "l'attaque" puisqu'il était le vainqueur. Ayant atteint son but, il pouvait se détendre.

Si chacun de vous dans votre groupe garde ses pieds et ses mains ensemble, chacun de vous conservera son énergie corporelle. C'est à peu près comme d'avoir un aimant et de placer "une garde" entre les pôles afin de sauvegarder la force magnétique sans laquelle l'aimant ne serait qu'un simple morceau de métal inactif. Votre groupe devrait être assis en cercle, tous regardant plus ou moins fixement l'espace au centre du cercle, de préférence un espace sur le plancher parce qu'alors les têtes seront légèrement inclinées et c'est plus reposant et plus naturel. Ne parlez pas, restez simplement assis soyez CERTAINS de ne pas parler. Vous avez déjà décidé du thème de vos pensées, aussi aucune conversation de plus n'est nécessaire. Restez assis comme cela pendant quelques minutes. Graduellement chacun de vous sentira descendre sur lui une grande paix, chacun de vous se sentira comme inondé d'une lumière intérieure. Vous recevrez la véritable lumière spirituelle et sentirez que vous êtes "Un avec l'Univers".

Les offices religieux sont conçus avec cela dans l'esprit. Rappelez-vous que les premiers prêtres de toutes les églises étaient de très bons psychologues ; ils savaient comment formuler les choses afin d'obtenir les résultats désirés. On sait qu'on ne peut faire garder le silence à une foule entière de gens sans une constante direction et c'est ainsi qu'il y a de la musique et la pensée dirigée sous forme de prières. Si un prêtre, de n'importe quelle confession, se tient debout où tous les yeux peuvent se concentrer sur lui quand il dit certaines choses, il a alors gagné l'attention de chaque personne de l'assemblée ou de la congrégation, leurs pensées étant toutes dirigées dans un certain but. C'est une façon inférieure de le faire, mais une façon qui est nécessaire pour la production en série parmi un peuple qui ne consacrera pas le temps ou l'énergie nécessaire pour un plus grand développement sur d'autres lignes. Vous et vos amis pouvez, si vous le voulez, obtenir de bien meilleurs résultats en étant assis dans votre petit groupe et étant assis en silence.

Asseyez-vous en silence, chacun de vous essayant de se détendre, chacun de vous pensant à des choses pures ou pensant au sujet désigné. Ne vous inquiétez pas des factures d'épicerie de la semaine dernière que vous n'avez pas encore payées, ne vous préoccupez pas de savoir ce que sera la mode de la saison prochaine ; pensez, plutôt, à élever vos vibrations afin de pouvoir percevoir l'excellence, la grandeur de la vie à venir.

Nous parlons trop, nous tous, nous laissons nos cerveaux faire du tapage comme des machines qui n'ont aucune pensée. Si nous nous détendons, si nous restons plus souvent seuls et parlons moins quand nous sommes en compagnie des autres, des pensées d'une pureté plus grande que nous ne pouvons maintenant imaginer viendront nous inonder pour élever nos âmes. Certains des vieux campagnards qui étaient seuls toute la journée avaient de bien plus grandes pensées de pureté que n'importe quelle personne des villes du monde. Les bergers, en aucun cas des gens instruits, avaient un degré de pureté spirituelle que beaucoup de prêtres de haut niveau leur envieraient. C'est parce qu'ils avaient le temps d'être seuls, le temps de réfléchir et quand ils devenaient fatigués de réfléchir, leurs esprits devenaient vides et les grandes pensées de "l'autre côté" entraient.

Pourquoi ne pas pratiquer une demi-heure par jour ? Pratiquez assis ou allongé et rappelez-vous que vous devez être tout à fait à l'aise. Laissez votre esprit devenir calme. Souvenez-vous, "Sois tranquille et sache que je suis Dieu" est un dicton. Un autre est "Sois tranquille et connais ton Moi intérieur". Pratiquez de la façon suivante : Libérez-vous de la pensée, libérez-vous des soucis et des doutes et, au bout d'un mois, vous constaterez que vous êtes plus calme, vous êtes élevé spirituellement, vous êtes une personne vraiment différente.

Nous ne pouvons terminer cette leçon sans parler encore une fois des réceptions et des conversations futiles. Dans certaines écoles finissantes on enseigne qu'il faut "faire la conversation" afin d'être un bon hôte ou une bonne hôtesse. L'idée semble être à peu près celle que les invités ne peuvent jamais être laissés un moment dans le silence au cas où leurs propres pensées personnelles soient si sombres que leur perspective en devienne toute confuse. Nous disons, au contraire, qu'en offrant le silence nous fournirons une des choses les plus précieuses sur cette Terre, car dans le monde moderne il n'y a plus de silence ; il y a le grondement constant de la circulation, le hurlement constant des avions au-dessus de nos têtes et par-dessus tout, le beuglement insensé de la radio et de la télévision. Cela peut mener à la Chute de l'Homme une nouvelle fois. Vous, en offrant une oasis de silence, de paix et de tranquillité, pouvez faire beaucoup pour vous et pour vos semblables.

Essaierez-vous pour une journée et voir à quel point vous pouvez être silencieux ? Voir comment peu vous pouvez parler. Dites seulement ce qui est nécessaire et évitez tout ce qui est hors de propos, évitez tout ce qui n'est que commérage insensé et bavardage. Si vous faites cela consciemment et délibérément, vous serez parfaitement choqué à la fin du jour de voir à quel point normalement vous parlez de ce qui n'a pas la moindre importance.

Nous nous sommes longuement étendus sur le sujet du bavardage et du bruit et si vous pratiquez le silence vous constaterez que, là encore, nous avons raison. Beaucoup d'Ordres Religieux ont un Ordre du silence ; de nombreux moines et religieuses sont obligés de garder le silence et les autorités ne font pas cela pour punir ; elles le font parce qu'elles savent que ce n'est que dans le silence que l'on peut entendre les voix du Grand Au-delà.

 

LEÇON TREIZE

Qui ne s'est pas, à un moment ou l'autre, posé la question "Quel est le but de la vie sur Terre ? Est-il vraiment nécessaire d'avoir tant de souffrances, tant d'épreuves ?" En fait, bien sûr, il est nécessaire qu'il y ait de la souffrance, des épreuves et des guerres. Nous accordons trop de valeur aux choses de cette Terre, nous avons tendance à croire qu'il n'y a rien de plus important que la vie sur Terre. En réalité, sur Terre nous sommes simplement comme des acteurs sur une scène, changeant nos vêtements pour convenir au rôle que nous devons jouer et à la fin de chaque acte nous retirant pour un temps, pour revenir à l'acte suivant peut-être dans un costume différent.

Les guerres sont nécessaires. Sans guerres le monde serait bientôt surpeuplé. Les guerres sont nécessaires afin qu'il puisse y avoir des occasions de sacrifice de soi et pour que l'Homme s'élève au-dessus des limites de la chair au service des autres. Nous considérons la vie telle qu'elle est vécue sur ce monde comme la seule chose qui importe. En réalité, c'est la chose qui importe le moins.

Quand nous existons comme esprits, nous sommes indestructibles. Nous sommes à l'abri des épreuves et des maladies. Ainsi, l'esprit qui doit acquérir de l'expérience motive un corps de chair et d'os — un corps qui n'est pas autre chose qu'un morceau de protoplasme animé — afin que des leçons puissent être apprises. Sur Terre le corps est comme une marionnette, tressaillant et tressautant aux ordres du Sur-moi qui, à travers la Corde d'Argent, commande et reçoit des messages.

Voyons maintenant les choses sous un angle plutôt différent, si vous le voulez bien. Une personne qui vient sur la Terre peut-être pour la première fois est une créature impuissante, quelque chose comme un bébé et elle est incapable de faire des plans pour elle-même. Ainsi, des plans doivent être faits pour elle par d'autres personnes. Nous ne sommes pas concernés par ceux qui ne sont pas évolués puisque si vous êtes en train d'étudier ce Cours, cela démontre que vous avez atteint un niveau d'évolution vous rendant capable de planifier plus ou moins ce que vous avez à apprendre. Examinons la scène avant que l'on ne vienne sur Terre.

Une personne — une entité — est retournée au Sur-moi dans les plans astraux, est de retour d'une vie sur Terre. L'entité aura vu toutes les erreurs, toutes les fautes de cette vie et aura décidé, peut-être seule, peut-être en compagnie d'autres gens, que certaines leçons ne furent pas apprises et devront être entreprises de nouveau. C'est ainsi que des plans sont faits par lesquels l'entité redescendra dans un corps une nouvelle fois. Une recherche est faite pour trouver les parents qui offriront les conditions nécessaires au type d'environnement exigé cette fois. Ce qui veut dire que si une personne doit s'habituer à manipuler l'argent, elle naîtra de parents riches, ou bien si elle doit se sortir "des égouts", elle naîtra de parents vivant vraiment dans de très pauvres circonstances. Elle peut même devoir naître infirme ou aveugle ; tout cela dépend de ce qui doit être appris.

Un humain sur la Terre est comme un enfant dans une classe. Voyez la chose en termes de salles de classe. Un enfant est dans une classe avec plusieurs autres enfants. Pour une raison quelconque cet enfant particulier ne réussit pas très bien, ne maîtrise pas les leçons et ainsi, en fin de termes, donne de très pauvres résultats aux examens. Les professeurs décident que sur la base de son attitude générale et de ses notes durant l'année, en plus du gâchis général qu'il a fait des examens proprement dits, il n'est pas apte, n'est pas prêt à être promu à une classe supérieure. Ainsi l'enfant part en vacances à la fin de l'année scolaire avec la connaissance désolante que quand l'école recommencera, il devra revenir dans la même vieille classe !

Avec la reprise des activités scolaires, l'enfant qui ne fut pas promu retourne apprendre toutes les mêmes leçons, pour avoir une autre chance. Mais ceux qui ont étudié plus assidûment continuent, atteignent une classe supérieure et sont peut-être traités avec plus de considération par les professeurs parce que ces enfants sont ceux qui ont essayé, qui ont maîtrisé leurs leçons et ont progressé. Celui qui a été laissé derrière se sent emprunté avec les nouveaux membres de la classe, il a tendance à les regarder de haut pour le moment pour leur montrer que s'il n'est pas passé dans une classe supérieure c'est parce qu'il ne le voulait pas. Si à la fin de ce terme le garçon ne montre pas de signes de progrès, il se peut alors que les professeurs tiennent une conférence et peuvent même décider que le garçon est d'une mentalité inférieure et recommandent qu'il soit transféré dans un type différent d'école.

À l'école, si les enfants travaillent bien et progressent de manière satisfaisante au cours de leurs études, viendra le moment où ils auront à décider de ce qu'ils feront plus tard dans la vie. Seront-ils docteurs, avocats, charpentiers ou conducteurs d'autobus ? Quel que soit leur choix, ils devront entreprendre les études nécessaires. Un futur docteur aura à étudier des choses différentes de celles d'un futur conducteur d'autobus et les études nécessaires sont arrangées en consultation avec les professeurs.

Ainsi en va-t-il dans le monde de l'esprit ; avant qu'un humain naisse, plusieurs mois avant sa naissance, en fait, quelque part dans le monde de l'esprit se tient une conférence. La personne qui est sur le point d'entrer dans un corps humain discute avec des conseillers comment certaines leçons peuvent être apprises, à peu près de la même façon qu'un étudiant sur Terre discutera de ce qu'il doit étudier pour obtenir les qualifications désirées. Les conseillers spirituels sont en mesure de dire à l'étudiant sur le point d'entrer dans l'école du monde qu'il lui faudra devenir le fils ou la fille d'un certain couple marié ou même, d'un couple non marié ! Il y aura une discussion quant à ce qui doit être appris et quelles épreuves doivent être subies, car c'est un triste fait que l'épreuve enseigne plus rapidement et de manière plus permanente que ne le fait la bonté. Il est également important de noter que le fait qu'une personne soit à présent d'humble statut ne signifie nullement qu'elle le soit dans le monde de l'esprit. Souvent une personne sera dans une position servile dans une certaine vie afin que des leçons précises puissent être apprises ; pourtant cette personne peut être en vérité une très haute entité dans la vie de l'au-delà.

Il est malheureux que sur la Terre une personne soit jugée par la somme d'argent qu'elle possède ou par ce que ses parents étaient et cela, bien entendu, est tragiquement absurde. C'est comme juger un écolier, ou ses progrès, par la somme d'argent que son père possède plutôt que de le juger par ses propres progrès. Nous répétons que jusqu'à présent personne n'a jamais réussi à emporter ne serait-ce qu'un seul sou au-delà de la barrière de la mort, mais que toute la connaissance est emportée, chaque expérience vécue est conservée et emportée dans la vie de l'au-delà. Ainsi, ceux qui pensent que parce qu'ils ont un million ou environ pourront obtenir une place de devant au paradis, vont tristement et désagréablement se découvrir dans l'erreur. L'argent, la position, la race et la couleur n'ont pas la moindre importance ; la seule chose qui importe est le degré de spiritualité que l'on a atteint.

Revenons-en à notre esprit sur le point d'entrer dans une autre incarnation. Quand les parents qui conviennent ont été trouvés, alors, au moment approprié, l'esprit va pénétrer dans le corps en formation du bébé à naître et avec l'entrée dans le corps il se produira un effacement instantané des souvenirs conscients de la vie au-delà d'une telle entrée. Ce serait évidemment une chose terrible si le bébé se souvenait de quand il était, peut-être, très étroitement, très intimement lié à sa mère ou à son père ! Ce serait tragique et pénible si le bébé pouvait se rappeler que dans une vie passée il était un grand roi et qu'il était maintenant le plus pauvre des pauvres. Pour cette raison, parmi beaucoup d'autres, c'est un acte de compassion que la personne moyenne ne puisse pas se souvenir de sa vie passée, mais quand elle passe de nouveau à travers cette vie et retourne au monde de l'esprit, tout — TOUT — lui revient en mémoire.

Beaucoup de personnes adhèrent très rigidement à l'ancienne déclaration : "Honore ton père et ta mère." Bien que ce soit en effet un sentiment des plus louables, il devrait être clairement expliqué que beaucoup beaucoup de personnes sur la Terre ne reverront jamais leur père ou leur mère quand elles entreront dans le monde de l'esprit ! Dans l'ancien temps il était très nécessaire que les prêtres mettent tout en oeuvre pour gagner la coopération des parents afin que les jeunes hommes et les jeunes femmes ne quittent pas les tribus, parce que la richesse des tribus à l'époque reposait sur les jeunes gens. Plus la tribu était peuplée, plus facilement pouvait-elle vaincre les plus petites tribus. C'est ainsi que les prêtres exhortaient les enfants à obéir aux parents et les parents en particulier à obéir aux prêtres.

Permettez-nous de déclarer que sans aucun doute nous reconnaissons qu'effectivement les parents devraient être "honorés", à condition qu'ils le méritent. Nous déclarons également que si un parent est dominateur ou méchant ou tyrannique, alors ce parent a rejeté et dédaigné tout droit d'être "honoré". L'obéissance soumise que certains "enfants" accordent à leurs parents n'a aucune raison d'être. Certains "enfants" sont des adultes, sont mariés et ont peut-être déjà vécu un demi-siècle par leurs propres moyens, mais tremblent encore de peur et d'appréhension à la mention du nom d'un parent. Fréquemment cela conduit à une névrose et plutôt que d'inspirer l'amour, il peut y avoir de la crainte et de la haine mal dissimulée. Pourtant, ces "enfants" — peut-être âgés d'un demi-siècle ou plus — se sentent coupables parce qu'ils ont été élevés selon le commandement : "Honore ton père et ta mère".

Pour ceux ainsi affligés nous voudrions dire de nouveau tout à fait clairement, tout à fait catégoriquement, que si vous êtes malheureux avec vos parents, vous ne les reverrez jamais dans le monde de l'esprit. Dans le monde de l'esprit il y a la Loi d'Harmonie et il est absolument impossible que vous y rencontriez quelqu'un avec qui vous êtes incompatible. Ainsi, si vous êtes marié à un partenaire et que votre mariage en soit un de convenance, un mariage que vous avez peur de briser par crainte de ce que diront les voisins, vous ne rencontrerez jamais plus votre partenaire dans le monde de l'esprit, à moins qu'il ou qu'elle ne change si radicalement (ou si VOUS changez !) que vous ne deveniez tous deux compatibles.

Nous devons le répéter encore afin qu'il n'y ait aucune possibilité de malentendu : — Si vous et vos parents êtes incompatibles, si vous ne vous entendez pas, si vous n'êtes pas heureux ensemble, si vous n'êtes pas faits les uns pour les autres, alors vous ne vous rencontrerez sur aucun autre plan d'existence. La même chose s'applique à la famille, ou le mari et la femme. Ils doivent définitivement être compatibles et en complète harmonie avant de pouvoir se rencontrer de nouveau. C'est une des raisons pour laquelle il est nécessaire pour des esprits d'avoir un corps physique, pour que les leçons puissent être apprises, parce que ce n'est que dans le corps physique que deux entités antagonistes peuvent être mises en contact afin qu'elles puissent essayer "de lisser les bords rugueux" et arriver à une compréhension mutuelle.

Plus tard, dans une autre Leçon, nous aborderons les problèmes de Dieu ou des Dieux et des différentes formes de croyances religieuses. Par erreur les humains pensent qu'ils sont la plus haute forme d'existence. C'est tout à fait incorrect et encore une fois c'est une idée nourrie par les religions organisées. La pensée religieuse enseigne que l'Homme est fait à l'image de Dieu, donc, si l'Homme est fait à l'image de Dieu, il ne peut y avoir rien de supérieur à l'Homme ! En fait, sur d'autres mondes il existe de très très hautes formes de vie. Dieu n'est pas un vieux monsieur bienveillant qui nous surveille avec bonté par l'intermédiaire des pages d'un certain livre. Dieu est quelque chose de très réel, un Esprit vivant qui nous guide tous, mais pas nécessairement de la façon dont on nous l'a enseignée.

Finalement dans cette Leçon réfléchissez à votre propre relation avec vos parents, ou avec votre partenaire, ou avec votre famille. Êtes-vous heureux avec eux ? L'êtes-vous réellement ? Ou bien vivez-vous à part ? Pourriez-vous envisager de vivre de façon permanente avec n'importe laquelle de ces personnes dans tout le reste de l'existence ? Souvenez-vous quand vous étiez à l'école, il y avait un certain nombre de personnes dans la classe avec vous, il y avait des professeurs. Vous deviez respecter les professeurs mais ils ne sont pas associés à votre vie de façon permanente, ils étaient des mesures temporaires, des gens nommés pour superviser votre éducation. Vos parents sont eux aussi des gens que vous avez choisis — avec leur permission dans le monde de l'esprit — pour parrainer et superviser votre développement. Si les gens aiment sincèrement leurs parents, et non pas parce qu'un quelconque enseignement religieux leur dit qu'ils le doivent, alors ils auront vraiment la plus grande joie de toutes en sachant qu'ils rencontreront assurément leurs parents "de l'autre côté". Les conditions de l'autre côté seront ce que vous les faites ici sur Terre.

 

LEÇON QUATORZE

Nous tenons tous beaucoup à ce que l'on fasse quelque chose pour nous, à ce que l'on nous donne des choses. Probablement tout le monde admettra avoir prié pour obtenir de l'aide ! C'est, naturellement, une chose naturelle dans les affaires humaines de désirer le secours de quelqu'un d'autre. Tout seul, l'homme se sent inquiet et a besoin de l'image de "Dieu le père" ou de la "Mère" afin de se sentir protégé, de sentir qu'il fait partie d'une grande Famille. Mais pour être en mesure de recevoir, il faut d'abord donner. Vous ne pouvez pas recevoir sans donner, car l'acte de donner l'attitude d'ouvrir son esprit — vous permet d'être réceptif à ceux qui veulent vous donner ce que vous souhaitez recevoir.

Quand nous disons "donner" nous ne voulons pas nécessairement dire de l'argent, bien qu'il soit habituel de donner de l'argent puisque c'est ce que la plupart des gens désirent par-dessus tout. De nos jours l'argent signifie être à l'abri du besoin, le soulagement de la crainte de la famine, la libération des visites du collecteur de dettes ! L'argent peut être donné et doit être donné dans certaines conditions, mais "donner" signifie aussi le don de soi, être désireux de rendre service aux autres. Nous pouvons et devons donner de l'argent, des biens, de l'aide ou une consolation spirituelle à ceux qui en ont besoin. De nouveau, à moins de donner nous ne pouvons recevoir.

Il y a beaucoup d'idées fausses à propos "du don", "de l'aumône", "de la mendicité" et autres questions semblables se rapportant à ce qu'on appelle "la charité" dans le monde Occidental. Il semble que les gens s'imaginent qu'il y a quelque chose de honteux, quelque chose de dégradant dans le fait d'avoir à solliciter l'aide de quelqu'un. Mais ce n'est certainement pas le cas. L'argent n'est qu'un simple article qui nous est prêté sur la Terre, un article avec lequel nous pouvons acheter le bonheur et le progrès de soi en aidant les autres avec cet argent au lieu de l'amasser inutilement dans une certaine voûte en pierre morte.

Ceci, malheureusement, est le monde du commerce où la mesure d'un homme est évaluée par l'argent qu'il a en banque et par l'étalage qu'il fait de cet argent. L'homme, ou la femme, paré de façon tape-à-l'oeil qui donne pour sa satisfaction personnelle — pour créer une fausse façade — n'est pas un homme spirituel ni un homme généreux ; c'est un homme qui dépense sans aucun souci de donner, qui dépense égoïstement afin de renforcer son propre égo. Dans le monde Occidental un homme est jugé par l'élégance de sa femme, par la sorte de voiture qu'il conduit, par la sorte de maison qu'il habite ; appartient-il à tel ou tel club ? Alors c'est sûrement un homme de substance parce que seulement ceux de la classe millionnaire peuvent appartenir à CE club ! De nouveau, c'est un monde de fausses valeurs, car — répétons-le sans cesse afin que cela s'enfonce dans votre sub-conscient — aucun homme ni aucune femme n'a jamais réussi à emporter ne serait-ce qu'un sou ou une épingle ou même une allumette utilisée au-delà de la Rivière de la Mort ; tout ce que nous pouvons emporter est ce qui est contenu dans notre connaissance, tout ce que nous pouvons emporter est la somme totale de nos expériences, bonnes et mauvaises, généreuses et avares, qui seront distillées de sorte que seule l'essence de ces expériences demeure. Et l'homme qui a vécu pour lui seul sur la Terre, bien qu'il ait pu être millionnaire sur cette Terre, sera une faillite spirituelle quand il se rendra de "l'autre côté".

En Orient c'est un spectacle commun en effet pour la ménagère d'aller à sa porte à la fin de la journée et d'y trouver un moine en robe avec son humble bol de mendiant. Cela fait tellement partie de la vie en Orient que chaque ménagère — si pauvre fût-elle — veille à avoir de la nourriture à offrir au moine mendiant qui dépend de sa générosité. C'est considéré comme un véritable honneur pour la maison qu'un moine vienne y chercher sa nourriture. Mais contrairement à la croyance commune dans l'Ouest, un moine n'est pas juste un parasite ou un mendiant, il n'est pas un fainéant qui a peur de travailler et vit ainsi de la générosité des autres. Savez-vous à quoi elles ressemblent, ces scènes du soir en Orient ?

Supposons que nous contemplions du haut du ciel un pays de l'Orient tel que l'Inde où ce processus de donner aux moines est vraiment commun, tout comme ce l'était en Chine et au Tibet avant que les communistes se saisissent du pouvoir. Nous sommes donc à regarder en bas sur un village de l'Inde. Les ombres du soir tombent et s'allongent sur le sol. La lumière prend une teinte bleuâtre-violacée, les feuilles des baobabs bruissent légèrement sous les vents nocturnes venant de l'Himalaya. Doucement le long de la route poussiéreuse vient un moine vêtu de robes en lambeaux, transportant sur lui tout ce qu'il possède au monde. Il a sa robe, des sandales aux pieds, son rosaire dans les mains. Jetée en travers de son épaule il a sa couverture qui lui sert de lit. D'autres petits biens sont rangés dans sa robe. Dans sa main droite il a un bâton de berger, non pas pour se défendre contre les animaux ou les humains, mais afin de pouvoir écarter les mûres sauvages et les branches qui autrement gêneraient sa marche ; il l'utilise également pour tester les profondeurs d'une rivière avant de tenter de passer à gué.

Il s'approche d'une maison et ce faisant il tâtonne dans le sein de sa robe et en sort son bol bien usé, luisant, un vieux bol en bois devenu lisse avec l'usage. Comme il approche de la maison la porte s'ouvre soudainement et une femme se tient respectueusement à l'entrée avec un plat de nourriture dans ses mains. Modestement elle abaisse son regard — ne regardant pas le moine — car ce serait une impertinence ; elle baisse les yeux pour montrer qu'elle est modeste, discrète et de bonne réputation. Le moine s'approche d'elle et tient son bol dans ses deux mains. Bien entendu, en Orient une personne tient toujours son bol ou sa tasse à deux mains parce que de les tenir d'une seule main serait "manquer de respect" envers la nourriture ; la nourriture est précieuse et mérite donc l'attention des deux mains. Ainsi — le moine tient son bol stable dans ses deux mains. La femme y met une généreuse portion de nourriture et se détourne sans qu'aucun mot, aucun coup d'oeil ne soient échangés, car nourrir un moine est un honneur et non pas un fardeau, nourrir un moine est de rembourser dans une certaine petite mesure la dette que tous les laïcs estiment avoir envers ceux qui sont dans les Ordres.

La femme de la maison sent qu'elle et sa maison se sont vues montrer du respect du fait que cet homme, un Saint Homme, se soit présenté à leur porte ; elle sent qu'un hommage a été rendu à sa cuisine et se demande si un autre moine peut peut-être avoir dit quelques mots aimables au sujet de la nourriture qu'elle a offerte, ce qui a fait un autre moine se présenter à sa porte. Dans les autres maisons, les femmes peuvent avoir observé plutôt jalousement de leurs fenêtres aux rideaux, se demandant pourquoi elles n'ont pas été choisies pour la visite du moine.

Avec son bol rempli, le moine se tourne lentement tenant toujours le récipient avec les deux mains et traverse la route de nouveau vers l'abri d'un arbre amical. Là il va s'asseoir, tout comme il s'est assis tout au long du jour, pour prendre son repas du soir, son seul repas de la journée. Les moines ne se suralimentent pas, ils vivent parcimonieusement et mangent juste assez pour entretenir leurs forces et leur santé, mais ils n'ont pas suffisamment à manger pour les faire devenir gloutons. Trop de nourriture entrave le développement spirituel, trop de nourriture riche ou de fritures détériorent la santé physique et si l'on doit se développer spirituellement, il faut vivre comme vivent les moines ; manger suffisamment mais pas plus, manger simplement afin de nourrir le corps, mais ne pas manger abondamment de sorte que l'intellect soit parfaitement satisfait et l'esprit enfermé dans l'enveloppe d'argile.

Il convient de préciser que le moine qui a reçu cette nourriture ne se sent pas nécessairement transporté de gratitude. À travers des temps immémoriaux un Mode de Vie a surgi en Orient ; un moine est nourri comme un droit, il n'est pas un mendiant, pas un fardeau, il n'est pas un homme paresseux ni un parasite.

Pendant la journée, avant son repas du soir, le moine aura été assis des heures durant sous un arbre, disponible pour tous ceux qui viennent à lui, disponible pour tous ceux qui ont besoin de ses services. Ceux qui ont besoin de réconfort spirituel seront venus à lui pour de l'aide, tout comme ceux qui ont des parents qui sont malades, ou même ceux qui ont une lettre urgente à faire écrire. Certains, aussi, viennent voir le moine pour savoir s'il a des nouvelles de leurs proches qui habitent quelque endroit éloigné, car un moine est toujours en mouvement marchant de village en village, de ville en ville, traversant la campagne, traversant le pays d'une frontière à l'autre. Et le moine donne ses services gratuitement, peu importe ce qui lui est demandé, peu importe combien de temps prend le service demandé, c'est gratuit. C'est un Saint Homme et un homme instruit ; il sait que plusieurs des villageois qui ont besoin de lui et de l'aide qu'il offre volontairement ne peuvent pas le payer car ils sont trop pauvres ; c'est pourquoi il est juste et bien que puisqu'il a dû étudier pour ses connaissances et comme il apporte la consolation spirituelle à la population, il n'ait pas de temps ni le droit de travailler manuellement pour gagner sa vie. Ainsi cela devient le devoir, le privilège et l'honneur de ceux qu'il a assistés d'avoir à leur tour à l'aider et payer ainsi dans une petite mesure avec de la nourriture qui lui permet de faire tenir ensemble le corps et l'âme.

Après son repas le moine se reposera un moment et puis, se mettant debout et nettoyant son bol avec du sable fin, il ramassera ensuite son bâton de berger et s'éloignera à grands pas dans la nuit, voyageant souvent sous la lumière d'une brillante lune tropicale. Le moine voyage vite et loin et dort peu. C'est un homme respecté partout dans les pays Bouddhistes.

Nous aussi devons être prêts à donner afin de pouvoir recevoir. Dans les temps lointains du passé, il y avait une loi divine en vertu de laquelle tous les hommes devaient donner un dixième de leurs possessions afin de créer le bien. Ce "dixième" devint connu comme la "dîme" et devint vite une partie intégrale de la vie. En Angleterre, par exemple, les églises pouvaient prélever une dîme sur tous les biens, sur tout ce qu'une personne possédait. Cet argent était consacré à l'entretien de l'église et à la rémunération des ecclésiastiques. Il est intéressant de noter qu'il y a une dizaine d'années de cela en Angleterre, il y eut un nombre de cas juridiques où les propriétaires héréditaires firent beaucoup de tumulte au tribunal des terres afin d'obtenir que les dîmes imposées par l'Église d'Angleterre soient retirées. Les propriétaires héréditaires se plaignaient qu'avoir à payer un dixième de leurs revenus les ruinait. En fait, ils se ruinaient en se refusant à donner de plein gré, car à moins de donner volontairement il vaut mieux ne rien donner du tout.

De nos jours les normes sont plutôt différentes de ce qu'elles étaient il y a des années. Plus personne ne vit des dîmes, plus personne ne paie de dîmes et c'est dommage. Pour progresser spirituellement il est essentiel de donner une "dîme" pour le bien des autres — d'autant plus que "pour le bien d'autrui" apporte beaucoup de bien à soi-même. En bref, nous ne pouvons progresser et être aidés que si nous aidons les autres.

Nous sommes conscients d'un certain nombre d'hommes d'affaires à la tête froide et au penchant très peu spirituel qui donnent volontairement un dixième de leur revenu pour le bien des autres — et, tout spécialement, pour leur propre bien. Ils le font non pas parce qu'ils sont religieux ; ils le font parce que la dure expérience commerciale et les détails des livres de comptes leur ont enseigné qu'en "jetant leur pain sur les eaux" il leur revient multiplié au centuple !

Les prêteurs sur gages — qui, dans certaines parties du monde sont connus en tant que "sociétés financières" — ne sont pas toujours notés pour leur spiritualité ni pour leur générosité et il nous paraît que si même un seul de ces messieurs financiers-prêteurs-sur-gages a suffisamment de foi dans la "dîme", alors il doit vraiment y avoir quelque chose de très profitable dans le procédé et nous savons que de nombreux nombreux hommes d'affaires décidés font exactement cela.

Les lois occultes s'appliquent autant aux non-spirituels qu'aux spirituels. Peu importe qu'une personne étudie beaucoup ou lise beaucoup de livres sur la spiritualité, cela ne fera pas d'elle une personne spirituelle pour autant. Il se peut qu'elle ne fasse que lire et se fasse illusion en pensant qu'elle est spirituelle. La matière qu'elle lit peut juste passer devant ses yeux et disparaître dans l'air sans même avoir touché les cellules de la mémoire de son cerveau et malgré tout cette personne parlera d'elle-même comme une "grande âme" et croira réellement qu'elle fait des progrès. En fait, elle est habituellement très moralisatrice et très peu disposée à aider les autres, même si ce faisant elle s'aiderait grandement elle-même.

Nous répétons encore qu'il est juste, approprié et fructueux qu'une personne donne son aide aux autres. Incidemment, c'est très salutaire pour la personne qui donne !

La dîme signifie, comme nous l'avons dit, un dixième. Cela signifie aussi un Mode de Vie parce que si l'on donne, on reçoit aussi. En écrivant ceci il nous vient à l'esprit une personne qui reçut beaucoup d'aide, beaucoup de secours, aide et secours qui coûtèrent de l'argent, du temps et une connaissance spécialisée. Aussitôt qu'un ennui fut réglé pour cette personne, d'autres ennuis lui tombèrent dessus comme une volée d'étourneaux sur un champ fraîchement ensemencé. Nous lui dîmes : "Pour recevoir il faut d'abord donner". La personne fut des plus offensées et nous donna à entendre qu'elle était des plus généreuses et faisait tout en son pouvoir pour aider les autres, comme les journaux locaux pouvaient en attester. Notre assertion est que si une personne doit avoir ses "bonnes actions" rapportées dans les journaux locaux, alors cette personne ne donne pas de la bonne façon.

Il y a plusieurs façons de donner. Nous pouvons, en plus de consacrer un dixième de notre revenu à un bon emploi, aider les autres dans leurs besoins spirituels ou les aider par la consolation nécessaire quand ils passent par des temps difficiles. En donnant aux autres nous donnons à nous-mêmes. Tout comme une entreprise doit avoir un bon chiffre d'affaires afin que le commerce puisse prospérer, ainsi devons-nous avoir un bon chiffre de dons afin d'être en mesure de recevoir.

Nous devons donner pour aider les autres, nous devons donner afin de pouvoir être aidés.

Il est inutile de prier que quelque chose vous soit donnée si vous ne montrez pas d'abord que vous en êtes digne en donnant à ceux qui sont dans le besoin. Pratiquez cela, pratiquez-vous à donner, décidez combien vous pouvez donner, ce que vous pouvez donner et comment, puis une fois que vous aurez résolu le comment, le pourquoi et le quand, mettez cela en pratique, essayez cela pendant trois mois. Vous découvrirez qu'à la fin des trois mois vous vous êtes enrichi spirituellement, financièrement, ou les deux.

Voulez-vous étudier ceci et l'étudier encore et vous souvenir de "Donner afin de pouvoir recevoir", vous souvenir de "Jeter votre pain sur les eaux".

 

LEÇON QUINZE

C'est une vieille coutume à travers le monde d'entreposer nos "chers trésors" dans le grenier — "trésors" que l'on garde "en souvenir du passé". Bien souvent ils resteront à demi oubliés dans le grenier jusqu'à ce que — cherchant probablement quelque chose d'autre — nous gravissions cet escalier habituellement difficile et rôdions dans la semi-obscurité poussiéreuse à l'odeur de renfermé et couverte de toiles d'araignées.

Voici le vieux mannequin de couturière qui nous rappelle irrésistiblement le passage des ans, car une robe faite sur lui ne nous irait plus ! Il peut y avoir une boîte, ou même plusieurs boîtes, de vieilles lettres nouées d'un ruban bleu, ou rose — que sont-elles ? En regardant autour de soi, on découvre des choses que l'on avait presque oubliées, des choses qui réveillent des souvenirs affectueux et raniment des souvenirs tristes aussi.

Est-ce que VOUS allez souvent rôder dans votre grenier ? Il mérite une visite de temps en temps, car des choses utiles sont entreposées dans les greniers, des choses qui nous rappellent des souvenirs, des choses qui s'ajoutent à notre connaissance générale. Des problèmes qu'il nous a fallu affronter autrefois peuvent avoir été écartés aisément par un tout nouveau savoir, par l'expérience acquise — des leçons apprises — au fil des années.

Mais dans cette Leçon particulière nous n'allons pas vous demander d'aller dans VOTRE grenier ; nous allons vous suggérer de venir avec nous, de nous suivre en haut de cet escalier de bois en colimaçon avec sa vieille rampe sur le côté, monter ces marches de bois craquant qui donnent l'impression de vouloir s'écrouler, mais qui tiennent bon. Venez avec nous dans NOTRE grenier, explorons-le, car cette Leçon et la suivante seront dans les pièces de notre "grenier". Là, nous avons toutes sortes de petits bouts d'informations qui ne s'intègrent pas nécessairement dans une leçon distincte, mais qui seront pour vous d'intérêt et de valeur incontestables. Ainsi, pensez à notre grenier, lisez et voyez dans quelle mesure ce qui suit s'applique à vous, dans quelle mesure ce qui suit éclaircit des petits doutes, des petites incertitudes qui peuvent avoir harcelé votre esprit ou qui vous tourmentent depuis longtemps.

Nous avons inspecté un peu partout en préparant cette Leçon, nous avons fourragé dans toutes sortes de petits coins, bouleversant pas mal de théories et soulevant beaucoup de poussière ! Nous nous sommes concentrés sur les gens qui se concentrent trop. Vous pouvez trop travailler, vous savez. Nous connaissons bien le vieil adage : "Travailler dur n'a jamais tué personne", mais nous maintenons que si l'on fait trop d'efforts à se concentrer, alors on va en reculant. Dans notre travail nous recevons fréquemment des lettres d'étudiants qui disent : "Mais je fais de gros efforts, je me concentre et me concentre et tout ce que j'obtiens est un mal de tête. Je ne perçois aucun des phénomènes dont vous faites mention !". Oui, voici un petit "trésor" que nous pouvons prendre le temps d'examiner : — On peut souvent essayer trop fort. C'est une bizarrerie de l'humanité ou, peut-être plus exactement, une faute du cerveau humain qui fait que si on essaie trop durement on ne fait pas le moindre progrès ; plutôt, en essayant trop fort on met en marche ce qui peut seulement être désigné comme une "contre-réaction négative". Nous connaissons tous le type bûcheur qui s'acharne réellement dans la vie toujours à essayer et essayer, essayant beaucoup plus durement que n'importe qui d'autre, mais qui n'arrive nulle part ; il est toujours dans un état de confusion et d'incertitude. De nouveau, quand nous surmenons notre cerveau nous produisons une charge excessive d'électricité qui interdit en fait de penser davantage.

Vous pouvez ne pas être ingénieur électronicien, mais si l'électronique et l'électricité étaient utilisées dans l'étude du cerveau humain, alors cette étude serait grandement facilitée. Le cerveau humain a beaucoup en commun avec l'électronique. Savez-vous, par exemple, comment le tube de radio ordinaire fonctionne ? Il y a un filament qui est chauffé par une batterie ou par une source électrique. Ce filament, étant chauffé, émet des électrons d'une manière complètement incontrôlée. Les électrons se déversent, ils affluent comme une foule affolée allant à un match de football. Si on laisse ces électrons se mouvoir sans contrôle d'aucune sorte, ils sont alors tout à fait inutiles pour la radio ou pour l'électronique. Dans un tube nous avons une enveloppe de verre. Le filament est dans l'enveloppe et en devenant chauds les électrons rayonnent partout, mais c'est inutile ; nous voulons que ces électrons soient rassemblés sur ce que l'on appelle une "plaque", laquelle se trouve tout à côté du filament. Telles que se présentent les choses, s'il n'y avait que le filament et la plaque, le processus de rassemblement des électrons serait désordonné, incontrôlable, il y aurait distorsion du programme de radio ou quoi que ce soit d'autre que nous tenterions de recevoir. Les ingénieurs ont constaté que s'ils interposaient ce qu'ils ont nommé "une grille" entre le filament et la plaque et qu'ils introduisaient un courant négatif sur la grille, ils pouvaient alors contrôler le flux des électrons entre le filament et la plaque. Ainsi cette grille, qui est vraiment une grille — c'est souvent un treillis métallique — agit comme ce qui est connu en tant que "tension de polarisation de grille". Si l'on applique trop de tension de polarisation de grille, alors aucun électron ne circulera du filament à la plaque, ils seront tous repoussés par la grille. En modifiant la tension de polarisation de grille à une valeur adéquate, le contrôle peut être obtenu tel que désiré.

De retour à notre cerveau avant que vous ne soyez fatigué de la radio ! Quand nous nous concentrons trop, quand réellement nous "plions notre cerveau" à un problème, trop souvent nous "appliquons la polarisation négative de grille" qui a l'effet d'inhiber complètement la pensée. Ainsi nous ne devons pas essayer trop durement, nous devons faire preuve de bon sens à ce sujet, nous devons en tout temps nous souvenir du vieil adage Chinois : "petit à petit, l'oiseau fait son nid". Nous devons nous y prendre avec notre concentration de telle manière que notre cerveau ne se fatigue pas. Ne faites que ce qui est dans les limites de vos capacités, prenez "la voie du milieu".

La Voie du Milieu est un Mode de Vie Oriental. Cela signifie que vous ne devez pas être trop mauvais, mais que d'autre part vous ne devez pas être trop bon non plus ; vous devez être quelque chose entre les deux. Si vous êtes trop mauvais vous serez arrêté par la police ; si vous êtes trop bon vous serez alors un modèle de vertu prétentieux ou bien vous serez incapable de rester sur cette Terre, parce que c'est un fait que même les Plus Grandes Entités qui viennent sur ce triste monde qui est le nôtre doivent prendre une certaine forme de handicap, une certaine bizarrerie de caractère afin de ne pas être parfaits quand ils sont sur Terre, car rien de parfait ne peut exister sur ce monde imparfait.

Encore une fois, n'essayez pas trop durement, essayez de faire les choses naturellement, dans les limites de la raison, dans les limites de vos capacités. Vous n'avez pas à offrir votre adhésion servile à tout ce que les autres disent. Utilisez votre bon sens, adaptez une chose ou une déclaration pour qu'elle vous convienne. Nous pourrions dire : "Voici un tissu rouge", mais vous pourriez le voir différemment ; pour vous il pourrait bien être rose ou orange ou même pourpre clair, tout dépend des conditions sous lesquelles vous voyez ce tissu ; votre éclairage peut différer de notre éclairage, votre vue peut différer de la nôtre. Donc n'essayez pas trop durement, n'adhérez pas trop servilement à quoi que ce soit. Utilisez votre bon sens, suivez la voie du milieu ; la voie du milieu est une chose très très utile !

Essayez cette voie du milieu, c'est la voie de la tolérance, la voie du respect des droits des autres et celle d'obtenir que vos propres droits soient respectés. En Orient les prêtres et d'autres personnes étudient le judo et d'autres formes de lutte non pas parce que lesdits prêtres sont belliqueux, mais parce qu'en apprenant le judo et autres formes semblables de combat l'on apprend à se contrôler, l'on apprend à se retenir et par-dessus tout, l'on apprend à céder afin de pouvoir gagner. Prenez le judo ; dans celui-ci on n'utilise pas sa propre force pour gagner la bataille, on utilise la force de l'adversaire afin qu'il puisse être battu. Même une toute petite femme qui connaît le judo peut battre une espèce de grosse brute qui ne s'y connaît pas. Plus l'homme est fort, plus il attaque violemment, plus il est facile de le vaincre parce que sa propre force le fait tomber encore plus lourdement.

Servons-nous du judo ou de la force de l'opposition afin de surmonter nos problèmes. Ne vous fatiguez pas, ne vous épuisez pas, réfléchissez au problème qui vous tracasse, n'esquivez pas la question comme le font tant de gens. Beaucoup de gens ont peur de regarder un problème en face ; ils en contournent les bords en explorant provisoirement, mais n'arrivent jamais nulle part. Aussi déplaisant que puisse être un sujet, aussi coupable que vous puissiez vous sentir à propos de quelque chose, allez directement à la racine de votre problème, découvrez ce qui vous trouble, ce qui vous effraie. Puis quand vous aurez discuté avec vous-même de tous les aspects du problème, DORMEZ DESSUS ! Si vous "dormez sur une chose" elle sera transmise à votre Sur-moi qui a une beaucoup plus grande compréhension que vous avez, car le Sur-moi est une très grande entité en vérité comparée au corps humain. Quand votre Sur-moi ou même votre sub-conscient peuvent examiner le problème et trouver une solution, ils feront souvent passer la solution dans votre conscience, dans votre mémoire, de sorte qu'en vous réveillant vous vous exclamerez avec ravissement que vous avez maintenant la réponse à ce qui vous troublait et qui ne sera plus source de tracas désormais.

Aimez-vous notre grenier ? Passons à un autre petit "trésor" qui traîne là à amasser la poussière. Il est temps que nous regardions à l'intérieur, le faisions un peu aérer et lui laissions voir la lumière du jour de nouveau. Qu'y a-t-il dans ce paquet ? Ouvrons-le pour voir !

Trop de personnes de nos jours pensent que pour être vraiment bon il faut être vraiment malheureux. Elles pensent avec le plus grand tort que pour être "religieux" il faut présenter un visage triste, sévère. De tels gens peuvent avoir peur de sourire, pas nécessairement parce que cela pourrait faire craquer leur visage, mais — et c'est bien pire ! — parce que cela pourrait faire craquer la façade du mince vernis de leurs croyances religieuses ! Nous connaissons tous un vieil homme à la mine sévère qui a presque peur de sourire ou de prendre même le plus petit plaisir dans la vie de crainte d'avoir ensuite à rôtir en enfer pour ce moment d'égarement !

La religion, la vraie religion est une chose joyeuse. Elle nous promet la vie au-delà de cette Terre, elle nous promet la récompense pour toutes nos luttes, elle nous promet que la mort n'existe pas, qu'il n'y a rien qui puisse nous inquiéter, rien qui puisse nous effrayer. Il y a une peur de la mort enracinée dans la plupart des humains. C'est parce que si on se souvenait des joies de l'après-vie on pourrait être tenté de mettre fin à cette vie pour retrouver le bonheur. Ce serait la même chose qu'un garçon qui s'échappe de la classe pour faire l'école buissonnière, ce qui ne mène pas au progrès !

La religion, si nous y croyons vraiment, nous promet que quand nous irons au-delà des limites de ce monde, nous ne serons plus en compagnie de ceux qui vraiment nous affligent, nous ne rencontrerons plus ceux qui nous tombent sur les nerfs, qui aigrissent notre âme ! Réjouissez-vous dans la religion, car si vous avez la vraie religion c'est réellement une joie et quelque chose dont on doit se réjouir.

Nous devons reconnaître, avec beaucoup de tristesse, que de nombreuses personnes qui étudient l'occultisme ou la métaphysique sont parmi les plus grands coupables. Il existe une secte — oh non, nous ne donnons pas de noms ! — dont les membres sont parfaitement sûrs que eux, et eux seuls, sont les Élus ; eux, et eux seuls, seront sauvés pour peupler leur propre petit paradis. Le reste d'entre nous — pauvres mortels pécheurs sans doute — seront détruits de différentes façons cordialement désagréables. Nous ne souscrivons pas du tout à cette théorie ; nous croyons que tant que l'on CROIT, c'est tout ce qui importe. Cela n'a aucune importance que l'on croit dans la religion ou dans l'occultisme, il faut CROIRE.

L'occultisme n'est pas plus mystérieux ou compliqué que les tables de multiplication ou qu'une incursion dans l'histoire. C'est simplement l'apprentissage de choses différentes, l'apprentissage de choses qui ne sont pas du domaine du physique. Nous n'avons pas à nous extasier en découvrant soudainement comment un nerf fait travailler un muscle ou comment nous pouvons remuer le gros orteil ; ce ne sont que des questions physiques ordinaires. Alors pourquoi devrions-nous nous extasier et penser que les esprits sont assis tout autour de nous si nous savons comment faire passer l'énergie éthérique d'une personne à une autre ? Notez s'il vous plaît que nous disons ici "énergie éthérique", qui est le bon mot anglais, plutôt que "prana" ou autres termes Orientaux ; en écrivant un Cours dans une langue nous préférons nous en tenir à cette langue !

Réjouissez-vous ! Plus vous en apprendrez au sujet de l'occultisme et de la religion, plus vous serez convaincu de la vérité de la Plus Grande Vie qui nous attend au-delà de la tombe. Quand nous mourons, nous laissons simplement notre corps derrière nous à peu près de la même façon qu'on peut laisser un vieux costume pour être ramassé par l'éboueur. Il n'y a absolument rien à craindre dans la connaissance métaphysique, il n'y a rien à craindre non plus dans la religion, car si vous avez la bonne religion, plus vous en apprendrez à son sujet plus vous serez convaincu que c'est LA religion. Ces religions qui promettent les feux de l'enfer et la damnation si l'on s'écarte du sentier droit et étroit ne rendent aucun service à leurs adhérents. Dans l'ancien temps, lorsque les gens étaient plus ou moins sauvages, il était peut-être permis de brandir le Gros Bâton en essayant par la peur de leur inculquer un peu de bon sens, mais maintenant la conception devrait être différente.

N'importe quel parent reconnaîtra qu'il est beaucoup plus facile de contrôler des enfants par la bonté que par des menaces constantes. Les parents qui menacent continuellement d'appeler la police ou le père fouettard ou de vendre leurs enfants sont ceux qui causent des névroses chez l'enfant et plus tard, dans la race. Mais les parents qui peuvent contrôler par la fermeté et la bonté et font vivre leurs enfants dans la joie sont ceux qui produisent de bons citoyens. Nous sommes de tout coeur en faveur de la bonté et de la discipline ; la discipline ne doit jamais signifier la rudesse ou le sadisme.

De nouveau, réjouissons-nous dans la religion, soyons les "enfants" de "parents" qui enseignent avec amour, avec compassion et avec compréhension. Débarrassons-nous de toute la fausseté, de toute la bassesse de la terreur, du châtiment et de la damnation éternelle. Il n'existe rien de tel que la "damnation éternelle", personne n'est jamais abandonné, il n'existe rien de tel qu'une personne bannie du Monde de l'Esprit ! Chaque individu peut être sauvé peu importe à quel point il ou elle a pu être mauvais ; personne n'est jamais rejeté. Le Document Akashique, dont nous reparlerons plus tard, nous dit que si une personne est si terriblement terriblement mauvaise que rien ne peut être fait pour elle pour le moment, cette personne est tout simplement retardée dans son évolution et recevra plus tard une autre chance de se reprendre avec "une nouvelle série d'existences", à peu près de la même façon qu'un enfant qui s'est amusé en classe et ne peut pas passer aux examens de fin d'année ne sera pas admis dans un grade supérieur avec ses compagnons, mais sera retenu pour reprendre le même programme d'études encore une fois.

Personne ne dira qu'un enfant sera rôti à petit feu ou jeté à des démons affamés pour être mangé parce qu'il a laissé tomber certains travaux scolaires ou qu'il a fait l'école buissonnière à quelques reprises. Ses professeurs peuvent lui parler beaucoup plus fermement que celui-ci le souhaiterait, mais à part cela aucun mal ne lui sera fait et s'il devait être expulsé de cette école particulière, il lui faudrait rapidement entrer dans une autre ou bien il aurait des ennuis avec le responsable des règlements scolaires ! Ainsi en va-t-il des humains sur Terre. Si vous gâchez cette chance-ci, ne soyez pas trop découragé, vous en obtiendrez toujours une autre. Dieu n'est pas sadique, Dieu n'est pas là pour nous détruire, mais pour nous aider. Nous rendons à Dieu un très mauvais service quand nous pensons qu'IL est toujours à l'affût pour nous mettre en pièces ou pour nous jeter aux démons qui attendent. Si nous croyons en Dieu croyons en la miséricorde, parce qu'en croyant à la miséricorde nous obtiendrons miséricorde, mais faisons également preuve de miséricorde envers les autres !

Tandis que nous sommes sur ce sujet fouillons une autre boîte, une qui a accumulé beaucoup de poussière parce que personne dans le passé ne semble avoir été intéressé par ce paquet particulier. Retournons-le pour voir ce qu'il en est.

Selon le Document Akashique les Juifs sont une race qui, dans une existence précédente, n'ont pas pu faire de progrès du tout. Ils firent tout ce qu'ils n'auraient pas dû faire sans se préoccuper de faire les choses qu'ils auraient dû faire. Ils s'adonnèrent à tous les plaisirs de la chair, devinrent excessivement friands de nourriture, de nourriture grasse et huileuse de sorte que leurs corps devinrent rassasiés et bouchés et leurs esprits incapables de s'élever dans l'astral la nuit, retenus qu'ils étaient par leurs enveloppes de chair obèses. Ces gens que nous appelons aujourd'hui "les Juifs" ne furent pas détruits ni soumis à la damnation éternelle. Au lieu de cela ils furent remis en route pour une nouvelle ronde d'existences tout comme des enfants qui s'amusent en classe peuvent même être expulsés de leur école pour comportement indiscipliné et être replacés dans une nouvelle école pour recommencer dans une classe différente. Il en est ainsi pour les Juifs. Dans la ronde actuelle d'existences, il y a des gens qui sont dans une ronde pour la première fois et quand ils viennent en contact avec les Juifs ils sont perplexes, confus et apeurés. Ils ne comprennent pas ce qui est différent au sujet d'un Juif ; ils sentent que quelque chose est différent, ils sentent qu'un Juif a une certaine connaissance qui semble ne pas être de la Terre et ainsi l'homme et la femme qui vivent un cycle d'existences pour la première fois se posent des questions et craignent et ce qu'une personne craint, elle le persécute. C'est ainsi que les Juifs, étant une vieille vieille race, sont persécutés parce qu'ils doivent repasser à travers une ronde encore une fois. Certaines personnes envient aux Juifs leurs connaissances, leur endurance et, de nouveau, la tendance est à détruire ces choses qui font l'envie. Mais nous ne traitons pas des Juifs et des Gentils ; nous nous occupons de la joie dans la religion. La joie, le plaisir, vous fait apprendre une chose que vous n'apprendriez pas par la terreur. Il n'y a — nous ne pouvons assez le répéter ! — rien de tel que des supplices éternels, il n'y a rien de tel que des feux qui vont vous flamber la peau et vous donner d'insupportables chaleurs au sujet de toute l'affaire. Examinez votre pensée, examinez ce qui vous a été enseigné et pensez combien il est plus raisonnable que vous ayez la joie et l'amour dans vos croyances religieuses. Vous n'êtes pas face à un père sadique qui va vous battre ou vous envoyer dans les ténèbres éternelles. Au lieu de cela vous avez affaire à de Grands Esprits qui ont passé à travers tout cela bien bien longtemps avant que les humains furent même imaginés ; ils sont passés à travers tout cela, ils connaissent les réponses, ils connaissent les problèmes et ils ont de la compassion. Ainsi — de notre grenier aux trésors nous vous disons : "Réjouissez-vous dans la religion", souriez dans votre religion, ayez un chaleureux sentiment au sujet de votre Dieu quel que soit le nom que vous Lui donniez, car Il est toujours prêt à vous envoyer des ondes de guérison si seulement vous débarrassez votre système de cette terreur, de cette peur.

Mais il est temps maintenant pour nous de quitter ce grenier qui est le nôtre et de redescendre l'escalier, ce vieil escalier grinçant. Mais sous peu — dans la Leçon suivante — nous vous demandons de nous rejoindre de nouveau dans le "grenier" car, en regardant autour, nous voyons qu'il y a un bon nombre d'articles qui se trouvent sur le plancher ou sur les étagères alentour qui seront d'intérêt et, nous l'espérons, dont vous saurez tirer profit. Pouvons-nous vous revoir dans le grenier dans la Leçon suivante ?

 

LEÇON SEIZE

Ainsi nous nous retrouvons dans notre grenier ! Nous avons nettoyé un peu la place et avons fait quelques nouvelles découvertes. Certaines d'entre elles jetteront peut-être un petit rayon de Lumière sur un doute que vous avez depuis longtemps. Voyons ceci pour débuter : voici une lettre que nous avons reçue il y a quelques temps. Elle dit — puis-je vous la lire ?

"Vous écrivez beaucoup au sujet de la peur, vous dites qu'il n'y a rien à craindre sauf la peur. Dans votre réponse à ma question vous m'avez dit que c'était la peur qui me retenait, m'empêchant de progresser. Je ne suis pas conscient de la peur, je ne me sens pas craintif, aussi de quoi peut-il être question ?".

Oui, voilà un problème tout à fait intéressant ! La peur — la peur est la seule chose qui peut empêcher quelqu'un de progresser. Que diriez-vous d'y jeter un coup d'oeil ? Asseyez-vous un moment, discutons de ce problème de la peur.

Nous avons tous certaines craintes. Certaines personnes ont peur de l'obscurité, d'autres ont peur des araignées ou des serpents et certains d'entre nous pouvons être conscients de nos peurs, c'est-à-dire que nous avons des peurs qui sont dans notre conscience. Mais — attendez un moment ! — notre conscience n'est qu'un dixième de nous, les neuf dixièmes étant sub-conscients ; aussi que se passe-t-il si la peur est dans notre sub-conscient ?

Souvent nous ferons des choses sous une certaine contrainte cachée ou nous nous abstiendrons de faire quelque chose à cause d'une contrainte cachée. Nous ne savons pas pourquoi nous faisons une certaine chose, nous ne savons pas pourquoi nous ne pouvons pas faire une certaine chose. Il n'y a rien en surface, il n'y a rien que nous pouvons "cerner avec précision". Nous agissons irrationnellement et si nous allons chez le psychologue et passons de longues longues heures étendus sur son divan, il peut finalement être extirpé de notre sub-conscient que nous avons eu une peur à cause de quelque chose qui s'est passé quand nous étions de petits bébés. La peur serait cachée, cachée à notre conscience, nous travaillant, nous harcelant à partir de notre subconscient tout comme des termites attaquant un bâtiment en bois. À toute inspection superficielle le bâtiment paraîtrait solide, sans défaut et alors, du jour au lendemain, il s'effondrerait sous l'influence de ces termites. C'est la même chose pour la peur. La peur n'a pas besoin d'être consciente pour être active ; elle l'est d'autant plus quand elle est sub-consciente parce qu'alors nous ne savons pas qu'elle est là et, ne sachant pas qu'elle est là, il n'y a rien que l'on puisse faire à son sujet.

Tout au long de la durée de vie de chacun de nous, nous avons été soumis à certaines influences de conditionnement. Une personne qui a été élevée en tant que Chrétienne aura appris que certaines choses "ne se font pas", que certaines choses sont franchement interdites. Pourtant, les gens d'une religion différente, élevés différemment, seront autorisés à faire ces mêmes choses. Ainsi en étudiant la question de la peur nous devons examiner ce qui a été notre contexte racial et familial.

Avez-vous peur de voir un fantôme ? Pourquoi ? Si Tante Mathilde était bonne et généreuse et vous aimait tendrement durant sa vie, il n'y a absolument aucune raison de supposer qu'elle vous aimera moins quand elle aura quitté cette vie et sera partie pour un bien meilleur stade de l'existence. Pourquoi donc avoir peur du fantôme de Tante Mathilde ? Nous avons peur des fantômes parce que c'est quelque chose d'étranger à plusieurs d'entre nous, nous avons peur des fantômes parce que notre religion a pu nous enseigner que de telles choses n'existent pas et qu'on ne peut voir un fantôme à moins d'être un saint, ou l'associé des saints, ou quelque chose dans ce genre-là. Nous craignons ce que nous ne comprenons pas et cela vaut la peine de réfléchir sur le fait que s'il n'y avait pas de passeports, pas de difficultés de langage, il y aurait moins de guerres parce que nous avons peur des Russes, des Turcs, des Afghans ou autres parce que nous ne les comprenons pas, nous ne savons pas "ce qui les motive" ou ce qu'ils peuvent faire contre nous.

La peur est une chose terrible, c'est une maladie, un fléau, c'est une chose qui ronge notre intellect. Si nous avons certaines réserves au sujet d'une chose, nous devons alors creuser et trouver pourquoi. Par exemple, pourquoi est-ce que certaines religions enseignent qu'il n'existe rien de tel que la réincarnation ? Un exemple évident est celui-ci ; en ces jours depuis longtemps révolus, les prêtres avaient le pouvoir absolu et dominaient le peuple par la terreur, par la pensée de la damnation éternelle. On enseignait à chacun qu'il devait faire de son mieux dans cette vie parce qu'il n'y aurait pas d'autre occasion. On savait que si on enseignait aux gens la réincarnation ils pourraient avoir tendance à se laisser aller dans cette vie et payer pour cela dans la suivante. À propos de ceci, il était parfaitement acceptable dans la Chine d'autrefois de contracter dans cette vie une dette à être remboursée dans la vie suivante ! Cela vaut la peine de faire remarquer que la Chine est devenue décadente parce que les gens croyaient tellement en la réincarnation qu'ils ne se donnaient guère de mal dans cette vie, restant plutôt assis à ne rien faire, prenant avec eux leurs canaris dans des cages sous les arbres la nuit et décidant qu'ils compenseraient pour cela dans la vie suivante, celle-ci étant plus ou moins des vacances ! Eh bien, cela n'a pas marché de cette façon et c'est ainsi que toute la culture Chinoise est devenue décadente.

Encore une fois, examinez-vous, examinez votre intellect, votre imagination. Faites une "analyse en profondeur" et découvrez ce que votre sub-conscient essaie de refouler, ce qui vous rend si craintif, si inquiet, si "nerveux" au sujet de certaines choses. Quand vous aurez extirpé cela vous découvrirez qu'il n'y a plus rien à craindre. C'est la peur qui empêche les gens de faire le voyage astral. En fait comme nous le savons bien, le voyage astral est remarquablement simple, cela ne demande aucun effort, c'est aussi simple que de respirer et pourtant la plupart des gens en ont peur. Le sommeil est presque la mort, le sommeil est un rappel de la mort, un rappel que finalement nous partirons dans un profond sommeil et nous nous demandons ce qui nous arrivera quand la mort, au lieu du sommeil, nous réclamera. Nous nous demandons si durant notre sommeil quelqu'un coupera notre Corde d'Argent et nous serons ainsi débranchés. Cela ne peut pas se produire, il n'y a aucun danger dans le voyage astral, il y a seulement du danger dans la peur, dans la peur que vous connaissez et plus encore dans la peur que vous ne connaissez pas. Nous suggérons encore et encore de vous mettre à ce problème de la peur. Ce que vous connaissez et comprenez ne fait pas peur, aussi efforcez-vous de connaître et comprendre ce qui vous fait peur maintenant.

Nous avons consacré beaucoup de temps à ce petit incident, n'est-ce pas ? Nous devons continuer, car il y a encore beaucoup pour retenir notre attention, encore beaucoup à traiter avant de tirer les rideaux sur cette Leçon et passer à la suivante. Regardez autour de vous, regardez dans notre grenier. Est-ce qu'il y a quelque chose en particulier qui attire votre attention ? Voyez-vous cet ornement là-bas ? HORS DE CE MONDE, n'est-ce pas ? Oh ! Nous avons probablement amorcé quelque chose avec cette énonciation !

"Hors de ce monde !" Il y a de nombreux dictons d'usage courant qui sont véritablement descriptifs des choses. Un homme pourrait dire qu'il a vu quelque chose de si beau que c'était "totalement hors de ce monde". Comme cela est vrai ! Quand nous allons au-delà des confins de cette existence formée de molécules de carbone, avec toutes ses souffrances, ses épreuves et ses tribulations, nous pouvons entendre des sons, voir des couleurs et avoir des expériences qui sont, tout à fait littéralement, "hors de ce monde". Ici nous sommes confinés dans la caverne de notre propre ignorance, nous sommes confinés par les chaînes de nos propres passions, de nos propres pensées erronées. Tant d'entre nous sommes tellement occupés à "essayer de se maintenir au niveau du voisin" que nous n'avons pas de temps pour regarder autour de nous. Nous avons le tourbillon mondain de l'existence, nous devons gagner notre vie, puis il y a les obligations sociales ; après cela, nous avons une certaine quantité de sommeil à prendre. Aussi il semble que notre vie entière soit planifiée dans un tourbillon, une folle ruée, qu'il n'y ait jamais de temps pour quoi que ce soit. Mais — attendez une minute — est-ce que toute cette course est vraiment nécessaire ? Ne pouvons-nous pas nous arranger d'une façon ou d'une autre pour avoir même aussi peu qu'une demi-heure par jour et la consacrer à la méditation ? Si nous méditons nous pouvons nous retrouver totalement hors de ce monde. L'expérience est exaltante, enrichissante. Quand nous élevons notre pensée spirituelle nous augmentons notre taux de vibrations et plus haut nous pouvons percevoir sur notre "échelle de piano" — vous souvenez-vous de cette échelle ? — plus belles sont les expériences que nous pouvons vivre.

"Hors de ce monde" devrait être notre objectif, bien sûr. Nous voulons sortir de ce monde quand nous aurons appris nos leçons, mais pas avant. Regardons de nouveau nos expériences en classe. Beaucoup d'entre nous peuvent en avoir eu plus qu'assez de devoir rester dans une salle de classe étouffante par une chaude journée d'été à écouter la voix bourdonnante d'un professeur débitant des trucs qui n'avaient réellement aucun intérêt pour nous. Qui voulait savoir au sujet de l'ascension et de la chute d'un certain Empire ? Nous sentions que nous aurions été beaucoup mieux à l'air libre, nous désirions par-dessus tout nous évader de cette salle de classe, cette pièce chaude et étouffante avec la voix bourdonnante, ennuyeuse. Mais nous ne pouvions pas le faire ; si nous étions tout bonnement sortis, il y aurait eu le châtiment certain des professeurs ; si nous avions laissé tomber nos leçons nous aurions échoué aux examens et au lieu de passer à un autre niveau, nous aurions été retenus dans la même classe ennuyeuse avec un autre lot d'étudiants qui nous considéreraient comme des curiosités et des cancres pour avoir "manqué d'être à la hauteur".

Ainsi, ne tentons pas de partir "hors de ce monde" de façon permanente jusqu'à ce que nous ayons appris ce que nous sommes venus apprendre. Nous pouvons nous réjouir en toute confiance des joies, du bien-être et de la perfection spirituelle qui nous attendent quand nous quitterons ce monde pour celui qui est tellement plus glorieux. Nous devons toujours garder à l'esprit que nous sommes ici comme quelqu'un purgeant une peine de prison dans des conditions particulièrement mornes. Pendant que nous sommes ici, nous ne pouvons pas voir à quel point cette Terre est affreuse, mais si vous pouviez vous retirer maintenant et regarder en bas vous auriez tout un choc, vous seriez des plus réticents à revenir. C'est pourquoi tant d'entre nous ne peuvent pas faire le voyage astral parce que, à moins d'y être préparé, c'est vraiment une expérience désagréable de retourner, toute la joie étant de l'autre côté. Ceux d'entre nous qui voyageons dans l'astral attendons avec impatience les jours de notre libération, mais nous assurons aussi que pendant que nous sommes dans "notre cellule de prison" nous nous conduisons de notre mieux, car si nous ne nous comportons pas bien nous perdons notre "remise de peine".

Ainsi — faisons du mieux que nous pouvons sur Terre afin que quand nous mourrons à cette vie nous soyons prêts pour les plus grandes choses de la vie au-delà. Cela vaut le petit effort que vivre ici implique.

Nous avons l'air d'être très occupés dans notre grenier, déplaçant les articles, faisant tomber la poussière de certains qui ont été rangés pendant longtemps, mais déplaçons-nous de l'autre côté de la pièce, voyons un autre petit article —

Beaucoup de gens pensent que les "voyants" sont toujours en train de regarder l'aura d'une personne, toujours en train de lire les pensées de quelqu'un. Comme ils se trompent ! Une personne qui a des aptitudes télépathiques ou des pouvoirs de clairvoyance n'est pas toujours en train de lire les pensées ou d'examiner l'aura de ses amis ou de ses ennemies. Certaines des choses que nous pourrions voir seraient beaucoup trop désagréables, beaucoup trop peu flatteuses. Certaines d'entre elles feraient en effet éclater le ballon de notre propre importance imaginée ! Il y a beaucoup trop d'autres choses à faire. Nous avons à l'esprit une certaine personne qui nous rend visite parfois ; elle commencera une phrase en disant trois ou quatre mots pour s'interrompre alors avec un "mais je n'ai pas besoin de vous dire quoi que ce soit, n'est-ce pas ? Vous savez tout simplement en me regardant, pas vrai ?". Ce n'est pas le cas ! Nous pouvons "tout savoir", mais ce serait moralement mal de le faire. Ne craignez pas les voyants, les occultistes, les clairvoyants et autres, car s'ils sont de bonne moralité ils ne mettront pas le nez dans vos affaires privées même sur votre invitation. S'ils ne sont pas de bonne moralité ils ne peuvent le faire de toute façon ! Nous voulons vous dire ici que la "voyante" des rues qui vous prédit l'avenir pour une bagatelle n'a aucun pouvoir réel de "voyance". C'est généralement une pauvre vieille femme qui ne peut gagner sa vie d'une autre façon. Probablement qu'à une certaine époque elle a eu des dons de voyance, mais vous ne pouvez pas faire de telles choses sur une base commerciale, vous ne pouvez pas dire à une personne des choses sur elle-même de façon clairvoyante parce que le simple fait de l'échange monétaire fait décliner la capacité télépathique. Et la voyante de rue ne peut pas toujours "voir" ; cependant, si elle a pris de l'argent elle doit faire une sorte de mise en scène. Étant une assez bonne psychologue même sans formation elle vous laissera parler et vous dira alors les choses que vous lui avez dites et vous, étant dupé par le terme "voyante", vous exclamerez avec étonnement de ce qu'elle vous ait dit précisément ce que vous vouliez savoir !

N'ayez aucune crainte que les clairvoyants regardent dans vos affaires ; seriez-vous heureux en pensant que, occupé dans votre propre maison à écrire peut-être une lettre, quelqu'un entra dans la pièce et se penchant au-dessus de votre épaule, lise ce que vous étiez en train d'écrire ? Aimeriez-vous que cette personne fouille dans vos choses en ramassant ceci, lisant cela et apprenant tout à votre sujet, sachant tout ce que vous avez, tout ce à quoi vous pensez ? Aimeriez-vous penser qu'une personne est tout le temps branchée à toutes vos conversations téléphoniques ? Bien sûr que non ! Redisons encore une fois qu'une personne de bonne moralité ne lira pas tout le temps vos pensées et qu'une personne de mauvaise moralité n'en a certainement pas la capacité ! C'est une loi de l'occulte ; une personne de mauvaise moralité n'est pas clairvoyante. Vous pouvez entendre un tas d'histoires à propos d'une personne qui voit ceci et cela et autre chose. Écartez-en neuf cent quatre-vingt-dix-neuf pour cent !

Un clairvoyant attendra toujours que vous lui disiez ce que vous souhaitez discuter. Le clairvoyant ne s'immiscera pas dans l'intimité de vos pensées ou de votre aura, pas même si vous invitez ce clairvoyant à le faire. Il existe certaines lois de l'occultisme auxquelles on doit adhérer le plus rigidement, car si on viole ces lois on peut être puni de la même façon que l'on peut être puni si l'on enfreint une loi de l'homme sur Terre. Dites au clairvoyant ce que vous voulez lui dire — il ou elle saura si vous dites la vérité. Cela, nous sommes d'accord pour l'admettre ! Dites au clairvoyant tout ce que vous voulez, mais soyez certain que si vous le faites vous lui dites la vérité, autrement vous ne tromperez que vous-même et en aucune façon ne tromperez le clairvoyant !

Alors — souvenez-vous encore une fois, un bon "voyant" "ne lira pas vos pensées" et un mauvais NE LE PEUT PAS !

Maintenant voici un autre petit article que nous pourrions examiner. C'est celui-ci ; ainsi vous ne vous entendez pas avec votre conjoint ? Eh bien, cela peut être "l'obstacle" que vous devez surmonter sur Terre. Expliquons-nous de la façon suivante : les chevaux sont inscrits dans des courses et si un cheval gagne constamment et le fait apparemment sans grand effort, ce cheval est handicapé. Vous pouvez vous considérer comme un cheval ! Vous pouvez être passé trop vite, trop facilement à travers vos dernières "leçons" et dans ce cas vous pouvez être handicapé par un partenaire qui ne vous convient pas. Tirez le meilleur parti de la situation pendant que vous le pouvez en vous rappelant que si votre partenaire est réellement incompatible avec vous, vous ne serez jamais, jamais en contact avec lui ou elle dans la vie au-delà de cette Terre. Quand un homme prend un tournevis ou un marteau, ce n'est qu'un outil qui convient au besoin du travail du moment. Le conjoint peut être considéré comme un outil qui nous permet de faire un certain travail, d'apprendre une certaine leçon. Un homme peut devenir attaché à son tournevis ou son marteau, il peut lui devenir attaché parce qu'il lui permet de faire le travail qu'il doit faire. Mais vous pouvez être certain qu'un homme ne sera pas si attaché à son marteau ou son tournevis qu'il voudra l'emporter avec lui "de l'autre côté".

On a dit et écrit tant de choses au sujet de la "gloire de l'humanité", mais nous dirons que les humains ne sont pas la plus grande forme de vie. Les humains sur Terre, par exemple, sont vraiment un lot plutôt minable, sadique, égoïste et arriviste. S'ils ne l'étaient pas ils ne seraient pas sur cette Terre, parce que les gens viennent sur cette Terre afin de pouvoir apprendre à surmonter exactement ces choses. Les humains sont en effet plus grands quand ils arrivent dans la vie de l'au-delà. Mais assurons-nous de nouveau que nous comprenons que si nous avons ici un conjoint qui ne nous convient pas, ou des parents qui ne nous conviennent pas, ce peut être parce que NOUS avons planifié cela comme quelque chose que nous devrions surmonter. Les gens peuvent recevoir une vaccination ou une inoculation ; ils peuvent, par exemple, recevoir volontairement une dose de variole (par voie d'inoculation) afin de pouvoir être protégés d'une dose plus sévère et peut-être même fatale, plus tard. C'est ainsi que notre conjoint ou nos parents peuvent avoir été choisis afin que nous puissions apprendre certaines leçons par notre association avec eux. Mais — nous n'avons pas à les rencontrer de nouveau après que nous en avons terminé avec cette vie ; en fait, nous ne pouvons les rencontrer s'ils sont incompatibles avec nous car, nous devons le répéter, quand nous sommes de l'autre côté de la mort nous vivons dans l'harmonie et si les gens ne sont pas en harmonie avec nous ils ne peuvent pas s'associer avec nous. Nombreux sont ceux qui pourront sûrement trouver du réconfort dans cela !

Mais les ombres de la nuit s'approchent, le jour touche à sa fin. Nous sentons que nous ne devons pas vous retenir plus longtemps, car vous avez beaucoup à faire avant la tombée de la nuit. Quittons donc le grenier et fermons doucement la porte derrière nous, fermons la porte sur tous les "trésors" contenus à l'intérieur. Redescendons le vieil escalier grinçant et allons chacun de notre côté en paix.

 

LEÇON DIX-SEPT

Vous est-il déjà arrivé qu'une personne vienne à vous tout excitée puis, se saisissant presque de votre veste, s'écrie : "Oh ! Mon CHER ! J'ai eu la plus TERRIBLE expérience la nuit dernière ; j'ai rêvé que je descendais la rue sans le moindre vêtement sur le dos. J'étais TELLEMENT gênée !". Ceci s'est produit sous diverses formes et diverses variations pour plusieurs personnes. On peut avoir fait "un rêve" dans lequel on s'est trouvé soudainement transporté dans un salon rempli de gens élégamment vêtus et s'être aperçu que l'on avait omis de mettre un vêtement. Ou bien vous avez pu vous-même faire un rêve dans lequel vous vous êtes retrouvé au coin d'une rue, soit dans une tenue bizarre ou sans aucun vêtement du tout. Cela est possible, vous savez, cela peut avoir été une expérience astrale réelle. Ceux de nous qui pouvons voir les gens voyager astralement faisons des rencontres étonnantes et amusantes. Mais ce Cours n'est pas un discours sur les anecdotes, mais au lieu de cela il est conçu pour vous aider sur ce qui est, après tout, un phénomène parfaitement normal.

Consacrons cette Leçon particulière aux rêves, parce que les rêves sous une forme ou une autre arrivent à tous et chacun. De toute éternité les rêves ont été considérés comme des présages, des signes ou des augures et il y a même ceux qui prétendent prédire l'avenir par les rêves d'une personne ! D'autres considèrent que les rêves ne sont que des produits de l'imagination quand l'esprit est temporairement séparé du contrôle qu'il exerce sur le corps pendant le processus du sommeil. C'est tout à fait incorrect, mais venons-en à cette affaire de rêve —

Comme nous en avons discuté dans les Leçons précédentes, nous sommes composés d'au moins deux corps. Nous ne nous occuperons que de deux corps seulement, le physique et l'astral immédiat, mais bien entendu il y a beaucoup plus de corps. Quand nous nous endormons notre corps astral se sépare graduellement du corps physique et dérive en s'élevant hors du physique allongé. Avec la séparation des deux corps l'esprit est vraiment séparé. Dans le corps physique il y a tout le mécanisme, de la même façon que l'on peut avoir une station de radio, mais quand l'annonceur s'en va il n'y a alors personne pour envoyer les messages. Le corps astral, flottant maintenant au-dessus du physique, rumine pendant quelques moments décidant où aller et que faire. Aussitôt qu'une décision a été prise le corps astral s'incline les pieds en avant et s'installe habituellement au bout du lit. Alors, comme un oiseau quittant sa branche, le corps fait un petit bond en s'élevant et part, montant en flèche au bout de la Corde d'Argent.

La plupart des gens, particulièrement en Occident, ne sont pas conscients des circonstances réelles de leurs voyages dans l'astral, ils ne sont conscients d'aucun incident particulier, mais quand ils reviennent ils peuvent ressentir une chaleureuse sensation d'amitié, ou ils peuvent dire : "Oh, j'ai rêvé d'un tel la nuit dernière, il avait l'air VRAIMENT bien !". Selon toute probabilité la personne a réellement visité "un tel", ou quiconque en question, parce qu'un tel voyage est un des plus simples et des plus fréquemment entrepris ; pour une certaine raison particulière nous semblons toujours graviter autour de nos lieux de prédilection, nous semblons aimer aller aux endroits que nous avons visités auparavant ; en fait, la police affirme que les criminels retournent toujours sur les lieux de leurs crimes !

Il n'y a rien du tout de remarquable dans le fait que nous rendions visite à des amis parce que nous quittons tous le corps physique, nous faisons tous le voyage astral et nous devons aller quelque part. Jusqu'à ce que l'on soit "instruit" à ce sujet on ne parcourt pas les royaumes astraux, mais au lieu de cela on s'accroche obstinément aux endroits connus à la surface de la Terre. Les gens qui n'ont pas été instruits au sujet du voyage astral peuvent rendre visite à des amis à l'étranger, ou bien une personne qui a un très grand désir de voir un magasin ou un endroit particuliers ira voir le magasin ou l'emplacement en question, mais de retour dans la chair et en se réveillant elle pensera — si elle peut seulement penser ! — qu'elle a rêvé.

Savez-vous pourquoi vous rêvez ? Nous avons tous des expériences qui sont des incursions dans la réalité. Nos "rêves" sont aussi réels qu'un voyage de l'Angleterre à New York par avion ou par bateau, ou d'Aden à Accra par des moyens semblables, pourtant nous les appelons des "rêves". Avant d'étudier plus à fond le sujet des rêves permettez-nous de faire remarquer que depuis la Convention de Constantinople en l'An 60, quand les chefs de l'Église Chrétienne décidèrent de ce qui devait être incorporé dans le "Christianisme", une grande partie de la doctrine des Grands Maîtres a été déformée ou supprimée. Nous pourrions ajouter quelques commentaires très mordants sur tout cela à partir des informations que nous avons obtenues des Archives Akashiques, mais notre but en préparant ce Cours est d'aider les gens à se connaître eux-mêmes et non à marcher sur les plates-bandes de quelqu'un, aussi illusoires que puissent être ces "plates-bandes" de croyance ! Contentons-nous de déclarer que dans l'hémisphère Occidental, pendant de nombreux siècles passés, les gens n'ont définitivement été instruits de rien de ce qui a trait au voyage astral parce que cela n'est inclus dans aucune partie d'une religion organisée. Incidemment, permettez-nous de vous rappeler que nous disons ici une "religion organisée"!

De nouveau, dans l'hémisphère Occidental la plupart des gens ne croient pas aux fées ni aux Esprits de la Nature et les enfants qui voient les fées et les Esprits de la Nature et qui sans aucun doute jouent avec de telles entités, font rire d'eux ou sont grondés par les adultes qui devraient réellement savoir mieux que cela, car dans ceci comme dans bien d'autres cas, l'enfant est infiniment plus doué et beaucoup plus éveillé que l'adulte. Même la Bible Chrétienne déclare : "À moins de redevenir comme un petit enfant vous ne pouvez entrer dans le Royaume des Cieux". Nous pouvons formuler ceci différemment et dire : "Si vous avez la foi d'un enfant non contaminée par l'incrédulité d'un adulte vous pouvez aller partout à tout moment".

Les enfants, se faisant ridiculiser, apprennent à dissimuler ce qu'ils voient réellement. Malheureusement, ils perdent rapidement la capacité de voir d'autres entités à cause de ce besoin de cacher leurs capacités réelles. C'est presque la même chose dans le cas des rêves. Les gens vivent des expériences quand leur corps physique est endormi, car bien sûr le corps astral ne dort jamais, et quand ce dernier retourne au physique il peut y avoir un conflit entre les deux ; l'astral connaît la vérité et le physique est contaminé et obstrué par des notions préconçues inculquées de l'enfance jusqu'à l'âge adulte. Par conditionnement les adultes ne vont pas faire face à la vérité et ainsi surgit un conflit ; le corps astral est parti et a fait des choses, expérimenté des choses, vu des choses, mais le physique ne peut pas y croire parce que tout l'enseignement des peuples Occidentaux est de ne rien croire de tout ce qui ne peut être tenu dans les deux mains et mis en pièces pour voir comment ça fonctionne. Les Occidentaux veulent des preuves, encore des preuves et plus de preuves encore et tout le temps ils essaient de prouver que la preuve est fausse. Ainsi, nous avons le conflit entre le physique et l'astral et cela conduit à un besoin de rationalisation. Dans ce cas les rêves — ainsi nommés — sont rationalisés dans une sorte d'expérience, souvent avec les plus étranges résultats imaginables !

Voyons cela encore une fois ; nous pouvons avoir toutes sortes d'expériences inhabituelles quand nous voyageons astralement. Notre corps astral voudrait que nous nous réveillions avec un souvenir précis de toutes ces expériences, mais de nouveau, le corps physique ne peut pas le permettre et ainsi il y a conflit entre les deux corps et des images vraiment incroyablement déformées reviennent dans notre mémoire, des choses qui ne peuvent pas se produire. Chaque fois que quelque chose arrive dans l'astral qui est contraire aux lois physiques de la Terre physique il y a conflit et ainsi la fantaisie s'installe et nous obtenons des cauchemars ou les événements les plus insolites que l'on puisse imaginer. Dans l'état astral on peut léviter, s'élever en flottant, voyager partout et voir n'importe qui et visiter n'importe lequel des centres du monde. Dans le physique il est impossible de traverser le toit et c'est ainsi, nous le répétons, que dans le conflit entre le corps physique et le corps astral il y a des interprétations extrêmement déformées de nos expériences de voyage astral qui annulent réellement tout le bien que l'astral essaie d'envoyer en bas. Nous obtenons ce qu'on appelle des rêves qui n'ont aucun sens pour nous, nous rêvons toutes sortes d'âneries, ou c'est ce que nous disons quand nous revenons dans le physique, mais les choses qui sont des âneries dans le physique sont des banalités dans l'astral.

Revenons-en à notre remarque initiale à propos de marcher dans la rue sans le moindre vêtement sur le dos. Un bon nombre de personnes ont eu cette expérience extrêmement embarrassante apparemment dans un rêve, mais, bien sûr, ce n'est pas du tout un rêve ! Cela résulte du fait que quand on part en voyage astral on peut oublier tout à fait de porter des vêtements astraux ! Si une personne n'"imagine" pas le nécessaire, nous avons alors le spectacle de quelqu'un voyageant dans l'astral complètement nu. Bien souvent une personne quittera le corps physique et s'élancera au dehors en toute hâte, tout excitée de s'être libérée de la chair importune. Sortir du corps était l'accomplissement principal ne laissant aucune possibilité pour penser à autre chose.

Le corps naturel, nous devons vous le rappeler, est un corps sans vêtement car l'habillement est une convention purement artificielle qui est sans intérêt dans la réalité. Nous pourrions peut-être faire une digression ici un moment pour vous dire quelque chose d'autre qui va probablement vous intriguer.

En ces jours d'il y a bien longtemps l'homme et la femme pouvaient voir l'astral l'un de l'autre. Les pensées étaient claires pour tous ; les motifs d'une personne étaient absolument ouverts et, nous allons nous répéter en disant que les couleurs de l'aura flamboient de façon plus éclatante et plus fortement autour de ces zones que les gens gardent maintenant couvertes ! L'homme et particulièrement la femme gardent certaines parties couvertes parce qu'ils ne veulent pas que les autres lisent leurs pensées et leurs motifs qui peuvent ne pas toujours être convenables. Mais ceci, comme nous l'avons dit, est vraiment une digression et a peu de rapport avec les rêves ; c'est toutefois un point qui peut vous faire réfléchir sur les vêtements.

Quand on fait le voyage astral on "imagine" habituellement le genre de vêtements que l'on porterait normalement durant la journée. Si cette "imagination" est omise, un clairvoyant recevant un visiteur astral peut recevoir cette personne et constater qu'elle ne porte rien sur elle. Nous avons eu des gens qui nous ont rendu visite dans l'astral et qui ne portaient rien du tout, ou peut-être une veste de pyjama, ou encore quelque chose de totalement "hors de ce monde" qui défie toute description et ne figurerait probablement dans aucun catalogue de lingerie du temps présent. C'est aussi un fait que les gens qui sont trop coquets vont souvent s'imaginer — se rêver — portant des vêtements qu'ils ne porteraient jamais sur leur corps physique. Mais tout cela n'a pas d'importance parce que nous déclarons de nouveau que l'habillement est simplement une convention humaine et nous ne pensons pas que quand nous arriverons au ciel nous porterons des vêtements comme il y a sur cette Terre.

Les rêves, donc, sont une rationalisation d'événements réellement vécus qui se produisent dans le monde astral et comme nous l'avons précédemment exposé, quand on est dans l'astral on voit une bien plus grande gamme de couleurs et avec beaucoup, beaucoup plus de clarté. Tout est plus lumineux, tout est "plus grand que nature" ; on peut voir les plus petits détails, les couleurs sont d'une gamme dépassant de loin tout ce qui peut exister sur cette Terre. Donnons ici un exemple.

Dans notre forme astrale nous sommes partis loin à travers terre et mer pour un pays lointain. Le jour était brillant avec un ciel bleu vif et la mer au-dessous de nous avait de douces vagues couronnées de blanc s'élevant vers nous, mais, bien sûr, ne nous touchant pas. Nous nous sommes laissés descendre sur un sable doré et nous sommes arrêtés pour examiner la merveilleuse structure en forme de diamant. Chaque grain de sable scintillait comme une pierre précieuse dans la lumière du soleil. Nous nous sommes déplacés doucement au-dessus de bouquets d'algues ondulantes, nous avons été stupéfiés des délicates couleurs brunes et vertes et des vessies natatoires qui semblaient tourner au rose doré. À notre droite il y avait une roche de teinte verdâtre qui pour un instant nous a paru du jade le plus pur. Nous pouvions voir à mi-chemin à travers la surface externe, nous pouvions voir les veines et les stries et nous pouvions également voir d'infimes créatures-fossiles incrustées dans la roche des millions d'années auparavant. En nous déplaçant aux alentours nous regardions autour de nous avec des yeux qui semblaient neufs, avec des yeux qui voyaient comme jamais auparavant. Nous pouvions voir ce qui paraissait être des globes transparents de couleur flottant dans l'atmosphère, globes qui étaient en fait la force vivante de l'air. Les couleurs étaient merveilleuses, intenses, variées et notre acuité de vision était telle que nous pouvions voir aussi loin que la courbure de la Terre nous le permettait, sans nous faire perdre le plus petit détail qui soit.

Sur cette pauvre vieille Terre qui est la nôtre, pendant que nous sommes enfermés dans la chair, nous sommes comparativement aveugles, nous avons un éventail de couleurs limité et une pauvre perception des nuances de couleurs. Nous souffrons de myopie, d'astigmatisme et autres anomalies qui nous empêchent de voir les choses telles qu'elles sont réellement. Ici nous sommes pratiquement privés de sens et de perceptions, nous sommes vraiment de pauvres choses sur cette Terre, emprisonnés comme nous le sommes dans une gaine d'argile, chargés lourdement de convoitises et de rancunes et obstrués avec un type inapproprié de nourriture ; mais quand nous sortons dans le monde libre de l'astral nous pouvons voir — voir avec la plus grande netteté — voir des couleurs que nous n'avons jamais vues sur la Terre elle-même.

Si vous faites un "rêve" dans lequel vous voyez avec une saisissante clarté et dans lequel vous êtes enchanté par un extraordinaire déploiement de couleurs, alors vous saurez que vous n'avez pas fait un rêve ordinaire, mais que vous rationalisez une véritable expérience de voyage astral.

Il y a autre chose qui empêche beaucoup de personnes de se souvenir de leurs plaisirs dans l'astral. C'est ceci : Quand on est dans l'astral on vibre à un taux beaucoup, beaucoup plus élevé que quand on est enfermé dans le corps. C'est chose facile quand on quitte le corps parce que la différence de vibrations n'a pas du tout d'importance quand on "sort" ; les obstacles se présentent quand nous retournons à notre corps et si nous savons maintenant ce que sont ces obstacles, nous pouvons consciemment nous y arrêter et aider les véhicules astral et physique à en arriver à une sorte d'arrangement.

Imaginons que nous sommes dans l'astral, notre corps de chair est au-dessous de nous. Il vibre à une certaine vitesse, "tournant presque au ralenti", tandis que le corps astral est frémissant de vie, de vitalité, car vous n'êtes pas entravé par la maladie ou la souffrance dans l'astral ! Peut-être cela nous aidera-t-il si nous expliquons les choses en termes de la Terre. Considérons que nous avons affaire au problème d'une personne dans un bus ; le bus voyage peut-être à vingt ou trente milles (35/45 km approx.) à l'heure et le passager désire quitter l'autobus d'urgence, lequel, malheureusement, ne peut pas être arrêté. Ainsi, le problème est que le passager doit sauter du bus de telle manière qu'il se retrouve sur la route sans se faire le moindre mal. S'il est imprudent il se fera grièvement blesser, mais s'il sait comment s'y prendre, cela peut se faire facilement, car on voit souvent le personnel des bus le faire. Nous devons apprendre par expérience comment descendre du bus quand le véhicule est en marche, nous devons aussi apprendre comment entrer dans le corps quand les vitesses des deux véhicules sont différentes !

Quand nous revenons de nos expériences de voyage astral notre problème est d'entrer dans le corps. De nouveau, nous vibrons dans l'astral à un taux beaucoup plus élevé que dans le physique et comme nous ne pouvons ralentir l'un ni accélérer l'autre plus que dans une mesure très très limitée, nous devons attendre jusqu'à ce que nous puissions "synchroniser un harmonique" entre les deux. Avec de la pratique nous pouvons le faire, nous pouvons légèrement accélérer le corps physique et légèrement ralentir le corps astral afin que malgré qu'ils soient toujours de vibrations largement dissemblables, il y ait un harmonique fondamental — une compatibilité de vibrations — entre les deux et qui nous permet de "rentrer" en toute sécurité. C'est une question de pratique, instinctive, pratique de mémoire raciale et quand nous pouvons le faire, nous pouvons garder tous nos souvenirs intacts.

Trouvez-vous cela difficile à comprendre ? Alors, imaginons que le corps astral soit un bras de tourne-disque. Votre corps physique est un disque tournant à — quelle vitesse dirons-nous ? — 45 tours / mn ? Notre problème est de placer l'aiguille sur le disque en rotation afin de tomber sur un mot particulier ou une note musicale particulière. Si vous songez à la difficulté de mettre ce bras du tourne-disque en contact avec le disque pour que le mot, ou la note musicale, précédemment déterminé soit choisi, alors vous comprendrez combien il est difficile (sans pratique) de revenir de l'astral avec des souvenirs intacts.

Si nous sommes maladroits ou inexpérimentés et revenons sans être "en synchronisation", nous nous réveillons en nous sentant absolument "pas dans notre assiette", nous nous sentons en colère contre tout ; nous avons la migraine, probablement que nous nous sentons malades et bilieux. C'est parce que les deux séries de vibrations ont été réunies avec un choc, tout comme, sur une voiture, on peut obtenir une friction et un choc très net si on change de vitesse de façon maladroite. Si nous revenons avec un mauvais taux de vibrations nous pouvons nous apercevoir que le corps astral ne s'ajuste pas exactement dans le corps physique, qu'il peut pencher d'un côté ou de l'autre et le résultat en est tout à fait déprimant. Si nous avons la malchance de faire cela, le seul remède est de se rendormir ou de se reposer le plus tranquillement possible, sans bouger, sans penser si l'on peut y parvenir, restant bien tranquille et essayant de libérer le corps astral du physique encore une fois. Le corps astral se soulèvera et flottera quelques pieds au-dessus du corps physique et alors, si nous le lui permettons, il redescendra et reviendra dans le corps physique en parfait alignement. Nous ne nous sentirons plus ni malades ni déprimés ensuite. Cela demande seulement de la pratique et peut-être dix minutes de votre temps. Il vaut mieux accorder ces dix minutes et vous sentir bien, que de vous lever précipitamment en songeant que vous seriez heureux de mourir sur place, parce que vous ne pourrez pas vous sentir mieux tant que vous ne vous rendormirez pas pour permettre à vos deux véhicules de se réaligner complètement.

Parfois on revient à la conscience le matin avec des souvenirs d'un rêve vraiment très particulier. Il peut s'agir de certains événements historiques, ou cela peut tout à fait littéralement être quelque chose "hors de ce monde". Dans ce cas il se peut que pour quelque raison spécifique en rapport avec votre formation vous ayez été en mesure de contacter le Document Akashique (nous traiterons de cela dans une Leçon à venir), que vous ayez pu voir ce qui est arrivé dans le passé ou, plus rarement, ce qui se produira probablement dans l'avenir. Les grands voyants qui font des prophéties peuvent souvent se mouvoir dans l'avenir et voir les probabilités, non pas les faits actuels, car ils n'ont pas eu lieu, mais les probabilités peuvent être connues et prédites. Cela nous montre que plus l'on cultive la mémoire de ce qui se passe dans l'astral, plus on en retire de bénéfices, parce qu'il ne sert à rien d'apprendre quelque chose avec beaucoup de labeur et de peine si l'on doit tout oublier dans les quelques minutes qui suivent.

Il arrive fréquemment qu'une personne se réveille le matin terriblement de mauvaise humeur, haïssant le monde et tout ce qu'il contient. Il lui faut des heures et des heures pour se remettre de cette humeur vraiment noire et sombre. Il y a un certain nombre de raisons pour cette attitude particulière ; l'une d'elles est que dans l'état astral on peut faire des choses plaisantes, aller dans des endroits agréables et voir des gens heureux. Normalement, l'astral est une forme de récréation pour le corps astral pendant que le corps physique dort et récupère. Dans l'astral on a un sentiment de liberté, un manque total de restriction et de contrainte, la sensation est vraiment merveilleuse. Et vient alors l'appel du retour dans le corps de chair pour commencer une nouvelle journée de quoi ? Souffrance ? Dur labeur ? Quoi que ce soit c'est habituellement déplaisant. Et ainsi, étant revenu, ayant été arraché aux plaisirs de l'astral, on est vraiment malheureux et de mauvaise humeur au réveil.

Une autre raison, et une raison qui n'a rien d'agréable, est que quand nous sommes sur Terre nous sommes comme des enfants en classe apprenant, ou essayant d'apprendre, les leçons que nous avons nous-mêmes planifiées d'apprendre avant de venir sur la Terre. Quand nous nous endormons c'est pour que le corps astral puisse "quitter l'école" et rentrer à la maison à la fin du jour, de la même façon que les enfants retournent à la maison à la fin de la journée. Souvent, cependant, une personne qui est satisfaite et contente d'elle-même sur la Terre, pensant qu'il ou elle est quelqu'un de très important, s'endormira et se réveillera le matin de très mauvaise humeur. C'est généralement parce que cette personne a vu dans l'astral qu'elle est en train de faire un choquant gâchis de sa vie sur la Terre physique, que toute sa suffisance et son contentement de soi ne la mènent en vérité nulle part. Il ne s'ensuit pas du tout qu'une personne fait du bon travail parce qu'elle est bourrée d'argent et possède des acres de propriétés. Nous venons sur Terre pour apprendre des choses spécifiques exactement comme une personne va à l'école ou au collège pour apprendre des choses spécifiques. Ce serait parfaitement inutile, pour vous donner un exemple, qu'un étudiant à l'université s'inscrive à un cours pour obtenir un doctorat en théologie et ensuite, sans raison explicable, découvre qu'il devra ramasser toutes les ordures, tous les déchets de quelque ville locale ! Trop de gens pensent qu'ils se débrouillent extraordinairement bien parce qu'ils amassent de l'argent en escroquant les autres, en faisant payer trop cher, en faisant généralement des bénéfices excessifs et en offrant de "mauvaises affaires". Ces gens qui sont "conscients des distinctions sociales" ou "les nouveaux riches" ne prouvent réellement rien sauf qu'ils sont en train de faire de leur vie sur Terre un échec retentissant. Vient un temps où chacun doit faire face à la réalité et la réalité n'est pas sur cette Terre, car ceci est le Monde de l'Illusion où toutes les valeurs sont faussées, où pour des fins d'instruction on croit que l'argent, le pouvoir temporel et la position sont tout ce qui compte. Rien ne pourrait être plus éloigné du cas que cela, car les moines mendiants de l'Inde et d'ailleurs sont de plus grande valeur spirituelle pour la vie future que le très puissant financier qui prête de l'argent à un taux d'intérêt exorbitant aux pauvres gens qui sont à court d'argent et souffrent réellement. Ces financiers (en réalité ce sont des prêteurs sur gages !) brisent réellement les foyers et le futur de ceux qui ont le malheur d'être en retard pour un des paiements exorbitants.

Laissons dormir un de ces puissants financiers et autres de leur espèce et supposons que pour une raison particulière ils peuvent se libérer de la chair et voyager assez loin pour voir quelle sorte de gâchis ils font. ALORS, ils reviennent avec un souvenir parfaitement choquant, ils reviennent avec la conscience de ce qu'ils sont réellement et avec la détermination de "tourner une nouvelle page". Malheureusement, quand ils reviennent dans le physique, étant de toute façon de nature basse, ils ne peuvent pas se souvenir et disent ainsi qu'ils ont simplement eu une nuit troublée, ils crient après leurs subordonnés et tyrannisent de façon générale tous ceux en vue. Et ainsi ils se laissent emporter par "le cafard du lundi matin", mais bien malheureusement cela ne leur arrive pas que les lundis matins, mais presque tous les jours !

"Le cafard du lundi". Oui, c'est vraiment le cas et pour une raison spéciale. La plupart des gens doivent travailler assez régulièrement ou au moins passer des heures régulières au travail pendant tant de jours par semaine ; à la fin de la semaine il y a une période de relaxation, un changement d'occupation et souvent de lieu. Les gens dorment plus paisiblement à la fin de la semaine et ainsi le corps astral part et voyage plus loin ; il s'élève peut-être là où il peut voir quelle sorte de travail le physique fait sur Terre et quand il retourne pour que le corps physique puisse reprendre le travail le lundi matin, il y a généralement beaucoup de consternation qui est la cause du "cafard du lundi".

Une autre catégorie de personnes devrait encore retenir notre attention ne serait-ce que pour un bref moment seulement ; ceux qui dorment peu. Ces gens sont assez infortunés pour avoir tellement sur leur conscience astrale que le corps astral n'est pas du tout disposé à quitter le physique et sortir faire face aux choses. Souvent un ivrogne aura peur de s'endormir à cause des entités fort intéressantes qui se réunissent autour de son corps astral émergeant. Nous avons déjà traité des "éléphants roses" et autre flore et faune de ce type.

Le physique, dans un tel cas, restera éveillé et sera la cause de beaucoup de souffrance dans le physique et sur l'astral. Vous avez probablement connu des gens qui sont tout le temps sur les nerfs, qui sont tout le temps en mouvement, qui sont "tendus" et ne peuvent pas se reposer pour un instant. Trop souvent ces gens sont ceux qui ont tellement sur leur l'esprit — sur leur conscience — qu'ils n'osent simplement pas se reposer au cas où ils commencent à penser et à réaliser ce qu'ils sont, ce qu'ils font et ce qu'ils défont. Ainsi l'habitude est prise — pas de sommeil, pas de détente, rien qui donne au Sur-moi l'occasion de vraiment entrer en contact avec le physique. Ces gens sont comme un cheval qui a pris le mors aux dents et s'emballe follement sur la route au grand danger de tous. Si les gens ne peuvent pas dormir, ils ne peuvent pas tirer profit d'une vie sur Terre et ne tirant pas profit de cette vie, ils doivent alors revenir et faire mieux la prochaine fois.

Vous demandez-vous comment décider si un rêve est un produit de l'imagination ou le souvenir déformé d'un voyage astral ? Le plus simple est de vous demander si vous voyez les choses avec une plus grande clarté dans ce rêve ? Si c'est le cas, c'est alors le souvenir d'un voyage astral. Les couleurs étaient-elles plus vives que vous pouvez vous souvenir les voir sur Terre ? Alors, de nouveau, c'est un voyage astral. Souvent vous verrez le visage d'un être cher, ou aurez une forte impression d'une personne aimée ; c'est parce que vous pouvez avoir rendu visite à cette personne en voyageant astralement et si vous vous endormez en ayant devant vous une photographie de la personne aimée, vous pouvez alors être sûr que vous allez voyager là quand vous fermerez les yeux et vous détendrez.

Voyons maintenant l'autre côté de la médaille. Vous pouvez vous être réveillé le matin troublé et pas qu'un peu en colère, pensant à une certaine personne en particulier avec laquelle vous n'êtes définitivement pas en harmonie. Vous vous êtes peut-être endormi pensant à cette personne, pensant à une dispute, à une certaine altercation que vous avez eue avec elle. Vous pouvez lui avoir rendu visite dans l'astral et la personne, dans l'astral également, a discuté avec vous d'une solution au problème. Vous pouvez avoir réglé la question, vous pouvez avoir tous deux déterminé dans vos états astraux que sur Terre vous vous rappelleriez de la solution et en viendriez à un accord amical. Ou bien, d'un autre côté, la bataille a pu être de plus grande intensité encore de sorte qu'à votre retour sur la Terre vous ayez même une plus grande antipathie l'un pour l'autre qu'auparavant. Mais peu importe que vous ayez eu un arrangement amical ou non, si, en revenant au physique vous avez eu une mauvaise secousse ou ne vous êtes pas synchronisé avec votre corps physique, alors toutes vos bonnes intentions, toutes vos bonnes dispositions seront brisées et déformées et en vous réveillant votre souvenir en sera un de discorde, d'antipathie, de colère et de frustration amère.

Les rêves — ainsi nommés — sont des fenêtres sur un autre monde. Cultivez vos rêves, examinez-les ; quand vous allez dormir la nuit décidez que vous allez "rêver vrai", c'est-à-dire décidez que quand vous vous réveillerez au matin vous aurez un souvenir clair et non contaminé de tout ce qui s'est passé durant la nuit. Cela peut se faire, cela se fait ; c'est seulement dans le monde Occidental où tant de doutes, tant de cris pour des preuves se font entendre, que les gens trouvent cela difficile. Certaines personnes en Orient entrent en transe ce qui, après tout, n'est qu'une méthode de sortir du physique. D'autres s'endorment et quand ils se réveillent ils ont les réponses aux problèmes qui les troublaient. Vous aussi pouvez le faire, vous aussi, avec de la pratique et avec un désir sincère de le faire uniquement pour le bien pouvez "rêver vrai" et ouvrir toute grande cette fenêtre qui donne sur une phase des plus glorieuses de l'existence.

 

LEÇON DIX-HUIT

Nous nous connaissons depuis un petit moment maintenant par le biais de ce Cours. Peut-être devrions-nous faire une pause un instant pour faire le point, regarder autour de nous et réfléchir à ce que nous avons lu et à ce que nous avons vraisemblablement appris. Il est essentiel de s'arrêter de temps en temps à des fins de récréation. Vous est-il déjà arrivé de penser que la "récréation" est en fait la "re-création" ? Nous mentionnons ce point parce qu'il est tout à fait relié avec la fatigue ; si l'on devient fatigué on ne peut pas donner son maximum. Savez-vous ce qui arrive quand vous devenez fatigué ?

Nous n'avons pas besoin de beaucoup nous y connaître en physiologie pour comprendre pourquoi nous ressentons raideur et douleur si nous surmenons un muscle. Considérons que nous avons répété une certaine action, soulevant peut-être un poids lourd avec le bras droit. Eh bien, après un certain temps les muscles du bras droit commencent à faire mal, nous avons une sensation très particulière dans les muscles et si nous continuons trop longtemps, nous souffrons d'une réelle douleur au lieu d'un simple endolorissement. Mais étudions la question de plus près.

Durant ce Cours l'accent a été mis sur le fait que toute vie est d'origine électrique. Chaque fois que nous pensons nous produisons un courant électrique, chaque fois que nous bougeons même un doigt nous envoyons un courant électrique sous la forme d'une impulsion nerveuse qui "galvanise" un muscle pour entrer en action. Mais revenons à notre bras que nous avons maltraité par un surcroît de travail ; nous avons soulevé quelque chose trop de fois pendant trop longtemps et les nerfs qui transportent le courant électrique venant du cerveau sont devenus surmenés. De façon semblable, si nous prenons un fusible de maison ordinaire et le surchargeons, le fusible peut ne pas sauter immédiatement, mais montrera plutôt des signes de surcharge en devenant décoloré. Ainsi en va-t-il de nos nerfs menant aux muscles ; ils deviennent surmenés avec le passage du courant continu et les muscles eux-mêmes deviennent fatigués de s'étirer et de se contracter continuellement.

Pourquoi se fatiguent-ils ? C'est facile à répondre ! Quand nous bougeons un membre nos muscles deviennent stimulés à partir du cerveau. Le courant électrique provoque un écoulement de sécrétions dans la structure musculaire qui fait se contracter les fibres des muscles, ce qui fait que si vous avez un paquet ou une collection de fibres qui se contractent, le résultat est de diminuer la longueur totale et cela signifie qu'un membre doit plier. C'est bien — nous n'entrerons pas dans la physiologie — mais un résultat secondaire est que les produits chimiques impliqués dans le processus de contraction des fibres musculaires deviennent cristallisés et incrustés dans les tissus. C'est ainsi que si nous envoyons ces sécrétions, ces produits chimiques, dans la musculature plus rapidement que les tissus peuvent les absorber, il en résultera des cristaux et ces cristaux ayant des bords très tranchants causeront une douleur considérable si nous persistons dans nos tentatives de mouvoir ces muscles. Nous ne pouvons qu'attendre peut-être un jour ou deux, jusqu'à ce que les cristaux aient été de nouveau absorbés et que les fibres des muscles recommencent à pouvoir glisser doucement et sans effort les unes sur les autres. Ça vaut la peine de noter en passant que quand une personne fait du rhumatisme c'est qu'elle a des cristaux fixés en diverses parties sensibles du corps qui bloquent les tissus musculaires. En fait, toute personne affligée par la douleur rhumatismale peut mouvoir la partie endommagée, mais le faire lui causerait une douleur intense à cause des cristaux logés dans ses tissus musculaires. Si nous pouvions trouver le moyen de dissoudre les cristaux, alors nous devrions pouvoir guérir le rhumatisme ; mais ça reste encore à venir.

Toutefois, ceci nous éloigne plutôt de notre intention première de considérer certaines des choses que nous avons apprises ou, en y pensant bien, peut-être que non ! Si vous vous donnez trop de mal vous n'arriverez nulle part parce que votre cerveau sera surmené. De nombreuses personnes ne peuvent pas adopter la Voie du Milieu parce qu'elles ont été élevées à croire que seul le travail le plus ardu mérite des résultats. Les gens luttent et s'échinent mais n'arrivent nulle part parce qu'ils se donnent trop de mal. Parfois les gens qui essaient trop durement deviennent fatigués à l'excès et alors ils disent des choses horribles parce que, littéralement, ils ne sont pas en possession de leurs sens complets ! Quand nous devenons fatigués le courant électrique produit dans le cerveau s'affaiblit, il diminue, et ainsi l'électricité "négative" prend le dessus sur les impulsions positives, nous rendant de mauvaise humeur. La mauvaise humeur est à l'opposé de la bonne humeur, c'est l'aspect négatif de la bonne humeur et si nous nous laissons aller à la mauvaise humeur par une fatigue excessive, ou par toute autre cause, cela signifie en fait que nous corrodons les cellules qui produisent le courant en nous. Conduisez-vous une voiture ? Vous arrive-t-il de regarder la batterie de votre voiture ? Si vous le faites, vous aurez vu à certains moments un très désagréable dépôt verdâtre autour d'une des bornes de la batterie. Avec le temps il rongera les fils menant de la batterie à la voiture elle-même. De la même manière, si nous nous négligeons comme nous avons négligé cette batterie, nous constatons que notre propre capacité devient sérieusement affaiblie et nous avons alors un comportement de mauvaise humeur. Il s'agira parfois d'une femme débutant sa vie d'épouse avec les meilleures intentions du monde qui cédera à un petit doute persistant au sujet de son mari ; elle exprimera ses doutes et en les répétant à plusieurs reprises elle établira une habitude et ainsi, possiblement sans même s'en rendre compte elle se transformera en une mégère querelleuse, une de ces créatures les plus déplaisantes de ce monde ! Gardez votre bonne humeur, vous conserverez une meilleure santé ; ne vous laissez pas prendre par ces régimes amaigrissants parce que la personne bien en chair a invariablement meilleur caractère que la maigrichonne sans énergie qui chancelle avec presqu'un cliquetis d'os !

Cette question de la "Voie du Milieu" ; il est clair que l'on devrait faire de son mieux en toutes circonstances. Il est également clair que l'on ne peut faire plus que "de son mieux" et que l'effort au-delà de "ce mieux" est simplement un effort perdu qui ne fait que nous épuiser inutilement. Voyez la chose comme vous le feriez d'une centrale électrique ; nous avons une station génératrice d'électricité qui fournit la lumière à un certain nombre de lampes. Si le générateur fonctionne à telle ou telle vitesse, ou fournit tel ou tel rendement pour que les besoins des lampes soient facilement satisfaits, alors il travaille bien dans les limites de sa capacité. Mais si pour une raison quelconque le générateur est accéléré et que la production soit beaucoup plus grande que ce qui peut être absorbé par les lampes, tout l'excès de production doit être détourné quelque part — gaspillé — ce qui gaspille également la vie du générateur qui fonctionne trop vite inutilement.

Une autre façon de présenter la chose est la suivante ; vous possédez une voiture et sur l'autoroute vous voulez aller à, disons, trente milles (50 km approx.) à l'heure (la plupart des gens veulent aller beaucoup plus vite que cela, mais trente milles à l'heure est bien suffisant pour notre exemple !). Si vous êtes un conducteur raisonnable vous serez en "top gear", à la plus haute vitesse, roulant à trente milles à l'heure, le moteur tournant très lentement. À cette vitesse il y aura très très peu d'usure et pas de tension du tout sur le moteur qui travaille bien dans les limites de sa capacité. Mais supposons que vous ne soyez pas un très bon conducteur et que vous fonciez sur l'autoroute à trente milles à l'heure à la plus basse vitesse ! Alors le moteur pourra tourner cinq ou six fois plus vite à cause de l'engrenage et il devra mettre peut-être autant de puissance, autant d'effort, qu'il lui faudrait pour faire cent milles (160 km approx.) à l'heure à la plus haute vitesse. Vous obtiendrez ainsi beaucoup de bruit, une énorme consommation d'essence et cinq ou six fois plus d'usure pour accomplir le même objectif que vous le feriez à la plus haute vitesse.

La Voie du Milieu, ainsi, signifie prendre un chemin raisonnable, travaillant juste assez durement qu'il est nécessaire pour accomplir une tâche spécifique, mais non gaspiller votre vie et votre énergie en vous surmenant ! Trop de gens pensent qu'ils doivent travailler, travailler et travailler encore, et le plus durement ils travaillent pour atteindre un objectif, plus ils gagnent de mérite. Rien ne pourrait être plus éloigné des faits ; une personne devrait toujours — nous ne pouvons assez le répéter — travailler juste assez durement pour accomplir la tâche en cours.

Mais revenons-en à la récréation. La récréation, comme nous l'avons dit, c'est la re-création. Si nous nous fatiguons cela signifie que seuls certains muscles, seules certaines zones du corps sont devenus fatigués. Si, par exemple, nous avons trop soulevé notre bras droit en déplaçant peut-être des briques, en déplaçant peut-être des livres, le bras commencera alors à se fatiguer, deviendra douloureux, mais nos jambes sont encore en état de marche tout comme le sont nos oreilles et nos yeux. Ainsi laissons-nous nous "re-créer" en faisant une promenade, en écoutant de la bonne musique ou en lisant un livre. De cette manière nous utiliserons d'autres nerfs et d'autres muscles et nous retirerons en fait toute charge supplémentaire d'électricité neurale dans les muscles qui ont été surchargés et qui ont besoin maintenant de se détendre. Ainsi — dans la récréation vous vous re-créez vous-même et vos capacités.

Avez-vous travaillé très fort pour essayer de voir votre aura ? Essayer de voir l'éthérique ? Peut-être avez-vous essayé trop fort. Si vous n'avez pas eu le succès que vous désirez, ne vous découragez pas ; il faut du temps, de la patience et beaucoup de foi, mais ça peut se faire. Vous essayez de faire quelque chose que vous n'avez pas fait auparavant et vous ne vous attendriez pas à devenir médecin ou avocat ou un grand artiste du jour au lendemain ; pour devenir avocat vous vous attendriez à devoir aller à l'école, puis au lycée et ensuite à une certaine université. Cela prendrait du temps, cela pourrait prendre des années, vous travailleriez consciencieusement pendant de bien nombreuses heures chaque jour et peut-être de bien nombreuses heures chaque nuit pour atteindre votre objectif de devenir — quoi ? — un médecin ? Un avocat ? Un agent de change ? Tout se ramène à ceci ; vous ne pouvez obtenir de résultats du jour au lendemain. Plusieurs philosophies indiennes nous disent qu'en aucun cas une personne ne devrait essayer de voir de façon clairvoyante en moins de dix ans ! Nous ne souscrivons pas du tout à cette façon de voir, nous croyons que quand une personne est prête pour la clairvoyance, elle verra de façon clairvoyante ; mais nous souscrivons vraiment avec le point de vue qu'une personne ne peut obtenir de résultats du jour au lendemain, vous devez travailler pour ce que vous allez obtenir, vous devez pratiquer, vous devez avoir la foi. Si vous étudiez pour être médecin, vous avez alors foi en vos professeurs, vous avez foi en vous-même, vous faites votre travail d'étude en classe, vous faites vos devoirs après les classes et malgré tout ça prend des années de formation pour devenir médecin. Quand vous étudiez avec nous et essayez de voir l'aura, combien de temps étudiez-vous ? Deux heures par semaine ? Quatre heures par semaine ? Eh bien, peu importe le nombre d'heures, vous n'étudiez pas huit heures par jour et ne faites pas non plus de devoirs. Ainsi — soyez patient parce que définitivement l'aura peut être vue et sera vue si vous avez cette patience et la foi.

Au fil des années nous avons reçu un formidable courrier de tous les coins du monde, même de gens derrière le Rideau de Fer. Il y a une jeune fille en Australie qui possède de remarquables pouvoirs de clairvoyance ; elle a dû cacher ses aptitudes parce que sa famille pense qu'il y a quelque chose de "bizarre" à son sujet si elle dit qu'elle sait ce qu'ils pensent ou si elle peut discuter de leur état de santé. À Toronto au Canada, il y a une autre dame qui en l'espace de quelques semaines seulement est devenue capable de voir l'éthérique, peut voir le pouvoir éthérique s'écoulant du bout des doigts et peut voir la "fleur de lotus" onduler au sommet d'une tête. Ses progrès ont été tout à fait remarquables, elle peut voir l'éthérique dans sa presque totalité et nous croyons comprendre qu'elle commence maintenant à voir l'aura. Elle fait partie de ces gens heureux qui peuvent voir les Esprits de la Nature et l'aura des fleurs. En tant qu'artiste elle a pu peindre les fleurs entourées de leur aura.

Pour vous montrer que les pouvoirs de clairvoyance ne sont limités à aucune localité, mais sont universels, nous allons citer une lettre d'une dame très douée en Yougoslavie. Nous avons écrit à cette dame en lui disant que nous aimerions incorporer dans ce Cours quelque chose de son expérience et elle nous a écrit une lettre nous donnant la permission de la citer. Voici ce qu'elle écrit. Nous avons très légèrement modifié l'anglais afin que les gens puissent suivre plus facilement. Voici : —

"Très Chers Amis d'autres parties du monde ! Nous vivons certainement en un temps qui nous demande jour après jour — d'être ou ne pas être. Le temps est fini de s'asseoir comme un chat derrière le poêle. La vie aussi bien que l'éternité place devant nous la question Oui ou Non ? De quel Oui ou Non s'agit-il ? Il s'agit de savoir si nous allons affamer notre âme et rendre notre corps malade, ou bien nourrir notre âme et rendre notre corps sain, beau et en harmonie. Pourquoi est-ce que je parle toujours de l'âme, quelque chose que nous ne pouvons voir, que les chirurgiens ne peuvent enlever et nous présenter sur un plateau ? Chers Amis, que vous croyiez en l'existence de l'âme ou non, l'âme EST là ! Avez-vous un peu de temps à m'accorder ? Ne vous précipitez pas au cinéma ou à un match de football, dans les magasins ou à votre voiture, écoutez un moment, car ceci est vraiment une question très importante.

"Dans la partie Occidentale de notre Terre nous n'avons pas beaucoup de gens qui peuvent voir ce que l'on appelle le monde invisible, qui peuvent voir l'aura des gens. Cela signifie la lumière ou l'ombre, s'il y a une lumière ou une âme très attachée à la terre autour du corps et, spécialement, autour de la tête d'une personne. L'âme est la partie éternelle, imperturbable, de nous-mêmes, c'est notre Corps Supérieur et sans elle nous ne pourrions exister. J'ai le don de voir les auras depuis les toutes premières années de ma vie.

"Quand j'étais petite je croyais que tout le monde pouvait voir ce que je voyais. Plus tard, quand on me prit pour une menteuse ou qu'on me déclara folle, je compris que les autres ne pouvaient pas voir ce que je voyais. Permettez-moi de vous décrire le chemin que je suivis.

"Avez-vous jamais remarqué les lignes autour du bois dans la partie intérieure d'un arbre ? Elles indiquent les années durant lesquelles l'arbre a vécues, vous pouvez dire les années de vaches maigres et les années fructueuses. Rien du tout ne reste sans signes. Rien. Une fois j'étais debout devant une vieille église et vis ce que les autres gens sur la Terre ne pourraient pas voir. Il y avait autour du bâtiment une merveilleuse lumière et autour de cette lumière, suivant les contours de l'édifice, il y avait de délicates lignes comme dans le bois. J'examinai les lignes et en parlai aux gens. Il y avait une ligne pour chaque siècle exactement ; c'était à la vieille église de Remete près de Zagreb, la capitale de la Croatie. À partir de ce moment, je fus capable de lire les lignes autour des bâtiments anciens et de dire leur âge. Un jour une amie me demanda : Quel âge a cette chapelle ? Je lui répondis : ‘Je ne vois rien ; aucune ligne autour encore, seulement une lumière. ‘C'est ça, répondit-elle, ‘Cette chapelle n'a pas encore cent ans.

"Vous voyez, si un bâtiment a une ‘âme, combien plus en aura quelque chose de vivant. Je peux voir l'aura du bois, des arbres et des prés, des fleurs, surtout après le coucher du soleil ; cette lumière douce mais intense autour de toutes les créatures vivantes, autour de votre chien aussi bien qu'autour de votre chat.

"Voyez-vous le petit oiseau là-bas qui chante son chant du soir ? Comment des gerbes de lumière entourent le petit oiseau, son âme frémissante de bonheur. Mais aussi, ce petit oiseau, un garçon arriva et le tua. La petite aura a frémi encore un moment et a disparu. C'était comme un cri à travers toute la Nature. Je l'ai vue, l'ai ressentie, en ai parlé et on m'a traitée de folle.

"Quand j'avais dix-huit ans, je me tenais un jour devant un miroir. C'était à la tombée de la nuit et je me préparais à aller au lit. La chambre était presque dans l'obscurité et je portais une longue chemise de nuit blanche. Subitement, je vis une lumière dans le miroir. Elle m'attira, je levai les yeux et vis autour de moi une flamme d'abord bleue, puis or. Ne sachant rien au sujet de l'aura, je fus prise de peur et descendis en courant vers mes parents en hurlant ‘Je suis en feu !. Ça ne me faisait aucun mal mais qu'est-ce que c'était ? Ils me regardèrent bouche bée, allumèrent les lampes et ne virent plus rien. Mais ils éteignirent la lumière et me virent alors comme baignant dans des flammes vivantes dorées. Notre servante entra et hurla de peur. Elle repartit en courant. Je me souvins alors de ce que j'avais vu sur les autres personnes, mais c'était plutôt différent en le voyant sur moi-même. J'étais maintenant réellement prise de peur. Mon père éteignait et allumait, éteignait et allumait et c'était chaque fois pareil — la lumière éteinte, je baignais dans une lumière dorée et quand la lumière de la pièce était allumée, ma luminosité ne pouvait pas être vue aussi clairement.

"Je trouvai tout cela intéressant quand je fus certaine qu'aucun mal ne m'était fait et à partir de ce moment, je pris un très grand intérêt à regarder l'aura d'autres personnes.

"Savez-vous ce que signifie la peur ? Durant la guerre j'ai souvent eu très peur en voyant l'aura de mes semblables quand les bombardiers passaient au-dessus de nous et que les bombes tombaient. Une fois, quand j'étais en prison sous le régime Nazi, j'étais dans une cellule condamnée à la mort. Je fus emmenée à la chambre de torture parce que j'avais certaines informations qui intéressaient mes bourreaux. Je vis l'aura d'autres personnes sous la torture. C'était quelque chose d'épouvantable ; l'aura se rétrécissait comme collée au corps, si faible et sans lumière réelle, presqu'éteinte, presque morte et pire encore quand j'entendis des cris d'agonie de torture, l'aura elle-même vacilla. Quelque chose monta en moi, toutefois, quelque chose comme une force sainte. N'est-il pas écrit dans les Saintes Écritures ‘Craignez seulement ceux qui tuent l'âme, mais non ceux qui tuent le corps ? Je commençai à me concentrer et à essayer de réconforter les autres ; je me sentis en meilleure condition. Une autre femme m'aida dans cette tâche et finalement la cellule contenant ceux condamnés à mort nous vit plus encouragés et nous commençâmes tous à chanter. Je passai à travers toutes les interrogations, toutes les longues heures et toute la souffrance en m'en sortant indemne parce que je me concentrai sur l'éternité, je me concentrai sur la Vraie Vie après ce cauchemar. Les tortionnaires ne pouvaient rien faire avec moi et finalement, en colère, me jetèrent hors de prison parce que je les démoralisais !

"Si j'avais cédé à la peur, à la terreur, mes seize camarades et moi — victimes de persécution — aurions été tués.

"Nous de l'Occident, nous Européens, avons beaucoup à apprendre de l'Extrême-Orient. Nous devons apprendre à conquérir nos imaginations et à surmonter la peur.

"Comme je la vois, l'aura des gens de l'Ouest vacille énormément ; ils ne sont jamais tranquilles, rarement en harmonie. Nos auras désordonnées contaminent d'autres auras et cela devient comme une épidémie. Hitler n'aurait pu réussir avec ses discours divagants si l'aura des gens n'avaient pas été affectée et influencée par l'aura d'Hitler. Hitler ne put réussir que parce que ses auditeurs ne pouvaient contrôler leur propre imagination.

"Êtes-vous fatigué ? Allez-vous me lire encore un peu ? Allons chez les plus pauvres des êtres, les déments, allons visiter une clinique psychiatrique à Zagreb. Il y a plusieurs jours de cela j'y ai fait des recherches sur l'aura en regardant à travers le rideau de fils de fer. Mais ces malades n'étaient pas parmi les pires cas ; un ami m'introduisit au médecin doyen, un homme très sceptique. Je lui dis que je désirais observer l'aura de ses patients. Il me regarda comme étant digne d'incarcération en tant que lunatique, mais décida finalement de me laisser voir quelques-uns de ses patients. À la fin, les infirmiers amenèrent une femme vraiment très très malade, une femme très mal en point, ses yeux roulant et les dents grinçantes, avec des cheveux dressés comme des flammes diaboliques autour de sa tête. C'était vraiment une vision effrayante. Mais ce n'était rien en comparaison de ce que je voyais dans le monde invisible. Je vis l'âme de la femme complètement en dehors de son corps, prise dans une lutte farouche avec l'ombre sinistre qui essayait de prendre possession du corps. Tout ce qui l'entourait tourbillonnait et était en disharmonie. Finalement on emmena la femme et je dis au docteur que cette femme ne pourrait pas être guérie parce qu'elle était vraiment la victime d'une possession démoniaque !"

Sur ce, nous allons mettre un terme à cette Leçon particulière en faisant remarquer que ce que cette dame très douée de Yougoslavie a vu, vous pouvez aussi le voir avec de la pratique, avec de la persévérance et avec de la foi. Souvenez-vous — Rome n'a pas été bâtie en un jour, pas plus qu'un docteur ou un avocat ne le deviennent du jour au lendemain ; ils doivent étudier pour réussir et il en va de même pour vous. Il n'y a aucune voie facile, sans douleur !

 

LEÇON DIX-NEUF

De temps à autre nous avons mentionné le Document Akashique. Discutons à présent ce sujet extrêmement fascinant, car le Document Akashique est quelque chose qui concerne chaque personne et chaque créature qui ait jamais vécu. Avec le Document Akashique nous pouvons voyager dans le passé tout au long de l'histoire, nous pouvons voir tout ce qui est arrivé, non seulement sur ce monde, mais sur d'autres mondes aussi, car l'homme de science commence à réaliser ce que les occultistes ont toujours su, que d'autres mondes sont habités par d'autres personnes pas nécessairement humaines, mais des êtres néanmoins doués de sensations.

Avant de pouvoir en dire plus au sujet du Document Akashique nous devons savoir quelque chose à propos de la nature de l'énergie ou matière. La matière, nous dit-on, est indestructible, elle continue pour toujours. Les ondes, les ondes électriques, sont indestructibles. Les hommes de science ont récemment découvert que si un courant est induit dans une bobine de fil de cuivre, dont la température est réduite aussi près que possible du zéro absolu, le courant induit continue sans arrêt et sans jamais diminuer. Nous savons tous qu'à des températures normales le courant diminuerait bientôt et disparaîtrait à cause des diverses résistances. Ainsi — la science a découvert un nouveau véhicule ; la science a découvert que si un conducteur en cuivre est réduit suffisamment en température, le courant continue de circuler et reste le même sans aucune source d'énergie extérieure. Avec le temps les savants découvriront que l'Homme a d'autres sens, d'autres capacités, mais cela ne sera pas découvert encore, car les savants procèdent lentement et pas toujours sûrement !

Nous avons dit que les ondes sont indestructibles. Penchons-nous sur le comportement des ondes lumineuses. La lumière nous parvient de très très lointaines planètes dans des univers éloignés du nôtre. D'immenses télescopes sur Terre explorent l'espace, en d'autres termes, ils collectent la lumière venant d'endroits infiniment éloignés. Certaines des planètes dont nous recevons la lumière ont émis cette lumière longtemps avant que ce monde, ou même cet univers, entre en existence. La lumière est une chose vraiment très rapide ; la vitesse de la lumière est si rapide que nous pouvons à peine l'imaginer, mais c'est parce que nous sommes dans des corps humains et grandement entravés par toutes sortes de limitations physiques. Ce que nous considérons comme "rapide" ici a un sens différent sur un plan d'existence différent. À titre d'illustration, disons qu'un cycle d'existences pour un humain est de soixante-douze mille ans. Durant ce cycle une personne vient encore et encore sur différents mondes, dans différents corps. Les soixante-douze mille ans, alors, sont la longueur de notre "terme scolaire".

Quand nous parlons de "lumière" au lieu d'ondes de radio, ondes électriques ou autres ondes, nous le faisons simplement parce que la lumière peut être observée sans aucun équipement, mais pas une onde de radio. Nous pouvons voir la lumière du soleil, la lumière de la lune et si nous avons un bon télescope ou une paire de puissantes jumelles, nous pouvons voir la lumière de très lointaines étoiles qui a commencé avant que la Terre ne soit même un nuage de molécules d'hydrogène flottant dans l'espace.

La lumière est également utilisée comme une mesure de temps ou de distance. Les astronomes parlent "d'années lumière" et nous allons vous dire de nouveau que la lumière venant d'un monde très lointain peut encore être en train de voyager après que ce monde ait cessé d'exister, d'où il est clair que nous pouvons recevoir l'image de quelque chose qui n'est plus là, quelque chose qui est mort il y a des années. Si vous trouvez cela difficile à comprendre, voyez la chose de la façon suivante : nous avons une étoile dans les infinités de l'espace. Pendant des années, des siècles, cette étoile a réfléchi ses ondes lumineuses sur la Terre. Les ondes lumineuses peuvent prendre mille, dix mille ou un million d'années pour atteindre la Terre, parce que l'étoile, la source de la lumière, est tellement éloignée. Un jour l'étoile entre en collision avec une autre étoile ; il peut y avoir un grand flamboiement de lumière ou il peut y avoir extinction. Pour notre propos, disons qu'il y a extinction totale. Ainsi la lumière a disparu, mais pendant mille, dix mille ou un million d'années après sa disparition, la lumière nous atteint toujours parce qu'elle prend tout ce temps pour couvrir la distance entre la source originelle de lumière et nous-mêmes. Ainsi, nous voyons la lumière après que sa source ait cessé d'exister.

Supposons quelque chose d'absolument impossible tandis que nous sommes dans le corps physique, mais qui est tout à fait facile et banal quand nous sommes hors du corps. Supposons que nous pouvons voyager plus vite que la pensée. Nous avons besoin de voyager plus vite que la pensée parce que la pensée a une vitesse très définie comme n'importe quel docteur vous le dira. On sait en fait avec quelle rapidité une personne réagit à une situation donnée, avec quelle rapidité ou quelle lenteur une personne va donner le coup de frein sur une voiture, ou un coup de volant vers le côté. On sait avec quelle rapidité les impulsions de la pensée voyagent de la tête aux pieds. Nous voulons, dans le but de cette discussion, voyager instantanément. Imaginons que nous pouvons aller instantanément sur une planète qui reçoit la lumière qui a été émise de la Terre il y a trois mille ans. Ainsi, nous qui sommes sur cette lointaine planète recevrons la lumière envoyée de la Terre il y a trois mille ans. Supposons que nous disposions d'un télescope de type non encore imaginé avec lequel nous pouvons voir la surface de la Terre, ou interpréter les rayons de lumière qui nous parviennent, alors cette lumière envoyée il y a trois mille ans nous montrerait des scènes du monde qui se sont déroulées à ce moment-là. Nous pourrions voir la vie telle qu'elle était dans l'Égypte ancienne, nous pourrions voir le monde Occidental barbare où les gens couraient çà et là couverts de teinture de plantes ou même moins et en Chine nous trouverions une très haute civilisation — tellement différente de ce qu'il y a à l'heure actuelle !

Si nous pouvions instantanément voyager plus près, nous devrions voir des images tout à fait différentes. Transportons-nous sur une planète qui est si éloignée de la Terre que la lumière prend mille ans pour voyager entre cette planète et la Terre. Alors, nous devrions voir des scènes de la Terre telles qu'elles se sont produites il y a mille ans ; nous devrions voir une haute civilisation en Inde, nous devrions voir la propagation du Christianisme partout dans le monde Occidental et peut-être certaines des invasions de l'Amérique du Sud. Le monde également nous paraîtrait quelque peu différent de son apparence actuelle parce que tout le temps un littoral change, la terre s'élève de la mer, les rives sont érodées. Au cours d'une vie pas beaucoup de différence n'est constatée, mais mille ans nous donneraient une chance de voir et d'apprécier la différence.

Pour le moment nous sommes sur un monde qui a les plus singulières limitations, nous ne sommes capables de percevoir et de recevoir des impressions que sur une gamme de fréquences très limitée. Si nous pouvions pleinement utiliser quelques-unes de nos aptitudes "hors du corps" comme nous le pouvons dans le monde astral, nous verrions les choses sous un tout autre angle, nous percevrions que toute matière est réellement indestructible, que toute expérience qui s'est jamais produite sur le monde rayonne toujours de façon visible sous forme d'ondes. Avec des aptitudes spéciales nous pourrions capter ces ondes de la même façon que nous pouvons intercepter les ondes de lumière. Prenez comme simple exemple un projecteur de diapositives ordinaire ; vous allumez votre projecteur de diapositives dans une pièce sombre et vous mettez une diapositive dans l'endroit approprié. Si vous mettez un écran — un écran blanc de préférence — devant la lentille du projecteur à une certaine distance de celui-ci et concentrez la lumière sur l'écran, vous voyez une image. Mais si vous avez votre projecteur projetant son image à l'extérieur de la fenêtre et dans la noirceur au-delà, vous voyez seulement un léger faisceau de lumière sans image. Il s'ensuit que la lumière doit être interceptée, doit réfléchir sur quelque chose avant de pouvoir être totalement perçue et reconnue. Prenez une torche par une nuit claire et sans nuages ; vous pourriez voir un faible tracé de lumière, mais c'est seulement quand la lumière se pose sur un nuage ou un avion que vous pouvez réellement la voir pour ce qu'elle est.

Cela a longtemps été le rêve de l'Homme de faire une chose appelée "voyage dans le temps". Cela, évidemment, est une conception fantastique quand on est dans la chair et sur la Terre, parce qu'ici dans la chair nous sommes tristement limités, nos corps sont des instruments des plus imparfaits et comme nous sommes ici pour apprendre, nous avons implanté en nous beaucoup de doute, beaucoup d'indécision et avant de pouvoir être convaincus, nous voulons une "preuve" — soit la capacité de mettre une chose en pièces pour voir comment elle fonctionne et s'assurer qu'elle ne fonctionnera plus de nouveau. Quand nous nous transportons au-delà de la Terre dans l'astral, ou même au-delà de l'astral, un voyage dans le temps est aussi simple que l'est sur Terre une visite au cinéma ou au théâtre.

Le Document Akashique, donc, est une forme de vibration, pas nécessairement de vibrations lumineuses parce qu'il embrasse aussi le son. C'est une forme de vibration qui sur Terre n'a pas de terme pour le décrire. Le mieux que l'on puisse faire est de l'assimiler à une onde radio. Nous avons tout autour de nous en tout temps des ondes radio venant de toutes les parties du monde ; chacune d'elles apporte un programme différent, une langue différente, une musique différente, une heure différente. Il est possible que des ondes arrivent d'une certaine partie du monde qui contiennent un programme qui, pour nous, sera diffusé demain ! Toutes ces ondes nous arrivent constamment, mais nous n'en sommes pas conscients et ce n'est que quand nous avons un dispositif mécanique que nous appelons un poste de radio que nous pouvons recevoir ces ondes et les ralentir afin de les rendre audibles et compréhensibles pour nous. Ici, avec un dispositif mécanique ou électrique, nous ralentissons les fréquences d'ondes radiophoniques et les convertissons en fréquences d'ondes audio. De façon presque semblable si, sur Terre, nous pouvions ralentir l'onde du Document Akashique, nous serions sans aucun doute capables de faire passer des scènes historiques authentiques à l'écran de télévision et alors les historiens en piqueraient des crises quand ils verraient que l'histoire telle qu'imprimée dans les livres est complètement, complètement fausse !

Le Document Akashique, ce sont les vibrations indestructibles se composant de la somme totale des connaissances humaines qui émanent du monde et de la même façon qu'un programme de radio est diffusé, il continue sans cesse. Tout ce qui s'est produit sur cette Terre existe toujours sous la forme de vibrations. Quand nous sortons du corps nous n'utilisons pas de dispositif spécial pour comprendre ces ondes ; nous n'utilisons rien pour les ralentir, car au contraire, en sortant du corps, nos propres "récepteurs d'ondes" sont accélérés afin que, avec de la pratique, avec de l'entraînement, nous puissions recevoir ce que nous appelons le Document Akashique.

Revenons-en à ce problème du dépassement de la lumière. Ce sera plus facile si nous oublions la lumière pour le moment et nous occupons plutôt du son parce que le son est plus lent et nous n'avons pas besoin de si vastes distances avant d'obtenir des résultats. Supposons que vous vous teniez debout dans un endroit dégagé et entendiez soudainement le bruit d'un jet ultra-rapide. Vous entendez le son, mais il est inutile de lever la tête vers le point d'où le son semble venir parce que le jet va plus vite que le son et sera donc en avance sur le son lui-même. Durant la Seconde Guerre Mondiale les missiles étaient lancés de l'Europe asservie pour provoquer la destruction en Angleterre. Les missiles s'abattaient sur les maisons, les détruisant et tuant les gens. La première alerte que les gens avaient que ces missiles étaient sur eux était le bruit de l'explosion, le fracas des chutes de pierres et les cris perçants des blessés. Plus tard, quand la poussière se dissipait quelque peu, venait le bruit de l'arrivée du missile ! Cette expérience tout à fait bizarre était causée par le fait que le missile voyageait tellement plus rapidement que le bruit qu'il faisait. C'était ainsi que le missile semait toute sa destruction avant que l'on en entende le bruit.

On peut se tenir au sommet d'une colline et regarder un canon placé peut-être au sommet d'une autre colline. On ne peut pas entendre l'obus du canon quand il est exactement au-dessus de soi, mais le bruit vient peu après quand l'obus est encore en pleine course dans le lointain. Nul n'a jamais été tué par un obus qu'il entendait, car l'obus arrive en premier et le bruit plus tard. C'est pourquoi il est si drôle que les gens en temps de guerre aient l'habitude de se baisser vivement au bruit d'un obus passant au-dessus des têtes. En réalité, s'ils pouvaient entendre le bruit cela signifiait que l'obus était déjà passé. Le son est lent comparé à la vue ou la lumière. Nous tenant encore au sommet de cette colline, nous pouvons voir un canon faire feu, nous pouvons voir l'éclair sortir de la gueule du canon et bien après — le temps dépendant de la distance que nous sommes du canon — nous entendons le bruit de l'obus passant au-dessus de nous. Vous pouvez avoir observé un homme abattant un arbre ; l'homme se tiendra à quelque distance, vous verrez effectivement la hache frappant le tronc d'arbre et puis un court moment après, vous entendrez le "tonk-tonk" du bruit. C'est une expérience que la plupart de nous avons faite.

Le Document Akashique contient la connaissance de tout ce qui s'est passé sur ce monde. Les mondes ailleurs ont leur propre Document Akashique de la même façon que les pays en dehors du nôtre ont leurs propres programmes de radio. Ceux qui savent comment, peuvent se brancher sur le Document Akashique de n'importe quel monde, pas simplement le sien propre et peuvent alors voir les événements de l'histoire, peuvent voir comment les livres d'histoire ont été falsifiés. Mais il y a plus dans le Document Akashique que de satisfaire une vaine curiosité — on peut examiner le Document Akashique et voir ce qui a mal tourné avec nos propres plans. Quand nous mourons à la Terre nous allons sur un autre plan d'existence où chacun d'entre nous doit faire face à ce qu'il a, ou ce qu'il n'a pas, fait ; nous voyons la totalité de notre vie passée à la vitesse de la pensée, nous la voyons à travers le Document Akashique, nous la voyons non seulement à partir du moment de notre naissance, mais à partir du moment où nous avons planifié comment et où nous allions naître. Alors, ayant cette connaissance, ayant vu nos erreurs, nous planifions de nouveau et essayons encore une fois, exactement comme un enfant à l'école qui voit ce qui a mal tourné grâce aux réponses des épreuves d'examen, reprend l'examen encore une fois.

Bien naturellement, cela prend un long long entraînement avant que l'on puisse voir le Document Akashique, mais avec de l'entraînement, avec de la pratique et de la foi cela peut se faire et se fait effectivement constamment. Ne pensez-vous pas que nous pourrions faire une pause un moment et discuter cette chose appelée la "foi" ?

La foi est une chose définie qui peut et doit être cultivée de la même façon qu'une habitude ou une plante de serre doit être cultivée. La foi n'est pas aussi robuste qu'une mauvaise herbe ; elle est en fait beaucoup plus comme une plante de serre. Elle doit être choyée, doit être nourrie, doit être soignée. Pour obtenir la foi nous devons répéter, répéter et répéter notre affirmation de foi afin d'en enfoncer la connaissance dans notre sub-conscient. Ce sub-conscient représente les neuf-dixièmes de nous, c'est-à-dire de loin la plus grande partie de nous. Nous le comparons souvent à un vieil homme paresseux qui ne veut tout simplement pas être dérangé. Le vieil homme lit son journal, peut-être avec sa pipe à la bouche et les pieds dans ses confortables pantoufles. Il est réellement fatigué de tout le vacarme, tout le bruit, toutes les incessantes distractions autour de lui. Des années d'expérience lui ont appris à se protéger de tout sauf des interruptions et des distractions les plus obstinées. Comme un vieil homme qui est partiellement sourd, il n'entend pas quand il est appelé la première fois. La deuxième fois qu'il est appelé il n'entend pas parce qu'il ne veut pas entendre, parce qu'il pense qu'il peut s'agir de travail pour lui ou une interruption de son plaisant loisir. La troisième fois il commence à devenir irrité parce que l'interlocuteur dérange sa ligne de pensée pendant qu'il est peut-être plus désireux de lire le résultat des courses que de faire quoi que ce soit qui exige un effort. Continuez sans arrêt à répéter votre foi et alors le "vieil homme" se secouera et quand la connaissance est implantée dans votre sub-conscient, vous aurez alors la foi automatique. Nous devons faire clairement comprendre ici que la foi n'est pas la croyance ; vous pouvez dire "Je crois que demain est lundi" et cela signifie une certaine chose. Vous ne diriez pas "J'ai la foi que demain est lundi" parce que cela signifierait une chose complètement différente. La foi est quelque chose qui, habituellement, grandit avec nous. Nous devenons un Chrétien, ou un Bouddhiste, ou un Juif parce que, habituellement, nos parents étaient Chrétiens, Bouddhistes ou Juifs. Nous avons foi en nos parents — nous croyons que ce que nos parents croyaient était correct — et ainsi notre "foi" devient la même que celle de nos parents. Certaines choses qui ne peuvent pas être définitivement prouvées pendant que nous sommes sur la Terre exigent la foi, d'autres choses qui peuvent être prouvées peuvent être crues ou ne pas être crues. Il y a une distinction et l'on devrait prendre conscience de cette distinction.

Mais, tout d'abord, qu'est-ce que vous voulez croire, qu'est-ce qui exige votre foi ? Décidez de ce qui demande la foi, pensez-y sous tous ces angles. Est-ce la foi dans une religion, la foi dans une aptitude ? Pensez-y sous autant d'angles que vous le pouvez et puis, vous assurant que vous y pensez d'une façon positive, affirmez — déclarez — à vous-même que vous pouvez faire ceci ou cela, ou que vous allez faire ceci ou cela, ou que vous croyez dur comme fer en ceci ou cela. Vous devrez continuer de l'affirmer. À moins de continuer à affirmer, vous n'aurez jamais la "foi". Les grandes religions ont des fidèles. Ces fidèles sont ceux qui vont à l'église, la chapelle, la synagogue, ou le temple et par des prières répétées non seulement dans leur propre intérêt, mais dans celui des autres aussi, leur sub-conscient s'est rendu compte qu'il y a certaines choses qui demandent "la foi". En Extrême-Orient il existe des choses telles que les mantras. Une personne dira une certaine chose — un mantra — et le dira à maintes reprises et le répétera encore et encore. Il est probable que la personne ne sache même pas ce que dit le mantra ! Cela n'a pas d'importance parce que les fondateurs de la religion qui ont composé le mantra l'auront arrangé d'une façon telle que les vibrations engendrées par la répétition du mantra enfonce dans le subconscient la chose désirée. Bientôt, même si la personne ne comprend pas parfaitement le mantra, il devient partie intégrante du subconscient de la personne et la foi est alors purement automatique. De la même façon, si vous répétez les prières à maintes reprises, vous commencez à les croire. Tout cela est une question d'obtenir de votre sub-conscient qu'il comprenne et coopère et une fois que vous avez la foi vous n'avez plus à vous inquiéter par la suite, parce que votre sub-conscient vous rappellera toujours que vous avez cette foi et que vous pouvez faire ces certaines choses.

Répétez-vous encore et encore que vous allez voir une aura, que vous allez être télépathique, que vous allez faire ceci ou cela, quel que soit ce que vous voulez faire tout particulièrement. Alors, avec le temps, vous le ferez. Tous les hommes prospères, tous ceux qui deviennent millionnaires ou inventeurs sont des gens qui ont foi en eux-mêmes, ils ont la foi qu'ils peuvent faire ce qu'ils cherchent à faire, parce qu'en croyant d'abord en eux-mêmes, en croyant en leurs propres compétences et capacités, ils produisent alors la foi qui fait que la croyance devient réalité. Si vous continuez à vous dire que vous allez réussir, vous réussirez, mais vous allez réussir seulement si vous poursuivez votre affirmation de succès et ne laissez pas le doute (le négatif de la foi) s'immiscer. Essayez cette affirmation du succès et les résultats vous stupéfieront réellement.

Vous pouvez avoir entendu parler de gens qui peuvent dire à une autre personne ce qu'elle était dans une vie antérieure, ce qu'elle faisait. Cela provient du Document Akashique, car plusieurs personnes "dans leur sommeil" voyagent dans l'astral et voient le Document Akashique. Quand elles reviennent, au matin, comme nous en avons déjà discuté, elles rapportent un souvenir déformé et bien que certaines des choses qu'elles disent soient vraies, d'autres sont des distorsions. Vous constaterez que la plupart des choses dont vous entendez parler sont reliées à la souffrance. Les gens semblent avoir été des tortionnaires, semblent avoir été toutes sortes de choses principalement mauvaises. C'est parce que nous venons sur cette Terre comme à une école, nous devons nous souvenir à tout moment que les gens doivent avoir des épreuves pour se purifier de leurs fautes, de la même façon que le minerai est placé dans un four et soumis à une chaleur intense afin que la crasse ou les déchets montent à la surface là où ils peuvent être écumés et jetés. Les humains doivent subir des tensions qui les pousseront presque, mais pas tout à fait, jusqu'au point de rupture pour que leur spiritualité soit testée et que leurs fautes soient supprimées. Les gens viennent sur cette Terre pour apprendre des choses et ils apprennent beaucoup plus rapidement et plus définitivement par l'épreuve que par la gentillesse.

Ceci est un monde d'épreuves, c'est une école de formation qui est presque une maison de correction et bien qu'il y ait de rares bontés qui brillent comme le faisceau lumineux d'un phare par une nuit sombre, le monde en grande partie est lutte. Regardez l'histoire des nations si vous contestez ce fait, regardez toutes les guerres naissantes. C'est en effet un monde d'impureté et cela rend la tâche difficile pour les Plus Hautes Entités de venir ici comme elles le doivent afin de superviser ce qui s'y passe. C'est un fait qu'une Plus Haute Entité venant sur cette Terre doit endosser une quelconque impureté qui servira presque comme une ancre et la gardera en contact avec la Terre. La Haute Entité qui vient ici ne peut pas venir dans sa forme pure, sans tache, parce qu'elle ne pourrait pas supporter les douleurs et les épreuves de la Terre. Alors — soyez prudent quand vous pensez que telle ou telle personne ne peut pas être aussi Haute que disent certaines personnes parce qu'elle aime trop ceci ou aime trop cela. Tant qu'elle ne boit pas, elle peut être d'une très grande élévation. L'alcool, cependant, annule toutes les hautes compétences.

Bon nombre des plus grands clairvoyants et télépathes ont une quelconque affliction physique parce que la souffrance peut souvent augmenter le taux de vibrations et conférer au malade la télépathie ou la clairvoyance. Vous ne pouvez pas connaître la spiritualité d'une personne simplement en la regardant. Ne portez pas le jugement qu'une personne est mauvaise parce qu'elle est malade ; la maladie peut avoir été choisie délibérément afin que la personne puisse augmenter son taux de vibrations pour une tâche spéciale. Ne jugez pas durement une personne parce qu'elle profère un juron ou n'agit pas tout à fait comme vous pensez qu'une Haute Entité devrait agir. Il peut vraiment s'agir d'un Grand Personnage qui profère un juron ou a un quelconque autre "vice" afin d'avoir une ancre pour lui permettre de rester sur la Terre. De nouveau, à condition que la personne ne s'adonne pas à la boisson, la personne peut définitivement être la Très Haute Entité que vous avez originellement pensé qu'elle était. Il y a beaucoup d'impureté sur la Terre et tout ce qui est impur se désintègre ; seuls le pur et l'incorruptible se perpétuent. C'est une des raisons pour lesquelles nous venons sur Terre ; dans le monde de l'esprit au-delà de l'astral vous ne pouvez pas avoir la corruption, vous ne pouvez pas avoir le mal sur les Plans Supérieurs et donc les gens viennent sur Terre pour apprendre à la dure. Encore et encore nous le répétons, une Grande Entité venant sur Terre prendra un vice ou une affliction, sachant que comme elle est venue pour accomplir une tâche spéciale, cette affliction ou ce vice ne sera pas retenu comme karma (nous traiterons de cela plus tard), mais considéré plutôt comme un outil, comme une ancre, qui disparaît comme corruption avec le corps physique.

Il y a un autre point que nous allons mettre en évidence et c'est celui-ci : les grands réformateurs de cette vie sont parfois ceux qui, dans une vie antérieure, étaient de grands coupables dans la ligne qu'il ou qu'elle "réforme" maintenant. Hitler reviendra sans aucun doute comme un grand réformateur. Beaucoup de gens de l'Inquisition Espagnole sont revenus comme de grands réformateurs. C'est une pensée qui mérite réflexion. Souvenez-vous — la Voie du Milieu est la voie à suivre. Ne soyez pas si mauvais que vous ayez à en souffrir plus tard et si vous êtes si pur, si saint que chacun soit au-dessous de vous, alors vous ne pourrez pas rester sur cette Terre. Heureusement, cependant, personne n'est AUSSI pur !

 

LEÇON VINGT

Nous souhaitons nous occuper bientôt de télépathie, de clairvoyance et de psychométrie, mais tout d'abord vous devez nous permettre une digression — nous permettre de traiter d'un autre sujet. Nous sommes tout à fait conscients que vous pensez maintenant que nous nous écartons du sujet, mais c'est délibéré ; nous savons ce que nous avons à l'esprit et souvent cela VOUS sert que nous attirions votre attention sur un sujet et passions ensuite à autre chose de très nécessaire qui vous serve de fondation.

Nous allons faire clairement comprendre que les gens qui veulent devenir clairvoyants, qui veulent devenir télépathes et avoir des aptitudes psychométriques devront procéder lentement. Vous ne pouvez pas forcer le développement au-delà d'une certaine limite. Si vous voulez bien considérer le monde de la nature vous constaterez que les orchidées exotiques sont en vérité des plantes de serre et si leur développement a été forcé, ce sont alors des fleurs vraiment très fragiles. Il en va de même pour toute chose dont la croissance doit être stimulée artificiellement ou qui a sa croissance forcée. "Les plantes de serre" ne sont pas robustes, elles ne sont pas vivaces, elles sont la proie de toutes sortes de maladies remarquables. Nous voulons que vous ayez une télépathie bien robuste, nous voulons que vous soyez capable de voir dans le passé par la clairvoyance et nous voulons que vous soyez dans une position telle que vous puissiez ramasser une pierre, par exemple, au bord de la mer et dire ce qui est arrivé à cette pierre au fil des années. C'est possible, vous savez, pour un très bon psychométriste de ramasser une pierre au bord de la mer là où elle n'a pas été touchée par l'homme et de visualiser très clairement quand ce fragment de pierre faisait peut-être partie d'une montagne. Ce n'est pas de l'exagération, c'est très ordinaire, très facile — quand on sait comment s'y prendre ! Alors, jetons de bonnes fondations parce qu'on ne peut pas construire une maison sur des sables mouvants et s'attendre à ce que la maison dure très longtemps.

 Pour travailler sur nos "fondations" établissons d'abord que le calme intérieur et la tranquillité sont deux des pierres angulaires de notre fondation, car à moins que l'on ait le calme intérieur on ne pourra pas avoir beaucoup de succès avec la télépathie ou la clairvoyance. Le calme intérieur est un "absolument indispensable" si l'on doit progresser au-delà des étapes primaires les plus élémentaires.

 Les humains sont vraiment une masse d'émotions contradictoires. On regarde autour de soi et l'on voit des gens se hâtant dans la rue, se précipitant à leur voiture ou courant pour attraper le bus. Puis il y a la précipitation de dernière minute dans les magasins pour s'approvisionner probablement avant que les magasins ne ferment pour le week-end. Nous avons toujours les nerfs en boule ; nous fulminons et bouillons et nos cerveaux envoient des étincelles de rage et de frustration. Souvent nous avons des chaleurs, nous constatons que nous sommes sous tension, que nous avons d'étranges pressions en nous. Dans de tels moments nous sentons que nous pourrions exploser. Oui, nous pourrions presque le faire ! Mais cela ne nous aidera pas du tout dans le domaine de la recherche ésotérique si nos ondes cervicales sont tellement incontrôlées que nous bloquions les signaux qui entrent — les signaux qui arrivent tout le temps de partout, de chacun et si nous ouvrons nos esprits nous capterons et comprendrons ces signaux.

Avez-vous déjà essayé d'écouter la radio pendant un orage ? Avez-vous déjà essayé de regarder un programme de télévision alors qu'un idiot était garé juste devant votre fenêtre en laissant tourner le moteur de sa voiture et provoquait ainsi des zigzags sur tout l'écran ? Peut-être avez-vous tenté d'écouter une lointaine station à travers le hurlement et le crépitement de l'électricité statique générée par un orage électrique. Ce n'est pas facile ! Certains d'entre nous sommes intéressés à la réception des ondes courtes et à l'écoute du monde entier, à l'écoute des nouvelles de différents pays, de la musique de divers continents. Si vous avez beaucoup travaillé avec les ondes courtes et avez écouté des endroits éloignés, vous saurez à quel point il peut être très très difficile par moment de capter les paroles à cause de toute l'interférence causée par les parasites, à la fois d'origine humaine et naturelle. Le bruit de démarrage d'une voiture, le déclic intermittent du thermostat du réfrigérateur, ou peut-être quelqu'un est-il en train de faire l'imbécile avec la sonnette juste au moment où nous voulons écouter. Nous nous mettons de plus en plus "en rogne" en essayant de nous concentrer pour capter le message de la radio. Jusqu'à ce que nous puissions nous débarrasser d'une quantité de ces "parasites" qui sont dans notre esprit, nous aurons de la difficulté avec la télépathie, car le bruit produit par un cerveau humain dépasse de beaucoup le fracas de la plus bruyante vieille bagnole. Vous pouvez croire que c'est de l'exagération, mais au fur et à mesure que vos pouvoirs augmenteront dans cette direction, vous constaterez que nous avons plutôt minimisé l'affaire.

Développons ce thème un peu plus avant parce que nous devons être tout à fait sûrs de ce que nous allons faire avant de le faire, nous devons être tout à fait sûrs des obstacles sur notre parcours, parce que tant que nous ne connaissons pas les obstacles nous ne pouvons pas les surmonter. Considérons la chose sous un angle différent ; c'est chose assez facile de téléphoner d'un continent à un autre pourvu qu'il y ait un câble approprié installé sous l'océan. La ligne téléphonique Trans-Atlantique de, disons, l'Angleterre à New-York ou de l'Angleterre à Adélaïde, par exemple. Même en utilisant ces lignes téléphoniques sous l'eau on obtient des moments brouillés de conversation. Parfois aussi il y aura des fluctuations, mais dans l'ensemble nous pouvons comprendre assez bien ce qui est dit. Malheureusement, une grande partie du globe n'est pas relié par des câbles téléphoniques ! Dans certaines régions, comme entre Montréal et Buenos Aires, il n'y a pas de câbles téléphoniques mais plutôt des choses abominables appelées "liaisons radio". Ces horribles machins ne devraient jamais, jamais mériter le nom de "téléphone" parce que les utiliser nous paraît être un exploit d'endurance. La conversation est fréquemment déformée au-delà de toute compréhension ; les paroles sont hachées, les hautes fréquences sont coupées, les basses fréquences sont coupées et ainsi plutôt que d'obtenir un ton de voix humain que nous pouvons comprendre, nous obtenons un ton monocorde sans inflexion qui pourrait jaillir de quelque robot. On s'efforce et s'efforce de comprendre ce qui est dit, mais en plus tout ce temps-là il y a un grave inconvénient qui s'ajoute : on doit continuer de parler tout le temps (même si l'on n'a rien à dire !) afin de "garder le circuit ouvert". Ajouté à cela il y a les parasites que nous avons déjà mentionnés, puis il y a différentes réfractions et réverbérations provenant des différentes couches ionisées autour de la Terre. Nous mentionnons ceci pour montrer que même avec le meilleur équipement sur Terre, la conversation par radiotéléphone est une question de chance et d'après notre expérience, on est plus souvent malchanceux que chanceux. Nous trouvons personnellement que la télépathie est de très loin beaucoup plus facile qu'un radiotéléphone !

Vous vous demandez sans doute pourquoi nous continuons à écrire à propos de la radio, l'électronique et l'électricité. La réponse est parce que le cerveau et le corps produisent de l'électricité. Le cerveau et tous les muscles émettent des électrons en pulsation qui sont, en fait, le programme de radio du corps humain. Une grande partie du comportement du corps humain et beaucoup des phénomènes de clairvoyance, télépathie, psychométrie et tout le reste de ces choses peuvent être si facilement comprises en se référant à la science de la radio et celle de l'électronique. Nous essayons de vous rendre ceci facile et nous allons donc vous demander d'examiner très attentivement toute cette question de l'électronique et de la radio ; cela sera VRAIMENT de grande valeur pour vous d'étudier l'électronique. Plus vous étudierez la radio et l'électronique, plus vous progresserez facilement dans votre développement.

Les instruments délicats doivent être protégés des chocs. Vous n'auriez pas l'idée d'avoir un téléviseur coûteux et de le cogner à droite et à gauche, vous n'auriez pas l'idée d'avoir une montre coûteuse et de la cogner sans arrêt contre le mur. Nous avons le récepteur le plus coûteux de tous — notre cerveau — et si nous voulons utiliser ce "récepteur" au mieux, nous devons le protéger des chocs. Si nous nous laissons aller à devenir agités ou frustrés, nous allons alors produire un type d'ondes en nous qui empêchera la réception des ondes extérieures. En télépathie, nous devons rester aussi calmes que possible, autrement nous allons perdre notre temps en tentant quoi que ce soit pour recevoir les pensées des autres. La première fois nous n'obtiendrons pas beaucoup de résultats en télépathie. Aussi — concentrons-nous sur le calme.

Chaque fois que nous pensons, nous produisons de l'électricité. Si nous pensons calmement et sans émotions fortes, notre électricité cérébrale suivra alors une fréquence assez paisible sans hauts sommets et sans vallées profondes. Si nous avons un haut sommet cela signifie que quelque chose interrompt le cours égal de nos pensées. Nous devons nous assurer qu'il n'y ait pas de tensions excessives produites et rien qui puisse causer "de l'inquiétude et du découragement" ne doit être permis dans notre processus de pensée.

Nous devons à tout moment cultiver le calme intérieur, cultiver un comportement tranquille. Sans doute que c'est ennuyeux si l'on est en train de suspendre sa lessive et que le téléphone sonne juste quand on a les mains pleines de vêtements détrempés. Sans doute que c'est terriblement irritant quand on manque les soldes spéciales de la semaine au magasin local, mais toutes ces choses sont très terre-à-terre, elles ne nous aident pas du tout quand nous quittons ce monde. Quand nous terminerons vraiment notre séjour sur Terre cela n'aura pas grande importance, voire pas du tout, si nous avons traité avec les grands supermarchés ou avec le petit marchand du magasin du coin. Répétons de nouveau (au cas où vous ne l'ayez pas lu auparavant !) que nous ne pouvons emporter un seul sou avec nous dans la vie suivante, mais que nous pouvons emporter et emportons vraiment toute la connaissance que nous avons gagnée, car l'essence distillée de tout ce que nous apprenons sur Terre est ce qui fait de nous ce que nous serons dans la vie suivante. Par conséquent, concentrons-nous sur la connaissance, sur les choses que nous pouvons emporter. De nos jours le monde a la folie de l'argent, la folie de la possession. Des pays comme le Canada et les États-Unis d'Amérique vivent sous une norme illusoire de prospérité, chacun semble être endetté, chacun emprunte aux sociétés financières (alias l'ancien prêteur sur gages, maintenant remodelé avec plaque de chrome !). Les gens veulent de nouvelles voitures, chacune plus tape-à-l'oeil que celle de l'année précédente. Les gens courent en tous sens, ils n'ont pas de temps pour les choses sérieuses de la vie, ils poursuivent les choses qui sont sans importance. Les seules choses qui importent sont celles que nous apprenons : nous emportons avec nous toute la connaissance que nous acquérons durant notre séjour sur Terre, nous laissons derrière nous — si nous en avons — l'argent et les possessions à quelqu'un d'autre qui les dilapidera. C'est pourquoi il nous appartient de nous concentrer sur les choses qui seront réellement nôtres — les connaissances.

Un des moyens les plus faciles d'acquérir la tranquillité est dans le rythme régulier de la respiration. La plupart des gens, malheureusement, respirent d'une façon que l'on pourrait appeler "gober-souffler, gober-souffler" ; ils halètent, privant réellement le cerveau d'oxygène. Les gens ont l'air de croire que l'air est rationné, qu'ils doivent le gober et le souffler. Ils ont l'air de penser que l'air qu'ils respirent est brûlant, ou quelque chose du genre, car à peine aspiré ils sont impatients de s'en débarrasser et de faire entrer une nouvelle charge.

Nous devrions apprendre à respirer lentement et profondément. Nous devrions nous assurer que tout l'air vicié est retiré de nos poumons. Si nous ne respirons que par le sommet de nos poumons, cet air qui est au fond devient de plus en plus vicié. Plus notre approvisionnement d'air est bon, plus le pouvoir de notre cerveau sera bon, car nous ne pouvons pas vivre sans oxygène et le cerveau est la première chose à être privée d'oxygène. Si notre cerveau est privé de la quantité minimale d'oxygène nous nous sentons fatigués — somnolents — nous devenons lents dans nos mouvements et il nous est difficile de réfléchir. Parfois, aussi, nous nous retrouvons avec un gros mal de tête, puis nous sortons prendre l'air frais qui guérit le mal de tête et prouve aussi que l'on a vraiment besoin de beaucoup d'oxygène.

Un rythme de respiration régulière apaise les émotions troublées. Si vous vous sentez terriblement de mauvaise humeur — "pas dans votre assiette" — et voudriez vraiment faire violence à quelqu'un, prenez plutôt une profonde respiration, le plus profondément possible et retenez-la pendant quelques secondes. Puis laissez-la s'échapper lentement pendant quelques secondes. Faites cela à quelques reprises et vous constaterez que vous vous calmez plus rapidement que vous ne l'auriez cru possible.

Ne faites pas qu'avaler l'air aussi vite que vous le pouvez et le souffler ensuite aussi vite que vous le pouvez. Aspirez lentement, régulièrement et pensez — comme c'est vraiment le cas — que vous inhalez la vie et la vitalité elles-mêmes. Donnons un exemple : comprimez votre poitrine et essayez d'expulser autant d'air que vous le pouvez, faites entrer vos poumons de force pour que — si vous le souhaitez — votre langue pende par manque d'air. Puis, pendant environ dix secondes, remplissez complètement vos poumons, bombez la poitrine, absorbez autant d'air que vous le pouvez et entassez-en ensuite un petit peu plus. Quand vous aurez fait pénétrer autant d'air que possible, retenez-le pendant cinq secondes et après ces cinq secondes laissez l'air s'échapper lentement, si lentement que vous prenez sept secondes pour vous débarrasser de l'air en vous. Expirez complètement, forcez vos muscles vers l'intérieur pour faire sortir autant d'air que vous le pouvez. Puis recommencez depuis le début. Cela pourrait être une bonne idée si vous faisiez ceci une demi-douzaine de fois et vous constaterez que vos frustrations et votre si mauvaise humeur ont disparu, vous vous sentirez mieux à l'intérieur aussi ; vous constaterez que vous commencez à avoir le calme intérieur.

Si vous allez pour une entrevue qui importe vraiment, avant d'entrer dans la pièce où se donnera l'entrevue, prenez quelques respirations profondes. Vous constaterez que votre pouls cessera de battre follement, qu'il se stabilisera, vous constaterez que vous êtes plus confiant, que vous êtes moins inquiet et si vous faites ceci votre interlocuteur sera impressionné par votre apparence évidente de confiance. Essayez !

Il y a un nombre choquant de frustrations et d'irritations dans la vie quotidienne et ces choses sont vraiment très nuisibles. La "Civilisation" est tout le contraire de cela. Plus on devient pris par les entraves de la civilisation, plus il est difficile d'obtenir la paix. L'homme ou la femme au coeur d'une grande ville sont souvent plus irritables, plus nerveux, que l'homme ou la femme au coeur de la campagne. Il devient donc de plus en plus nécessaire d'acquérir le contrôle de ses émotions. Les gens qui sont frustrés et irritables s'aperçoivent que leurs sucs gastriques deviennent de plus en plus concentrés. Ces sucs sont, bien sûr, des acides et comme ils deviennent de plus en plus concentrés, ils "bouillonnent" en nous et atteignent finalement un tel degré de concentration que la muqueuse protectrice à l'intérieur de notre estomac ou autres organes ne peut pas résister aux attaques de l'acide corsé. Peut-être qu'une certaine partie de notre revêtement interne est plus mince que le reste. Peut-être que nous avons un quelconque petit défaut à l'intérieur, un certain morceau dur de nourriture que nous avons avalé peut avoir causé une légère irritation dans l'estomac. Alors, l'acide a un endroit où il peut oeuvrer. Il travaille et travaille sur cet endroit plus mince, ou cet endroit irrité, et avec le temps il pénètre la couche protectrice en nous. Le résultat est un ulcère de l'estomac qui nous amène beaucoup d'accablement et de douleur. Comme vous l'avez probablement entendu dire, les ulcères d'estomac sont connus comme l'affection des gens nerveux et irritables ! Réfléchissons à toutes ces irritations ; vous vous demandez peut-être où vous procurer l'argent pour payer la facture de gaz, ou pourquoi l'homme du compteur de l'électricité s'affaire à votre porte quand vous êtes occupé à autre chose. Vous pouvez vous demander pourquoi tant d'idiots vous envoient de stupides circulaires par la poste ? Pourquoi devriez-vous les jeter ? Pourquoi ne pas laisser l'expéditeur les détruire d'abord et vous épargner la peine ? Bien — calmez-vous — réfléchissez, posez-vous cette question : — "Est-ce que tout cela aura de l'importance dans cinquante ou cent ans ?". Chaque fois que vous devenez frustré, chaque fois que vous devenez accablé par la bousculade de la vie quotidienne, ordinaire, chaque fois que vous pensez que vous allez être submergé par vos ennuis et vos difficultés, pensez-y de nouveau, pensez — "Est-ce que l'une de ces questions, l'une de ces préoccupations, aura de l'importance dans cinquante ou dans cent ans ?".

Cet âge de la civilisation, soit-disant, est un âge vraiment très éprouvant. Tout conspire à nous faire développer des ondes cervicales contre nature, conspire à produire d'étranges voltages au sein des cellules de notre cerveau. Normalement quand on pense il y a un schéma d'ondes cervicales relativement rythmé que les docteurs peuvent représenter graphiquement avec des instruments spéciaux. Si les ondes cervicales suivent un certain schéma, nous savons alors qu'il s'agit d'une maladie mentale ; ainsi, quand une personne a une maladie mentale, probablement que la première chose qui est faite est de tracer le graphique de ses ondes cervicales pour voir comment elles s'écartent de la normale. C'est un fait connu des Orientaux que si une personne peut maîtriser ses ondes cervicales anormales, alors la santé mentale revient. En Extrême-Orient il y a différentes méthodes utilisées par les prêtres médicaux par lesquelles la personne affligée — la personne qui a une affection mentale — peut être aidée à ramener ses ondes cervicales à la normale.

Les femmes, particulièrement au retour d'âge, sont soumises à une production d'ondes de forme différente dans le cerveau. Bien sûr, ceci est parce qu'au retour d'âge diverses sécrétions sont supprimées ou sont détournées sur d'autres voies et généralement la femme en question a écouté tant de "contes de bonne femme" qu'elle pense réellement qu'elle doit s'attendre à passer par une mauvaise période et parce qu'elle croit fermement qu'elle va avoir des difficultés, elle en a. Il n'est pas nécessaire d'avoir quelque difficulté que ce soit au retour d'âge pourvu qu'une personne soit convenablement préparée. Les cas les plus regrettables sont ceux de ces femmes qui ont subi une opération appelée hystérectomie. L'hystérectomie est une opération par laquelle la ménopause est provoquée par des moyens chirurgicaux. Certes, c'est une raison secondaire, car l'opération est généralement dans un but précis comme la maladie, mais le résultat final est le même ; une femme a une opération — une hystérectomie — et la soudaine interruption de son ancien mode de vie et la soudaine déviation d'hormones essentielles, etc., provoquent un sévère orage électrique dans le cerveau qui, pour un temps, peut même rendre la femme instable. Un traitement approprié et une compréhension compatissante peuvent réellement guérir une telle malheureuse victime. Nous mentionnons ceci simplement pour indiquer que le corps est un générateur électrique et qu'il est tellement essentiel de garder ce générateur avec une production constante, parce que si nous avons une production constante il nous est possible d'avoir la maîtrise de soi et la tranquillité, mais si la production est dérangée et varie selon les inquiétudes ou certaines opérations, alors la tranquillité est temporairement perdue. Mais elle peut certainement être retrouvée !

Revenons-en, toutefois, à notre "dans cinquante ou cent ans". Si vous faites du bien à une personne, alors c'est quelque chose qui va compter dans cinquante à cent ans, parce que si vous faites du bien vous égayez la façon de voir de quelqu'un, tout comme quand vous faites du tort à une personne vous la démoralisez. Plus vous pouvez faire de bien à autrui, plus vous pouvez y gagner vous-même. C'est une loi de l'occulte selon laquelle vous ne pouvez pas recevoir tant que vous n'êtes pas d'abord prêt à donner. Si vous donnez, que ce soit un service ou de l'argent ou de l'amour, vous recevrez alors à votre tour un service ou de l'argent ou de l'amour et peu importe ce que l'on donne, peu importe ce que l'on reçoit, tout doit être payé avec le temps. Si vous recevez une bonté vous devez donner une bonté, mais ceci ne sera pas traité dans cette Leçon puisque nous nous y référerons plus en détail quand nous traiterons du karma.

Faites en sorte de vous maintenir calme, faites en sorte de vous LAISSER devenir tranquille, laissez-vous prendre conscience que toutes ces restrictions insignifiantes, toutes ces sottes interruptions quand nous essayons de réfléchir ou essayons de faire quelque chose n'auront pas d'importance dans quelques années ; ce sont des piqûres d'épingle, d'insignifiantes irritations et elles doivent être reléguées à leur place exacte comme des contrariétés et rien de plus. Le calme intérieur, la paix et la tranquillité sont là pour vous si vous les acceptez. Tout ce que vous devez faire est de respirer pour que votre cerveau reçoive le maximum d'oxygène et de penser que toutes ces stupides petites irritations n'auront aucune importance dans un demi-siècle. Alors, vous verrez à quel point elles sont sans importance.

Voyez-vous où nous voulons en venir ? Nous essayons de vous montrer que la plupart des grandes inquiétudes ne se produisent tout simplement pas. Nous avons quelque chose qui nous menace, nous craignons que quelque chose de désagréable soit sur le point de se produire, nous nous mettons dans une frénésie de peur et nous nous trimbalons dans un tel état que nous ne savons pas si nous sommes sur notre tête ou sur nos pieds. Mais bientôt nous nous apercevons que nos craintes étaient injustifiées, rien n'est arrivé ! Toute cette frayeur était pour rien. Nous avons eu un réel mélange d'adrénaline en nous, tout bouillonnant, prêt à nous galvaniser en action et puis, quand la peur passe, l'adrénaline doit être dissipée et cela nous rend tout faible, nous pouvons même trembler en réaction ! Beaucoup d'hommes célèbres du monde ont dit que leurs inquiétudes majeures ne se sont jamais produites, mais qu'ils ont tout de même continué à s'inquiéter à leurs sujets et ont ensuite constaté qu'ils avaient perdu leur temps. Si VOUS êtes soucieux, vous n'êtes pas tranquille. Si vous êtes agité, vous ne pouvez pas avoir le calme intérieur et au lieu de pouvoir recevoir un message télépathique, vous irradiez — vous émettez — un affreux message de confusion totale, de frustration qui non seulement empêche votre propre réception de messages télépathiques, mais empêche les réceptions à une grande distance autour de vous. Ainsi, pour votre propre bien et pour le bien d'autrui, pratiquez la sérénité, restez calme ; de nouveau souvenez-vous que toutes ces irritations mineures sont des irritations mineures et rien de plus. Elles vous sont envoyées pour vous mettre à l'épreuve et le font très certainement !

Pratiquez le calme, pratiquez-vous à voir vos difficultés dans la perspective qui convient. Cela peut être ennuyeux de constater que vous ne pouvez pas aller au cinéma ce soir, tout particulièrement comme c'est la dernière soirée que ce film est présenté, mais ce n'est pas d'une importance à faire trembler la terre, après tout. Ce qui EST important c'est que vous appreniez, c'est la façon dont vous progressez, parce que plus vous apprenez maintenant, plus vous emporterez avec vous dans la vie suivante et le plus de connaissances vous emporterez avec vous dans la vie suivante, le moins souvent vous aurez à revenir sur ce malheureux vieux monde qui est le nôtre.

Nous suggérons que vous vous allongiez, que vous vous détendiez. Couchez-vous et secouez-vous un peu de sorte qu'aucun muscle, aucune partie de vous ne soit sous tension. Joignez légèrement vos mains ensemble et respirez profondément et régulièrement. Tout en respirant, au rythme de votre respiration pensez "Paix-paix-paix". Si vous pratiquez cela vous découvrirez qu'une sensation véritablement divine de paix et de tranquillité s'étend sur vous. De nouveau, repoussez toutes pensées intruses de discorde en concentrant vos pensées sur la paix, sur la tranquillité et sur le calme. Si vous pensez paix vous aurez la paix. Si vous pensez bien-être, vous aurez le bien-être. Nous vous dirons pour conclure cette Leçon que si les gens consacraient dix minutes par vingt-quatre heures à faire cela, les docteurs feraient faillite, car ils seraient loin d'avoir autant de maladies à soigner !

 

LEÇON VINGT ET UN

Nous arrivons maintenant dans cette Leçon à un sujet qui intéresse chacun de nous : la télépathie. Vous avez pu vous demander pourquoi nous avons tellement insisté sur la similitude entre les ondes du cerveau humain et les ondes radio. Dans cette Leçon vous pouvez obtenir plus d'éclaircissements sur ce sujet ! Voici la Figure Neuf. Comme vous allez voir, nous l'appelons "La Tête Tranquille". Elle s'appelle "tranquille" parce que nous devons être dans cet état avant de pouvoir nous adonner à la télépathie ou la clairvoyance ou la psychométrie ; c'est pourquoi dans notre dernière Leçon nous avons traité (avez-vous dit "ad nauseum ?") de ces questions. Nous devons avoir le calme intérieur si nous voulons progresser.

 

Untitled9.png

Fig. 9 : LA TÊTE TRANQUILLE

 

Voyez la chose de cette façon : vous attendriez-vous à avoir un bon concert symphonique si vous étiez à proximité d'une usine de chaudières ? Seriez-vous capable d'apprécier de la musique classique — ou quelle que soit votre musique préférée — si des gens sautillaient à droite et à gauche autour de vous en criant à tue-tête ? Non. Ou bien vous éteindriez la radio et vous mettriez à sautiller en criant vous aussi, ou bien vous feriez tenir tout le monde tranquille !

Sur la Figure "La Tête Tranquille" vous voyez qu'il y a différents secteurs de réception dans le cerveau. Le secteur qui correspond en gros au halo capte les ondes télépathiques. Nous traiterons des autres ondes plus tard, mais voyons d'abord la télépathie. Quand nous sommes tranquilles nous pouvons capter toutes sortes d'impressions. Ce sont simplement les ondes radio des autres personnes qui entrent et sont absorbées par notre propre cerveau réceptif. Vous conviendrez avec moi que la plupart des gens ont des "pressentiments". La plupart des gens à un moment ou un autre ont eu une très étrange impression que quelque chose allait se produire, ou qu'ils devaient agir d'une façon spécifique. Les gens qui n'en savent pas plus appellent cela un "pressentiment". En réalité c'est simplement de la télépathie inconsciente, ou sub-consciente, c'est-à-dire que la personne qui a le "pressentiment" a capté un message télépathique envoyé consciemment ou inconsciemment par une autre personne.

L'intuition est le même genre de chose ; on dit — à juste titre — que les femmes possèdent plus d'intuition que les hommes. Les femmes pourraient être de plus grandes télépathes que l'homme moyen si elles ne parlaient pas tant ! On dit que le cerveau féminin est plus petit que celui du mâle, mais bien sûr cela n'a pas la moindre importance. Un tas d'âneries ont été écrites au sujet de la taille du cerveau affectant la capacité de l'intelligence. Sur la même base, nous supposons, un éléphant devrait être un génie comparé aux normes humaines ! Le cerveau féminin peut "résonner" en harmonie avec les messages qui arrivent et, de nouveau en termes de radio, le cerveau féminin est un poste de radio qui peut être plus facilement ajusté à une station que le cerveau masculin. C'est une question de simplicité si vous préférez cette explication. Vous rappelez-vous le très ancien poste de radio que votre père ou votre grand-père avait ? Il y avait des boutons et des cadrans partout et c'était pratiquement une prouesse d'ingénierie de se régler sur la station locale. On devait mettre au point des circuits de contrôle de filament pour s'assurer que les tubes étaient à la bonne tension. On devait faire la mise au point avec une paire de boutons de mouvement lent, souvent on devait également déplacer des bobines et puis il y avait le contrôle du volume. Votre grand-père vous expliquera comment fonctionnait les premières radios. Maintenant — eh bien, maintenant on a une radio de poche, on l'allume, on déplace un bouton peut-être avec un doigt et on a un programme qui peut venir de l'autre bout du monde. Le cerveau féminin est ainsi, il est plus facile à ajuster que le cerveau masculin.

Nous vous rappellerons également le cas des jumeaux identiques. C'est un fait établi que des jumeaux identiques sont pratiquement toujours en contact mutuel, quelle que soit la distance qui les sépare physiquement. Vous pouvez avoir un jumeau en Amérique du Nord et l'autre jumeau en Amérique du Sud et vous obtiendrez des rapports d'événements arrivant à la paire simultanément, vous entendrez dire que chacun sait ce que l'autre fait. C'est parce que ces deux individus proviennent d'une seule cellule, proviennent d'un seul oeuf, et ainsi leurs cerveaux sont comme une paire de récepteurs ou d'émetteurs radio soigneusement assortis. Ils sont "branchés" sans aucun effort du tout de la part des propriétaires.

Maintenant vous voudrez savoir comment vous pouvez communiquer par télépathie, car vous pouvez le faire avec de la pratique et avec de la foi, mais peu importe à quel point vous pratiquez, peu importe à quel point vous avez la foi, vous n'y arriverez pas à moins que vous n'ayez notre vieil ami le calme intérieur. Voici la meilleure façon de pratiquer : —

Pendant un jour ou deux, dites-vous que tel ou tel jour à tel ou tel moment vous allez rendre votre cerveau réceptif pour pouvoir capter tout d'abord des impressions générales, puis des messages télépathiques définis. Inlassablement, répétez-vous, affirmez à vous-même que vous allez réussir.

Au jour pré-déterminé, de préférence en soirée, retirez-vous dans votre chambre. Assurez-vous que les lumières sont faibles et que la température est agréable, confortable pour vous. Allongez-vous alors dans la position que vous trouvez la plus confortable. Ayez dans la main une photographie d'une personne à qui vous êtes très attaché. La lumière devrait être derrière vous afin d'éclairer ou d'illuminer la photographie. Respirez profondément pendant quelques minutes, puis libérez votre esprit de toutes pensées sans rapport, pensez à la personne dont la photographie est dans votre main, regardez la photographie, visualisez la personne debout devant vous. Qu'est-ce que cette personne vous dirait ? Qu'est-ce que vous lui répondriez ? Formulez vos pensées. Vous pouvez, si vous voulez, dire "Parle-moi — Parle-moi". Puis attendez la réponse. Si vous êtes calme, si vous avez la foi, vous recevrez une inspiration dans votre cerveau. D'abord, vous serez enclin à mettre cela sur le compte de l'imagination, mais ce n'est pas de l'imagination, c'est la réalité. Si vous rejetez cela en vous disant que ce n'est que vaine imagination, vous allez rejeter la télépathie.

Le moyen le plus facile d'acquérir des facultés télépathiques est de travailler avec une personne que vous connaissez très bien et avec qui vous avez les plus intimes rapports d'amitié. Vous devriez discuter tous deux de ce que vous allez faire, vous devriez tous deux convenir qu'à telle ou telle date, à telle ou telle heure vous allez entrer en contact télépathique l'un avec l'autre. Vous devriez tous deux vous retirer dans vos chambres, peu importe la distance qui vous sépare, les continents peuvent même être différents, car la distance est sans objet. Mais vous devez vous assurer que vous tenez compte de la différence horaire, par exemple — Buenos Aires peut être deux heures en avance sur l'heure de New York. Vous devez en tenir compte, car autrement votre expérience échouera. Vous devez également vous mettre d'accord sur qui va transmettre et qui va recevoir. Vous pouvez le faire facilement si vous synchronisez vos montres sur l'heure de Greenwich qui permettra d'éviter toute possibilité de confusion. On peut obtenir l'heure de Greenwich à peu près n'importe où et si vous décidez de transmettre d'abord, après dix minutes, ni plus ni moins, mais à un intervalle fixe de temps déterminé, votre ami retransmettra. Les deux ou trois premières fois vous ne réussirez pas nécessairement, mais c'est en forgeant qu'on devient forgeron. Rappelez-vous qu'un bébé ne peut pas marcher dès sa première tentative, le bébé doit pratiquer et tomber et ramper. Vous ne réussirez pas nécessairement à votre première tentative de télépathie, mais encore une fois, c'est en forgeant que l'on devient forgeron.

Quand vous pouvez envoyer un message télépathique à un ami, ou en recevoir un, vous êtes alors sur la bonne voie pour capter les pensées des autres, mais vous pouvez seulement capter leurs pensées à condition que vous n'ayez aucune mauvaise intention envers eux. Nous allons faire ici une de nos célèbres digressions !

Vous ne pouvez jamais, jamais, jamais utiliser la télépathie ou la clairvoyance ou la psychométrie pour faire du tort à une autre personne, ni aucune autre personne ne peut vous nuire non plus par ces moyens. On a souvent dit que si une personne méchante était télépathe ou clairvoyante elle pourrait faire chanter des gens qui auraient commis une quelconque petite faute, mais ce n'est absolument pas le cas, c'est impossible. Vous ne pouvez pas avoir la lumière et l'obscurité en même temps au même endroit et vous ne pouvez pas utiliser la télépathie pour faire le mal, c'est une loi absolument inexorable de la métaphysique. Aussi — ne vous alarmez pas, les gens ne lisent pas vos pensées pour vous faire du tort. Sans doute plusieurs aimeraient le faire, mais ils ne le peuvent pas. Nous mentionnons ceci à cause de la peur qu'ont tant de gens qu'une personne puisse connaître par télépathie toutes leurs peurs les plus secrètes et leurs phobies. Il est vrai qu'une personne à l'esprit le plus pur pourrait capter vos pensées, pourrait voir par votre aura quels sont vos points faibles, mais la personne pure n'envisagerait jamais même pour un seul instant l'idée de faire une telle chose et la personne impure en manque définitivement la capacité.

Nous vous suggérons de pratiquer la télépathie avec un ami, mais si vous ne pouvez pas obtenir la coopération d'un ami, détendez-vous comme nous l'avons dit et laissez les pensées venir à vous. Vous constaterez tout d'abord que votre tête est un bourdonnement de pensées contradictoires, comme quand vous entrez dans une foule. Il y a un brouhaha de conversations, juste un bruit horrible, tout le monde semble parler en même temps à tue-tête. Mais si vous essayez, vous pouvez distinguer une voix. Vous pouvez le faire aussi en télépathie. Pratiquez, vous devez pratiquer et avoir la foi et alors, à condition que vous conserviez votre calme à propos de tout ceci et que vous n'ayez aucune intention de faire du tort à une autre personne, vous pourrez devenir télépathe.

Sur notre Figure Neuf vous voyez que les rayons de la vue clairvoyante viennent de l'emplacement du troisième oeil et comme vous pouvez l'observer, ils sont d'une fréquence complètement différente de celle de la télépathie. C'est en quelque sorte le même type de choses donnant des résultats différents. On pourrait dire que lorsque vous recevez des messages télépathiques vous écoutez la radio et lorsque vous obtenez des messages de clairvoyance vous voyez les images de la télévision et souvent en superbe "Technicolor"!

Si vous voulez voir de façon clairvoyante vous aurez besoin d'un cristal ou de quelque chose qui brille. Si vous avez une bague ornée d'un solitaire c'est aussi bon qu'un cristal et certainement moins lourd à tenir ! Ici encore vous devrez vous installer confortablement et devrez vous assurer que l'éclairage soit vraiment très tamisé. Supposons, cependant, que vous ayez investi dans un cristal —

Vous vous reposez complètement à l'aise dans votre chambre le soir. Vos rideaux ou vos stores ont été tirés pour couper tous les rayons de lumière directs. La chambre est si sombre que vous pouvez à peine voir le contour du cristal. Il fait si sombre que vous ne pouvez certainement voir aucun point de lumière dans le cristal. Plutôt, le tout est flou, presque "pas là", vous savez que vous le tenez, vous savez que vous pouvez voir "quelque chose". Continuez à regarder dans le cristal sans essayer de voir quoi que ce soit, regardez dans le cristal comme si vous regardiez très très loin. Ce cristal sera seulement à quelques pouces de vous, mais vous devez plutôt regarder à des milles. Alors, vous allez voir le cristal commencer graduellement à se brouiller, vous allez voir des nuages blancs se former et le cristal, au lieu d'être apparemment de verre clair, apparaîtra comme plein de lait. Maintenant arrive le moment critique, ne sursautez pas, ne vous alarmez pas comme le font tant de gens, parce que l'étape suivante —

La blancheur se dissipe comme des rideaux qui sont tirés pour dévoiler une scène. Votre cristal s'est envolé — il a disparu — et à sa place vous voyez le monde. Vous le contemplez comme un Dieu de l'Olympe pourrait regarder le monde, vous voyez peut-être des nuages avec un continent en dessous, vous avez une sensation de chute, vous pouvez même vous pencher un peu involontairement. Essayez de contrôler cela parce que si vous sursautez vous allez "perdre le tableau" et aurez à tout recommencer une autre nuit. Mais supposons que vous ne sursautiez pas, alors vous aurez l'impression que vous accélérez dans votre descente et que le monde devient de plus en plus grand, vous constaterez que les continents se déroulent au-dessous de vous et puis, vous en viendrez à une halte à un endroit particulier. Vous pourriez voir une scène historique, vous pourriez même sembler atterrir au milieu d'une guerre et vous apercevoir qu'un char fonce sur vous. Il n'y a pas lieu de s'en inquiéter parce que le char ne peut pas vous blesser, il passera directement à travers vous et vous ne vous en apercevrez même pas. Vous pouvez constater que vous voyez apparemment à travers les yeux de quelqu'un d'autre, vous ne pouvez pas voir le visage de la personne, mais vous pouvez voir tout ce qu'elle voit. De nouveau, ne vous alarmez pas, ne vous permettez pas de sursauter, vous allez voir très clairement, très distinctement, et malgré qu'en fait vous n'entendiez pas un son vous saurez tout ce qui se dit. C'est ainsi que les choses se passent en clairvoyance. C'est une chose très facile pourvu que — encore une fois — vous ayez la foi.

Certaines personnes ne voient pas réellement une scène, certaines personnes obtiennent toutes les impressions sans réellement VOIR. Ceci arrive souvent à quelqu'un qui est engagé dans les affaires. Nous pouvons avoir une personne vraiment très clairvoyante, mais si cette personne est engagée dans les affaires ou le commerce, il y a alors souvent une attitude sceptique qui rend difficile le fait de réellement voir une scène ; la personne pense sub-consciemment qu'une telle chose ne peut pas être et comme la clairvoyance ne peut pas être complètement niée, la personne obtient des impressions "quelque part dans la tête" qui sont, néanmoins, aussi réelles que des images.

Avec de la pratique vous pouvez voir de façon clairvoyante. Avec de la pratique vous pouvez visiter n'importe quelle période de l'histoire du monde et voir ce que cette histoire était réellement. Vous serez amusé et stupéfié quand vous constaterez que le plus souvent cette histoire ne s'est pas produite telle que racontée dans les livres d'histoires, car l'histoire telle qu'elle est écrite reflète la politique de l'époque. Nous pouvons voir comment la chose se produit avec le cas de l'Allemagne d'Hitler et celui de la Russie Soviétique !

Occupons-nous maintenant de la psychométrie.

La psychométrie peut être appelée "voyance par les doigts". Chacun a eu une certaine forme de cette expérience, par exemple, prendre un tas de pièces de monnaie et demander à une personne d'en tenir une seule pendant quelques minutes. Ensuite, si cette pièce de monnaie est remise avec les autres vous serez capable de la retrouver parce qu'elle sera plus chaude que le reste. Ceci, bien sûr, n'est qu'une petite chose élémentaire qui n'a aucune place en dehors de la scène.

Par psychométrie nous voulons dire la capacité de prendre un objet et de connaître son origine, ce qui lui est arrivé, à qui il a appartenu et l'état d'esprit de la personne. Vous pouvez souvent obtenir une sorte de psychométrie quand vous sentez qu'un objet a été dans un cadre heureux ou dans un cadre désagréable.

Vous pouvez pratiquer la psychométrie en demandant l'aide d'un ami compréhensif. Voici comment vous devriez procéder :

En supposant que votre ami soit bien disposé à votre égard et désire vous voir progresser, nous vous suggérons de lui demander de se laver les mains et de ramasser ensuite une pierre ou un caillou. Cela aussi doit être lavé avec du savon et de l'eau et bien rincé. Votre ami devra ensuite soigneusement sécher ses mains et la pierre, puis, en tenant la pierre dans sa main gauche, il devra penser fortement pendant environ une minute, il devra penser à une chose — ce pourrait être à la couleur noire ou à la couleur blanche, à la bonne ou la mauvaise humeur — ce qu'il pense n'a aucune importance aussi longtemps qu'il pense fortement à un sujet pendant environ une minute. L'ayant fait, il devra envelopper la pierre dans un mouchoir propre ou un mouchoir en papier et vous la remettre. Vous ne devez pas la déballer alors, mais attendre jusqu'à ce que vous soyez seul dans votre "chambre de contemplation". Nous allons encore faire une digression !

Nous avons dit "avec la main gauche" et permettez-nous d'en expliquer d'abord la raison. Selon la tradition ésotérique la main droite est censée être la main pratique, la main consacrée aux choses du monde. La main gauche est la main spirituelle, celle qui est consacrée aux choses métaphysiques. À condition que vous soyez normalement droitier, vous obtiendrez alors de meilleurs résultats en utilisant votre main gauche "ésotérique" pour la psychométrie. Si vous êtes de ceux qui sont gauchers, alors vous utiliserez votre main droite dans le sens métaphysique. Il est à remarquer que vous pouvez souvent obtenir des résultats avec la main gauche quand vous ne le pouvez pas avec la main droite.

Quand vous serez dans votre chambre de contemplation, vous devrez vous laver les mains très soigneusement, puis les rincer avant de les sécher parce que si vous ne le faites pas vous aurez d'autres impressions sur vos mains et vous ne voulez qu'une seule impression pour cette expérience. Allongez-vous, installez-vous confortablement et dans ce cas-ci cela n'a pas d'importance qu'il y ait beaucoup ou peu de lumière ; vous pouvez avoir toutes les lampes allumées ou vous pouvez être dans une obscurité complète. Déballez alors la pierre, ou ce que c'était, et prenez-la avec votre main gauche, voyez à ce qu'elle roule au centre de votre paume gauche. N'y pensez pas, ne vous en occupez pas, laissez simplement votre esprit se vider, ne pensez à rien. Vous allez ensuite ressentir un très léger picotement dans la main gauche et obtiendrez alors une impression, probablement ce que votre ami a essayé de vous faire comprendre. Vous pouvez tout aussi bien recevoir l'impression qu'il pense en fait que vous êtes engagé dans un truc de cinglé ! Si vous pratiquez ceci vous constaterez que, pourvu que vous soyez tranquille, vous pouvez capter les plus intéressantes impressions. Quand votre ami en aura assez de vous aider, vous le faites par vous-même ; vous sortez quelque part, vous ramassez un caillou qu'aucun homme n'a touché, à votre connaissance. C'est facile si vous êtes au bord de la mer, ou bien vous pouvez creuser la terre pour une pierre. En pratiquant vous obtiendrez vraiment de remarquables résultats ; vous pouvez, par exemple, ramasser un caillou et connaître le moment où il faisait partie d'une montagne, comment il a été emporté par une rivière et jusque dans la mer. Les informations que l'on peut capter par psychométrie sont vraiment étonnantes, mais là encore, cela demande beaucoup de pratique et vous devez garder votre esprit tranquille.

Il est possible de prendre une lettre qui est toujours dans une enveloppe et être conscient de la tendance générale du contenu. Il est aussi possible de prendre une lettre écrite dans une langue étrangère et, en passant légèrement le bout des doigts de la main gauche sur la surface, vous capterez la signification de la lettre bien que vous ne compreniez pas les mots individuels. C'est tout à fait infaillible avec de la pratique, mais ne le faites jamais juste pour prouver que vous pouvez faire une telle chose pour l'intérêt d'autres personnes.

Vous pouvez vous demander pourquoi les gens ne vont pas prouver qu'ils sont télépathes, qu'ils sont clairvoyants, etc. La réponse est que quand vous êtes télépathe il vous faut des conditions favorables ; vous ne pouvez pas faire de la télépathie quand vous avez quelqu'un qui essaie de prouver que vous vous trompez, parce que vous captez les ondes émises par les autres personnes et si vous avez une personne près de vous qui essaie de prouver que vous vous trompez, qui essaie de dire que vous êtes un imposteur, vous constaterez alors que ses radiations peut-être d'aversion, de doute et de méfiance, sont tellement fortes qu'elles couvrent les ondes lointaines plus faibles. Nous recommandons que si quelqu'un vous demande de donner une preuve, vous lui disiez que vous n'êtes pas intéressé ; vous savez et ce que vous savez vous n'avez pas à le prouver aux autres.

Nous tenons également à dire quelque chose à propos des clairvoyants qui vivent dans les rues écartées et font de l'argent à partir de là. C'est un fait que plusieurs femmes ont de grandes capacités de voyance par intervalles, c'est-à-dire que ce n'est pas constant, ce ne peut pas être activé à volonté. Fréquemment, nous avons le cas d'une femme très douée en brefs éclairs de voyance qui étonnera ses amis avec de vraies prophéties. Ils lui conseilleront de s'installer de manière professionnelle. La pauvre femme induite en erreur le fera, elle chargera diverses sommes d'argent pour ses services. Elle ne peut pas dire à un client qu'aujourd'hui elle ne sent pas que ses facultés clairvoyantes fonctionnent et ainsi, dans un de ses moments vides, elle inventera quelque chose. Elle est généralement bonne psychologue et comme elle prend l'habitude d'inventer des choses, elle constatera que ses facultés clairvoyantes disparaissent.

Vous ne devez jamais accepter de l'argent pour "lire le cristal" ou "lire les cartes". Si vous le faites, vous perdrez la capacité de voir de façon clairvoyante. Vous ne devez jamais tenter de prouver que vous pouvez faire ceci ou cela, parce que si vous le faites vous serez vraiment abattu par les ondes cérébrales de ceux qui ne vous croient pas.

Bien souvent il vaut mieux ne pas avouer que vous savez. Plus vous paraîtrez normal, naturel, plus vous capterez de choses. Nous vous disons de ne jamais donner de preuves, parce que si vous essayez de donner une preuve vous serez réellement submergé par les ondes de doute d'autres qui peuvent vous faire grand tort.

Nous vous demandons de pratiquer et pratiquer et de cultiver le calme intérieur sans lequel vous ne pouvez faire aucune de ces choses. Avec le calme intérieur et la foi vous pouvez TOUT faire.

 

LEÇON VINGT-DEUX

Avant de continuer avec la Leçon proprement dite, nous aimerions attirer votre attention sur un article du plus grand intérêt qui vient tout juste d'être porté à NOTRE attention ! Il est particulièrement intéressant parce que durant ce Cours nous avons tellement parlé des courants électriques du corps, disant comment les courants voyagent le long des nerfs pour activer les muscles. Or, dans "Electronics Illustrated" de janvier 1963, en page 62, il y a cet article passionnant intitulé "L'Étonnante Main Électronique Russe". Le Professeur Aron E. Kobrinsky est Docteur en Ingénierie à l'Académie des Sciences de l'URSS et il semble que lui et ses assistants aient fait des recherches en matière de prothèses — de membres artificiels. Jusqu'à présent l'effort impliqué pour faire bouger même très peu un bras artificiel a été un processus très fatiguant pour le porteur ; maintenant, cependant, on a développé en Russie un bras artificiel qui fonctionne électriquement.

Au moment de l'amputation deux électrodes spéciales sont placées aux extrémités de certains nerfs, les nerfs qui normalement feraient bouger les muscles du bras et quand le moignon a guéri de sorte qu'un bras artificiel puisse être adapté, les courants partant du cerveau vers les nerfs qui normalement feraient bouger, disons, les doigts et le pouce, sont transmis au bras artificiel là où d'infimes courants du corps sont considérablement amplifiés pour que les relais puissent être activés et les doigts et le pouce de la prothèse puissent travailler aussi bien que les doigts et le pouce naturels. On affirme qu'avec ces bras artificiels il est possible d'écrire une lettre. Une illustration dans "Electronics Illustrated" montre une personne avec un bras artificiel tenant un crayon entre les doigts et le pouce et réellement en train d'écrire.

Vous étiez peut-être un peu fatigué de nos discours au sujet des courants électriques, des ondes cérébrales, etc., et c'est pourquoi nous avons mentionné cet incident particulier qui est vraiment très instructif. Nous pouvons imaginer un avenir où tous les appareils artificiels seront contrôlés par des "courants bio-chimiques".

Ayant traité de cela, nous voulons maintenant parler des émotions, parce que nous sommes ce que nous pensons. Si nous sommes trop tristes, nous mettons en marche un processus qui fait que certaines des cellules de notre corps se corrodent. Trop de tristesse, trop de misère, peuvent provoquer une maladie du foie ou de la vésicule biliaire. Considérez ceci : un homme et une femme mariés depuis longtemps sont très, très attachés l'un à l'autre. L'homme meurt subitement et la femme qui est maintenant veuve est submergée par le chagrin de sa perte. Elle devient accablée de tristesse, elle devient pâle et peut même dépérir. Souvent il y aura en effet une grave maladie physique. Pire encore, il peut même y avoir une détérioration mentale. La cause de ceci est que sous le violent stimulus d'une telle perte le cerveau produit un courant élevé d'électricité qui inonde le corps, pénétrant tous les organes et les glandes et créant une considérable "contre-pression". Ceci interdit les activités normales du corps. La victime peut devenir engourdie, à peine capable de penser, à peine capable de se déplacer. Fréquemment le stimulus excessif des glandes lacrymales causera des torrents de larmes parce que ces glandes agissent comme une soupape de sécurité.

Nous obtenons quelque chose de semblable avec la mauvaise tension quand nous plaçons, disons, une ampoule de 3.5 dans une lampe de poche de 6 volts. L'activité est excessive pendant quelques instants et puis l'ampoule grille. Le corps humain peut "griller" aussi, mais cela aboutira à une transe ou au coma ou même à la folie.

Nous avons certainement tous vu un animal qui est très effrayé. Peut-être que l'animal a été chassé par un plus gros animal dangereux. Le fugitif ne mangera pas tandis qu'il est effrayé et si l'on arrivait à forcer cet animal à manger, la nourriture ne passerait pas. Toutes les sécrétions gastriques qui normalement décomposent la nourriture cessent quand un animal est effrayé. En fait, les sécrétions sèchent. Ainsi — toute absorption de nourriture est complètement et totalement contre la nature de l'animal.

Les personnes très fortement excitées, ou une personne qui est très déprimée, ne devraient être ni persuadées ni forcées de manger, car malgré qu'une telle persuasion soit sans doute bien intentionnée, ce ne serait pas dans l'intérêt de la personne qui souffre. Le chagrin, ou toute autre émotion profonde, apporte un changement complet des processus chimiques du corps. L'incertitude ou le chagrin peuvent colorer complètement l'attitude d'une personne, rendre une personne insupportable, rendre une personne "impossible à vivre". Quand nous disons "colore l'attitude d'une personne", c'est exactement ce que nous voulons dire, car les sécrétions chimiques d'une personne modifient réellement les couleurs ou la tendance générale des couleurs que l'on voit. Nous savons tous que les amoureux voient le monde à travers des "lunettes teintées de rose", tandis que ceux qui sont déprimés et abattus voient le monde à travers une teinte définitivement grisâtre !

Si nous voulons faire des progrès nous devons cultiver l'égalité d'humeur ; nous devons atteindre un équilibre d'émotions tel que nous ne soyons ni frénétiquement excités ni excessivement déprimés. Nous devons faire en sorte que ces ondes cérébrales dont nous avons parlé n'aient ni hauts sommets, ni profondes vallées. Le corps humain est conçu pour fonctionner d'une certaine manière. Toutes les saccades auxquelles il est soumis dans la prétendue civilisation lui causent un mal certain. La preuve de ceci peut être vue dans le nombre d'hommes d'affaires qui ont des ulcères d'estomac ou des crises cardiaques ou qui deviennent nerveux. De nouveau, c'est le résultat des hautes fluctuations d'électricité créant cette contre-pression dont nous avons fait mention précédemment. La contre-pression imprègne divers organes et interfère nettement avec leur fonctionnement normal. Par exemple, une personne souffrant d'ulcères — comme elle ne prend pas de nourriture, les acides gastriques deviennent de plus en plus forts jusqu'à ce que, à la fin, ils brûlent littéralement un trou à l'intérieur. Il s'ensuit alors que ceux qui veulent progresser en télépathie, en clairvoyance, en psychométrie et tout le reste, doivent être vraiment certains de cultiver l'uniformité d'humeur. Elle peut être cultivée !

Fréquemment une personne deviendra de mauvaise humeur, déprimée et incertaine. La personne sera vraiment difficile à vivre. N'importe quel incident qu'une autre personne ne remarquerait pas ou, le remarquant, en rirait, irritera cette personne nerveuse et d'humeur changeante tout à fait insupportablement et pourra même provoquer une attaque d'hystérie ou de suicide simulé. De telles choses arrivent vraiment !

Savez-vous ce qu'est l'hystérie ? C'est une chose qui est activement liée au développement sexuel d'une personne. L'hystérie est liée à l'un des organes féminins les plus importants et à ses fonctions et souvent une personne aura une hystérectomie qui les affecte parfois très gravement en changeant le fonctionnement entier du corps. Il y a de nombreuses années les gens croyaient que seuls les femmes pouvaient souffrir d'hystérie, mais aujourd'hui ils commencent à être mieux informés, parce que chaque homme est un peu femme et chaque femme est un peu homme et les deux sont remarquablement semblables. C'est maintenant chose connue que chaque sexe a tous les organes de l'autre à un degré ou un autre. L'hystérie, donc, est maintenant une affection de l'homme aussi bien que celle de la femme ; l'hystérie est un grand inhibiteur des choses en rapport avec l'occulte. Si une personne se laisse aller à ses humeurs et a de fortes fluctuations de production électrique du cerveau, cette personne alors se bloquera assurément elle-même pour tout ce qui a trait au voyage astral, la télépathie, la clairvoyance et autres phénomènes métaphysiques. Nous devons être de tempérament égal, nous devons être équilibrés avant de pouvoir nous occuper des sciences occultes. Assez remarquablement, plusieurs personnes considèrent les clairvoyants ou les télépathes comme des êtres névrosés ou imaginatifs ou quelque chose de cette nature. Elles considèrent le télépathe et le clairvoyant comme étant déséquilibrés. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité ! Seul le faux clairvoyant, seul le télépathe frauduleux peuvent être névrosés ou déséquilibrés parce que, comme de toute façon ils sont faux et frauduleux, leur état de santé mentale n'a aucun rapport avec le sujet ! Nous disons très nettement que l'on ne peut être télépathe, que l'on ne peut être clairvoyant, que quand l'esprit fonctionne normalement et que les ondes du cerveau sont tout à fait égales et lisses. Les ondes du cerveau doivent être "régulières" c'est-à-dire qu'il ne doit pas y avoir de soudains sommets ou dépressions qui vont perturber la réception. Nous qui sommes télépathes devons recevoir des messages, par conséquent nous devons être tranquilles, nous devons être réceptifs, ce qui signifie que nous devons garder nos esprits ouverts. Si nos esprits sont dans un constant tumulte — si nous sommes tellement occupés à penser à nos propres misères que nous ne sommes pas perceptifs aux pensées des autres, alors nous ne pourrons recevoir ni par télépathie, ni par clairvoyance. De nouveau, la personne névrosée ne peut pas être AUTHENTIQUEMENT clairvoyante. Le psychopathe n'est pas un télépathe !

Gardez votre esprit libre des tracas. Quand vous vous sentez irrité, ou quand vous sentez que les soucis du monde sont accumulés sur vos épaules tremblantes, fléchissantes, prenez une profonde respiration, puis prenez-en une autre et une autre encore. Pensez — est-ce que toutes ces questions vont me tourmenter dans cent ans ? Ou est-ce qu'elles vont tourmenter quelqu'un d'autre dans cent ans ? Si elles ne vous tracasseront pas dans cent ans pourquoi devriez-vous vous tracasser maintenant ?

Cette affaire de conserver son calme est d'une importance absolue pour notre santé, tant physique que mentale ; aussi nous vous suggérons que quand vous commencez à devenir irritable vous vous arrêtiez et vous demandiez pourquoi vous vous sentez de mauvaise humeur ? Pourquoi êtes-vous aussi morose, aussi malheureux ? Pourquoi bouleversez-vous la vie d'autres personnes autour de vous ? Souvenez-vous, aussi, qu'en étant morose, de mauvaise humeur, irritable, misérable et toute la gamme des mauvaises émotions, vous ne faites de mal qu'à vous seul, vous ne faites pas de mal à l'autre personne. Elle peut être plutôt fatiguée de vos crises de colère, mais vous vous empoisonnez aussi sûrement que si vous preniez de l'arsenic ou du poison à rat ou du cyanure de potassium ! Certaines personnes autour de vous ont probablement de bien plus graves problèmes que vous et pourtant elles ne montrent pas les effets de la tension. Si VOUS montrez les effets de la tension cela signifie que vous ne voyez pas les choses sous l'angle qui convient, cela signifie que possiblement — non inévitablement — vous pouvez ne pas être du même statut mental et spirituel que l'autre personne.

Nous sommes sur Terre pour apprendre et aucun humain normal ne se voit jamais donner trop à apprendre en une fois. Nous pouvons nous sentir persécutés, abusés, nous pouvons sentir que nous sommes l'objet d'un sort malveillant, hostile, cependant si nous réfléchissons réellement à la question nous pouvons voir que nous ne sommes pas surchargés, nous pensons seulement que nous le sommes.

Revenons-en aux enfants ; un enfant peut se voir donner des devoirs à faire. Il peut penser qu'il y a une quantité choquante de devoirs, d'autant plus qu'il veut sortir jouer ou aller à la pêche ou courir derrière un membre du sexe opposé. Il est tellement occupé à penser à sortir jouer et pêcher qu'il ne consacre même pas le normal dixième de son esprit à son travail et ainsi cela lui paraît difficile. Puisqu'il ne fait aucun effort réel pour passer à travers son travail, il constate que cela lui prend bien plus longtemps qu'à une personne qui réfléchit. Il se fatigue de son travail, il ne lui consacre pas un vingtième de sa conscience et devient de plus en plus frustré. Finalement, il se plaint à ses parents qu'il a beaucoup trop de devoirs à faire, que toute la tension le rend malade. Les parents se plaignent au professeur que l'enfant a beaucoup trop de devoirs à faire. Personne ne pense à enfoncer un peu de bon sens dans la tête de l'enfant qui, après tout, est celui qui doit être éduqué ! Tout comme pour l'enfant, de même il en va pour vous. Vous voulez faire des progrès ? Alors vous devez vous soumettre à certaines règles, vous devez garder votre calme, vous devez suivre la Voie du Milieu. Si vous travaillez trop durement, vous êtes tellement occupé à penser au dur labeur que vous êtes à fournir que vous n'avez pas de temps pour penser au résultat que vous espérez obtenir. Ainsi — la Voie du Milieu est un moyen très simple pour vous dire que vous ne devez pas travailler si durement que vous ne puissiez “voir la forêt à cause des arbres”. Vous ne devez pas paresser tellement que rien du tout n'est fait ; allez quelque part entre les deux extrêmes et vous constaterez que votre progrès est remarquable. Trop de gens travaillent vraiment comme des forçats à une chose en espérant la terminer ; ils font de si gros efforts que toute leur énergie, tout leur pouvoir cérébral est consacré à "essayer" et rien n'est laissé pour "atteindre". Si vous essayez trop durement vous êtes comme une voiture lancée en première vitesse, tout en tapage et crépitement et ne faisant guère de progrès.

 

Le pouvoir de l'Esprit

 

Il est malheureusement possible pour tout un chacun d'obtenir tout ce qu'il désire. Il existe certaines lois de la nature ou, si vous préférez, de l'occulte, qui rendent possible à quiconque d'avoir du succès ou de l'argent à condition de suivre certaines règles simples. Tout au long de ce Cours nous avons essayé de mettre en évidence que l'occultisme, qui signifie en fait "ce qui est inconnu", suit des lois et des règles absolument sensées et qu'il n'y a rien de mystique au sujet de telles choses. Pour cette raison, nous allons vous dire comment obtenir ce que vous voulez !

Laissez-nous ajouter, cependant, que quand nous disons "Obtenir ce que vous désirez" nous insistons et ré-insistons sur le fait que l'on devrait lutter pour les valeurs spirituelles et qu'en tout temps l'on devrait travailler avec détermination afin d'augmenter sa valeur dans la vie suivante. Un million ou deux seraient très utiles, nous sommes d'accord sur ce point, mais ce ne serait que piège et illusion si nous avions "un million ou deux" au détriment de la vie suivante. Notre séjour sur Terre est temporaire et de nouveau nous déclarons que chacun de nos efforts sur cette Terre devrait être consacré à nous instruire et à nous améliorer afin d'avoir davantage de valeur quand nous entrons dans la vie suivante. Ainsi, recherchons la spiritualité, faisons tous nos efforts pour être bons envers les autres et que la vraie humilité, qui ne doit pas être confondue avec la fausse modestie, nous assiste dans notre montée vers le haut.

Tout est en état de mouvement, toute vie est mouvement, même la mort est mouvement puisque les cellules se désintègrent et se transforment en d'autres composés. Gardons constamment à l'esprit qu'on ne peut pas se tenir immobile sur une corde raide ; on peut seulement aller soit vers l'avant ou vers l'arrière. Nos efforts devraient tendre vers l'avant, c'est-à-dire que nous devrions progresser en spiritualité, en bonté, en compréhension à l'égard d'autrui et non glisser en arrière pour être parmi les assoiffés d'argent, ceux qui s'accrochent aux possessions de ce monde plutôt que de s'efforcer d'atteindre la richesse de l'esprit. Mais — laissez-nous vous exposer comment vous pouvez obtenir tout ce que vous désirez.

L'esprit peut nous donner tout ce que nous lui demandons si nous le lui permettons. Il y a d'immenses pouvoirs latents dans le subconscient. Malheureusement, on n'apprend pas à la plupart des gens comment contacter le subconscient. Nous fonctionnons à un dixième de conscience et — tout au plus — à un dixième de nos capacités. En s'assurant le soutien de notre subconscient, nous pouvons réaliser des miracles tout autant que les Prophètes de jadis.

Il est inutile de prier oisivement et sans être spécifique. Il est inutile de prier avec un esprit vide parce que ces paroles se répercuteront creusement si on le fait. Utilisez votre cerveau, utilisez votre esprit, utilisez les grandes possibilités du sub-conscient. Il y a certaines étapes inviolables qui doivent toujours être suivies. Décidez d'abord précisément ce que vous voulez, soyez absolument précis, vous devez savoir ce que vous voulez, vous devez dire ce que vous voulez et vous devez le visualiser. QU'EST-CE QUE VOUS VOULEZ TRÈS EXACTEMENT ? Cela ne suffira pas de dire que vous désirez avoir beaucoup d'argent, cela ne suffira pas de dire que vous voulez une nouvelle voiture ou une nouvelle épouse ou un nouveau mari. Vous devez préciser EXACTEMENT ce qui fait l'objet de votre désir. Vous devez le visualiser — le voir dans votre esprit — et maintenir cette image fermement devant vous. Si c'est de l'argent que vous voulez, déclarez avec précision combien vous voulez. Il faut que ce soit une somme définie. Il ne suffit pas de dire "environ un demi-million", il faut une somme concrète. Si vous êtes sage, cependant, vous ne vous soucierez pas tant au sujet de l'argent, au sujet des choses terrestres, vous VOUDREZ être comme Gandhi, Bouddha, le Christ, St-Pierre, St-Quelqu'un. Vous vous efforcerez de gagner des vertus qui vous seront utiles quand vous quitterez cette vie.

Quand vous avez décidé ce que vous voulez, vous arrivez à la deuxième étape. Nous vous avons déjà dit que vous devez DONNER afin d'être en mesure de recevoir. Qu'est-ce que VOUS allez donner ? Si vous demandez une certaine somme d'argent (et cette somme doit être exactement spécifiée) êtes-vous prêt à donner une dîme, qui, évidemment, est le dixième de ce montant ? Êtes-vous prêt à donner de l'aide à ceux qui ne sont pas aussi heureusement placés que vous ? Il est futile de dire "Oui, quand j'aurai cet argent, je vais en donner un dixième". Vous devez commencer à aider avant cela, vous devez commencer à aider ceux qui sont dans le besoin. Si vous le faites, vous vivrez dans l'esprit de "Donner afin d'être en mesure de recevoir". Encore une fois, vous devez être explicite, vous devez être absolument précis. La troisième étape est — quand voulez-vous cet argent ou cette voiture, ce nouveau mari ou cette nouvelle épouse ? Cela ne suffit pas de dire que vous les voulez un jour ou l'autre dans un futur indéfini et c'est bien sûr absurde de dire que vous les voulez immédiatement parce qu'il y a les lois physiques qui ne peuvent être violées. Ce n'est pas possible pour un Dieu de faire tomber une brique d'or dans vos mains tendues et de toute manière, si la brique tombait réellement, elle écraserait fort probablement quelques orteils ! Votre délai fixé doit être physiquement faisable. Vous pourriez, par exemple, dire que vous aurez l'argent pour tel ou tel mois en telle ou telle année, mais vous ne pourriez pas dire que vous aurez une fortune dans les cinq prochaines minutes parce que ce serait contraire aux lois de la nature et annulerait votre pouvoir de pensée.

Qu'allez-vous faire pour réaliser votre ambition ? Supposons — juste à titre d'illustration — que vous vouliez une nouvelle voiture. Eh bien, premièrement, savez-vous conduire ? Il serait futile de désirer une nouvelle voiture à moins que vous ne sachiez conduire ; donc, si vous êtes déterminé à avoir une nouvelle voiture, prenez d'abord des leçons de conduite. Ensuite, vous pourrez décider du type de voiture que vous voulez et tout ce qui s'ensuit. Si vous êtes à la recherche d'un mari ou d'une épouse, assurez-vous que vous êtes vous-même fait pour être un partenaire adéquat, assurez-vous que vous comprenez la loi de prendre et de donner et que vous êtes prêt à faire votre part pour que votre mariage soit un succès, parce que le mariage n'est pas seulement une affaire de tout prendre et ne rien donner. Quand vous prenez un partenaire vous avez aussi à donner un partenaire à l'autre personne. Quand vous vous mariez vous cessez d'être une seule personne et vous acceptez les problèmes, les soucis et les plaisirs de deux personnes ; avant de pouvoir espérer être marié de manière heureuse et satisfaisante, vous devez être sûr que vous pouvez vous-même être physiquement, mentalement et spirituellement un partenaire satisfaisant.

Comme cinquième étape nous dirons que le mot écrit est plus fort que le mot exprimé, tandis que les deux font ensemble une combinaison imbattable. Écrivez ce que vous désirez, écrivez-le aussi simplement et aussi clairement que possible. Vous savez ce que vous voulez, alors mettez-le par écrit. Voulez-vous être spirituel ? Qui est votre idéal dans le monde spirituel ? Énumérez les aptitudes, les talents et les points forts du caractère de cette personne. Notez tout. Si c'est de l'argent que vous essayez d'obtenir, écrivez la somme précise que vous voulez, écrivez pour quand vous la voulez cette somme et précisez que vous allez aider les autres, précisez que vous allez y prélever une "dîme". Une fois que vous aurez écrit tout cela aussi simplement et clairement que vous le pourrez, écrivez à la fin "Je vais donner afin d'être en mesure de recevoir". Vous devez également ajouter une note indiquant la façon dont vous allez travailler pour obtenir le résultat souhaité, car gardez bien à l'esprit encore une fois que vous ne pouvez rien obtenir pour rien, tout doit être remboursé d'une façon ou d'une autre ; il n'existe rien de tel que "d'obtenir quelque chose gratuitement". Si vous recevez subitement une somme de cent dollars, vous devez donner vos services pour une valeur de cent dollars. Si vous attendez de l'aide des autres, alors il vous faut commencer par les aider.

En supposant que vous avez tout mis par écrit, lisez votre déclaration à haute voix, trois fois par jour. Le pouvoir en sera accru si vous pouvez la lire à haute voix dans la tranquillité et l'intimité de votre propre chambre. Lisez-la le matin avant de quitter votre chambre, lisez-la à l'heure du déjeuner et lisez-la une nouvelle fois avant de vous endormir le soir afin que trois fois par jour, au moins, vous ayez lu cette affirmation qui est maintenant devenue semblable à un mantra. Tout en lisant, SENTEZ que l'argent, la voiture ou quelle que soit la chose que vous désiriez est en train de s'acheminer vers vous, soyez-en positif, imaginez que vous avez la chose désirée, qu'elle est en fait à votre portée. Plus fortement vous pourrez y penser, vous pourrez imaginer le tout, plus positive sera la réaction. C'est une perte d'effort que de penser "Eh bien, j'espère seulement que cela fonctionne — j'espère bien que je l'obtiendrai, mais j'ai mes doutes". Cela annulerait immédiatement votre mantra ; vous devez être tout à fait positif et absolument constructif tout le temps et vous ne pouvez vous permettre le moindre doute. Si vous adoptez ces étapes, vous ferez pénétrer la pensée dans votre sub-conscient et le sub-conscient est neuf fois plus intelligent que vous l'êtes ! Si vous arrivez à intéresser votre sub-conscient, alors vous obtiendrez de l'aide, plus d'aide que vous ne l'auriez cru possible. C'est un fait prouvé à maintes reprises que l'argent vient plus facilement une fois qu'on a fait de l'argent. Un millionnaire, par exemple, vous dirait qu'après avoir fait un million, deux, trois ou quatre millions viennent beaucoup plus facilement et avec peu de travail supplémentaire. Plus une personne a de l'argent, plus l'argent est attiré vers elle ; cela fonctionne selon une loi semblable à celle du magnétisme.

Encore une fois laissez-nous vous avertir qu'il y a des choses de plus grande valeur que l'argent. Encore une fois laissez-nous vous rappeler que personne n'a jamais réussi à emporter une seule pièce de monnaie dans l'autre monde et que plus vous possédez d'argent, plus vous en laissez pour les autres ; plus vous luttez pour l'argent, plus vous vous contaminez vous-même et vous rendez la tâche difficile pour aspirer et parvenir aux valeurs spirituelles. Plus vous faites de bien aux autres, plus vous emportez de bien avec vous. La Vie sur Terre est dure et l'une des choses les plus dures de toutes est la falsification des valeurs. De nos jours les gens pensent que l'argent est tout ce qui compte. Tant que nous avons assez pour pouvoir manger, nous vêtir et nous abriter, cela est suffisant. Mais nous ne pouvons jamais avoir trop de spiritualité, nous ne pouvons jamais avoir trop de pureté de pensée, nous ne pouvons jamais trop aider les autres, car en aidant les autres nous nous aidons nous-mêmes.

Nous vous suggérons de lire et relire cette Leçon. C'est peut-être la Leçon la plus importante jusqu'ici. Si vous suivez les instructions vous constaterez que vous pouvez obtenir presque tout ce que vous voulez. Qu'est-ce que VOUS voulez ? Le choix doit être le vôtre car vous POUVEZ obtenir tout ce que vous désirez. Une indication — de l'argent, le succès sur cette Terre ? Et ensuite une éclipse et tout est à recommencer encore une fois. Ou choisirez-vous la spiritualité, la pureté et le service aux autres ? Cela peut vouloir dire la pauvreté ou la quasi-pauvreté sur cette Terre qui, après tout, n'est qu'un grain de poussière flottant dans le vide. Mais après cette courte, courte vie, vient un plus grand monde où la pureté et la spiritualité sont "l'Espèce Sonnante et Trébuchante" et où l'argent, la monnaie de ce monde, la Terre, n'a aucune valeur. Le choix est vôtre !

 

LEÇON VINGT-TROIS

Il est fort regrettable que certains mots aient acquis une implication aussi douteuse. Il y a un certain nombre de mots qui sont de bons mots, des mots descriptifs, dans toutes les langues, mais qui par mauvais usage pendant peut-être des siècles, ont subi un changement complet de signification.

On pourrait parler du mot "maîtresse" comme illustration. Il y a seulement quelques années — à portée de la mémoire de nos grands-parents — le mot "maîtresse" en était un vraiment honorable décrivant une dame qui était respectée comme la maîtresse de la maisonnée, la dame de la maison, une partenaire adéquate pour l'homme de la maison. Par mauvais usage il a maintenant acquis un sens qui est totalement différent de celui qu'il possédait à l'origine.

Nous n'allons pas parler des anciennes maîtresses ni des anciens maîtres, mais cela nous a paru une forme d'exemple approprié parce que nous allons parler dans cette Leçon d'un autre mot dont la signification a été déformée au fil des ans.

Le mot imagination est un mot qui est maintenant en fâcheuse disgrâce. Il y a des années, un homme imaginatif était un homme aux idées sensibles, quelqu'un qui pouvait écrire, quelqu'un qui pouvait composer de la musique ou de la poésie. C'était, en fait, absolument essentiel pour un gentilhomme d'être doué d'imagination. De nos jours, il semble que "l'imagination" indique une pauvre femme frustrée souffrant d'hystérie ou au bord de la détérioration mentale. Les gens écartent des expériences — qu'ils feraient bien mieux d'étudier ! — en s'exclamant "Oh, tout ça c'est de l'imagination ! Ne soit pas si bête !"

Le mot imagination, donc, est un mot qui aujourd'hui a pauvre réputation, mais l'imagination contrôlée est une clef qui peut déverrouiller de nombreuses expériences qui sont à présent enfermées dans le voile de mystère qui enveloppe la plupart des gens quand ils se réfèrent aux questions occultes. Il est bon de se rappeler maintes et maintes fois que dans toute bataille entre l'imagination et la volonté, c'est toujours l'imagination qui l'emporte. Les gens s'enorgueillissent de la force de leur volonté, de leur courage indomptable, du fait que rien ne les effraie. Ils assurent à leurs auditeurs ennuyés qu'avec leur volonté ils peuvent tout faire. Toute la vérité de l'affaire est qu'avec la force de leur volonté ils ne peuvent rien faire à moins que l'imagination ne soit d'accord pour le leur permettre. Ces gens à la force de volonté tant vantée sont en fait ceux qui se sont arrangés d'une façon ou d'une autre (d'habitude par accident) pour laisser l'imagination croire qu'une bonne dose de "volonté" serait nécessaire dans ce cas particulier. Nous le répétons, et toute autorité compétente sera d'accord avec nous, que dans une question d'imagination et de volonté, c'est sans exception l'imagination qui gagne. Il n'y a pas de plus grand pouvoir.

Persistez-vous toujours à croire que vous pouvez par volonté faire des choses quand votre imagination ne le veut pas ? Considérez ceci : posons un problème hypothétique parce que cela semble être la façon moderne de faire les choses !

Nous avons devant nous une rue sans circulation. Il n'y a pas du tout de circulation, il n'y a pas de touristes curieux et ainsi, nous avons la rue entière pour nous-mêmes. Traçons à la peinture un sentier de quelques deux pieds de large — ou trois pieds (approx. 1m), si vous préférez — d'un trottoir à l'autre. Non troublé par la pensée d'éviter la circulation ou non perturbé par les regards graves des spectateurs, vous n'auriez pas la moindre difficulté ni hésitation à descendre d'un trottoir sur votre sentier de deux ou trois pieds de large et traverser la rue posément jusqu'à l'autre trottoir. Cela ne ferait pas augmenter votre rythme respiratoire, ne ferait pas palpiter votre coeur, ce serait une des choses les plus simples que vous ayez jamais eu à faire. Vous êtes d'accord avec nous jusqu'ici ?

Vous pouvez marcher le long de ce sentier peint sans une pensée de peur parce que vous savez que la terre ne va pas s'ouvrir sous vos pas, vous savez que sauf dans le cas d'un tremblement de terre ou d'un édifice s'écroulant sur vous, vous êtes tout à fait en sécurité et si par quelque singulière malchance vous deviez trébucher et tomber, aucun grand mal ne vous serait fait parce que vous ne pouvez tomber que de votre propre hauteur.

Changeons maintenant quelque peu le décor. Disons que nous sommes toujours dans la rue et entrons dans un édifice d'environ vingt étages. Nous prenons l'ascenseur et montons sur le toit merveilleusement plat. Comme nous nous tenons sur le toit et regardons de l'autre côté de la rue, nous nous apercevons que nous sommes tout à fait au niveau d'un autre édifice de vingt étages juste en face de nous. Si nous nous penchons au-dessus du mur pour regarder la rue en bas, nous pouvons justement voir les lignes que nous avons peintes. Maintenant — maintenant, nous aurons une planche de deux ou trois pieds de largeur, autrement dit, une planche exactement de la largeur de nos lignes peintes. Nous allons l'étendre à travers la rue, à vingt étages de hauteur de l'autre côté de la rue et nous allons la fixer si solidement qu'elle ne pourra pas bouger ; nous allons la fixer tellement fermement qu'elle ne pourra pas se balancer ou rebondir ; nous l'examinerons très soigneusement pour nous assurer qu'il n'y ait rien du tout qui puisse vous faire trébucher ou rendre vos pas incertains.

Vous avez la même largeur de sentier que vous avez fait au niveau du sol. Pouvez-vous marcher sur cette planche qui est solidement fixée à vingt étages au-dessus de la rue et atteindre l'autre côté de la rue — atteindre le toit de l'autre édifice ? Si votre imagination dit que vous le pouvez, alors en effet vous le pourrez et sans grand problème. Mais si votre imagination n'est pas aussi complaisante, votre pouls alors s'affolera à cette seule pensée, vous sentirez que vous avez des "papillons dans l'estomac", vous pourriez même vous sentir encore plus mal que cela ! Mais pourquoi ? Vous avez déjà traversé la rue, aussi pourquoi ne pouvez-vous pas traverser sur cette planche parfaitement arrimée ? La réponse est, bien sûr, que votre imagination commence à travailler, votre imagination vous dit qu'il y a ici du danger, que si vous glissez, si vous chancelez, vous allez poser votre pied à côté de la planche et tomberez du haut de vingt étages vers votre destruction. Peu importe à quel point on essaie de vous rassurer, à moins que votre imagination ne puisse être rassurée, aucune somme de volonté ne pourra aider. Si vous essayez d'affirmer la force de votre volonté, vous pourriez faire une crise de nerfs ; vous commencerez à trembler, vous deviendrez pâle et votre respiration se fera en halètements stertoreux.

Nous avons certains mécanismes en nous qui nous protègent du danger, certaines sauvegardes automatiques sont installées dans le mécanisme humain afin qu'un humain ne puisse pas normalement courir de dangers stupides. L'imagination rend la chose presque impossible pour une personne de marcher sur la planche et aucune somme de persuasion ne pourra faire comprendre à une personne que c'est vraiment parfaitement sûr ; vous devez imaginer que vous pouvez le faire. Jusqu'à ce que vous puissiez réellement vous "imaginer" montant sur la planche et marchant fermement et avec assurance d'un bout à l'autre, vous ne pourrez pas le faire.

Si l'on fait appel à sa VOLONTÉ pour faire quelque chose quand l'imagination dit "NON", alors on risque vraiment une dépression nerveuse, car nous allons répéter encore une fois qu'entre toute bataille entre l'imagination et la force de volonté, l'imagination l'emporte toujours. Se forcer à faire quelque chose quand tous les signaux d'alarme retentissent en nous peut détruire nos nerfs, détruire notre santé.

Certaines personnes ont désespérément peur de passer devant un cimetière sur une route déserte à minuit. Si jamais elles doivent passer devant un cimetière la nuit, elles sentent leur cuir chevelu picoter, leurs cheveux se dresser sur la tête, leurs paumes commencer à transpirer et chaque perception est accrue, chaque impression exagérée et elles sont tendues au point de pouvoir faire un bon prodigieux vers la sécurité si jamais elles croyaient voir apparaître un fantôme.

Les gens qui n'aiment pas leur travail et doivent se forcer à le faire, mettront souvent un mécanisme d'évasion en marche. Certains de ces "mécanismes d'évasion" conduisent à des résultats plutôt bizarres, pouvant être des bénédictions déguisées, parce que si les avertissements ne sont pas écoutés des dépressions nerveuses peuvent se produire. Nous allons vous faire le récit d'un cas réel que nous connaissons bien, nous connaissons les circonstances, nous connaissons l'homme et nous en connaissons le résultat. Le voici : —

Cet homme de notre connaissance travaillait beaucoup debout. Il était debout à l'un de ces hauts pupitres à entrer des chiffres dans un grand livre. Son travail était tel qu'il devait se tenir debout, celui-ci ne pouvant pas se faire facilement assis. L'homme était compétent à sa tâche, il avait le don des chiffres, mais il avait une phobie ; il avait vraiment désespérément peur qu'un jour, d'une façon ou d'une autre, il lui arrive de faire une erreur et d'être peut-être accusé de détourner une somme d'argent de ses employeurs. En réalité l'homme était péniblement honnête ; il était un de ces rares individus qui font des efforts d'honnêteté, un de ces individus qui ne prendraient même pas un paquet d'allumettes d'un hôtel ou ne garderait même pas un journal trouvé sur le siège d'un autobus. Mais malgré tout, il avait peur que ses employeurs ne reconnaissent pas son honnêteté et cela le faisait se sentir vraiment très malheureux à son travail.

Pendant un certain nombre d'années il alla au travail en devenant de plus en plus mécontent, de plus en plus préoccupé. Il discuta d'un changement de travail avec sa femme, mais elle n'eut aucune sympathie pour lui et il garda ainsi le même emploi. Mais son imagination se mit également au travail ; premièrement l'homme eut des ulcères à l'estomac. Grâce à une attention particulière et un régime alimentaire ces ulcères furent guéris et il retourna au travail — retourna debout à son pupitre. Un jour il lui vint à l'esprit que s'il n'avait pas la capacité de se tenir debout, alors il n'aurait pas la capacité de garder cet emploi.

Quelques semaines plus tard un ulcère apparut à son pied. Pendant quelques jours il se rendit à son travail en boitant, endurant une forte douleur, mais l'ulcère empira et il dut garder le lit pour un temps. Étant au lit — loin du bureau, son rétablissement fut très rapide et il retourna alors au travail. Son esprit sub-conscient le harcelait toujours. Ce dernier raisonnait, on le suppose, de la façon suivante : "Bien, je me suis sorti de cet horrible emploi en ayant une affection au pied, ils m'ont guéri trop rapidement, aussi ayons une plus grave affection au pied".

Quelques mois après le retour de l'homme, apparemment guéri, il eut un autre ulcère, à la cheville cette fois. Cet ulcère était si terrible qu'il ne pouvait bouger sa cheville. Finalement, il fut transporté à l'hôpital et comme l'ulcère empira il dut subir une opération. Après cela on le renvoya guéri et il retourna à son travail.

La haine de son travail grandissait maintenant en lui. Un autre ulcère apparut bientôt, cette fois entre la cheville et le genou, ulcère qui était si terrible cette fois-ci — résistant à tous les efforts de guérison — qu'on dut lui amputer la jambe au genou. Cette fois, à sa grande joie, l'employeur ne voulut plus le reprendre, disant qu'il n'avait pas besoin d'un estropié chez lui, un estropié qui tombait toujours malade !

Les docteurs à l'hôpital connaissaient bien ce cas et ils prirent des dispositions pour que l'homme fasse un autre travail, un travail pour lequel il avait montré des aptitudes considérables pendant son séjour à l'hôpital. C'était une forme d'enseignement d'artisanat. Il aimait le travail et y avait beaucoup de succès. Maintenant il n'avait plus peur du tout d'aller en prison pour quelque erreur qui lui occasionnerait d'être accusé de détournement ; ainsi sa santé s'améliora et, pour autant que nous le sachions à l'heure actuelle, il continue ce travail et en fait une réussite.

Ceci est un cas plutôt extrême, il est vrai, mais chaque jour nous voyons des hommes d'affaires hyper-tendus qui ont peur de leur travail, qui ont peur de leur employeur, ou peur de "perdre la face", travaillant sous de fortes pressions internes et cherchant alors une échappatoire à travers des ulcères d'estomac, ulcères d'estomac qui en fait sont connus comme la maladie des cadres.

L'imagination peut renverser un empire, l'imagination peut aussi bien bâtir un empire, rappelez-vous. Si vous cultivez votre imagination et la contrôlez, vous pouvez avoir tout ce que vous voulez. Il n'est pas possible de dicter à votre imagination, pas possible de lui dire ce qu'elle doit faire parce que l'Amie Imagination est semblable à l'Amie Mule ; vous pouvez guider une mule, mais vous ne pouvez pas l'obliger et de même vous pouvez guider votre imagination, mais vous ne pouvez pas l'obliger. Cela demande de la pratique, mais cela peut se faire.

Bien, comment allez-vous vous y prendre pour contrôler votre imagination ? Ce n'est qu'une simple question de foi, de pratique. Pensez à une certaine situation qui vous fait peur ou qui vous répugne et puis surmontez-la par la foi, en persuadant votre imagination que VOUS pouvez faire la chose, peu importe que les autres puissent ou ne puissent pas la faire. Persuadez-vous que vous êtes quelqu'un de spécial, si vous voulez, la méthode que vous adoptez importe peu tant que vous arrivez à faire travailler votre imagination pour vous. Revenons à notre illustration originale de traverser la rue ; décidons que nous pouvons facilement traverser la rue sur une planche de deux pieds placée à travers la chaussée. Puis, par la foi, en pensant que nous ne sommes pas comme les autres, nous pouvons persuader notre imagination que nous pouvons traverser la planche même si elle est élevée à vingt étages au-dessus du sol.

Pensez à ceci : Dites-vous que même un singe plus ou moins stupide peut traverser cette planche sans avoir peur du tout. Qui vaut mieux, vous ou un singe sans cervelle ? Si un singe stupide ou une personne qui est presque un idiot peut traverser cette planche, alors sûrement vous, qui valez beaucoup mieux, pouvez également le faire. C'est tout simplement une question de pratique, une question d'avoir la foi. Dans le passé, il y a eu de célèbres équilibristes comme Blondin qui traversa sur une corde de nombreuses fois au-dessus des Chutes du Niagara. Blondin était juste un homme ordinaire qui avait foi en ses capacités, il avait la foi qu'il pouvait traverser là où d'autres hommes ne le pouvaient pas. Il savait que la seule chose dont il fallait avoir peur était la peur, il savait que s'il était convaincu de pouvoir traverser, alors il pourrait traverser que ce soit même en poussant une brouette ou en ayant les yeux bandés.

Nous obtenons tous le même genre d'expérience. Nous escaladons une longue échelle et tant que nous regardons en haut nous n'avons pas peur. Mais aussitôt que nous regardons en bas la pensée nous vient que nous ferions toute une chute si nous tombions de l'échelle et nous écrasions au sol. Notre imagination alors nous dépeint en train de tomber, nous dépeint étalé plusieurs pieds plus bas, notre imagination peut nous détailler en train de nous cramponner si fortement à cette échelle que nous ne pouvons pas nous en libérer. Les réparateurs de clochers et de hautes cheminées ont eu ce genre d'expérience !

Si vous contrôlez votre imagination en développant la foi en vos propres capacités, vous pouvez tout faire. Vous ne pouvez pas réussir en maîtrisant votre imagination par la force ; exercer votre force de volonté ne maîtrisera pas votre imagination, mais vous fera plutôt développer une névrose. Souvenez-vous, encore une fois, qu'en tout temps vous devez guider votre imagination, contrôler votre imagination. Si vous essayez d'obliger votre imagination vous allez échouer. Si vous guidez votre imagination vous pourrez faire toutes ces choses que vous pensiez être impossible pour vous. D'abord et avant tout, croyez qu'il n'existe rien qui soit "impossible".

 

LEÇON VINGT-QUATRE

Les gens peuvent avoir entendu parler de la Loi du Karma. Malheureusement, un grand nombre de ces questions métaphysiques se sont vues donner des noms sanskrits ou brahmanes. De même, les termes médicaux, les termes anatomiques et, en fait, de nombreux termes scientifiques, ont des noms latins, noms latins qui peuvent indiquer un type de fleur, ou un bulbe, ou l'action d'un muscle particulier ou d'une artère. Le but de ceci prend son origine au temps jadis. Il y a de nombreuses années, les docteurs tentèrent de garder leurs connaissances pour eux-mêmes et les docteurs de ce temps-là étaient les seuls à posséder une quelconque éducation valable. Étudier le latin était une "obligation" et ainsi il devint nécessaire pour les docteurs d'utiliser le latin comme un moyen de dissimuler les termes techniques à ceux qui n'étaient pas instruits, c'est-à-dire à ceux qui n'étaient pas docteurs. Cette habitude a persisté jusqu'à nos jours.

Il y a certains avantages, bien entendu, d'avoir tous les termes techniques dans une seule langue parce que peu importe la langue maternelle d'un savant, il peut toujours très bien se débrouiller en discutant des choses en latin avec un savant étranger. Les opérateurs radio à bord d'un navire ou d'un avion ont le même genre d'idée quand ils utilisent le morse ou ce qui est connu comme le code "Q". Souvent vous constaterez que les radioamateurs qui sont en contact avec d'autres amateurs à travers le monde utilisent un code afin de pouvoir communiquer intelligemment, même si normalement ils ne comprennent pas un mot de l'autre langue.

Le sanskrit est une langue qui est connue des occultistes de niveau supérieur dans le monde entier, ce qui fait que si l'on se réfère au "Karma", on a une image particulière de ce que l'on pourrait appeler "la loi de cause et effet". Vous voyez, le karma n'a rien du tout de mystérieux, rien du tout d'effrayant. Dans ce Cours nous voulons mettre la métaphysique sur ce que nous considérons être une base rationnelle ; nous ne voulons pas utiliser de termes abstraits parce que selon nous, rien dans la métaphysique n'est si difficile que cela justifie l'utilisation de termes qui masquent souvent en fait ce qu'une personne veut dire.

Prenons la "Loi du Karma" en dehors de son implication métaphysique, oublions à propos de la métaphysique et considérons plutôt la loi du pays. Voici ce que nous voulons dire : —

Le jeune Johnny vient tout juste de se voir offrir une motocyclette. Il trouve extrêmement électrisant de s'asseoir sur cette puissante machine en laissant vrombir le moteur qui fait ce qui, pour lui, est un bruit merveilleux, mais de s'asseoir sur l'engin n'est pas suffisant. Le jeune Johnny embraye donc et s'éloigne, tranquillement peut-être au début, mais bientôt la joie du mouvement le dominant, il roule de plus en plus vite, oublieux des signes d'avertissement. Soudainement, il y a un retentissant hululement derrière lui et une voiture de police arrive à sa hauteur qui lui fait signe de se ranger en bordure de la route. Le jeune Johnny ralentit sombrement et quitte la route ; plus sombrement encore, il attend avec une appréhension considérable le policier qui vient lui donner une contravention pour vitesse excessive dans une agglomération.

Dans ce simple petit exemple nous voyons qu'il y a certaines lois, dans ce cas-ci, la loi étant que personne ne peut rouler au-dessus d'une certaine vitesse. Le jeune Johnny l'ignora et ainsi le châtiment lui arriva sous la forme d'un policier qui lui donna une contravention qui fera que le jeune Johnny devra payer une amende et se présenter devant les tribunaux comme punition pour avoir enfreint la loi.

Un autre exemple ? Très bien ! Bill James est un type pas mal paresseux, il n'aime pas du tout le travail, mais il a une petite amie qui lui coûte cher. Il ne peut garder l'intérêt de sa petite amie que s'il peut lui procurer les choses qu'elle veut. Peu importe (pense-t-elle) la façon dont Bill James obtient les choses qu'elle veut, pourvu qu'elle les obtienne. Ainsi —

Un soir Bill James sort avec l'intention d'aller voler un certain magasin dans l'espoir d'obtenir assez d'argent pour pouvoir acheter à sa petite amie la chose qu'elle désire, quelle qu'elle soit. Un manteau de vison ? Une montre en platine ornée d'un diamant ? Eh bien, peu importe ce qu'elle veut, Bill James, avec la pleine connaissance et approbation de celle-ci, part pour aller commettre ce cambriolage. Très silencieusement, il se faufile jusqu'à l'édifice et rôde autour, cherchant une façon d'entrer. Bientôt il se décide pour ce qui a l'air d'être une fenêtre invitante. Elle est située à une hauteur qui lui convient et ainsi, avec l'habileté que donne beaucoup de pratique, il glisse un canif par les carreaux et force le loquet à se détacher. Il soulève facilement le châssis, puis s'arrête un moment pour écouter. A-t-il fait du bruit ? Y a-t-il quelqu'un aux alentours ? Finalement satisfait, il se soulève et rampe à travers la fenêtre ouverte. Il n'y a aucun son, aucun craquement. Doucement, en chaussettes, il marche à pas feutré et fait le tour du magasin en prenant les choses qu'il veut : des bijoux dans leurs écrins, une poche pleine de montres et, de la caisse du bureau du gérant, il prend tout un tas de billets. Satisfait de son butin, il retourne à la fenêtre et regarde dehors. Il n'y a personne ; il récupère ses chaussures et se dirige vers une porte en pensant qu'il sera beaucoup plus facile de sortir par la porte que de passer par une fenêtre et risquer ainsi d'endommager certains des articles volés. Silencieusement, il déverrouille et sort. Quelques pas dans l'obscurité de la nuit et soudain une voix dure s'exclame : "Arrêtez ! Vous êtes encerclé !". Bill James est glacé de peur, il sait que les policiers sont armés, il sait que les policiers n'hésiteront pas à tirer. Une lumière perce l'obscurité et l'éclaire en plein visage. Sombrement, il lève les mains au-dessus de sa tête, des formes se matérialisent et il constate qu'il est cerné par les policiers. Rapidement, ils le fouillent à la recherche d'armes et le soulagent de tous les articles de très grande valeur qu'il a volés au magasin. Il est conduit à une voiture de police et est bientôt installé dans une cellule.

Quelques heures plus tard la petite amie de Bill James est réveillée par un policier et une matrone de la police. Elle est terriblement indignée et pas qu'un peu hystérique quand on lui dit qu'elle est arrêtée. Arrêtée ? Oui, bien sûr, car la petite amie de Bill James est complice avant le fait et elle est, en l'incitant à faire ce qu'il savait être mal, aussi coupable que l'est Bill James.

Les lois de la vie sont ainsi. Maintenant, laissez-nous retirer cela du monde physique pour un moment et vous dire que le karma est un acte mental ou physique qui accumule le bien ou le mal. Il y a un vieux proverbe qui dit : "On récolte ce que l'on sème". C'est exactement ce que cela signifie. Si vous semez de mauvaises actions vous récolterez un mauvais avenir soit dans la vie qui suit, ou la prochaine, ou celle d'après. Si dans cette vie vous semez du bien, si vous montrez de la bonté, de la gentillesse et de la compassion à ceux qui sont dans le besoin, alors quand votre propre tour viendra d'être dans le malheur, quelqu'un — quelque part — vous prodiguera de la bonté, de la considération et de la compassion.

Ne vous méprenez pas au sujet de ceci : si une personne subit des épreuves maintenant, ce n'est peut-être pas parce que cette personne est méchante ; cela peut être pour voir comment la personne réagit dans les épreuves, dans la souffrance, cela peut être un procédé de raffinage pour la débarrasser par la souffrance de certaines impuretés, d'un peu de l'égoïsme de l'humanité. Chacun, qu'il soit prince ou mendiant, voyage le long de ce que nous appelons la Roue de la Vie, le cycle de l'existence sans fin. Un homme peut être un roi dans une vie, mais dans la suivante il peut être un mendiant se déplaçant à pied de ville en ville, essayant peut-être d'obtenir du travail et échouant, ou peut-être simplement dérivant comme une feuille soufflée par le vent.

Il y a des gens qui sont exempts des lois du karma, aussi il est inutile que vous disiez : "Oh, cette personne a eu une vie épouvantable ; elle a dû terriblement pécher dans une vie antérieure !". Les plus hautes entités (que nous appelons "Avatars") descendent sur Terre afin que certaines tâches puissent être accomplies. Les Hindous, par exemple, croient que le Dieu Vishna descend sur Terre à divers moments afin d'apporter encore une fois à l'humanité les vérités de la religion que les humains sont si enclins à oublier. Cet Avatar, ou Être Avancé, viendra souvent pour vivre, peut-être, comme un exemple de pauvreté, mais aussi pour montrer ce qui peut être fait à l'égard de la compassion, à l'égard de ce qui semble être une immunité à la souffrance. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité que cette "immunité à la souffrance", car l'Avatar, étant d'une substance plus raffinée, souffre d'autant plus intensément.

L'Avatar ne naît pas parce qu'il doit être, il ne naît pas parce qu'il doit rembourser son karma. Il vient plutôt sur Terre comme une âme incarnée, sa naissance résulte d'un libre choix, ou bien sous certaines conditions il peut même ne pas avoir à naître, il peut prendre la relève du corps d'un autre. Nous ne voulons pas marcher sur les "plates-bandes" de qui que ce soit en matière de croyances religieuses, mais si on lit la Bible chrétienne attentivement, on comprendra que Jésus, l'homme, est né de Joseph et Marie, mais qu'avec le temps, quand Jésus était un homme adulte, Jésus erra dans le Désert et l'Esprit de Christ — l'Esprit de Dieu — descendit et remplit le corps de Jésus. Autrement dit, ce fut un cas où une autre âme vint et prit possession du corps consentant de Jésus, le fils de Joseph et Marie.

Nous mentionnons ceci, toutefois, parce que nous n'aimons pas penser que certaines personnes sont blamées pour leurs malheurs et leur pauvreté quand, en fait, ils viennent pour aider autrui en montrant ce qui peut être accompli par le malheur et la pauvreté.

Tout ce que nous faisons a pour résultat une certaine action. La pensée est vraiment une force très réelle. Comme vous pensez, ainsi vous êtes. Donc, si vous pensez à des choses pures vous devenez pur, si vous pensez à la luxure vous devenez alors lascif et contaminé et vous devez revenir sur Terre maintes fois jusqu'à ce que "le désir" flétrisse en vous sous les assauts de la pureté et des bonnes pensées.

Nul n'est jamais détruit, nul n'est jamais si mauvais qu'il soit condamné à un châtiment éternel. Le "Châtiment Éternel" était un moyen inauguré par les prêtres de jadis qui voulaient maintenir la discipline sur leurs ouailles plutôt indisciplinées. Le Christ n'a jamais enseigné la souffrance éternelle, la damnation éternelle. Le Christ enseigna que si une personne se repentait et essayait, alors elle serait "sauvée" de sa propre folie et se verrait donner une chance et une autre chance encore.

Le karma, donc, est le processus par lequel nous contractons des dettes et nous payons ces dettes. Si vous allez dans un magasin et commandez certaines marchandises, vous contractez alors certaines dettes qui doivent être payées en espèce sonnante et trébuchante. Jusqu'à ce que vous ayez payé pour ces marchandises vous êtes débiteur et si vous ne payez pas pour ces articles vous pouvez, dans certains pays, être arrêté et mis en faillite. Tout doit être remboursé par l'homme ordinaire, la femme et l'enfant sur Terre ; seul l'Avatar est à l'abri des lois du karma. Ainsi ceux qui ne sont pas des Avatars feraient mieux d'essayer de mener une bonne vie afin de pouvoir écourter leur séjour sur cette Terre, car il y a beaucoup mieux sur d'autres planètes et sur d'autres plans d'existence.

Nous devrions pardonner à ceux qui nous ont offensés et nous devrions chercher le pardon de ceux que nous avons offensés. Nous devrions toujours nous souvenir que le plus sûr moyen d'avoir un bon karma est de faire aux autres ce que nous voudrions que les autres fassent pour nous.

Le karma est une affaire à laquelle peu d'entre nous peuvent échapper. Nous contractons une dette, nous devons la rembourser, nous faisons du bien aux autres, ils doivent nous payer en retour et nous faire du bien. Il vaut beaucoup mieux recevoir du bien, aussi démontrons du bien, de la compassion et de la gentillesse envers toutes les créatures, peu importe leur espèce, en nous souvenant qu'aux yeux de Dieu tous les hommes sont égaux et qu'aux yeux du Grand Dieu, toutes les créatures sont égales, qu'elles soient chats, chevaux — tout ce que vous nommerez !

Dieu, comme on le déclare, accomplit Ses merveilles de façon mystérieuse. Il ne nous appartient pas de mettre en doute les voies de Dieu, mais il nous revient de résoudre les problèmes qui nous sont attribués, car ce n'est qu'en résolvant nos problèmes et en leur trouvant une solution satisfaisante que nous pouvons rembourser le karma. Certaines personnes ont un parent malade avec qui elles doivent vivre, certaines personnes ont ce parent malade vivant avec elles et elles pensent : "Ah, que c'est pénible ! Pourquoi ne peut-il pas mourir et en finir avec sa misère ?". La réponse est, bien sûr, que tous les deux s'acquittent en travaillant sur une durée de vie planifiée, s'acquittent en travaillant sur une forme d'existence prévue. La personne qui s'occupe du malade peut avoir planifié de venir précisément à cette fin.

Nous devrions à tout moment faire preuve de grand soin, de grande prévenance, de grande compréhension envers ceux qui sont malades ou affligés ou accablés, car il se peut que notre tâche soit de manifester un tel soin et une telle compréhension. Il est trop facile d'écarter d'un geste impatient une personne ennuyeuse, mais ceux qui sont malades sont le plus souvent extrêmement sensibles, ils sentent leur infirmité, ils sentent très vivement qu'ils dérangent, qu'ils sont de trop. Nous vous rappellerons de nouveau que dans l'état actuel des choses sur Terre, toute personne réellement occulte, toute personne qui peut se livrer aux arts occultes majeurs, a une quelconque déficience physique. Donc, en repoussant, en rabrouant rudement un appel à l'aide d'une personne malade, vous pouvez rabrouer une personne qui est beaucoup, beaucoup plus douée que vous ne pouvez imaginer.

Nous n'avons aucun intérêt dans le football ou dans l'un de ces sports violents, mais nous tenons à vous poser cette question. Avez-vous jamais entendu parler d'un sportif robuste, vigoureux, ou d'une sportive, qui était clairvoyant ou qui pouvait même épeler le mot ? Le processus d'un certain handicap physique est souvent un processus de raffinage d'un corps humain brut afin qu'il puisse recevoir les vibrations d'une plus haute fréquence que ne le peut l'humain moyen. Ainsi — ne manquez pas de montrer de la considération envers ceux qui sont malades. Ne soyez pas impatient avec une personne malade, car cette personne malade a de nombreux problèmes que vous ne connaissez pas. Il y a également un côté égoïste à l'affaire ! La personne malade peut être de loin plus évoluée que vous qui êtes en santé et en aidant la personne malade vous pouvez vraiment vous aider vous-même immensément.

 

LEÇON VINGT-CINQ

Avez-vous déjà été privé tout à coup, de façon dévastatrice, choquante, d'un être tendrement aimé ? Avez-vous déjà senti que le soleil s'était retiré derrière les nuages pour ne plus jamais, jamais briller de nouveau pour vous ? La perte d'un être qui nous est cher est vraiment tragique, tragique pour vous et tragique pour celui qui a "pris les devants", si vous continuez à créer d'inutiles entraves —

Nous allons parler de sujets qui sont généralement considérés comme tristes, comme lugubres, dans cette Leçon. Mais si nous voyons les choses comme il se doit, nous devrions comprendre que la mort n'est pas vraiment un temps pour le deuil, pas vraiment un temps pour l'affliction.

Voyons tout d'abord ce qui arrive quand nous apprenons qu'un être cher est passé au stade de ce que les gens sur Terre appellent "la mort". Nous sommes à faire nos choses normalement, peut-être sans contrariétés ni problèmes particuliers. Puis, soudainement, comme un coup de tonnerre, nous apprenons que cette personne bien-aimée n'est plus parmi nous. Immédiatement, nous sentons notre pouls s'emballer, nous sentons que les conduits lacrymaux de nos yeux sont prêts à verser les larmes qui délivrent de la tension interne. Nous constatons que nous ne voyons plus les couleurs éclatantes, rosées, réjouissantes ; à la place tout paraît sombre, tout paraît triste, comme si soudainement un beau jour d'été ensoleillé avait été remplacé par un jour de plein hiver avec son ciel de plomb.

Encore une fois, nous en venons à nos vieux amis les électrons, parce que quand nous sommes soudainement accablés de tristesse, de douleur, le voltage engendré dans notre cerveau s'altère, il peut même changer la direction de sa circulation, ce qui fait que si nous voyions le monde "à travers des lunettes teintées de rose" avant, après la réception de la mauvaise nouvelle nous voyons le monde à travers des lunettes qui rendent tout sombre, tout déprimant. Ce n'est là qu'une fonction physiologique naturelle sur le plan terrestre, mais sur le plan astral nous sommes déprimés aussi à cause de l'horrible entrave que notre véhicule physique nous inflige quand nous essayons d'aller à la rencontre de celui qui s'est récemment élevé à ce qui est, après tout, la Grande Vie, la vie plus heureuse.

Il est triste en effet de voir un ami cher partir pour un pays lointain, mais sur Terre nous nous consolons en pensant que nous pouvons toujours écrire une lettre, envoyer un télégramme, ou même utiliser le téléphone. Ce que l'on appelle "la mort", d'autre part, ne semble laisser aucune place à la communication. Est-ce que VOUS pensez que les "morts" sont hors de notre portée ? Vous pourriez être grandement et joyeusement surpris ! Nous vous dirons qu'il y a plusieurs savants dans des centres scientifiques réputés du monde qui sont vraiment à travailler sur un instrument qui sera capable de communiquer avec ceux dont nous devons nous référer en tant que "esprits désincarnés". Ce n'est pas une chimère, ce n'est pas une idée fantastique, c'est une nouvelle qui a été ébruitée depuis un grand nombre d'années et selon les plus récents rapports scientifiques, il y a enfin un espoir que de tels développements puissent bientôt devenir connus du public, devenir propriété publique. Mais avant de pouvoir entrer en contact avec ceux qui sont passés hors de notre atteinte immédiate, nous pouvons faire beaucoup pour les aider.

Quand une personne meurt les fonctions physiologiques, c'est-à-dire le travail-même du corps physique, ralentissent et finissent par s'arrêter. Nous avons vu dans les étapes préliminaires de ce Cours qu'un cerveau humain peut vivre pendant quelques minutes seulement quand il est privé d'oxygène. Le cerveau humain, alors, est l'une des premières parties du corps à "mourir". Évidemment, quand le cerveau est mort, la mort est absolument inévitable. Nous avons une raison particulière de présenter ceci qui paraît être une affaire qui traîne en longueur.

Après la mort du cerveau, les autres organes privés des commandes et des directives du cerveau cessent leur activité, c'est-à-dire qu'ils deviennent comme une automobile qui a été désertée par son conducteur. Le conducteur a coupé le contact et quitté le véhicule. Le moteur peut donner quelques coups sur son propre élan et puis l'automobile refroidit peu à peu. En refroidissant on obtiendra de petits déclics, claquements et grincements du métal qui se contracte. Il en est de même avec le corps humain — au fur et à mesure qu'un organe en suit un autre dans le stade que nous appelons dissolution, il y a divers craquements, grincements et spasmes des muscles. Durant une période d'environ trois jours le corps astral désengage complètement et de façon permanente sa prise du corps physique. La Corde d'Argent, dont nous pouvons dire qu'elle enracine le corps astral dans le physique, se flétrit graduellement de façon semblable au cordon ombilical du bébé qui se flétrit une fois coupé, quand le bébé est séparé de sa mère. Pendant trois jours le corps astral est maintenu en contact plus ou moins étroit avec le physique en décomposition.

Une personne qui meurt a une expérience qui ressemble à ceci : la personne est au lit, entourée probablement de parents ou d'amis affligés. Se produit alors un frémissant halètement dans la gorge et le dernier râle de la mort, puis le dernier souffle rauque est exhalé entre les dents. Le coeur s'emballe un moment, ralentit, palpite et s'arrête — définitivement.

Il y a une variété de tremblements du corps et peu à peu le corps devient plus froid, mais au moment de la mort elle-même un clairvoyant peut voir une forme indistincte émerger du véhicule physique et flotter en s'élevant comme une brume argentée, flotter en s'élevant directement au-dessus du corps mort. Sur une période de trois jours la corde d'argent reliant les deux s'obscurcit et devient finalement noire là où elle pénètre dans le corps. Puis on a l'impression d'une poussière noire qui s'envole de cette partie de la corde qui est toujours rattachée au corps. Finalement la corde se détache et la forme astrale est libre de s'élever convenablement et d'être introduite à la vie au-dessus de l'astral. D'abord, toutefois, elle doit regarder en bas et voir ce corps mort qu'elle habitait. Souvent la forme astrale accompagnera le corbillard au cimetière et assistera à la cérémonie des funérailles. Il n'y a aucune douleur, aucune détresse, aucune inquiétude causée par ceci parce que l'astral, dans le cas d'une personne non préparée à la connaissance que donne ce Cours, est dans un état de semi-choc. Elle suit le corps dans le cercueil de la même façon qu'un cerf-volant suivra un petit garçon à l'autre bout d'une corde, ou de la même façon qu'un ballon suivra la remorque qui l'empêche de s'échapper. Bientôt, toutefois, cette corde d'argent — qui n'est plus argentée — se détache et alors le corps astral est libre de monter, monter et de se préparer à sa seconde mort. Cette seconde mort est complètement et absolument indolore.

Avant la seconde mort une personne doit se rendre à la Salle des Souvenirs et voir tout ce qui s'est passé dans sa vie. Vous n'êtes jugé par personne d'autre que vous-même et il n'y a pas de plus grand juge, pas de juge plus sévère que vous-même. Quand vous vous voyez dépouillé de toutes les vanités insignifiantes, de toutes les valeurs fausses qui vous étaient chères sur la Terre, vous pouvez constater qu'en dépit de tout l'argent que vous avez laissé derrière vous, en dépit de toutes les positions que vous avez occupées, les nominations, vous n'êtes pas si grand que cela, après tout. Très, très souvent le plus humble, le plus modeste et le plus pauvre d'argent obtiendra le jugement le plus satisfaisant et le plus élevé.

Après vous être vu dans la Salle des Souvenirs, vous passez alors dans cette partie de "l'Autre Monde" qui selon vous vous convient le mieux. Vous n'allez pas en Enfer, croyez-nous quand nous disons que l'Enfer est sur Terre — notre école de formation !

Vous savez probablement que les gens de l'Orient, les grands mystiques, les grands maîtres, ne laissent jamais leur vrai nom être connu parce qu'il y a beaucoup de puissance dans les noms et si tout un chacun pouvait appeler quelqu'un dans les vibrations correctes de son nom, cette personne serait tirée irrésistiblement en arrière pour regarder sur Terre. Dans certaines parties de l'Orient et dans certaines parties de l'Occident aussi, Dieu est connu comme "Celui dont le nom ne doit pas être prononcé". C'est parce que si tout le monde se mettait à appeler Dieu, le leader de ce monde serait tout le temps harcelé.

Plusieurs maîtres adoptent un nom qui n'est pas le leur, un nom qui diffère nettement de la prononciation de leur vrai nom, car les noms, souvenez-vous, consistent en vibrations, en accords et harmoniques et si on est appelé par sa propre combinaison harmonique de vibrations, on est alors grandement dérangé du travail qu'on peut être en train de faire à ce moment-là.

S'affliger outre mesure pour ceux qui sont "passés de l'autre côté" leur cause de la souffrance, les fait se sentir tirés de force vers la Terre. Ils sont comme un homme qui s'est fait jeter à l'eau et qui se sent entraîné au fond par ses vêtements imbibés et ses lourdes bottes.

Considérons de nouveau cette affaire de vibrations, car la vibration est l'essence de la vie sur cette Terre et, en fait, sur tous les mondes. Nous connaissons tous une très simple illustration du pouvoir des vibrations : des soldats qui marchent au pas briseront ce pas pour traverser un grand pont et marcheront sans cadence. Le pont peut être capable de résister à la plus lourde circulation mécanisée, il peut être capable de porter une succession entière de chars d'assauts qui s'y ébranlent, ou il peut supporter toute une charge de locomotives et il ne déviera pas plus que sa capacité désignée pour cette charge. Pourtant, qu'une colonne d'hommes marche en cadence en traversant ce pont et cela provoquera une force qui fera balancer et rebondir le pont, et le fera s'effondrer finalement.

Une autre illustration que nous pourrions donner concernant la vibration est celle du violoniste : avec son violon celui-ci peut, en jouant une seule note pendant plusieurs secondes, faire s'accumuler les vibrations dans un verre à vin qui feront voler en éclat le verre avec une étonnante force d'explosion.

Les soldats sont à une extrémité de notre illustration sur les vibrations, et à l'autre extrémité ? Prenons Om. Si on peut dire les mots "Om Mani Padmi Um" d'une certaine façon et continuer à les dire pendant quelques minutes, on peut créer une vibration d'une force tout à fait fantastique. Aussi — souvenez-vous que les noms sont des choses puissantes et que ceux qui sont disparus ne devraient pas être indûment appelés, ni ne devraient non plus être appelés dans la douleur ou l'affliction, car pourquoi notre douleur serait-elle autorisée à les pénaliser et à les faire souffrir ? N'ont-ils pas déjà assez soufferts ?

Nous pouvons nous demander pourquoi nous venons sur cette Terre et subissons la mort, mais la réponse est que la mort nous raffine, la souffrance nous raffine à la condition qu'il n'y ait pas trop de souffrance et de nouveau nous devons vous rappeler que dans presque chaque cas (il y a certaines exceptions particulières !) aucun homme ou femme n'est jamais appelé à supporter une plus grande souffrance ou douleur que ne le demande son besoin particulier de raffinage à ce moment-là. Vous comprendrez ceci en pensant à une femme qui peut s'évanouir de douleur. L'évanouissement est simplement une soupape de sécurité afin qu'elle ne soit pas accablée par la douleur, de sorte que rien ne se produise pour la blesser.

Souvent une personne qui a souffert un grand chagrin sera engourdie par la douleur. Ici encore, l'engourdissement est une grâce tant pour celui qui reste que pour celui qui est disparu. L'engourdissement peut permettre à la personne qui est en deuil d'être consciente de la perte et de subir ainsi le processus de raffinage, mais tout en étant consciente de la perte, elle n'est pas insupportablement tourmentée.

La personne qui est passée de l'autre côté est protégée par l'engourdissement de celle endeuillée, parce que si l'engourdissement n'était pas présent, peut-être que la personne en deuil par ses gémissements et ses lamentations en pleine possession de ses facultés, causerait un grand stress, une grande entrave sur la personne qui est récemment disparue.

Avec le temps il se peut que nous puissions tous communiquer avec ceux qui nous ont quittés, de la même façon que nous pouvons maintenant utiliser un téléphone pour entrer en contact avec ceux qui sont dans une ville éloignée du monde.

En étudiant ce Cours consciencieusement, en ayant foi en vous-même et dans les Grands Pouvoirs de cette vie et de l'autre vie, vous aussi devriez pouvoir entrer en contact avec ceux qui sont passés de l'autre côté. Il est possible de le faire par télépathie, il est possible de le faire par clairvoyance et par ce qu'on appelle "l'écriture automatique". Dans cette dernière, toutefois, on doit se garder de notre propre imagination faussée, on doit contrôler son imagination afin que le message écrit apparemment inconsciemment n'émane pas de notre conscient ni de notre sub-conscient, mais vienne plutôt directement des disparus qui peuvent nous voir même si la plupart d'entre nous ne pouvons pas, pour le moment, les voir.

Réjouissez-vous, ayez la foi, car en croyant vous pouvez accomplir des miracles. N'est-il pas écrit que la foi peut déplacer des montagnes ? Elle le peut certainement !

 

LEÇON VINGT-SIX

Nous allons maintenant mettre par écrit ce que nous appelons "Les Règles de la Bonne Vie". Celles-ci sont des règles absolument fondamentales, des règles qui sont définitivement "indispensables". Vous devrez leur ajouter vos propres règles. Nous allons tout d'abord les mettre par écrit, puis nous reviendrons les examiner plus soigneusement afin de pouvoir peut-être avoir un certain aperçu des raisons qui sont derrière elles. Les voici donc :

 

l.   Faites ce que vous voudriez qu'il vous soit fait.

2.  Ne jugez pas les autres.

3.  Soyez ponctuel dans tout ce que vous faites.

4.  Ne discutez pas de religion et ne vous moquez pas des croyances des autres.

5.  Tenez-vous-en à votre propre religion et faites preuve d'une parfaite tolérance envers ceux qui sont d'une religion différente.

6.  Abstenez-vous de vous mêler de "magie".

7.  Abstenez-vous des boissons enivrantes et des drogues.

 

Jetterons-nous un coup d'oeil à ces règles un peu plus en détail ?

Nous avons dit : "Faites ce que vous voudriez qu'il vous soit fait". Eh bien, c'est logique, parce que si vous êtes en possession de vos facultés normales, vous ne vous poignarderez pas dans le dos, vous ne vous escroquerez pas, ni non plus ne vous surfacturerez. Si vous êtes une personne normale vous aimez prendre soin de vous-même de votre mieux. Vous vivrez selon "la Règle d'Or" si vous prenez soin de votre voisin comme vous le feriez de vous-même. Autrement dit, faites ce que vous voudriez qu'il vous soit fait. Cela aide, cela marche. Cette affaire de tendre l'autre joue réussit avec des gens normaux. Si une personne ne peut pas accepter votre pureté de pensée et d'intention, alors après avoir souffert en silence deux ou, tout au plus, trois fois, vous serez bien avisé de vous éloigner de la présence de cette personne. Dans la vie au-delà de cette vie nous ne pouvons pas rencontrer ceux qui nous sont hostiles, ceux avec qui nous ne sommes pas en harmonie. Malheureusement, il nous faut rencontrer certaines personnes assez horribles sur Terre, mais nous n'avons pas à le faire par choix mais seulement par nécessité absolue. Aussi — faites ce que vous voudriez qu'il vous soit fait et votre caractère sera très utile à quelqu'un et sera comme une lumière qui brille pour tous les hommes et toutes les femmes. Vous serez connu comme quelqu'un qui fait du bien, comme quelqu'un qui tient ses promesses, ce qui fait que si vous êtes victime d'une escroquerie, l'escroc ne recevra jamais la moindre sympathie. En rapport avec ceci, il est bon de se rappeler que pas même les plus grands escrocs ne peuvent emporter un seul sou hors de cette vie !

Nous disons aussi : "Ne jugez pas les autres". Vous pouvez vous retrouver dans une position semblable à celle de la personne que vous avez jugée et condamnée. Vous connaissez les circonstances relatives à vos propres affaires, mais personne d'autre ne les connaît, pas même la personne qui vous est la plus proche et la plus chère ne peut partager les pensées de votre âme. Personne, sur cette Terre du moins, ne peut être complètement en harmonie avec une autre personne. Vous êtes peut-être marié, vous êtes peut-être très heureux avec votre partenaire, mais malgré tout, même dans les mariages les plus heureux, parfois un partenaire fera quelque chose qui est complètement déconcertant pour l'autre. Souvent il n'est même pas possible d'expliquer nos propres motivations.

"Laissez l'innocent parmi vous être le premier à jeter la pierre". "Les gens dans des maisons de verre ne devraient pas lancer de pierres". Ceux-ci sont d'excellents enseignements parce que personne n'est complètement innocent. Si quelqu'un était complètement pur, complètement innocent, il ne pourrait pas rester sur cette méchante vieille Terre qui est la nôtre ; ainsi, en disant que seuls les innocents peuvent lancer des pierres, cela signifie qu'il n'y a personne pour en lancer.

Nous sommes tous, bien franchement, dans un grand état de confusion ici sur Terre. Les gens viennent ici pour apprendre des choses, s'ils n'avaient rien à apprendre ils ne viendraient pas ici, ils iraient dans un bien meilleur endroit. Nous faisons tous des erreurs, beaucoup d'entre nous sommes blâmés pour des choses que nous n'avons pas faites, beaucoup d'entre nous n'obtenons pas de crédit pour le bien que nous avons fait. Mais quelle importance ? Plus tard, quand nous quitterons cette Terre, quand nous quitterons notre école de formation, nous découvrirons que les normes sont vraiment très différents, que les normes ne seront pas en livres sterling, ni en dollars, ni en pesos ou en roupies ; les normes ? Nous serons alors évalués à notre vraie valeur. Aussi — ne jugez pas les autres.

Notre troisième règle — "Soyez ponctuel dans tout ce que vous faites" peut vous paraître surprenante, mais c'est une règle logique. Les gens prennent des dispositions pour faire des choses, les gens ont leurs plans et il y a un temps et un lieu pour toute chose. En étant peu ponctuel nous pouvons déranger les plans et les idées de l'autre personne, en étant tardif nous pouvons provoquer le ressentiment de la personne qui a dû attendre si longtemps et si nous provoquons ressentiment et frustration, cette personne peut prendre des dispositions différentes de celles qui avaient été originellement planifiées. Cela signifie qu'en étant peu ponctuel nous avons amené une personne à suivre une ligne de conduite qui n'était pas prévue à l'origine et cela est notre responsabilité.

La ponctualité peut être une habitude tout aussi bien que peut l'être le manque de ponctualité, mais la ponctualité est ordonnée, c'est la discipline du corps, de l'esprit et de l'âme aussi. La ponctualité témoigne du respect de soi-même, car cela signifie que l'on est en mesure de tenir sa parole et cela démontre le respect des autres puisque dans ce cas, nous sommes ponctuels parce que nous respectons les autres. La ponctualité, donc, est une vertu qui vaut vraiment la peine d'être cultivée. C'est une vertu qui augmente notre propre niveau mental et spirituel.

Maintenant à propos de la religion ; il est vraiment mal de se moquer de la religion d'une autre personne. Vous croyez CECI, une autre personne croit CELA. Est-ce important comment vous appelez Dieu ? Dieu est Dieu quel que soit le nom qu'on LUI donne. Pouvez-vous argumenter sur les deux faces d'une pièce de monnaie ? Malheureusement, tout au long de l'histoire de l'humanité, il y a eu beaucoup trop de mauvaises pensées au sujet de la religion — au sujet de la religion qui ne devrait susciter que de bonnes pensées.

Nous répétons dans une certaine mesure cette règle sur la religion dans la Règle numéro 5, parce que nous disons que nous devrions nous en tenir à notre propre religion. Il est rarement judicieux d'en changer. Sur Terre nous sommes au milieu du courant, le courant de la vie et il n'est pas sage de changer de cheval au milieu du courant !

La plupart d'entre nous sommes venus sur cette Terre avec un certain plan à l'esprit. Pour la plupart d'entre nous cela comporte la croyance dans une certaine religion ou une certaine forme ou branche de religion et à moins qu'il n'y ait la plus forte de toutes les fortes raisons, il est imprudent de changer de religion.

On assimile sa religion comme on assimile sa langue quand on est jeune. Tout juste comme il est toujours plus difficile d'apprendre une langue quand on grandit, il est tout autant plus difficile d'être capable d'absorber les nuances d'une religion différente.

Il est mal aussi d'essayer d'influencer une autre personne pour la faire changer de religion. Ce qui peut être approprié pour vous peut ne pas convenir à l'autre personne. Rappelez-vous la Règle 2 et ne jugez pas les autres. Vous ne pouvez pas juger quelle religion convient à une autre personne à moins de pouvoir entrer dans sa peau, entrer dans son esprit et pénétrer à l'intérieur de son âme aussi. N'ayant pas la capacité de le faire, on peut considérer que c'est vraiment imprudent d'interférer, d'affaiblir ou de se moquer des croyances religieuses d'un autre. De même que nous devrions faire ce que nous voudrions qu'il nous soit fait, nous devons donner pleine tolérance, pleine liberté à une autre personne de croire et de prier comme elle le juge bon. Nous serions indignés d'une intervention nous-mêmes, aussi rendons-nous compte que l'autre personne peut également en être contrariée.

La Règle numéro 6 — "Abstenez-vous de vous mêler de magie". C'est parce que de nombreuses formes de "magie" sont néfastes. Il y a beaucoup, beaucoup de choses dans l'occultisme qui peuvent nuire énormément à une personne si elle étudie sans supervision.

Un astronome ne regarderait jamais le soleil à travers un très puissant télescope sans prendre des précautions adéquates, sans avoir, en fait, des filtres solaires appropriés devant la lentille. Même le plus mauvais astronome sait que contempler le soleil à travers un très puissant télescope aboutirait à la cécité. Pareillement, jouer avec l'occulte sans formation convenable, sans supervision adéquate, peut mener à une dépression nerveuse, peut mener à une foule de symptômes extrêmement désagréables.

Nous sommes catégoriquement opposés à la pratique de faire des exercices Yogiques Orientaux et d'essayer de torturer un pauvre corps Occidental dans certaines de ces postures. Ces exercices sont conçus pour le corps Oriental qui a été entraîné dans ces postures depuis les tous premiers jours et cela peut faire énormément de mal à quelqu'un de se contorsionner dans un enchevêtrement de muscles endoloris juste parce que l'exercice a un nom yogique. Étudions l'occultisme, bien sûr, mais étudions-le raisonnablement et avec supervision.

Nous ne conseillons à personne de "communiquer avec les morts" ou de s'adonner à d'autres pratiques remarquables de ce genre. Cela peut se faire, bien sûr, et cela se fait tous les jours, mais c'est quelque chose qui peut être grandement douloureux et préjudiciable aux deux parties, à moins que ce ne soit fait sous la supervision compétente d'une personne qualifiée.

Certaines personnes étudient le journal quotidien pour voir ce que dit leur horoscope du jour ! De nombreuses personnes, malheureusement, prennent ces prédictions tout à fait au sérieux et règlent leur vie sur elles. Un horoscope est une chose inutile et dangereuse à moins qu'il ne soit préparé selon les informations natales exactes par un astrologue compétent et le coût des services d'un tel astrologue serait vraiment élevé en raison même des connaissances considérables exigées et la longue, longue période de temps que les calculs prendraient. Cela ne suffit pas de prendre le signe du Soleil ou le signe de la Lune, la couleur de cheveux d'une personne ou le fait que ses orteils soient tournés vers le haut ou non ; on peut le faire avec exactitude seulement si l'on a la formation et les données. Ainsi, à moins que vous ne connaissiez un astrologue qui ait cette formation, la patience et le temps disponible, et à moins que vous n'ayez une provision suffisante d'argent avec laquelle payer tout ce temps et cette connaissance, nous vous suggérons de ne pas vous mêler d'astrologie. Cela peut vous faire du mal. Étudiez plutôt ce qui est pur et innocent tel que, nous nous permettons de dire en toute modestie, ce Cours qui n'est, après tout, qu'un exposé de lois naturelles, lois qui se rapportent même à la respiration et à la marche.

Notre dernière règle était "Abstenez-vous des boissons enivrantes et des drogues." Eh bien, nous devrions en avoir assez dit tout au long de ce Cours pour vous faire réaliser les dangers d'entraîner le corps astral bon gré mal gré hors du corps physique et — pour ainsi dire — en l'assommant.

Les boissons enivrantes nuisent à l'âme, elles faussent les impressions transmises à travers la Corde d'Argent, elles portent atteinte au mécanisme du cerveau lequel, nous devons nous rappeler, est en fait une station réceptrice et émettrice concernée par la manipulation du corps sur Terre et la réception des connaissances dans le monde au-delà.

Les drogues sont encore pires, car il est encore plus facile d'en contracter l'habitude. Si l'on se met à prendre des drogues, alors on abandonne en effet tout ce à quoi on aspire dans cette vie et en cédant aux fausses cajoleries des boissons enivrantes et des drogues on peut paver la voie d'une vie après l'autre sur Terre, jusqu'à ce qu'on ait complètement épuisé le karma que cette stupide, stupide habitude nous a fait créer.

Toute vie doit être ordonnée, toute vie doit avoir de la discipline. Une croyance religieuse, si l'on adhère à ses convictions, est une forme utile de discipline spirituelle. Nous voyons aujourd'hui des gangs d'adolescents dans toutes les villes du monde. Durant la Deuxième Guerre mondiale les liens de la famille se sont affaiblis ; peut-être que le père s'en alla à la guerre et que la mère commença à travailler dans une usine, avec le résultat que les jeunes enfants impressionnables jouèrent dans les rues sans surveillance d'adultes et ces jeunes enfants influençables se regroupèrent en bandes, ils créèrent leur propre forme de disciple, la discipline du banditisme. Nous croyons que jusqu'à ce que la discipline de l'amour des parents et la disciple religieuse puissent prendre la relève, la criminalité chez les adolescents va continuer et s'amplifier. Si nous avons une discipline mentale nous pouvons être en mesure de donner une sorte d'exemple à ceux qui n'en ont pas, car, rappelez-vous, la discipline est essentielle. C'est la discipline qui distingue une armée hautement formée d'une racaille désorganisée.

 

LEÇON VINGT-SEPT

Nous allons amener notre vieil ami, le sub-conscient, au premier plan parce que la relation entre l'esprit conscient et l'esprit sub-conscient offre une explication à la raison pour laquelle l'hypnotisme fonctionne.

Nous sommes en fait deux personnes en une. L'une d'entre elles est une petite personne un neuvième la taille de l'autre, une petite personne active qui aime intervenir, qui aime être à la tête, qui aime contrôler. L'autre personne, le sub-conscient, est comparable à un aimable géant sans puissance de raisonnement, car tandis que l'esprit conscient a la raison et la logique mais n'a pas de mémoire, l'esprit sub-conscient ne peut pas utiliser la raison et n'a pas de logique, mais est le siège de la mémoire. Tout ce qui est déjà arrivé à une personne, même les choses qui se sont produites avant sa naissance, sont conservées dans le sub-conscient et sous certaines formes appropriées d'hypnose, ces souvenirs peuvent être libérés pour être étudiés par d'autres.

On pourrait dire — pour illustrer notre propos — que le corps dans son ensemble représente une très grande bibliothèque. À l'entrée, ou à la réception, nous avons une bibliothécaire. Sa vertu principale est que, bien qu'elle puisse ne pas en savoir beaucoup sur différents sujets, elle saura immédiatement quels livres contiennent les informations désirées. Elle est experte à consulter les cartes classées et à dénicher le livre au contenu désiré. Les gens sont comme cela. L'esprit conscient a la capacité de raisonner (de raisonner souvent incorrectement, aussi !) et il est en mesure d'exercer une forme de logique, mais il n'a pas de mémoire. Quand il est entraîné, sa vertu est de pouvoir réveiller le sub-conscient afin que ce dernier fournisse l'information emmagasinée dans les cellules de mémoire. Entre l'esprit sub-conscient et l'esprit conscient il y a ce qu'on pourrait appeler un écran qui bloque efficacement toutes les informations à l'esprit conscient. Cela signifie que l'esprit conscient ne peut pas tout simplement fouiller le sub-conscient n'importe quand. Cela, bien sûr, est absolument nécessaire parce que l'un finirait par contaminer l'autre. Nous avons déclaré que le sub-conscient a la mémoire mais n'est pas doué de raison. Il est clair que si la mémoire pouvait être combinée avec la raison, certaines facettes d'information seraient alors déformées parce que le sub-conscient, avec le pouvoir de raisonnement, pourrait dire en effet : "Oh, c'est ridicule ! Ce n'est pas possible ! J'ai dû mal interpréter les faits ; apportons des changements à nos banques de mémoire." C'est ainsi que le sub-conscient est sans raison et que le conscient est sans mémoire.

Nous avons deux règles à retenir : —

1. L'esprit sub-conscient est sans raison ; il ne peut donc agir sur la suggestion que comme elle lui est donnée. Il ne peut que retenir dans la mémoire toute déclaration vraie ou fausse qui lui est donnée ; il n'est pas en mesure d'évaluer si cette information est vraie ou fausse.

2. L'esprit conscient ne peut se concentrer que sur une seule idée à la fois. Vous reconnaîtrez aisément que nous recevons tout le temps des impressions, nous formons des opinions, nous voyons des choses, entendons des choses, touchons des choses et si l'esprit sub-conscient n'était pas protégé, tout y serait versé et nous aurions notre mémoire encombrée d'informations tout à fait inutiles, d'informations fréquemment incorrectes. Entre les esprits sub-conscient et conscient il y a un écran qui peut bloquer ces questions qui doivent être examinées par le conscient avant qu'elles ne puissent être passées au sub-conscient pour être classées. L'esprit conscient, donc, limité à considérer une pensée à la fois, sélectionne la pensée qui semble être la plus importante, l'examine, l'accepte ou la rejette à la lumière de la raison ou de la logique.

Vous pouvez protester qu'il n'en est pas ainsi parce que personnellement, vous pouvez penser à deux ou trois choses à la fois. Mais ce n'est pas le cas ; la pensée est vraiment très rapide et c'est un fait établi qu'elle change même plus vite qu'un éclair et bien que vous puissiez consciemment penser que vous avez deux ou trois pensées à la fois, une minutieuse enquête faite par les savants prouve qu'une pensée seulement à la fois peut occuper l'attention.

Nous devons préciser que, comme nous l'avons déjà déclaré, les banques de mémoire de l'esprit sub-conscient contiennent une connaissance de tout ce qui est déjà arrivé à ce corps particulier. Ce seuil du conscient, ou écran, ne fait pas obstacle à l'entrée de l'information ; tout se déverse dans la mémoire sub-consciente, mais l'information qui doit être scrutée par le cerveau logique raisonnant est retenue jusqu'à ce qu'elle ait été évaluée.

Voyons donc comment fonctionne l'hypnotisme.

L'esprit sub-conscient n'a pas de pouvoir de discrimination, pas de pouvoir de raisonnement, pas de pouvoir de logique, aussi si nous pouvons forcer une suggestion à travers l'écran qui existe normalement entre le conscient et le sub-conscient, nous pouvons amener le sub-conscient à se conduire comme nous le voulons ! Si nous concentrons l'attention consciente sur une seule pensée, nous augmentons alors la suggestibilité. Si nous communiquons à une personne la pensée qu'elle sera hypnotisée et qu'elle y croit, alors elle sera hypnotisée parce que cet écran sera abaissé à ce moment-là. Plusieurs personnes se vantent qu'elles ne peuvent pas être hypnotisées, mais elles s'en vantent avec trop de volubilité. En niant leur sensibilité à l'hypnose elles ne font que l'intensifier parce que, encore une fois, dans toute bataille entre l'imagination et la volonté, l'imagination gagne toujours. Les gens feront des efforts de volonté pour ne pas être hypnotisés. C'est alors comme si l'imagination se soulevait d'indignation en disant : "Tu VAS bel et bien être hypnotisé !" Et le sujet "succombe" avant même de savoir ce qui lui arrive.

Bien sûr, vous savez comment on se fait hypnotiser. Cela ne nous fera pas de mal, toutefois, de revoir les faits de nouveau. La première chose à faire est d'avoir une méthode pour attirer l'attention d'une personne afin que l'esprit conscient, qui ne peut avoir qu'une seule pensée à la fois, soit tenu captif et alors les suggestions peuvent s'insinuer dans le sub-conscient.

Habituellement l'hypnotiseur a un bouton brillant ou un morceau de verre ou tout autre gadget et il demande à son sujet de concentrer consciemment son attention sur cet objet scintillant et de concentrer son attention résolument sur cet objet. Tout l'objectif de ceci, nous le répétons, est d'engager ainsi l'esprit conscient afin qu'il ne puisse pas s'apercevoir qu'il se passe certaines choses derrière son dos !

L'hypnotiseur tiendra un objet légèrement au-dessus de la hauteur de l'oeil parce qu'en regardant à ce niveau les yeux d'une personne sont mis dans une position anormale d'effort. Elle tend les muscles des yeux et des paupières aussi et les muscles des paupières sont définitivement les muscles les plus faibles du corps humain et se fatiguent plus rapidement que ne le fait tout autre muscle.

Quelques secondes et les yeux fatiguent, ils commencent à larmoyer. C'est chose toute simple alors pour l'hypnotiseur de déclarer que les yeux sont fatigués et que la personne veut dormir. Évidemment qu'elle veut fermer les yeux puisque l'hypnotiseur a justement pris soin d'en fatiguer les muscles ! La monotonie mortelle de se faire répéter que les yeux sont fatigués ennuie le sujet et abat la garde — la vigilance — du sujet. Bien franchement il est totalement ennuyé avec toute cette affaire et serait bien heureux de dormir pour avoir quelque chose d'autre à faire !

Quand ceci a été fait à quelques reprises la suggestibilité du sujet a augmenté, c'est-à-dire qu'il a formé l'habitude de se laisser influencer par l'hypnotisme. Ainsi, quand une personne — l'hypnotiseur — dit que les yeux du sujet se fatiguent, le sujet accepte cela sans la moindre hésitation parce que les expériences précédentes lui ont prouvé que vraiment les yeux se fatiguaient dans ces conditions. De cette façon, le sujet place de plus en plus de foi dans les déclarations de l'hypnotiseur.

L'esprit sub-conscient est tout à fait dépourvu d'esprit critique, il n'est pas en mesure de distinguer ; donc si l'esprit conscient peut accepter la proposition que les yeux se fatiguent quand l'hypnotiseur le dit, alors le sub-conscient acceptera lui aussi qu'il ne devra y avoir aucune douleur quand l'hypnotiseur le dira. Dans ce cas, un hypnotiseur qui connaît son métier peut voir à ce qu'une femme ait un accouchement complètement indolore ou à ce qu'un patient ait une extraction dentaire sans aucune douleur ni même aucune gêne. C'est quelque chose de vraiment très simple et qui ne demande qu'un peu de pratique.

Toute l'affaire, donc, tient dans le fait qu'une personne qui va être hypnotisée a accepté les déclarations de l'hypnotiseur. Autrement dit, le sujet s'est fait dire que ses yeux se fatiguaient. Sa propre expérience lui prouva que ses yeux se fatiguaient. Il s'est fait dire par l'hypnotiseur qu'il se sentirait beaucoup mieux s'il fermait les yeux et quand il les ferma, il se sentit vraiment tout à fait à l'aise.

Un hypnotiseur doit toujours s'assurer que ses déclarations sont parfaitement crues par la personne hypnotisée. Il est inutile de dire à une personne qu'elle est debout quand de toute évidence elle est couchée. La plupart des hypnotiseurs diront une certaine chose au sujet seulement après que la chose ait été prouvée. Par exemple : —

L'hypnotiseur peut dire au sujet d'étendre un bras de toute sa longueur. Il répétera cela d'une voix monotone pendant un moment et puis, quand il voit que le bras du sujet se fatigue, il dira : "Votre bras se fatigue, votre bras devient lourd, votre bras se fatigue." Le sujet peut facilement accepter cette remarque parce que c'est l'évidence-même qu'il se fatigue, mais dans son léger état de transe, il n'est pas en mesure de dire à l'hypnotiseur : "Espèce d'idiot ! Bien sûr qu'il se fatigue à être tenu ainsi en l'air !" Au lieu de cela, il croit simplement que l'hypnotiseur a un certain pouvoir, une certaine capacité qui lui fait faire tout ce qui lui est ordonné.

Les docteurs et les chirurgiens auront de plus en plus recours aux méthodes hypnotiques dans les jours à venir parce qu'il n'y a aucune répercussion avec l'hypnotisme, rien de douloureux, rien du tout d'inquiétant. L'hypnotisme est naturel et presque tout le monde est sensible aux ordres hypnotiques. Plus une personne affirme qu'elle ne peut pas être hypnotisée, plus il est facile d'hypnotiser cette personne.

Nous ne sommes pas intéressés à hypnotiser d'autres personnes, toutefois, parce qu'à moins d'être entre des mains hautement qualifiées, cela peut être quelque chose de très dangereux et maléfique. Nous sommes intéressés à vous aider à vous hypnotiser vous-même parce que si vous vous hypnotisez, vous pourrez vous débarrasser de mauvaises habitudes, vous pourrez vous guérir de vos faiblesses, vous pourrez augmenter votre température par temps froid et faire beaucoup d'autres choses utiles comme cela.

Nous n'allons pas vous enseigner comment hypnotiser les autres parce que nous considérons cela dangereux à moins que l'on n'ait des années d'expérience. Il y a certains facteurs au sujet de l'hypnotisme que nous allons mentionner, toutefois, et dans la Leçon suivante nous allons nous occuper de l'hypnotisme de soi ou auto-hypnose.

On dit en Occident que personne ne peut être hypnotisé instantanément. C'est inexact. N'importe qui peut être hypnotisé instantanément par quelqu'un qui a été formé selon certaines méthodes Orientales. Heureusement, peu d'Occidentaux ont été ainsi formés.

On déclare également que personne ne peut être hypnotisé et contraint de faire une chose en opposition avec son propre code moral. Ici encore, c'est faux, c'est absolument faux.

On ne peut pas aller trouver un homme droit, intègre, l'hypnotiser et lui dire : "Vous allez maintenant aller braquer une banque ! ". Le sujet ne le ferait pas, il se réveillerait plutôt. Mais un hypnotiseur habile peut présenter ses ordres et ses paroles d'une façon que le sujet hypnotisé croit qu'il participe à une pièce de théâtre ou à un jeu.

Il est possible, par exemple, pour un hypnotiseur de faire faire de très mauvaises choses à une autre personne. Tout ce qu'il a à faire est de persuader le sujet, par des paroles et des suggestions soigneusement choisies, qu'il est en compagnie d'un être aimé, un être en qui il a confiance ou encore qu'il joue. Nous ne nous proposons pas de traiter plus avant sur cet aspect particulier, parce que l'hypnotisme est vraiment une chose terriblement dangereuse entre des mains sans scrupule et des mains inexpérimentées. Nous suggérons que vous n'ayez absolument rien à voir avec l'hypnotisme à moins que ce ne soit pour un traitement sous les soins d'un médecin réputé, hautement expérimenté, hautement qualifié.

Avec l'auto-hypnose, ou hypnotisme de soi, si vous suivez nos instructions vous ne pouvez vous faire de mal et vous ne pouvez faire de mal à quelqu'un d'autre. Au contraire, vous pouvez vous faire beaucoup de bien et peut-être à d'autres personnes aussi.

 

LEÇON VINGT-HUIT

Dans la dernière Leçon et, en fait, tout au long de ce Cours, nous avons vu comment nous sommes réellement deux personnes en une seule, l'une étant le sub-conscient et l'autre étant le conscient. Il est possible de les faire travailler l'une pour l'autre plutôt que d'être comme deux entités séparées presque entièrement indépendantes et distinctes. L'entité sub-consciente est dépositaire de toute la connaissance, on pourrait dire la gardienne des archives, la bibliothécaire en chef. L'entité sub-consciente peut être comparée à une personne qui ne sort jamais, ne fait jamais rien d'autre que d'emmagasiner les connaissances et d'opérer les choses en donnant des ordres aux autres.

L'esprit conscient, d'autre part, peut être assimilé à une personne sans mémoire, ou de très peu de mémoire et de très peu de formation. La personne est active, nerveuse, sautant d'une chose à l'autre et n'utilisant le sub-conscient que comme moyen d'obtenir des informations. Malheureusement, ou autrement, le sub-conscient normalement n'est pas si accessible à tous les types de connaissances. La plupart des gens, par exemple, ne peuvent pas se souvenir du moment de leur naissance et pourtant tout cela est emmagasiné dans leur sub-conscient. Il est même possible par des moyens appropriés de ramener une personne hypnotisée à l'époque d'avant sa naissance et malgré que ce soit une expérience des plus intéressantes, ce n'en est pas une sur laquelle nous avons l'intention de nous attarder ici.

Nous vous dirons, comme fait intéressant, qu'il est possible d'hypnotiser une personne durant une série d'entrevues et de ramener cette personne à travers les années successives de sa vie afin de revenir au temps de sa naissance et au temps d'avant sa naissance. Nous pouvons même ramener une personne au temps où elle planifiait de redescendre sur la Terre !

Mais notre but dans cette Leçon est de voir comment nous pouvons nous hypnotiser nous-mêmes. Tout le monde sait qu'une personne peut être hypnotisée par une autre, mais dans ce cas-ci nous voulons nous hypnotiser nous-mêmes, car beaucoup de gens ont une nette aversion à se placer à ce qui est tout à fait littéralement la merci d'une autre personne parce que, bien qu'en théorie une personne pure, aux sentiments nobles, ne puisse faire de mal à la personne hypnotisée, nous pouvons affirmer que sauf dans des circonstances exceptionnelles, un certain transfert se produit.

Une personne qui a été hypnotisée par une autre personne est toujours plus sensible aux ordres hypnotiques de cette personne. Pour cette raison, personnellement nous ne recommandons pas l'hypnose. Nous sentons qu'avant qu'elle puisse être perfectionnée pour un usage médical il devrait y avoir des garanties supplémentaires ; par exemple — aucun médecin, seul, ne devrait être autorisé à hypnotiser une personne ; il devrait toujours y avoir deux praticiens présents. Nous aimerions aussi voir une loi selon laquelle une personne qui en hypnotise une autre devrait être elle-même hypnotisée et une contrainte implantée en elle afin qu'elle ne puisse rien faire qui pourrait nuire à la personne qu'elle va hypnotiser. Et nous aimerions que le médecin subisse lui-même l'hypnose environ tous les trois ans afin d'avoir cette garantie pour le patient renouvelée, faute de quoi le patient est vraiment à la merci du médecin. Malgré que nous conviendrons que la grande, grande majorité des médecins est entièrement honorable et entièrement morale, il arrive quand même que l'on tombe sur le mouton noir occasionnel qui, dans ce travail, est vraiment très, très noir.

Venons-en maintenant à cette affaire de s'hypnotiser soi-même. Si vous étudiez cette Leçon correctement, vous aurez vraiment une clef qui vous permettra de débloquer des pouvoirs et des capacités insoupçonnés en vous. Si vous n'étudiez pas ceci correctement, ce ne sera alors qu'un babillage de paroles sans signification et vous aurez perdu votre temps.

Nous vous suggérons d'aller dans votre chambre à coucher et de tirer les rideaux pour exclure la lumière, mais au-dessus de vos yeux, fixez une très petite lumière du type lampe veilleuse. Éteignez toutes les lumières sauf celle-là ; cette lumière doit être arrangée de façon à ce que vos yeux regardent légèrement vers le haut — légèrement plus haut qu'un regard droit devant soi.

Éteignez toutes les lumières sauf cette petite lampe à lueur au néon et étendez-vous aussi confortablement que possible sur votre lit. Pendant quelques instants ne faites rien d'autre que de respirer aussi régulièrement que possible et laissez vos pensées vagabonder. Puis, après une ou deux minutes de ce vagabondage de pensées désoeuvrées, prenez-vous en main et décidez bien fermement que vous allez vous détendre. Dites-vous que vous allez détendre chaque muscle de votre corps. Pensez à vos orteils, attardez-vous sur vos orteils ; il est plus commode de s'arrêter d'abord sur les orteils du pied droit. Imaginez que l'ensemble de votre corps est une grande ville, imaginez que vous avez de petites personnes qui occupent chaque cellule de votre corps. Ce sont ces petites personnes qui actionnent vos muscles et vos tendons et qui voient aux besoins des cellules, qui vous font frémir de vie. Mais maintenant vous voulez vous détendre, vous ne voulez pas de toutes ces petites personnes qui s'affairent, vous distrayant avec un tiraillement ici ou un tiraillement là. Concentrez-vous d'abord sur vos orteils du pied droit ; dites aux petites personnes des orteils du pied droit de commencer à partir ; faites-les quitter vos orteils et marcher dans votre pied, sur la cambrure du pied, le long de votre cheville. Faites-les remonter dans le mollet de votre jambe jusque dans le genou.

Derrière elles les orteils de votre pied droit seront mous, sans vie, complètement détendus parce qu'il n'y a plus personne ni plus rien à cet endroit pour provoquer une sensation, toutes ces petites personnes s'éloignant en file, montant vers votre jambe. Votre mollet droit est maintenant tout à fait détendu, sans aucune sensation ; votre jambe droite, en fait, est très lourde, sans vie, engourdie, sans sensation et donc tout à fait détendue. Faites avancer le petit peuple tout en haut jusqu'à votre oeil droit et assurez-vous que les policiers de service à cet endroit mettent des barrières en travers du chemin pour que personne ne puisse retourner. Votre jambe droite, ainsi, des orteils à la cuisse est complètement, absolument détendue. Attendez un moment, assurez-vous qu'il en est ainsi, puis passez à la jambe gauche. Imaginez, si vous voulez, le coup de sifflet d'une usine et toutes les petites personnes se dépêchant de quitter le travail, laissant leurs machines et rentrant chez elles pour leurs loisirs. Imaginez qu'un bon repas cuisiné les attend. Faites-les se hâter de sortir des orteils de votre pied gauche, faites-les se hâter le long de la cambrure de votre pied, de votre cheville, le long de votre mollet jusqu'à dans votre genou. Derrière elles vos orteils, votre pied gauche et la partie inférieure de votre jambe seront complètement détendus, lourds, comme s'ils ne vous appartenaient plus désormais.

Faites-les avancer, passer votre genou, passer votre cuisse. Maintenant, comme pour la jambe droite, faites installer des barrières imaginaires par vos policiers afin que personne ne puisse rebrousser chemin.

Votre jambe gauche est-elle complètement détendue ? Assurez-vous-en. Si elle n'est pas complètement détendue, ordonnez de nouveau aux petites personnes de s'en aller afin que vos deux jambes soient comme une usine vide dont tout le monde est rentré à la maison, sans même les employés chargés de l'entretien qui peuvent déranger ou faire du bruit. Vos jambes sont détendues. Faites maintenant de même avec votre main droite et le bras et avec votre main gauche et le bras. Renvoyez tous les ouvriers, faites-les avancer, faites-les avancer comme un troupeau de moutons avance à la hâte quand un vrai bon chien de berger les poursuit. Votre but est de chasser tous ces petits êtres de vos doigts, de la paume de votre main, de votre poignet, montant dans votre avant-bras, passant le coude — faites-les avancer, faites-les évacuer ; vous voulez vous détendre parce que si vous pouvez vous détendre et demeurer libre de toute distraction, demeurer libre de tout bourdonnement, cliquetis ou grincement internes, vous pourrez débloquer votre sub-conscient et être ainsi possesseur de pouvoirs et de connaissances qui ne sont pas normalement donnés à l'Homme. Vous devez jouer votre rôle, vous devez faire sortir tout ce petit peuple de vos membres, les pousser en avant, les faire s'éloigner de votre corps.

Maintenant que vos bras et vos jambes sont complètement, parfaitement, détendus et délaissés comme une cité vide quand tout le monde est parti à un match local, faites de même avec votre corps : vos hanches, votre dos, votre estomac, votre poitrine — tout. Ces petites personnes vous dérangent. Certes, elles sont nécessaires pour maintenir en vous la vie, mais en cette occasion vous voulez leur faire prendre un congé loin de vous. Bien, débarrassez-vous-en, faites-les marcher le long de la Corde d'Argent, faites-les sortir de votre corps, libérez-vous de leur emprise irritante ; alors vous serez complètement et parfaitement détendu et vous connaîtrez un plus grand bien-être que vous ne l'auriez jamais cru possible.

Avec tout ce petit peuple entassé dans votre Corde d'Argent et votre corps vidé — drainé de ces petites personnes — assurez-vous que vous avez des gardiens au bout de la Corde d'Argent afin qu'aucun de ces petits êtres ne puissent rebrousser chemin et déranger.

Inspirez profondément en vous assurant que ce soit une inspiration lente, profonde, satisfaisante. Retenez-la pendant quelques secondes, puis expirez lentement en prenant quelques secondes de plus à le faire. Il ne doit y avoir aucun effort dans cela, ce doit être facile, ce doit être confortable et naturel.

Recommencez. Prenez une profonde inspiration, une inspiration profonde, lente, satisfaisante. Retenez-la pendant quelques secondes et vous entendrez votre coeur faire "boum, boum, boum" dans vos oreilles. Expirez alors lentement, lentement, lentement. Dites-vous que votre corps est complètement détendu, que vous vous sentez agréablement mou et à l'aise. Dites-vous que chacun de vos muscles est maintenant détendu, les muscles de votre cou sont relâchés, il n'y a aucune tension en vous, il n'y a que bien-être, confort et décontraction en vous.

Votre tête devient lourde. Les muscles de votre visage ne vous gênent plus, il n'y a plus aucune tension, vous être détendu et confortable.

Contemplez oisivement vos orteils, vos genoux et vos hanches. Dites-vous à quel point il est agréable de se sentir aussi détendu, de sentir qu'il n'y a aucune tension, qu'il n'y a rien qui tire ou qui se contracte en vous. Allez plus haut, sentez qu'il n'y a aucune tension nulle part dans votre corps, aucune tension dans vos bras, dans votre poitrine ni dans votre tête. Vous vous reposez calmement, parfaitement à l'aise, et tout, chaque partie, chaque muscle et chaque nerf, chaque tissu dans votre corps est complètement et totalement détendu.

Vous devez être certain d'être complètement et totalement détendu avant de faire quoi que ce soit en matière d'auto-hypnose, parce que ce n'est que la première ou la deuxième fois qui peuvent vous causer une ombre de difficulté. Après avoir fait ceci une ou deux fois, cela vous paraîtra si naturel, si facile, que vous vous demanderez pourquoi vous ne l'avez jamais fait auparavant. Prenez un soin particulier en cette première ou seconde fois, allez-y lentement, il n'y a aucune raison de vous presser ; vous avez vécu toute votre vie sans cela jusqu'ici, alors quelques heures de plus n'importeront pas. Ne vous en faites pas, ne vous tendez pas, n'essayez pas trop fort, car si vous essayez trop durement vous ouvrirez la porte au doute, aux hésitations et à la fatigue musculaire.

Si vous vous apercevez qu'une certaine partie de votre corps n'est pas détendue, consacrez-y une attention spéciale. Imaginez que vous avez des ouvriers particulièrement consciencieux dans cette partie du corps et qu'ils veulent finir un travail spécifique avant de pouvoir quitter à la fin de la journée. Eh bien, renvoyez-les ; aucun travail n'est plus important que celui sur lequel vous êtes engagé en ce moment. Il est essentiel que vous vous détendiez pour votre propre bien et pour le bien de vos "ouvriers".

Maintenant, si vous êtes tout à fait sûr que toutes les parties de votre corps sont détendues, levez les yeux pour pouvoir voir cette petite veilleuse au néon scintillant quelque part juste au-dessus de votre tête. Levez les yeux pour qu'il y ait un léger effort sur les yeux et sur les paupières quand vous contemplez la lumière. Maintenant, continuez à regarder cette veilleuse, cette jolie, agréable petite lueur rougeâtre ; elle devrait vous donner l'envie de dormir. Dites-vous que vous voulez que vos paupières se ferment quand vous aurez compté jusqu'à dix et puis comptez — "Un — Deux — Trois — Mes yeux se fatiguent — Quatre — Oui, je commence à avoir sommeil — Cinq — Je peux à peine garder les yeux ouverts — " et ainsi de suite jusqu'au compte de neuf ; "Neuf — Mes yeux se ferment tout à fait — Dix — Mes yeux ne peuvent plus rester ouverts, ils sont fermés."

Le but de ceci est d'instaurer un réflexe conditionné défini pour que dans vos futures sessions d'auto-hypnose vous n'ayez aucune difficulté, vous n'ayez pas à perdre de temps avec toute cette relaxation, pour que tout ce que vous ayez à faire soit de compter et alors vous vous endormirez dans l'état hypnotique et c'est là le but que vous devez maintenant chercher à atteindre.

Maintenant, certaines personnes peuvent avoir quelques doutes et leurs yeux ne se fermeront pas la première fois au compte de dix. Il n'y a pas lieu de s'en inquiéter parce que, si vos yeux ne se ferment pas volontairement, vous les fermez délibérément comme si vous étiez en fait dans un état hypnotique. Si vous faites cela délibérément vous jetterez les bases pour ce réflexe conditionné et c'est une chose qui est tout à fait essentielle.

De nouveau, vous direz quelque chose comme ceci — les véritables paroles n'ont pas d'importance ; ceci n'est que pour vous donner une idée à partir de laquelle vous pourrez composer votre propre formule : —

"Quand j'aurai compté jusqu'à dix mes paupières vont devenir très, très lourdes et mes yeux vont devenir fatigués. Il faudra que je ferme les yeux et rien ne les gardera ouverts après que j'aurai compté jusqu'à dix. Au moment où je laisserai mes yeux se fermer, je vais tomber dans un état de complète auto-hypnose. Je serai pleinement conscient et j'entendrai et saurai tout ce qui se passe et je serai en mesure d'ordonner à mon sub-conscient comme je le veux."

Puis vous comptez comme nous vous l'avons dit tout d'abord "Un — Deux — Mes paupières s'alourdissent, mes yeux se fatiguent — Trois — J'ai de la difficulté à garder mes yeux ouverts — Neuf — Je ne peux plus garder mes yeux ouverts — Dix — Mes yeux sont fermés et je suis dans un état auto-hypnotique."

Nous pensons qu'il vaut mieux terminer ici cette Leçon parce que c'est une Leçon tellement importante. Nous voulons la terminer ici pour que vous puissiez avoir amplement de temps pour pratiquer. Si nous donnions plus d'explications dans cette Leçon vous pourriez être enclin à en lire trop en une seule fois et à en assimiler ainsi trop peu. Alors — étudierez-vous ceci maintes et maintes fois ? Nous vous assurons encore et encore que si vous étudiez, si vous assimilez et pratiquez ceci, vous obtiendrez des résultats véritablement merveilleux.

 

LEÇON VINGT-NEUF

Dans notre dernière Leçon nous avons traité de la méthode pour se mettre soi-même en état de transe. Il nous faut maintenant pratiquer cela plusieurs fois. Nous pouvons nous rendre la tâche beaucoup plus facile si nous pratiquons vraiment et pouvons ainsi nous mettre facilement en état de transe sans avoir à en faire un dur labeur, parce que le but principal de ceci est de nous épargner un travail ardu.

Voyons également la raison de ceci : vous voulez vous hypnotiser afin de pouvoir éliminer certains défauts, afin de pouvoir renforcer certaines vertus, certaines aptitudes. Maintenant, quels sont ces défauts ? Quelles sont ces aptitudes ? Vous devez être en mesure de concentrer clairement votre attention sur les défauts et les vertus. Vous devez être capable de réellement évoquer une image de vous-même tel que vous voulez être. Manquez-vous de volonté ? Alors, imaginez-vous exactement comme vous voulez être, avec une forte volonté et une personnalité dominante, capable de faire valoir votre point de vue, capable d'influencer hommes et femmes de la façon dont vous voulez les influencer.

Continuez de penser à ce "nouveau vous". Gardez continuellement devant vous l'image de ce "vous" de la même façon qu'un acteur — une star — vit réellement le rôle qu'il va jouer. Vous devez utiliser vos pleins pouvoirs de visualisation ; plus vous vous visualiserez fermement tel que vous voulez être, plus rapidement pourrez-vous alors atteindre votre objectif.

Continuez de pratiquer, de vous mettre en transe, mais assurez-vous toujours que vous pratiquez dans une pièce calme et sombre.

Il n'y a aucun danger dans tout ceci. Nous insistons sur le fait de "vous assurer de ne pas être interrompu" parce que toute interruption ou tout courant d'air froid, par exemple, vous réveillera, vous fera sortir de cette transe en hâte. Il n'y a pas de danger, nous le répétons ; il ne vous est définitivement pas possible de vous hypnotiser et de ne pas pouvoir sortir de la transe. Pour vous rassurer prenons un cas typique.

Le sujet a eu beaucoup de pratique. Il va dans sa chambre obscure, allume la petite lampe-néon juste au-dessus du niveau de ses sourcils et s'installe confortablement sur son lit ou son sofa. Pendant un moment il travaille à la détente de son corps, se libérant du stress et des tensions.

Bientôt une merveilleuse sensation l'enveloppe comme si tout le poids du corps, tous les soucis du corps tombaient et qu'il était sur le point d'entrer dans une nouvelle vie. Il se détend de plus en plus, cherchant tranquillement à voir en esprit s'il y a encore un muscle sous tension, voir s'il y a encore un quelconque tiraillement, une quelconque douleur, une quelconque tension quelque part. Satisfait d'être complètement détendu, il regarde fixement la petite lumière-néon ; ses yeux ne sont pas dirigés droit devant lui, mais sont inclinés quelque peu vers le haut, vers les sourcils.

Bientôt ses paupières commencent à s'alourdir, elles battent un peu puis se ferment, mais seulement pour une seconde ou deux. Elles s'ouvrent encore, les yeux larmoient. Les paupières battent et tremblent, elles se ferment de nouveau. Encore une fois elles s'ouvrent, avec difficulté cette fois car les yeux sont fatigués, les paupières sont lourdes et la personne est presque dans une transe profonde. Dans la seconde qui suit les paupières se ferment et cette fois, elles restent hermétiquement fermées. Le corps se détend davantage encore, la respiration devient superficielle, le sujet est en état de transe.

Laissons-le maintenant pour un instant. Ce qu'il fait dans sa transe ne nous concerne pas parce que nous pouvons entrer en transe nous-mêmes et avoir nos propres expériences. Laissons-le dans son état de transe jusqu'à ce qu'il ait terminé ce qu'il est venu y faire.

Il se livre à une expérience, semble-t-il, pour voir jusqu'à quel point il peut s'hypnotiser profondément, pour voir à quel point il peut fermement rester endormi. Il a délibérément essayé de mettre de côté une des dispositions de la nature parce qu'il s'est dit qu'il n'allait pas se réveiller !

Les minutes — dix minutes, vingt minutes ? — passent. La respiration change et le sujet n'est plus en transe, mais profondément endormi. Après une demi-heure ou environ, il se réveille en se sentant merveilleusement rafraîchi, plus frais en fait qu'après une nuit complète de sommeil.

Vous ne pouvez pas manquer de vous réveiller d'une transe ; la nature ne le permettra pas. Le sub-conscient est comme un géant plutôt borné — un géant à l'intellect borné — et pour un moment vous pouvez le persuader de tout ce que vous voulez, mais après un certain temps il vient à l'esprit de ce géant borné qu'on le "met en boîte". Il sort alors de l'état hypnotique.

Nous répétons encore que vous ne pouvez pas vous endormir d'une façon qui pourrait vous faire du mal ou même vous indisposer. Vous êtes totalement en sécurité parce que vous vous serez hypnotisé vous-même et ne serez pas à la merci des suggestions d'une autre personne.

Nous avons dit auparavant qu'un courant d'air froid réveillerait une personne ; il en est ainsi. Peu importe la profondeur de la transe, s'il y a un changement de température, ou quoi que ce soit qui pourrait de quelque façon que ce soit nuire au corps, la transe passe. C'est ainsi que si vous êtes en transe et que quelqu'un dans la maison ouvre une porte ou une fenêtre et qu'un courant d'air vous parvienne, peut-être sous la porte ou par le trou de la serrure, vous serez réveillé sans risque, sans douleur et vous aurez alors l'ennui d'avoir à tout recommencer. C'est pourquoi vous devriez éviter les courants d'air et les dérangements.

À tout moment vous devrez mettre l'accent sur les vertus que vous voulez acquérir. Vous devrez accentuer que vous vous débarrassez des choses que vous n'admirez pas et pendant quelques jours, tout en vaquant à vos occupations, vous devrez activement visualiser les aptitudes que vous désirez. Vous vous répéterez encore et encore pendant la journée qu'à tel et tel moment — de préférence la nuit — vous allez vous hypnotiser et que chaque fois que vous entrerez en transe, les vertus désirées apparaîtront plus fortement en vous. En entrant en transe, répétez dans votre esprit ce que vous désirez.

Voici une illustration toute simple, peut-être même un peu ridicule ; disons qu'un homme se voûte, peut-être parce qu'il est trop paresseux pour se tenir droit. Faisons-lui répéter : "Je vais me tenir droit — Je vais me tenir droit — Je vais me tenir droit." L'idée est, de nouveau, que vous devez répéter ceci rapidement encore et encore sans arrêt à mi-chemin, parce que si vous vous permettez un arrêt, l'Ami Sub-Conscient pourra intervenir et dire : "Oh, espèce de menteur, tu es voûté comme tout !" Si vous vous répétez sans faire d'arrêt, l'Ami Sub-Conscient n'a aucune chance, il est submergé par le poids des mots et croit bientôt que vous vous tenez droit. Si vraiment il y croit, vos muscles vont se tendre et vous vous tiendrez droit exactement comme vous le voulez.

Fumez-vous trop ? Buvez-vous trop ? Pris avec excès, c'est mauvais pour la santé, vous savez ! Pourquoi ne pas utiliser l'hypnotisme pour vous en guérir, pour sauver votre portefeuille de son constant délabrement causé par ce qui, après tout, sont des habitudes plutôt enfantines. Vous n'avez qu'à convaincre votre sub-conscient que vous détestez fumer et vous cesserez de fumer sans un seul serrement de coeur, sans une seule pensée pour le tabac.

Les gens ne peuvent pas cesser de fumer, c'est une habitude qui est extrêmement difficile à briser. Sans doute avez-vous entendu cela de nombreuses fois ; un fumeur ne peut pas renoncer à sa pipe ou sa cigarette, tout le monde vous le dit, la publicité dans le journal attire votre attention sur divers soi-disant remèdes pour cesser de fumer, cesser ceci ou cesser cela. Tout ceci ne vous apparaît-il pas en soi comme une forme d'hypnose ? Vous ne pouvez cesser de fumer parce que vous croyez ce qui vous a été dit par d'autres personnes et par la publicité qui proclame qu'arrêter de fumer est à peu près impossible.

Tournez cet hypnotisme à votre propre usage ; VOUS êtes différent du commun des mortels. VOUS avez un caractère fort, dominant, vous pouvez vous guérir du tabac, de l'alcool ou de quoi que ce soit dont vous désiriez vous guérir. Tout comme l'hypnotisme — l'hypnotisme inconscient — vous a fait croire que vous ne pouviez pas briser l'habitude de fumer, de même, quand vous prenez conscience de ceci, votre hypnotisme conscient peut faire que vous ne touchiez jamais à une autre cigarette.

Un mot d'avertissement, cependant, ou ce qu'on pourrait même appeler un conseil amical. Êtes-vous certain de vouloir cesser de fumer ? Êtes-vous certain de vouloir cesser de boire ou de toujours être en retard aux rendez-vous ? Vous ne pouvez rien faire jusqu'à ce que vous en soyez certain. Vous devez être sûr de vouloir cesser de fumer, de vouloir faire ceci ou cela. Ce n'est pas suffisant pour un homme très faible de dire : "Oh, je voudrais pouvoir cesser de fumer ; je vais me dire que je vais cesser".

Encore et encore jusqu'à ce que cela s'enfonce dans votre sub-conscient — vous ne pouvez faire que ce que vous voulez réellement faire, ce qui fait que si vous vous défiez plus ou moins de ne pas cesser de fumer, vous ne cesserez pas alors de fumer ; vous pourrez même fumer davantage !

Examinez-vous de près. Que voulez-vous faire réellement ? Il n'y a personne autour de vous, personne ne regarde par-dessus votre épaule, personne ne scrute votre esprit. Voulez-vous vraiment cesser de fumer ? Ou préférez-vous continuer de fumer et votre déclaration de cesser n'est-elle simplement qu'une suite de paroles vides ?

Une fois que vous êtes tout à fait convaincu que vous voulez vraiment une chose, vous pouvez l'avoir. Ne blâmez pas l'hypnotisme, ou qui ou quoi, mais bien vous-même si vous n'obtenez pas ce que vous voulez, parce que si vous manquez votre coup cela signifie alors ceci, et ceci seulement : l'échec signifie que vous n'étiez pas réellement résolu de faire ceci ou de ne pas faire cela !

Par l'auto-hypnose vous pouvez vous guérir de ces choses que certaines personnes appellent des "mauvaises habitudes". Malheureusement, nous n'avons jamais pu découvrir ce que ces "mauvaises habitudes" étaient, aussi nous ne pouvons vous éclairer sur ce sujet particulier ! Nous considérerons que les mauvaises habitudes incluent tourmenter votre femme, lancer le fer à repasser à votre mari, donner des coups de pied au chien, injurier quelqu'un sans raison, s'enivrer et toutes ces choses peuvent être guéries bien facilement à la condition de le vouloir absolument.

Détendez-vous à quelques reprises. Profitez de ce que vous êtes libéré de la tension intérieure pour refaire votre propre énergie nerveuse. Vous pourriez faire tellement pour améliorer votre santé si seulement vous lisiez et relisiez cette Leçon et la précédente et pratiquiez, pratiquiez, pratiquiez. Même les plus grands musiciens font leurs gammes heure après heure, jour après jour. C'est pourquoi ils sont de grands musiciens. Vous pouvez être un grand auto-hypnotiseur si vous faites ce que nous disons. Alors — pratiquez.

 

LEÇON TRENTE

Plusieurs personnes ont l'idée — une idée des plus fausses — qu'il y a quelque chose d'inacceptable avec le travail. Plusieurs civilisations sont divisées en "travailleurs cols blancs" et ceux "qui se salissent les mains". C'est une forme de snobisme qui devrait être supprimée parce qu'elle tourne le frère contre le frère et la race contre la race.

Le travail, peu importe qu'il soit intellectuel ou manuel, est ennoblissant pour ceux qui le font avec une conscience claire et sans un sens mal compris de honte. Dans certains pays l'on considère comme une disgrâce qu'une Maîtresse de Maison doive lever la main pour faire quelque travail que ce soit ; on pense qu'elle devrait rester assise, l'air coquet, et donner peut-être quelques ordres de temps en temps pour montrer qu'elle est la Reine du Foyer !

Dans l'ancienne Chine, en ces jours depuis longtemps révolus, les gens des classes supérieures — ainsi dénommées — laissaient pousser les ongles de leurs doigts ridiculement longs, si longs, en fait, que souvent il leur fallait avoir des gaines spéciales pour les protéger des bris accidentels. Le but des ongles longs était de montrer que leur propriétaire était si riche qu'il n'avait pas besoin de faire quoi que ce soit par lui-même ; les longs ongles étaient la preuve concrète de son incapacité à travailler puisque la Dame ou le Monsieur de la Maison — le porteur de tels ongles ne pouvait même pas assister à ses besoins corporels et devait avoir des serviteurs pour tout faire à sa place !

Au Tibet, avant l'invasion communiste, certains nobles (qui auraient dû faire preuve de plus de jugement !) portaient des manches si longues qu'elles couvraient complètement les mains et dépassaient le bout des doigts de peut-être six à douze pouces (15 à 30 cm). C'était pour montrer que ces hommes étaient si importants et si riches qu'ils n'avaient pas besoin de travailler. Les très longues manches étaient un constant rappel qu'ils ne pouvaient pas travailler. Ceci, bien sûr, était une dégradation du but réel du travail. Le travail est une forme de discipline, une forme d'entraînement. La discipline est absolument nécessaire, c'est la discipline qui fait la différence entre un régiment d'élite de soldats et une cohue désorganisée, c'est la discipline à la maison qui fait que des jeunes — des adolescents — deviennent des citoyens décents quand ils ne sont plus adolescents ; le manque de discipline fait les hordes de jeunes abrutis gainés de cuir qui n'ont de penchant que pour la destruction.

Nous avons mentionné le Tibet comme étant un des endroits où il y avait de fausses idées au sujet du travail, mais ce n'était que parmi les laïques. Dans les lamaseries il était de règle que chacun, peu importe son rang élevé, ait à faire du travail manuel à certains moments fixés. Ce n'était rien d'inhabituel de voir (avant l'invasion communiste) un Abbé de Haut Rang nettoyant un plancher — nettoyant les saletés laissées sur le plancher par les moines du niveau le plus bas. Le but de ceci était d'enseigner à l'Abbé que les choses sur Terre sont de nature temporelle, que le mendiant d'aujourd'hui peut être le prince de demain et que le prince d'aujourd'hui peut être le mendiant de demain. Une certaine conclusion pourrait probablement être tirée du fait que plusieurs têtes couronnées d'Europe et d'ailleurs ne sont plus ni rois, ni reines, ni princes régnants, mais il faut tenir compte du fait que plusieurs de ces anciennes têtes couronnées et présidents ont pris soin, tandis qu'ils étaient encore au pouvoir, de mettre suffisamment de fonds de côté pour le temps où ils ne seraient plus au pouvoir. Toutefois, ceci est une digression ; nous déclarons de nouveau que le travail, peu importe quel genre de travail, qu'il soit manuel ou intellectuel, est édifiant et jamais dégradant quand il est fait avec des motifs purs et avec l'idée de "service aux autres", derrière lui. Plutôt que d'applaudir ces dames riches qui sont assises et dictent de façon autocratique à des serviteurs mal payés tout en ne levant pas le petit doigt elles-mêmes, nous devrions applaudir les serviteurs et dédaigner ces dames riches, car les serviteurs font quelque chose d'honorable ; les dames couvertes d'or ne le font pas.

Assez récemment nous avons entendu une discussion — pas mal échauffée — au sujet de la viande. Notre propre point de vue est que si une personne veut manger de la viande, alors laissez-la manger de la viande ; si une personne veut être végétarienne et grimper dans les arbres pour y cueillir des noix, alors laissez-la être végétarienne et grimper dans les arbres pour y cueillir des noix. Ce qu'une personne mange ou ne mange pas n'a aucune importance, à la condition qu'elle n'inflige pas ses opinions souvent erronées aux autres, qui peuvent être trop polis pour élever violemment une objection.

L'Homme est un animal, peu importe comment nous en déguisons le fait avec de beaux vêtements, de fines poudres, des cheveux teints, etc. L'homme et la femme sont des animaux et des animaux mangeurs de viande aussi. En fait, la chair de l'Homme goûte, selon tous les rapports, quelque chose comme le porc ! Tant de gens se conduisent plutôt comme des goinfres, ce qui fait que ce peut être assez approprié. Les cannibales, lorsqu'on les interroge au sujet de la chair humaine, disent que la chair de l'homme noir est plutôt sucrée et comme du porc rôti. La chair de l'homme blanc est apparemment une affaire plutôt rance et aigre, comme un morceau de viande avariée.

Nous suggérons donc que, si vous voulez manger de la viande, faites-le. Si vous voulez manger des légumes ou de l'herbe, faites-le. Mais à aucun moment n'infligez vos propres opinions aux autres. C'est un triste fait que ceux qui sont végétariens ou fanatiques des aliments sains sont souvent extrêmes dans leurs vues, comme si par la véhémence-même de leurs arguments ils se convainquaient eux-mêmes. Il nous paraît très nettement que beaucoup de ces gens, que personnellement nous considérons comme des toqués, sont incertains de faire le bon choix. Ils ne veulent rien manquer, mais ils ne veulent pas être eux-mêmes végétariens s'ils pensent que les autres ont du plaisir à manger de la viande. C'est souvent le cas des non-fumeurs ; souvent les non-fumeurs sont grandement contrariés de ce qu'une autre personne fume et semblent croire qu'il y a quelque chose d'extrêmement vertueux dans le fait de ne pas fumer. En réalité, c'est simplement une question de choix. Fumer, avec modération, n'a probablement jamais fait de mal à personne, mais boire — des boissons enivrantes — fait vraiment du mal aux gens parce que cela interfère avec leur astral. En rapport avec ceci, nous disons encore une fois que si une personne veut boire et blesser son corps astral, eh bien, c'est son choix. Il est absolument mal d'essayer d'utiliser toute force de persuasion pour changer le chemin d'une autre personne.

Tandis que nous sommes sur le thème de la consommation de viande, etc., ce qui implique de tuer, mentionnons un autre point que vous pouvez trouver d'intérêt. Certaines personnes disent que l'on ne devrait jamais tuer, pas même un insecte. Elles disent que l'on ne devrait jamais tuer une vache ou un cheval, ou quoi que ce soit d'autre qui soit en vie. Cela nous incite à nous demander si nous commettons une grave offense quand nous tuons un moustique qui menace de nous transmettre la malaria ; cela nous incite à nous demander si nous commettons un crime contre les créatures vivantes si nous recevons une injection contre un virus. Après tout un microbe, un virus, est un organisme vivant ; devrions-nous, alors, suivant notre sens de la droiture, cesser d'essayer de tuer les germes de la tuberculose, cesser d'essayer de tuer les germes du cancer ? Sommes-nous de grands pécheurs si nous essayons de trouver un remède au rhume ordinaire ? En essayant de guérir les maladies, il est certain que nous enlevons la vie. Nous devons être raisonnables au sujet de tout ceci.

Les végétariens disent que nous ne devrions pas enlever la vie. Maintenant, un chou possède la vie ; si nous arrachons un chou du sol pour le manger, nous détruisons une vie que nous ne pouvons pas créer. Si nous prenons une pomme de terre ou une branche de céleri ou autre chose, nous détruisons la vie et puisque le végétarien détruit la vie tout autant que le mangeur de viande, pourquoi ne pas être raisonnable et manger ce que demande le corps — de la viande ? On dit souvent que le bon Bouddhiste ne mange pas de viande et nous devons nous empresser de convenir que de nombreux Bouddhistes ne mangent pas de viande et c'est souvent parce qu'ils ne peuvent pas se l'offrir ! Le Bouddhisme s'est développé extrêmement bien dans les pays très, très pauvres. Au Tibet, par exemple, la viande était un luxe inouï dont seuls les plus riches parmi les riches pouvaient jouir. Les gens ordinaires avaient des légumes et de la tsampa ; les légumes, eux aussi, étaient un luxe ! Le moine, qui ne s'adonnait pas au luxe, vivait de tsampa et de rien d'autre, mais pour la rendre plus savoureuse, les chefs de la religion décrétèrent qu'il était mal de manger de la viande. Ainsi, les gens qui de toute façon ne pouvaient pas se procurer de viande se sentaient vertueux de ne pas en manger ! Nous estimons qu'il y a beaucoup d'absurdités écrites à propos de ces choses. Le mangeur de viande aime avoir de la viande — eh bien, laissez-le faire. Si le végétarien veut grignoter une branche de céleri, laissez-le manger son céleri tout autant qu'il n'impose pas ses vues aux autres. De même, si une personne ne veut pas tuer un insecte, si elle préfère avoir son virus du cancer ou ses germes de tuberculose plutôt que d'essayer de se faire soigner — c'est son choix.

Nous recevons souvent des lettres de personnes en grande détresse qui nous disent que telle et telle personne a désespérément besoin d'aide, de conseils, et veulent savoir comment hypnotiser quelqu'un ou forcer quelqu'un à un différent mode de vie. Nous n'aidons jamais dans de tels cas parce que nous croyons qu'il est vraiment très, très mal d'essayer d'influencer la voie d'une autre personne. Dans ce Cours, par exemple, la connaissance est disponible. Nous exprimons nos opinions, nous exposons ce que nous savons, mais nous n'essayons pas de vous forcer à croire. Si vous étudiez ce Cours c'est que vous êtes probablement prêt à écouter ce que nous avons à dire ; si vous ne voulez pas nous écouter, c'est chose facile de fermer le livre.

Si on vous demande de donner votre avis, donnez-le, mais n'essayez pas de l'imposer à une autre personne et, ayant donné votre avis, laissez tomber toute l'affaire parce que vous ne savez pas quels sont les arrangements que l'autre personne a pris comme chemin à travers la vie. Si vous forcez une personne à faire quelque chose qu'elle ne veut pas faire, vous pouvez alors vous retrouver lié à son karma. Ce pourrait bien être un karma désagréable, aussi !

Nous voulons dire ici quelque chose au sujet des animaux ; plusieurs personnes considèrent les animaux simplement comme des créatures qui se déplacent sur quatre pattes au lieu de deux. Les gens considèrent les animaux comme des créatures sottes parce qu'ils ne parlent pas anglais, français, allemand ou espagnol, mais alors les animaux considèrent les humains comme de sottes créatures aussi ! Si vous étiez vraiment télépathe vous constateriez que les animaux parlent vraiment et qu'ils parlent beaucoup plus intelligemment que de nombreux humains ! Certains savants, tel que reporté dans une édition récente de "The Scientific American" ont découvert qu'il existe un langage des abeilles. Les abeilles peuvent se donner mutuellement des instructions très détaillées et elles tiennent même des conférences !

Certains savants se sont intéressés aux dauphins, à leur langage particulier, ou, comme ils ont vu la chose, dans les sons particuliers qu'ils émettent. Ces sons ont été enregistrés sur un magnétophone et reproduits ensuite à différentes vitesses. À une vitesse donnée, leur langage était très, très semblable à celui des humains.

Les animaux sont des entités qui sont venues sur cette Terre sous une apparence spéciale, une forme spéciale, afin de pouvoir mener à bien leur propre tâche de la manière qui convienne le mieux à leur propre évolution. Nous avons eu la bonne fortune d'être liés à deux chats siamois qui étaient de véritables phénomènes télépathiques et avec qui il a été possible — avec de l'expérience — de converser de la même façon qu'on le peut avec des gens intelligents. Quelquefois, il n'est pas du tout flatteur de capter les pensées d'un chat siamois en ce qui concerne un humain ! Si l'on considère les animaux comme nos égaux qui sont dans une forme physique différente, on peut beaucoup se rapprocher d'eux, on peut discuter avec eux de choses qui autrement seraient impossibles.

Un chien, par exemple, aime l'amitié de l'Homme. Un chien aime être soumis parce qu'il obtient ainsi des éloges et des flatteries. Un chat siamois, d'autre part, a souvent bien du mépris pour les humains, parce qu'un humain comparé à un chat siamois est vraiment un être très handicapé, un chat siamois ayant de remarquables pouvoirs occultes et de remarquables pouvoirs télépathiques. Ainsi — pourquoi ne pas vous mettre en bons termes avec votre chat, ou votre chien, ou votre cheval ? Si vous le voulez, si vous croyez sincèrement, vous pourrez alors avec de la pratique converser par télépathie avec cet animal.

Nous arrivons donc à la fin de ce Cours mais, nous l'espérons, non pas à la fin de notre association. Ce Cours est un Cours pratique qui, nous l'espérons, a su vous montrer à quel point ces soit-disant "Phénomènes Métaphysiques" sont réellement chose absolument ordinaire, absolument simple. Nous avons un autre Cours qui traite de sujets d'un style plus traditionnel, vous donnant des noms Sanskrits, etc. Nous vous suggérons pour votre plus grand avantage de considérer ce Cours, parce que maintenant que vous avez étudié jusqu'ici avec nous, vous voudrez assurément aller plus loin.

Ainsi, nous ne vous disons pas "Adieu", parce que nous espérons que vous vous joindrez à nous pour un peu plus longtemps. Disons plutôt en espagnol "Hasta la vista".